Les populations Akan de Côte d'Ivoire

-

Livres
188 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre aborde la fin du XVIIe et le XVIIIe siècle qui voient des migrations et des peuplements massifs modifier le visage ethnique de la Côte d'Ivoire. C'est l'espace akan qui fait l'objet de cette étude. L'arrivée massive des Brong vient redessiner la carte ethnique du nord-ouest ivoirien. Il en est de même pour les Baoulé Assabou au centre de la Côte d'Ivoire, et les Agni dans toute la partie est du pays.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2012
Nombre de visites sur la page 2 829
EAN13 9782296479951
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LES POPULATIONS AKAN DE CÔTE D’IVOIRE
© L’Harmattan, 20125-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.f ISBN : 978-2-296-55951-6 EAN : 9782296559516
Kouamé René ALLOULES POPULATIONS AKAN DE CÔTE D’IVOIRE Brong, Baoulé Assabou, Agni
INTRODUCTION GENERALE Après l’ouvrage, « Côte d’Ivoire, les premiers habitants », ème celui-ci voudrait parler des peuplements de la fin XVII siècle ème et XVIII siècle qui voient des migrations et des peuplements massifs qui vont modifier le visage ethnique de la Côte d’Ivoire. C’est l’espace Akan qui va faire l’objet de cette étude. L’arrivée massive des Brong fondateur de l’Etat Abron Gyaman va profondement modifier la carte ethnique du nord-ouest ivoirien. Il en sera de même pour les Baoulé assabu au centre de la Côte d’Ivoire, ainsi que les Agni dans toute la partie Est du pays. Tous ces groupes Akan vont venir s’établir en conquérants recouvrant comme de nouveaux sédiments sur des couches antérieures de populations préexistantes en les phagocytant. Avant cela, un important peuplement originaire de la vallée du Mono, de la basse volta des plaines d’Accra et des hauts plateaux du pays krobou dans le sud-est de la côte de l’or va s’établir dans plusieurs zones. Ce peuplement ignoré de l’historiographie permet par un décryptage d’expliquer cette tradition orale d’ancêtres descendus du ciel à l’aide d’une chaîne. ème Bref, l’arrivée massive des Akan entre la fin du XVII et le ème XVIII siècle va profondement modifier la carte ethnique de la Côte d’Ivoire.
5
L’univers spatial des Akan de Côte d’Ivoire et des autres Akan
6
Chapitre I : UN PEUPLEMENT ORIGINAIRE DE LA VALLEE DU MONO, DE LA BASSE VOLTA, DES PLAINES D’ACCRA ET DES HAUTS PLATEAUX KROBOU EN ème CÔTE D’IVOIRE (XVII SIECLE) Il y a eu un peuplement originaire de la vallée du Mono, de la Basse Volta, des plaines d’Accra et des hauts plateaux ème pendant le XVII siècle en Côte d’Ivoire. Ce peuplement qui est complètement ignoré de l’historiographie ivoirienne, nous l’avons appelé le peuplement Akpafou-Ga-Krobou-Adele-Avatime. Il y a en Côte d’Ivoire plusieurs clans, plusieurs sous-groupes au sein d’ensembles ethniques qui clament que leurs ancêtres sont descendus du ciel au moyen d’une chaîne. Curieusement cette tradition se retrouve chez les Akrade, un clan au sein de l’ethnie krobou au Ghana actuel ainsi que chez lesNkwantaque l’on trouve dans le Brong et au sein desAbron Gyamanen Côte d’Ivoire. Il a fallu suivre le filon de cette tradition commune pour voir quelles relations il y a entre ces groupes humains. Des traditions orales fondamentales nous ont éclairées et nous ont permis de comprendre qu’une migration et un peuplement pratiquement méconnus de l’historiographie se profilaient derrière cette tradition de l’origine céleste. Identifier l’origine de ces groupes qui affirment que leurs ancêtres sont descendus du ciel à l’aide d’une chaîne jusqu’à présent pose problème. Ils évoquent leur préséance sur les terres et une autochtonie ancienne par rapport à des groupes venus ultérieurement. Ce chapitre comprend deux parties : d’abord la découverte de la migrationAkpafou-Ga-Krobou-Adele-Avatime, et ensuite les fondements historiques du peuplement Akpapou-Ga-Krobou-Adele-Avatime. 1-De la découverte de la migrationakpafou-ga-krobou-adele-avatime Les groupes qui se donnent une origine céleste en Côte d’Ivoire sont plusieurs. Le clanKpanyi kpinsein des au Ano
7
Abède Katimanso au centre de la Côte d’Ivoire affirme que ses 1 ancêtres sont descendus du ciel à l’aide de la chaîneNzogo.Des groupes qui ont précédé la migration et le peuplementBaoulé Assabousavoir celui conduit par la célèbre reine à Abraha Pokou disent aussi que leurs ancêtres sont descendus du ciel. Parmi eux il y a lesNgen de la région de M’bahiakro, mais aussi dans l’Ano etl’Ano Abè. Les Akpo, Akpatifiè du Baoulé évoquent une origine céleste. C’est le cas desWamala/ Mamalaque l’on trouve sur l’axe routier Toumodi-Dimbokro. Leur ancien établissement était Wamelakpri/ Mamalakpri. Au sein de l’ensemble Baoulé les Akrowoufoè/Akrowou qui ont créé les villages de Ndènou, Ndébo et Konankouassikro regroupés pour former le village de Lolobo évoquent une origine céleste de leurs ascendants. Toujours dans l’ensemble Baoulé, les Battra/ Battrafoè ou Asrin, les Kpata/ Kpati du Bas-Bandama disent la même chose. A travers le nom du clan kpataboèbo des Battra de Tiassalé, l’on retrouve justement la 2racine Kpata . Les Battra vivent à Tiassale, Asenze, Eloso Boussoue et Gboudie. LesBaoulé Gbomide Gbomizambo et Gbomi Kondéyaokro 3 affirment l’origine céleste de leurs ancêtres . Pour avoir une idée exacte de l’origine de ces groupes, il suffusait de se reférer aux traditions orales desKroboud’Ores Krobou dans la région d’Agboville. En effet il y a là, un clan, celui desNzomonqui parle de l’origine céleste de ses ancêtres descendus grâce à une chaîne. La similitude étymologique entreKrobou d’Ores Krobou etAkrowoudu Baoulé nous apparaissait trop évidente. Les traditions orales desKrobou d’Ores Krobou disent que l’ancêtre détenteur d’un siège qui dirigeait le peuple se nommait Adjé Memimbou. LesNzomonont été précédé sur le site d’Ores Krobou par lesKpa /Kpaman. Ces derniers face à la tyrannie
1  Connais-tu mon beau-pays ? Radio CI. Katimanso.17-06-1990.Informateur Nguetta Kouadio. 2  BAMBA (Sekou Mohammed), "La formation d’une ethnie Baulé dans le Bas-Sassandra. Les Elomwen de Tyasalé (Basse Côte d’Ivoire)"Annales de l’Université d’Abidjan.Tome XIII, 1985, Serie I, pp 63-90, p 81. 3  Patrimoine. Gbomi Kondéyaokro. Baoulé Gbomi. Sous-préfecture (S/P) deTiébissou, 09-09-1996. Radio Côte d’Ivoire. (Radio-CI)
8
4 d’Adjé Menimbou se sont rendus à Boussoue , lieu où l’on trouve justement desBattra. Autre fait important qui nous a permis de découvrir la migration que nous appelons la migrationAkpafou-Ga-Krobou-Adele-Avatime, c’est l’importante tradition orale du clanDabou d’Ores Krobou. En effet ce clan affirme que ses ancêtres sont 5 originaires du paysKroboudans le Ghana actuel . Ils sont venus à Ores Krobou sous la direction de l’ancêtreDibo Ayewra. C’est lui qui a donné le nomKrobouà la région et au peuple en souvenir de leur terre d’origine. Face à la tyrannie d’Adjé Menimbou, certains membres de la migration se sont réfugiés en pays Dida, où ils vont former le groupeEga. De là, 6 ils vont tenter en vain de revenir à Ores Krobou . LesEgadans le pays Dida ont conservé leur langue. La tyrannied’Adjé Menimboua provoqué une dispersion de la population. Le fait que lesAkpatiet lesBattra se soient retrouvés ensemble dans le Bas-Bandama est révélateur de l’histoire commune qu’ils ont vécu à Ores Krobou. Cette dispersion a fait que le peuplementAkpafou-Ga-Krobou-Adele-Avatime va toucher plusieurs ensembles ethniques en Côte d’Ivoire. A savoirl’Ano, l’Ano Abè, le Baoulé, l’Akyé, l’Ebrié, l’Avikam, le Krobou, l’Ega, l’Abidji,le paysAdjoukrou,le pays Bétéetc. Les futurs Baoulé,Goli issus de cette dispersion à partir d’Ores Krobou s’installeront d’abord à Goliblénou avant de s’en aller plus tard à Bodokro et sa région. Leur nomGoliest une résurgence deKlolinom par lequel se désignent encore les 7 Kroboudu Ghana actuel . Or nombreux sont les clansKrobou qui situent leur origine dans la vallée du Mono, à Tugoulogo près des collines de
4 OUATTARA (Tehua Koffi),Origine et peuplement des Krobou.Mémoire de Licence.C1 des civilisations africaines. Université de Côte d’Ivoire. Faculté des Lettres.Departement d’Histoire 1985-1986.p. 4 ; p. 6 ;7 5 Ibidem 6 Ibidem 7  BOAHEN (Adu)Ghana. Evolution and change in the nineteeth and twentieth centuries.Longman.London 1975. p1.
9
8 Lolovo . La tradition orale desBattraparle à la fois de l’origine 9 céleste mais dit aussi que les ancêtres sont venus de l’Est . Il n’y a pas en réalité contradiction. En effet, lesKrobou,Ega, Ngen, Akpati, Battracertes originaires du Mono, de la sont basse vallée de la Volta, de la région d’Accra et des plateaux du Krobou mais se regrouperont à Ores Krobou avant de se disperser. Cependant, certains clans ont gardé la tradition de l’origine céleste. Les groupes d’ascendanceGaoriginaire de la région donc d’Accra donneront lesNgen du Baoulé, de l’ano et del’ano Abé, lesEgadu pays Dida, lesNkadje/ Ngadjé/ Nkadzedu pays Akyé, du Krobou et de l’Abé, lesAkandjédu pays EbriéKwèet lesKpandade l’Avikam. A travers ces noms la racine Ga/ Nka/ Nga transparaît nettement. Le village d’Akandje fondé par des Nkadje en pays Ebrié a vu ses membres séjourner à Bago. Les traditions orales de ce village historique parlent du passage aussi bien desAkandjeque d’Adjé Menimboule chef du clanNzomondes Krobou à Bago. Les guerres provoquées à Bago parAdjé Menimbou vont 10 entraîner la dispersion de la population . Seuls ceux de Kossihouen sont restés dans les environs de Bago. Le personnaged’Adjé Menimboubien connu des est traditions orales des Ebrié de Kossihouen sous le nom deDjem Ringbou. Il est décrit comme un homme cruel qui sera responsable des guerres qui se produiront à Bago. Nous avons donc raison de dire que les Ebrié d’Akandlé relèvent desGaau sein de la migrationAkpafou-Ga-Krobou-Adele-Avatime. Les Ebrié d’Akandjé sont donc desNgadje/Nkadje et ont été les compagnons d’exode des clansOrode, Assahou, Ngo Deboussouclament leur origine krobou dans l’arrière-pays qui
8 DIKSON (B.Kwamina).A historical geography of Ghana. Cambridge at the university press 1969. 379 p. p 27. 9 BAMBA (Sekou Mohammed).Bas-Bandama précolonial. Une contribution ème à l’étude historique des populations d’après les sources orales. Thèse de 3 cycle, université de Paris I, Novembre 1978. Tome1.365 p. p 148 ; 166 ; 167. 10  Informateur Akouatcha (Louis). Enquête à Bago, Abidjan-Adjamé 27 Mai 1988,10 Decembre 1989. Voir Ouadan (Louis Martial).Les Bidjan dela migration Kobrima au peuplement sur le pourtour de la lagune ébrié Mini-mémoire, UNCI,1993-1994,FLASH, Histoire,29p p 20 et suivantes.
10