216 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Troisième invasion napoléonienne au Portugal (bicentenaire 1810-2010)

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

On confond parfois en France les invasions de Napoléon au Portugal avec la guerre contre l'Espagne. Le Portugal vivait en paix avec la France depuis le traité de Madrid du 29 septembre 1801. En 1806 fut décrété à Berlin le Blocus Continental. Napoléon reprochait au Portugal de continuer à admettre les navires britanniques dans ses ports. Napoléon fit adresser à la Cour de Lisbonne un ultimatum lui demandant de fermer tous les ports du Portugal à l'Angleterre, et, le 20 octobre 1807, lui déclara la guerre.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 septembre 2010
Nombre de lectures 0
EAN13 9782296936201
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.







Troisième Invasion
Napoléonienne au Portugal

















Du même auteur :


La Révolution des Œillets au Portugal
(Chronologie d’un combat pacifique)
(Édition bilingue)

La Bataille de La Lys – 9 avril 1918 – Devoir de Mémoire
(Édition bilingue)

En lutte contre l’état salazariste – Une certaine idée du Portugal –
Norton de Matos
(Édition bilingue)

Chronologie de l’Histoire du Portugal
(Édition bilingue)














Manuel do Nascimento





Troisième Invasion
Napoléonienne au Portugal

(Bicentenaire 1810-2010)



































!"
#


$
% &




















!

"#

'(()))



$$

*)$

+*)$

,-. ' /012323/42+345+26

78.' /0133/4+345+6






Troisième Invasion Napoléonienne au Portugal

Introduction


1810-2010
Bicentenaire

Troisième invasion Napoléonienne au Portugal

Les tentatives infructueuses des armées françaises
Napoléoniennes pour s’emparer du Portugal à trois reprises
successives, forment l’épisode le plus intéressant de la
guerre de la Péninsule. La première qui a usurpé à tort le
titre d’expédition, conduite par le général Junot,duc
d’Abranteset consommée par la perfidie et non par la force
de armes, eut un commencement de réussite, qui s’évanouit
bientôt. Les deux autres tentatives à main armée par deux
généraux célèbres à la tête des plus belles troupes de l’armée
française, le maréchal Soult,duc de Dalmatie etpar le
maréchal Masséna,prince d’Esslingcomplètement ont
échouées.
La nation portugaise, s’était levée spontanément en
masse pour expulser l’armée du général Junot, menacée
depuis tous les points de la frontière par les forces de
Napoléon. Ce plan trop vicieux de Napoléon pour réussir
l’invasion du Portugal offrait des difficultés presque
insurmontables, et elles ont certes entraînés des grandes
fautes militaires dès le commencement de la campagne
militaire au Portugal. Le gouvernement de l’empire français
a traité cette question de l’invasion du Portugal sans les
connaissances nécessaires géographiques, climat, routes,
armée du pays. Manquant souvent de guides, n’ayant que de
mauvaises cartes et peu de connaissance des forces que le
pays avait.

5






Troisième Invasion Napoléonienne au Portugal

La saison des pluies ne permet guère, au Portugal, de
continuer les opérations militaires; les obstacles se
multiplient ; on rencontre alors des rivières dans des lieux où
il n’existait pas même de ruisseau.
En se présentant sur les champs de bataille au Portugal,
les troupes françaises trouvaient de puissants motifs d’ardeur
et de zèle dans les souvenirs de leurs triomphes récents. Un
jour le maréchal Lannes a dit :depuis qu’on avait la manie
des lunettes d’approche, on ne voyait plus rien à la guerre,
parce qu’on la regardait de trop loin.
Les rares études historiques françaises sur les invasions
de Napoléon au Portugal sont souvent très évasives, puisque
parfois on les confonds tout simplement avec la guerre
contre l’Espagne, comme si le Portugal n’existait pas. Le
Portugal ne fut-il pas un des premiers pays d’Europe à avoir
son indépendance, même avant la France ? Le pays dont les
frontières restent presque inchangées depuis que le Portugal
est Portugal. Pour la plupart des historiens, ainsi comme
pour le gouvernement de l’empire français, ils ont traité cette
question portugaise, comme une nation pauvre et presque
ignorante !La langue portugaise de Camões était fixée au
éme er
XV siècledu temps du roi portugais D. Manuel 1, près
de deux siècles avant la langue française sous Louis XIV.
… Masséna s’exprime cependant comme suit: outre les
monuments d’utilité publique, les diverses fabriques que
l’on rencontre, les bonnes bibliothèques que l’on trouve si
fréquemment dans les villes et même dans les villages, où
les principaux habitants ont toujours un choix d’excellents
ouvrages en différentes langues, les instruments de
mathématiques, de physique, d’astronomie, de marine, que
l’on voit communément au Portugal, et dont on ignore même
les noms en Espagne ; tout cela, dis-je, semble attester que la
nation portugaise est bien avancée…

6