Les milieux rupicoles
Français

Les milieux rupicoles

-

Description

Les milieux rupicoles sont constitués entre autres de parois rocheuses, falaises littorales, éboulis, regs et carrières. En expliquant leur fonctionnement en tant qu’écosystèmes où les conditions de vie sont extrêmes pour la faune et la flore, cet ouvrage présente la richesse de leur biodiversité et expose leur intérêt comme conservatoire d’espèces. Public : étudiants en ingénierie, écologie, géographie, droit ou économie et gestion de l’environnement ; professionnels et collectivités, naturalistes.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 25 mars 2013
Nombre de lectures 19
EAN13 9782759219155
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Table des matières
Les milieux rupicoles — Les enjeux de la conservation des sols rocheux
Remerciements
Introduction
Chapitre 1 - Solutré, un écosystème territorial rupicole
Le patrimoine de ce milieu rupestre
Les enjeux du site
La construction d’un territoire autour de ces enjeux
Chapitre 2 - Comment étudier les milieux rupicoles ?
Pourquoi aborder les milieux rupicoles ?
Le milieu, système de référence
Milieu ou habitat ?
Milieu système
Plusieurs échelles de milieux plus ou moins emboîté es
Géoécologie applicable ou l’ingénierie écologique spatialisée
Une approche systémique et holiste des milieux
L’applicabilité de la géoécologie
Chapitre 3 - Délaissés ou convoités ?
Des milieux menaçants
Des milieux à forts enjeux écologiques
Une haute valeur en biodiversité
Des milieux menacés
Les services rendus par les milieux rupicoles
Services d’abri et services culturels
Des milieux pourvoyeurs de ressources
Chapitre 4 - Les habitats supports : le règne de la mobilité
Les parois et les falaises
Des habitats nuancés : de la paroi lisse aux rugosi tés de la roche
La dynamique particulièrement active des parois en milieu froid
Les falaises littorales et les écroulements majeurs
Les éboulis et les accumulations de débris gravitaires
« Rolling stones »
Un amas de pierres toujours mobile : les dépôts de pente stratifiés et les grèzes
Les sols périglaciaires et les sols des regs désertiques
Les sols périglaciaires
Les sols des regs désertiques
Les habitats rupicoles éphémères
Les versants en roche à nu des bassins torrentiels
Les habitats des dépôts de crue
Les sols libérés par les glaciers
Grottes et cavernes
Les carrières, les haldes, les terrasses
Les carrières
Les haldes
Remblais, rideaux et terrasses
A priori,ils ont tout pour être biorépulsifs !
Le rôle relatif de la pente limite et du milieu bio climatique
Des fabriques de chaud ou de froid
Le règne de l’instabilité
Une lithodépendance contraignante
Chapitre 5 - Les êtres vivants des milieux rupicoles
Aux limites du viable mais toutes les formes de vie
L’abondance des bactéries et des bryophytes
Les bactéries
Algues, lichens et mousses
Pour les plantes vasculaires, vivre à tout prix !
Le nanisme
Se reproduire vite ou de manière végétative
La sécrétion d’essence, de résine ou de latex
Le géotropisme
La faune rupicole
Des bio-indicateurs
Chapitre 6 - Passé, présent… la dynamique fluctuant e des milieux rupicoles
La jeunesse des habitats rocheux
L’histoire géologique, guère plus ancienne que quel ques millions d’années
Le cas de l’épisode messinien sur le pourtour méditerranéen
Le double jeu des changements climatiques des derniers millions d’années
Le rôle de refuge écologique
La création de nombreux habitats rupicoles au cours des dernières périodes froides
La place des milieux rupicoles temporelles de la végétation
dans les dynamiques spatio-
Les milieux rupicoles, stades pionniers des séries végétales
Un rôle d’abri
Un rôle de réservoir biologique pour des formations reliques
Des sources d’innovation biologique en raison du fo rt endémisme
Des banques de taxons marginalisés ou des conservat oires spatio-temporels de biodiversité ?
Chapitre 7 - Gérer les milieux rupicoles
Une gestion patrimoniale des milieux rupicoles
La valeur patrimoniale des milieux rupicoles à trav ers les listes réglementaires
Les cadres réglementaires de la protection territoriale
Le génie écologique appliqué à la gestion conservat oire des milieux rupicoles
Réhabilitation et restauration des carrières et des haldes
La gestion écologique des carrières
Restauration écologique des haldes polluées
Le génie écologique au service du génie civil
La gestion des risques liés aux milieux rupicoles
Entretenir et créer des milieux rupicoles urbains
Protéger la biodiversité des haldes urbaines
Réfection, restauration et entretien des vieux murs
Conclusion - La gestion intégrée des milieux rupicoles
Glossaire
Références bibliographiques
Manuels et documents de référence sur le sujet
Ouvrages et articles cités dans le texte
Planches couleurs
Planche I
Planche II
Planche III
Planche IV
Planche V
Planche VI
Planche VII
Planche VIII
Les milieux rupicoles — enjeux de la conservation sols rocheux
Pierre Pech
© épitions Quæ, 2013
ISSN : 1777-4624 ISBN : 978-2-7592-2093-9
Épitions Quæ RD 10 78026 Versailles Cepex www.quae.com
httP://www.centrenationalpulivre.fr
Les des
Remerciements
Cet ouvrage est le fruit de discussions scientifiqu es et techniques avec de nombreuses personnes.
Au premier chef, je veux témoigner toute ma gratitu de à Damien Marage, enseignant-chercheur à l’École nationale du génie rural et des eaux et forêts de Nancy qui m’a confié, il y a quel ques années, le cours qui porte sur les milieux rupicoles. Nos discussion s nombreuses sur ces milieux, mais aussi sur l’écologie, sur l’ingén ierie écologique et sur les relations entre le monde de la recherche frança ise et celui de ceux qui mettent en œuvre l’aménagement ou la gestion ra isonnée des milieux naturels ont très largement nourri ma réfle xion. Damien compte beaucoup dans le paysage de l’écologie française pa r sa grande culture et sa grande ouverture aux autres disciplin es : c’est un passeur de frontières scientifiques. Je le remercie très ch aleureusement d’avoir pris le temps de ce dialogue fructueux ; grâce à sa précieuse relecture il a contribué à l’amélioration de ce travail, nota mment, en ajoutant d’importants compléments.
Parmi ceux qui ont aussi profondément contribué à m e faire progresser en écologie ou dans la connaissance des dynamiques de ces milieux rupicoles, mais aussi avec qui j’ai pu partager un long parcours de décryptage de ces relations complexes entre les com posantes de ces écosystèmes grâce à des travaux de terrain et des p ublications, je veux remercier Vincent Jomelli, directeur de recherche a u CNRS à l’UMR 8591, et Laurent Simon, professeur à l’université P anthéon-Sorbonne. Ils ont une large part dans le mûrissement de ma dé marche et dans mon intérêt pour ces milieux rupicoles.
Je n’oublie pas mes collègues Douglas Bardsley de l ’université d’Adelaïde en Australie, Bernard Hétu de l’universi té Laval à Rimouski au Québec, Adam Kotarba de l’université Jagelon à C racovie et Francisco Perez de l’université d’Austin au Texas, qui, au niveau international, m’ont ouvert des perspectives origin ales pour étayer la connaissance des sujets que je propose de parcourir dans cet ouvrage.
Comme la démarche s’avère intrinsèquement inséparab le d’une application opérationnelle des savoirs théoriques e t savoir-faire, je veux remercier tous les professionnels qui m’ont fait co nfiance depuis ces dernières années pour mettre en œuvre ce va-et-vien t fructueux entre formation, recherche et application, et sans lequel l’innovation, technique et scientifique, y compris d’un point de vue épistémologique, dans ce domaine est impossible. Tout particulièreme nt, que soit remerciée la chaire BEGI-Eiffage-Paris 1, et notamm ent Valérie David, qui a eu le courage de faire confiance à des universitaires.
Ce projet n’aurait pu aboutir sans l’accompagnement , aux éditions Quae, de Sylvie Blanchard, qui a su prodiguer ses c onseils judicieux tout au long du processus d’édition. Je tiens à la remercier pour sa disponibilité, son écoute et sa patience.
Enfin, il existe un lien indéniable entre ce projet d’ouvrage et les spécialités du master Environnement et développemen t durable de l’université Panthéon-Sorbonne. Ces spécialités m’o nt donné l’occasion de travailler avec de nombreuses promotions d’étudi ants et de thésards qui m’ont eux aussi largement fait avancer dans la production de ces connaissances et de ces pratiques.
Que tous ici soient remerciés.
Pierre Pech