Amour et donation chez Jean-Luc Marion
355 pages
Français

Amour et donation chez Jean-Luc Marion

-

Description

La phénoménologie de Jean-Luc Marion est intuitive et pré-réflexive, elle s'inscrit au coeur de la saturation et effectue un élargissement du champ de la phénoménalité. Elle explicite ici le phénomène érotique décrit par le penseur de la phénoménalité saturée. Cette tonalité affective fondamentale de l'existence est en effet aussi le phénomène-limite qui révèle un excès de sens et d'épreuve, débordant et surabondant toute représentation opérée par une conscience intentionnelle et réflexive. L'amour ne saurait être compris qu'à partir d'une phénoménologie radicale de la donation excessive.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 15 octobre 2017
Nombre de lectures 8
EAN13 9782140048999
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

PascaleTABET
AMOUR ET DONATION CHEZ JEANLUC MARION
Une phénoménologie de l’excès
Préface d’Emmanuel Housset
UVERTUREPHILOSOPHIQUE
Amour et donation chez Jean-Luc Marion
Ouverture philosophique Collection dirigée par, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Tatiana FONSECA OLIVEIRA,Antonio Gramsci et la révolution socialiste, La philosophie de la praxis des manuscrits de prison à la lumière des problèmes de la Troisième Internationale,2017. Jean-Marc ROY,La violence et la règle,Critique de la légalité,2017.Pascal GAUDET,L’institution kantienne de l’humanité, 2017. Gisèle GRAMMARE,La peinture en résonance, 2017.Jacques ARON,Saul Ascher,Un philosophe juif allemand entre Révolution française et Restauration prussienne suivi de Saul Ascher, La Germanomanie (1815) et La Célébration de Luther sur la Wartburg (1818), 2017. Stéphane VINOLO,Connaissance et reconnaissance chez Hobbes et Rousseau. La transparence est l’obstacle, 2017. Lucien R. KARHAUSEN,Dr Georges Canguilhem, Médecin anomal,2017. Jean PIWNICA,Martin Heidegger une affaire franco-française, 2017.
Pascale TABETAMOUR ET DONATIONCHEZJEAN-LUCMARIONUne phénoménologie de l’excès Préface d’Emmanuel HOUSSET
L’Harmattan
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12888-7 EAN : 9782343128887
À mes parents, Elie et Viviane, incarnation de l’amour et du don de soi inconditionnels et incommensurables.
8
PRÉFACE L’ÊTRE DE L’AMOUR
Jean-Luc Marion au fil de son œuvre ne cesse de méditer le lien d’essence entre amour et vérité par une élucidation phénoménologique de la thèse biblique selon laquelle on n’entre dans la vérité que par l’amour. De L’idole et la distance àEtant donné et jusqu’àCertitudes négatives, il n’a cessé de décrire l’être de l’amour, moins comme un phénomène qui se constituerait sur un horizon, que comme une puissance de phénoménalisation. Ainsi « aimer la vérité » peut se comprendre comme une expérience absolue dont l’analyse se situe au point de rencontre de ses travaux sur Descartes et Pascal, qui font époque, et de ses recherches phénoménologiques à travers les œuvres de Husserl, de Heidegger et de Levinas, qui ont suscité parfois de vraies confrontations et de temps en temps de vaines querelles. Bien des contemporains ont voulu voir dans les analyses philosophiques de Jean-Luc Marion sur l’idée de l’infini, sur le Dieu sans l’être, sur l’adonné et l’abandon, l’illustration parfaite du soi-disant « tournant théologique » de la phénoménologie française. Il s’agissait pour eux de réaffirmer, bien naïvement peut-être, l’interdit de Husserl qui affirmait que l’analyse descriptive de Descartes s’arrêtait à la deuxième des Méditations métaphysiqueset que la troisième n’était qu’une rechute dans la théologie. Jean-Luc Marion est alors parfois devenu le nom-titre, voire l’idéal-type, d’une contamination illégitime de la phénoménologie par la théologie, d’une transgression de l’orthodoxie phénoménologique et finalement d’une re-théologisation anachronique et subversive de la philosophie dans une époque qui pensait avoir enfin séparé définitivement raison théologique et raison philosophique. Cette dénonciation plus notoire que profonde d’une contrebande phénoménologique a cherché à se parer de la pureté des exigences méthodologiques souvent pour masquer ses propres présupposés égologiques. Même si on laisse de côté ce qui tient à la contingence de toute querelle et à la difficulté de savoir qui exactement occupe la posture enviée du philosophe critique, il n’en demeure pas moins qu’il n’est pas possible d’écarter avec autant de légèreté, et sans doute d’antichristianisme voire d’anticatholicisme, l’étude philosophique de la caritas, et Jean-Luc Marion, loin de se simplifier la tâche, confronte son
9