La Piqueuse.

La Piqueuse.

-

Livres
381 pages

Description

La médecine : quel est ce monde étrange auquel tout un chacun a été ou sera confronté, et qui reste pourtant si inaccessible ? Qui sont ces hommes, ces femmes qui évoluent, impassibles, au chevet de leurs patients ? Un proche qui tombe malade, un organisme qui vous trahit, et c'est le grand saut vers l'inconnu, voire dans l'horreur. Des diplômes, une blouse blanche, un stéthoscope : autant de barrières érigées entre vous et ceux qui détiennent votre devenir. Infirmière de nuit dans un grand hôpital, puis de jour dans une clinique réputée, et enfin libérale, l'auteur vous livre quelques réponses à travers son parcours, sans détours, sans tabous, avec sensibilité et humour , un vécu intense, parfois dur, mais toujours passionnant.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 13 juin 2011
Nombre de lectures 109
EAN13 9782748191325
Langue Français
Signaler un abus
2
Titre
La Piqueuse
3
Titre Christine Cotart
La Piqueuse
Essai
5 Éditions Le Manuscrit
© Éditions Le Manuscrit, 2007 www.manuscrit.com ISBN : 2-7481-9132-3 (livre imprimé) ISBN 13 : 9782748191325 (livre imprimé) ISBN : 2-7481-9133-1 (livre numérique) ISBN 13 : 9782748191332 (livre numérique)
6
.
8
Préambule
PRÉAMBULE
Que se cache-t-il sous la blouse d’une infirmière ? Question génératrice de fantasmes, s’il en est. Que n’a – t- on pas dit, écrit, filmé sur le sujet ! Pourtant, si vous m’accompagnez tout au long de ces pages, vous allez découvrir une toute autre histoire que celle d’infirmières déguisées en ravissantes idiotes, prêtes à faire exploser tous les thermomètres de France et de Navarre. Il est vrai, sous la blouse de l’infirmière, comme sous n’importe quel vêtement féminin, se trouvent, en principe, un soutien- gorge et une petite culotte. Certes. Mais ne vous emballez pas. Cela tend simplement à prouver que l’occupant de cette tenue appartient bien au sexe féminin. Une femme, vous savez ? Cet être humain qui rit, qui pleure, qui rêve, qui aime, qui doute, qui mène sa barque du mieux qu’il
9
La piqueuse
peut. Une femme comme toutes les autres, quoi ! Sauf que dans le cas qui nous intéresse, l’aventure humaine se révèle forte, typée, souvent dure à surmonter, donc enrichissante. Qu’il me soit permis d’ouvrir ici une parenthèse en forme d’excuse : pardon à mes quelques collègues masculins, que j’ai toujours appréciés à leur juste valeur. Mais ils en conviendront sans doute, dans cette profession toujours hautement féminine, leur parcours, leur expérience, diffèrent énormément. Tout d’abord, on pose sur eux un regard spécifique, les patients les appelant souvent ‘’Docteur’’, et les autres soignants eux-mêmes les considérant sous un autre angle. Il n’est pas rare qu’on les traite en prince : l’infirmier libéral avec qui j’ai travaillé durant de nombreuses années m’avoua un jour qu’il ne s’était jamais servi, sucré et touillé un café lui-même, lorsqu’il régnait au milieu de ces dames en milieu hospitalier ! Je trouve que cela parle quelque peu… Par ailleurs, tous ceux que j’ai côtoyés ne sont pas restés simples infirmiers dans un service lambda, se sentant trop tiraillés entre une équipe exclusivement féminine d’une part, et les médecins d’autre part. Ils n’étaient pas forcément très à l’aise au milieu de toutes ces femmes, souhaitant se rapprocher plutôt des médecins, ces derniers les traitant bien plus sur
10