//img.uscri.be/pth/c4504023303815764be26814ce06e8b078ec3b23
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,90 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

L'Evangile selon St Thomas Taquin

De
195 pages
Nous disposons de quatre copies de cet évangile, réparties entre le IVe et le VIIIe siècle, et une dizaine de traductions latines. Ce chiffre est faible dans l'absolu mais honorable pour un écrit du IIe siècle et même remarquable si l'on considère qu'à cette époque, Toulouse n'était pas un pôle de diffusion de premier plan. D'autre part, on trouve très peu de variantes entre les manuscrits contrairement à l'évangile selon St Marc par exemple. Ces éléments en main, il n'est pas illégitime de conclure que l'évangile selon St Thomas Taquin a été injustement rejeté par l'histoire. Puisse la présente traduction contribuer à lui accorder une plus juste place parmi les biographies de Jésus-Christ.
Voir plus Voir moins

2 Titre
L'Évangile selon
St Thomas Taquin

3Titre
Michel Tornare
L'Évangile selon
St Thomas Taquin

Conte
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00894-4 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304008944 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00895-1 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304008951 (livre numérique)

6





Traduit du grec par Michel Tornare
8
PREFACE
Hormis son évangile et son destin tragique,
nous disposons de peu d’éléments biographi-
ques tangibles sur St Thomas Taquin. Ni la date
ni le lieu de sa naissance ne sont clairement
identifiés. Dans son histoire des premiers pro-
sélytes, Sixtus Beckmessus suppose qu’il est né
1soit à Syracuse soit à Amphipolis . Six siècles
2plus tard, Yvain Le Lorrain propose Phocée,
future Marseille. Sa formation religieuse est en-
tourée des mêmes incertitudes. Beckmessus as-
sure que Thomas Taquin a été converti par
l’apôtre Jean. Le Lorrain affirme qu’il a ren-
contré l’apôtre Paul à Rome. Enfin une tradi-
tion populaire, relayée à la Renaissance par Sa-
3turnin de Canetan , soutient qu’il s’est entretenu

1 cf. Richard Geiger, Vie et œuvre de Sixtus Beckmessus, aux
éditions du Maître-Chanteur, 1987.
2 in Yvain Le Lorrain, Histoire des premiers prêcheurs en
Gaule, collection privée du Pr. Erwin Schrödinger.
3 in Saturnin de Canetan, Anecdotes sur les premiers chrétiens,
manuscrit XB 46 975 342 818 N, Bibliothèque Natio-
nale de Camargue.
9 L'Évangile selon St Thomas Taquin
de vive voix avec Dieu, sept jours consécutifs.
Tous s’accordent, en revanche, sur l’importance
de son travail missionnaire dans le sud-ouest de
la Gaule.
Au commencement du IIe siècle, Thomas
Taquin s’installe dans la région toulousaine. Il
annonce l’évangile pendant deux ou trois ans,
avant que les autorités romaines ne l’arrêtent.
Elles lui font subir un des plus cruels martyres
de l’histoire de la chrétienté. Ses testicules sont
broyés par une meule en pierre et, alors qu’il
respire encore, son crâne est pelé avec une lame
rougie. Sa dépouille est jetée dans la Garonne.
Selon de Canetan, des chrétiens, convertis par
St Thomas Taquin lui-même, la repêchent in-
tacte en dehors des murs de la cité, sept jours
plus tard.
Un reliquaire, visible dans la crypte de la ba-
silique St Sernin, renfermerait un morceau de
son omoplate. Une tradition populaire lui prête
des vertus curatives contre les hémorroïdes, la
calvitie et l’impuissance. Chaque année, le pre-
mier dimanche de juillet, il fait l’objet d’une
procession très suivie. Thomas Taquin est ca-
nonisé le 9 septembre 1774. Il est depuis consi-
déré comme le saint patron des coiffeurs.
Du premier au quatrième siècle, plusieurs
conciles tiennent à préciser le contenu de la
doctrine chrétienne. Dans cet objectif, ils ras-
semblent des textes pour constituer ce qui de-
10 Préface
viendra le Nouveau Testament. De nombreux
évangiles circulent à l’époque. Ils sont supposés,
pour la plupart d’entre eux, avoir été rédigés par
les personnages historiques ayant rencontré Jé-
sus. Le canon des saintes Écritures est élaboré
selon deux principaux critères sélectifs. On
écarte les textes qui soit ne peuvent être attri-
bués à leur auteur présumé soit nient la divinité
du Christ comme le soutiennent l’arianisme et
le gnosticisme. A l’instar de St Luc, St Thomas
Taquin n’a pas connu Jésus au sens strict. Leur
démarche est, de fait, similaire. Les deux saints
se livrent à un véritable travail d’enquête auprès
de témoins. A quelques variantes près, ils abou-
tissent au même canevas chronologique. Toute-
fois, leurs propos présentent une différence no-
table. Plus qu’aucun autre, à l’exception peut-
être de St Jean, dont l’évangile fait à ce sujet,
figure de référence, le saint toulousain proclame
sans ambigüité, la nature divine du Christ. C’est
la raison pour laquelle il est extrêmement sur-
prenant que son évangile ait été classé parmi les
textes apocryphes. Selon toute vraisemblance,
les Pères de l’Église ne semblent pas l’avoir
écarté du corpus canonique à cause de son
contenu doctrinaire mais plutôt du fait de sa
4faible diffusion .

4 Au commencement de la Réforme, Martin Luther
confie dans une lettre à Erasme, qu’il a longtemps hési-
11 L'Évangile selon St Thomas Taquin
Nous disposons de quatre copies de cet
évangile, réparties entre le IVe et le VIIIe siècle,
et une dizaine de traductions latines. Ce chiffre
est faible dans l’absolu mais honorable pour un
écrit du IIe siècle et même remarquable si l’on
considère qu’à cette époque, Toulouse n’était
pas un pôle de diffusion de premier plan.
D’autre part, on trouve très peu de variantes
5entre les manuscrits contrairement à l’évangile
selon St Marc par exemple. Ces éléments en
main, il n’est pas illégitime de conclure que
l’évangile selon St Thomas Taquin a été injus-
tement rejeté par l’histoire. Puisse la présente
traduction contribuer à lui accorder une plus
juste place parmi les biographies de Jésus-
Christ.

Michel Tornare.


té sur le sort à réserver à l’évangile du martyre toulou-
sain.
5 Dans la présente édition, nous signalerons les princi-
pales variantes par des renvois en bas de page de l’église
d’Antioche.
12
A PROPOS DE LA PRESENTE EDITION
St Thomas Taquin précise plus qu’aucun au-
tre évangéliste, le contexte historique des évé-
nements dont il se fait l’écho. D’autre part, il
n’hésite pas à fournir des explications détaillées
lorsqu’il est fait allusion à un épisode de
l’Ancien Testament. Notre traduction reprend à
son compte ces deux lignes directrices dans un
même objectif : être accessible au plus large pu-
blic. Nous avons donc mis à disposition du lec-
teur, des compléments d’informations. Pour la
présente édition, nous nous sommes basés sur
le manuscrit le plus ancien, celui dit du Capito-
lium. En dehors de quelques erreurs manifestes
des copistes, il existe peu de variantes entre les
différentes sources qui nous sont parvenues.
Nous signalons les principales par un renvoi en
bas de page. Les titres des paragraphes ne sont
pas de la plume du saint. Conformément à la
tradition, ils ont été ajoutés a posteriori. Nous
les avons maintenus pour cette première publi-
cation.
13
1
Objet de l’évangile
Puisque beaucoup ont composé un récit des
événements d’après ce qui a été transmis à cer-
tains qui se sont targués d’être témoins oculai-
res, et d’autres qui ne le furent guère mais qui
sur le sujet, enquêtèrent, il m’a paru bon à moi
aussi, après m’être soigneusement informé de
ce qui est advenu et ce, depuis le tout début du
commencement, d’en écrire pour toi, mon très
6cher Colin , un récit précis et lisible afin que tu
puisses te faire une idée sur l’histoire de Notre
Seigneur Jésus Christ, histoire qui n’a pas fini de
faire couler encre et salive, histoire que je ne se-
rai pas le dernier à conter.
Je le prophétise : D’autres viendront après
moi et rédigeront des évangiles mais, à la diffé-
rence de moi, Thomas, serviteur de Dieu, tous

6 Nous ne sommes pas parvenus à identifier ce Colin.
D’après Erwin Schrödinger du StaatsUniversität de Tü-
bingen, il pourrait s’agir de Colin l’Ancien, fondateur de
l’église d’Antioche.
15 L'Évangile selon St Thomas Taquin
ne seront pas habités par l’Esprit Saint, aussi
leur récit ne sera-t-il agréé ni par Dieu ni par les
vrais croyants.
Annonce de la naissance de Jean dit le Baptiste
Il y avait du temps où Hérode était roi de Ju-
dée, un prêtre qui s’appelait Zacharie et qui
exerçait une fonction prestigieuse dans la hié-
rarchie ecclésiastique juive. Ce prêtre avait pour
épouse, une femme qui s’appelait Elisabeth.
Elle descendait en ligne directe d’Aaron, frère
de Moïse, et premier grand-prêtre de Dieu par
la volonté de Dieu. Zacharie et sa femme for-
maient un couple exemplaire. Ils étaient tous les
deux extrêmement justes aux yeux de Dieu, tel-
lement pieux que Dieu n’avait rien à leur repro-
cher (ce qui n’est pas peu dire comme tu le
sais). Zacharie et sa femme Elisabeth obser-
vaient tous les commandements de Dieu : ceux
qui étaient prescrits comme ceux qui ne l’étaient
pas encore. Toutefois, ils n’avaient pas d’enfant.
Quoique Zacharie eût largement dépassé
7l’âge de la retraite , il fut désigné par le sort
pour offrir de l’encens à Dieu dans le temple de
Dieu. Alors qu’il officiait seul, à l’intérieur du
sanctuaire de Dieu, un ange se posta subrepti-

7 A soixante-dix ans, les prêtres n’officiaient plus dans le
temple. Ils continuaient néanmoins à percevoir des sub-
sides provenant d’un impôt religieux.
16 L'Évangile selon St Thomas Taquin
cement à côté de l’autel qui servait à brûler de
l’encens en l’honneur de Dieu. Zacharie fut très
ébahi et quelque peu effrayé par cette apparition
soudaine.
Cependant, l’ange lui dit : « Peuchère ! Ne
tremble pas comme une feuille morte, Zacharie.
Eh ! Zacharie ! Ne t’esbaudis pas tant ! Je suis
venu t’annoncer une nouvelle qui non seule-
ment réjouira ta femme et toi mais encore toute
une masse de gens. Ta femme Elisabeth va en-
fanter un fils et quand ce fils naîtra, tu lui don-
neras le nom de Jean. Ni pendant la grossesse
de sa mère, ni durant son existence entière, il
n’absorbera la moindre goutte d’alcool pas plus
qu’il n’ingurgitera le moindre grain de raisin. En
revanche, il sera ivre de Saint Esprit et ce, dès le
ventre de sa mère. Il marchera après être sorti
du ventre de sa mère, sous le regard de Dieu,
8avec l’esprit et la puissance du prophète Elie
afin que de ramener le cœur des pères vers les
enfants et de conduire les incrédules à penser
comme il faut. »
Zacharie dit à l’ange : « Eh ! Je ne demande
pas mieux car je n’ai pas d’autre souhait. Mais

8 Prophète de l’Ancien Testament, dont le ministère fut
fortement marqué par le miracle et le spectaculaire. Il fit
descendre le feu du Ciel, ressuscita le fils d’une veuve et
sépara les eaux du Jourdain pour le traverser, entre au-
tres. Avec Moïse le législateur, il est le parangon de
l’homme de Dieu dans l’Ancien Testament.
17 L'Évangile selon St Thomas Taquin
comment serait-ce possible ? Mes érections
sont quelque peu molles et ma femme est toute
ménopausée. »
9L’ange s’exclama : « Oh, Bonne Mère ! Il ne
me croit pas ! Je suis Gabriel, l’ange de Dieu. Je
dirais même plus : Je suis le saint archange de
Dieu. Et je suis un habitué de Sa divine anti-
chambre. Je t’annonce une bonne nouvelle et au
lieu de t’en réjouir, tu as l’affront de douter de
ma parole. Eh bien ! Puisque tu le prends sur ce
ton, tu deviendras muet et tu le resteras jusqu’à
ce que mes dires s’accomplissent. »
Quand Zacharie sortit du temple, la masse
des gens comprit qu’il avait eu une vision car il
était sans voix.
Après ce, il rentra chez lui et sa femme de-
vint enceinte. Pendant cinq mois, elle le cacha.
Elle se disait : « Dieu a tiré un trait sur ma
stérilité supposée, laquelle faisait ma honte aux
yeux de la société hébraïque. »
Annonce de la naissance de Jésus
L’ange Gabriel fut de nouveau dépêché par
Dieu. Il se rendit dans une ville de Galilée, ap-
pelée Nazareth, auprès d’une pucelle nommée

9 Certains manuscrits ont ici Bon sang ! à la place de Oh,
Bonne Mère ! Il n’est pas à exclure que, dans l’esprit de
Thomas Taquin, l’ange ait anticipé le futur de manière
prophétique.
18 L'Évangile selon St Thomas Taquin
Marie. Cette pucelle avait été fiancée à un
homme nommé Joseph, qui descendait du roi
10David .
Il pénétra chez icelle et lui dit : « Salut à toi,
bienheureuse, à qui une grâce a été accordée ! »
Marie fut quelque peu déconcertée par cette
salutation. Qu’un ange pénétrât chez elle n’avait
en soi rien d’extraordinaire, mais qu’il lui expli-
quât qu’une grâce lui avait été accordée, cela lui
semblait des plus singuliers.
L’ange lui dit : « Ne tremble pas comme une
feuille morte, Marie ! Tu vas devenir enceinte et
conséquemment enfanter un fils. Tu l’appelleras
Jésus. Il sera beau, grand et fort. Il sera le plus
beau bébé du monde. Et on l’appellera Fils de
Dieu, car Dieu lui donnera le trône de son fils
David qui est son père. Est-ce clair ? »
Marie répondit à l’ange : « Euh… Pour être
franche… »
Alors Gabriel lui expliqua de nouveau : « Tu
vas donner naissance au Messie, au Christ, à
l’Enduit de Dieu, au Fils de Dieu, qui est Dieu
lui-même. »
Comme Marie restait dubitative, l’ange su-
renchérit : « Mais tu sais bien : le Libérateur que
vous attendez tous. »

10 Deuxième roi d’Israël, mais premier à régner à Jérusa-
lem. Il fut nommé par Dieu en remplacement de Saül. Il
devint célèbre pour son combat de géant. Il est un as-
cendant direct de Joseph, le « père » de Jésus.
19