//img.uscri.be/pth/e6d80b5582b2e10ab9eebd341d221f0c508646b8
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 7,45 € Lire un extrait

Lecture en ligne + Téléchargement

Format(s) : PDF

sans DRM

La France mon Eldorado

De
133 pages
Nuit et jour mon rêve est de partir un jour dans mon el dorado, j’ai commencé à lutter pour arriver dans mon el dorado, en espérant que c’est seulement là-bas que je vais réussir, mais ma galère dans mon el dorado a été si forte que j’ai finalement décidé de ne pas attendre de devenir riche avant de quitter cet el dorado. Mon el dorado m’a vomi avant même que je puisse m’y installer, mes rêves ce sont effondrés avant mon réveil dans mon el dorado et j’ai compris que ce pays n’est pas un el dorado mais un pays comme tous les autres, comme celui que je viens de quitter. Dans le pays qui est le mien, que je viens de quitter, j’ai plus de chance de réussir que dans mon soi-disant el dorado. Ma décision est prise : je dois rentrer.
Voir plus Voir moins

2 Titre
La France mon
« El dorado »

3Titre
Olivier Boby
La France mon
« El dorado »

Témoignage
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit 2008
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-01252-1 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304012521 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-01253-8 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304012538 (livre numérique)

6





Dans la vie, il y aura certainement des choses qui
vous rendront le sourire difficile. Mais ce que vous ne
devez jamais oublier, au-delà de tous les pleurs et la
douleur, c’est de garder votre sens de l’humour, et ne pas
oublier le sourire.

D’après TUPAC SHAKUR
.
8
CHAPITRE I
Je suis enfin arrivé dans mon el dorado, le
pays de mes rêves mais est-ce vraiment un el
dorado ? Car les habitants de ce pays sont en-
core à la recherche d’un autre el dorado qu’ils
appellent le paradis fiscal.
Beaucoup d’africains comme moi ou même
des européens de l’est continuent à voir la
France comme un el dorado et c’est ce qui ex-
plique l’accroissement du taux de l’immigration
et surtout de l’immigration clandestine en
France.
Depuis que je suis arrivé en France à partir
de tout ce que je vois, je vis et entends, pourrais
– je dire encore que j’ai atterri dans un el dora-
do ?
Un jour je suivais les informations à la télévi-
sion, on parlait de l’immigration des français
vers le nouvel el dorado, les uns pour des rai-
sons fiscales et les autres pour fuir le chômage.
Au vu de tout cela, je ne peux dire que l’el
dorado n’existe pas ou qu’il n’existe que dans
nos rêves. Car on réalité el dorado dit ‘‘l’île do-
9 La France mon "El dorado"
rée’’ en français est le récit mythique d’un fas-
tueux cérémonial ‘‘Incas’’ qu’un conquistador
espagnol du nom de Sébastien DE BENALCA-
ZAR, obsédé par l’or, en fit jusqu’à la fin du
XVIIIe siècle, la légende de l’el dorado ou en-
core la légende de ‘‘l’homme doré’’, ce qui amè-
nerait en Amérique latine une multitude
d’aventuriers en quête d’or dans les années
1789.
Mais comme dit Voltaire dans son poème le
mondain, « que l’el dorado ne se trouve dans aucun
pays sauvage mais est là où l’on est »
Cela est vrai, car c’est lorsque j’ai décidé de
partir en France que j’ai ouvert la porte aux
combats hostiles de la vie auxquels je ne me
suis jamais préparé à affronter.
Ce jour du 24 juin, l’avion qui me transporte
jusqu’en France est un appareil de la compagnie
Afriqiyah Airways, et vient d’atterrir à l’aéroport
de Roissy Charles DE GAULLE, sera le jour
où je me suis retrouvé face à mon destin et que
je dois affronter avec force, détermination et
courage.
Il est 11 heures 45 minutes. Dans un semi
sommeil j’entends le steward annoncer
l’atterrissage de notre avion à l’aéroport de
Roissy, je refuse de me réveiller parce que je me
crois dans un rêve ou dans un conte de fée et
j’ai peur que mon réveille puisse m’empêcher de
voir la suite et la fin de mon rêve. Mais l’hôtesse
10 La France mon "El dorado"
de l’air est venue me réveiller pour me deman-
der d’ajuster mon siège et de mettre la ceinture
de sécurité car nous atterrissons. D’un bon, je
me suis levé pour lui demander de me dire dans
quelle ville nous allons atterrir. Elle m’a répon-
du toute souriante, ‘‘Paris’’ et elle a ajouté « ça
se voit que vous sortez d’un long sommeil ».
Si c’est vraiment Paris la capitale de la France
c’est pour dire qu’arrive enfin l’accomplis-
sement de mes rêves, la réalisation de mes vœux
et le souhait de ma famille.
Dans mon pays avoir un enfant, membre de
la famille en France est une grande fierté et un
grand honneur ; c’est le combat des parents qui
ont un peu de ressources financières car pour
beaucoup de parents, la France reste et demeure
le synonyme de la réussite et le symbole de la
noblesse pour la famille et se disent que c’est en
France que leurs filles peuvent trouver un bon
mari surtout un mari blanc ou leurs enfants
peuvent mieux réussir dans leurs études et avoir
une bonne rémunération en fonction de leurs
efforts.
Mais mon rêve ne va pas attendre mon réveil
pour se transformer en cauchemar. Après
l’atterrissage, personnes n’est là pour moi, per-
sonne n’est venu m’attendre pour me guider.
Oui, je suis vraiment seul dans ce monde in-
connu, seul devant mon destin. La première
épreuve de la vie que je dois affronter seul, c’est
11 La France mon "El dorado"
sortir de cet aéroport sans me perdre et trouver
mon chemin. Mais comment ? Et pour aller
où ? Cette épreuve marquera le commencement
de mes difficultés.
J’avais même oublié que la mère d’une co-
pine m’avait confié deux valises enregistrées en
mon nom dans l’avion à mon départ pour les
remettre à sa sœur à Paris. Comme elle lui avait
fait mon portrait, j’entends donc quelqu’un crier
mon prénom dans cette multitude de visages
que je ne connais pas et celle qui crie mon pré-
nom là, je ne l’ai jamais vue ni connue et c’est à
ce moment que je me suis rendu compte de la
commission que je dois faire à la dame qui crie
mon prénom. Une fois la commission faite, elle
a disparut comme elle est apparue.
Petit à petit l’aéroport commence à se vider ;
je n’ai pas encore trouvé de solution à ma pré-
occupation c’est-à-dire comment sortir de cet
aéroport et où aller pour passer la nuit ?
Parfois le monde du rêve est mieux et nette-
ment mieux que le monde de la réalité, nulle
part dans les rêves que j’avais faite il m’est ap-
paru que je vais devenir clochard en France, et
surtout dès mon arrivé. Mais là je suis dans un
cauchemar, parce que quand dans mes rêves, si
je vois que je galère, je dis automatiquement
sans discernement que c’est un cauchemar que
je viens de faire.
12 La France mon "El dorado"
Comme j’ai le numéro de téléphone de quel-
ques amis qui sont en France, je décide de les
contacter pour voir s’ils peuvent au moins
m’héberger pour quelques jours mais tous me
disent qu’ils sont occupés, soit au boulot, soit
habitant une ville très loin de Paris. Donc en un
mot ils ne peuvent pas venir me chercher, une
manière de me dire qu’ils ne sont pas prêts à me
trouver un coin pour dormir.
A la fin de chaque communication ils m’ont
répétés un refrain connu apparemment par
cœur et par tous qui semble être leurs mots de
bienvenu : « Au moins tu as fait de ton mieux
pour sortir de la galère du bled c’est bien,
bonne chance et sache que dans ce pays chacun
à sa chance ».
Mais qu’est ce qu’ils ont en me chantant ce
chœur là, ils veulent que je fasse quoi avec la
chance ? Ai- je besoin de la chance ou d’un en-
droit pour dormir.
Je suis vraiment abandonné à mon propre
sort, je dois me battre afin de trouver un en-
droit pour pouvoir passer la nuit et chercher
des repères pour vivre dans ce pays surtout
trouver une ville qui peut m’être adéquat car je
suis en instance de devenir immigré clandestin.
13