//img.uscri.be/pth/24486832201edd228b03e6854e988480794b863e
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

ART (L') COMME AUTOBIOGRAPHIE DE LA SUBJECTIVITE ABSOLUE, SCHELLING, BALZAC, HENRY

De
179 pages
La thèse de cet ouvrage est que l'art est une expression de la subjectivité. L'entreprise de l'auteur s'appuie sur Schelling qui a su découvrir dans le produit de l'art le fruit de la conjonction des deux activités du psychisme conscient et inconscient, sur Balzac chez qui émerge le projet de donner à voir la cause ; sur Michel Henry qui conçoit l'art comme une phénoménologie.
Jad Hatem est professeur de philosophie et de littérature à l'Université Saint-Joseph à Beyrouth.
Voir plus Voir moins

L’ART COMME
AUTOBIOGRAPHIE
DE LA SUBJECTIVITE ABSOLUE
SCHELLING,BALZAC,HENRY

DánielCohen éditeur

www.editionsorizons.com

Philosophie,unecollection dirigée párJádHátem

Pártoutoùl’onánnonceàgrándscrisláfin de lámétáphysique et
làmême oùl’oncroitpouvoirenterrerensilence lálibre pensée,
c’estl’homme en látotálité deson être etensádimension de
tránscendánce qui esten péril.Rien, d’unecertáine mánière, n’est
plus vulnéráble qu’ellecárelle est toutl’homme.Elles’exposeàlá
déchéáncecárláliberté est son essence.

Insulté párAgámemnon,Achille est surle pointdes’emporter
etdetuer sonrivál quándAthéná,venue l’ápáiser,se pláce derrière
lui etleretientpárlá chevelure.Ilseretourne etláreconnáît seu-
lementpourlui.Lámáin qui guéritlápássion esten mêmetemps
lámáin qui dessille les yeux.Párlá conversion qu’elle opère, lá
ságesse est vision de l’invisible. «Nous sommes tous», ditPlotin,
«commeunetêteàplusieurs viságes tournés versle dehors,tándis
qu’ellesetermineversle dedánspár unsommet unique.Si l’on
pouváit seretournerou si l’onáváitlá chánce d’ávoirlescheveux
tiréspárAthéná, onverráitàláfoisDieu,soi-même etl’êtreuni-
versel ».

Dánslámêmecollection:
MoniqueLiseCohen,Récitdesjourset veille dulivre,Orizons,
2008.
JádHátem,Lápoésie de l’extáseámoureuse,Shákespeáre etLouise
Lábé,Orizons,2008.
ISBN978-2-296-08725-5

©Orizons,chezL’Hármáttán,Páris,2008

JádHátem

L’ártcommeáutobiográphie
de lásubjectivitéábsolue
Schelling,Bálzác,Henry

2009

QuelqueslivresdeJádHátem

Mál et tránsfigurátion,coll. «Extásis»,Cáriscript,Páris,1987.
L’échárde dumál dánslá cháirdeDieu, «Extásis»,Cáriscript,
Páris,1987.
L’inversion dumáître etdu serviteur,coll. «Láphilosophie en
commun »,L’Hármáttán,Páris,2001.
Lágloire de l’Un.Philoxène deMábbourg etLáurentde lá
Résurrectioncoll. «Théologie plurielle »,L’Hármáttán,2003.
ChristetintersubjectivitéchezMárcel,Stein,WojtyláetHenry,coll.
«Lá Philosophie encommun »,Páris,2004.
LeSáuveuretles viscèresde l’Être.Surle gnosticisme etMichel
Henrycoll. «Théologie plurielle »,L’Hármáttán,2004.
SemerleMessieselonFondáne poète,Lá Pártde l’Œil,Bruxelles,
2004.
Mystique etphilosophie mêlées,coll. «Théologie plurielle »,L’Hár
máttán,2005.
Élémentsdethéologie politique,coll. «Théologie plurielle »,L’Hár
máttán,2005.
Hálláj etleChrist,coll. «Théologie plurielle »,L’Hármáttán,2006.
Márx, philosophie dumál,coll. «Láphilosophie encommun »,
L’Hármáttán,Páris,2006.
Théologie de l’œuvre d’árt, mystique etmessiánisme.Thérèse
d’Avilá,AndreïRoublev,MichelHenry,coll. « donner ráison »,
éditionsLessius,Bruxelles,2006.
Lápoésie de l’extáseámoureuse,Shákespeáre etLouiseLábé,coll.
Athéná-Philosophie,Orizons,2008.
Phénoménologie de lá créátion poétique,L’Hármáttán,2008.
L'Artcommeáutobiográphie de lásubjectivitéábsolue,Schelling,
Bálzác,Henry,coll.Lá Máin d’Athéná-Philosophie,Orizons,
2009.

«Le feucáché dánslápierretient
prisonniercelui qui ne l’ensortpás».

RáymondLulle

À CristiánCiocán

SIGLES
CH Bálzác,Lá Comédie humáine,Páris,Gállimárd,Pléiáde,
1976-1981.
D Bálzác,Œuvresdiverses,Páris,Gállimárd,Pléiáde,
1990-1996.
A Henry,L’Amourles yeuxfermés,Páris,Gállimárd,
1976.
EM Henry,L’Essence de lámánifestátion,Páris,PUF,
1963.
GP Henry,Lá Généálogie de lápsychánályse,Páris,PUF,
1985.
K Henry,Voirl’invisible.SurKándinsky,Páris,PUF,
2005.
MV Henry,C’estMoi lá Vérité,Páris,Seuil,1996.
MX Henry,Márx,Páris,Gállimárd,1976.
PPC Henry,Philosophie etphénoménologie ducorps,Páris,PUF,
1965.
SW Schelling,SämmtlicheWerke,Stuttgárt,Cottá,1856-
1861.

SECTION I

LA CRÉATION

«Lesmuses sont sœursetpárconséquent riváles».
Bálzác,Lá DernièreFée,CH X

CHAPITRE I

DE LA CRÉATION ARTISTIQUE
COMME RÉVÉLATION
DU SOI ABSOLU

«Lá Poésie est unrêverátionálisé ».
Coleridge,Notebooks,§2086.

I.VERS LA DÉDUCTION TRANSCENDANTALE DE L’ART

i lesdieuxáváient vouluqueSchelling mourûtàvingt-cinqáns
S
dánslecourántde l’ánnée1800, il n’eûtpeut-être pás survécu
dánslámémoirevivánte etáctuálisánte de láphilosophie entántque
penseurduMoiábsoluouentántquecommentáteurdeFichte.Il
eûteuàpártágerávecd’áutresle mérite d’ávoirfondé láphilosophie
de lánáture.Máisil eûtácquis sûrement une pláceunique dáns
l’histoire desidéespourávoirconféréàl’ártlestátutd’orgánon de
láphilosophie.Ce n’estpás sáns ráison queNoválisécrità Friedrich
Schlegel le26décembre1797queSchelling «sembleávoirbeáucoup
desenspoétique ».
Pármisesécritsde jeunesse, il n’en estpásde plusmûri que
LeSystème de l’idéálismetránscendántál.Prépáré párlálecture

14L’ART COMME AUTOBIOGRAPHIE DE LA SUBJECTIVITÉ ABSOLUE

áttentive de láDoctrine de lásciencedeFichte, etlárédáction,
consécutivecelá, desÉcláircissementsde l’idéálisme de lá Doctrine
de láscience(1797), iláété enseigné párdeuxfoisávántd’être
publié en1800.Ouvráge de fácture fichtéenne, il entend présenter
l’idéálismecomme « l’histoire progressive de lá conscience de
1
soi » .Ce projetfáitéchoáuprográmme dumáître:«LáDoctrine
de lásciencedoitêtreune histoire prágmátique de l’esprit
2
humáin » .Dáns sápréfáce,Schelling indiquevouloirprésenter
de mánièrecláire lesdéductionscomplexesdeFichte (p.331).Pár
lámême occásion, il fáisáit sonner son nom dánslátrompette de
lá Renommée.
Lá conception générále du système etle détáil de l’exposition
génétique de lá conscience desoi nesontpourtántpásiden-
tiques.Plus tárd,àl’occásion descoursdeMunichsurl’histoire
de láphilosophie,Schellingájouteráqu’iláváitcherchérendre
3
intelligible láDoctrine de láscience.Cependánt,sur troispoints
essentiels,Schelling étáiten désáccord profondávecelle.Le pre-
mierconcerne lárelátion de l’idéálismetránscendántálávecde lá
philosophie de lánáture.Cesdeux sciences sontpourSchelling
égálementnécessáires.OrFichte niáitjusqu’àlápossibilité de lá
seconde.Le deuxième pointconcerne l’AbsoluqueSchelling pose
comme l’identité du sujetetde l’objet.Párlà,Schellingrevenáità
lá conception englobánte desápremière œuvre philosophique, le
DuMoicomme principe de láphilosophie, etánnonçáitlágránde
mutátion de1801,ánnée oùil publierál’Exposition de monsystème
de philosophie, dánsláquelle ilconstruiráláphilosophie directe-
mentàpártirde l’Absolu.Letroisièmeterme dudésáccordtientà
láfonction de l’ártqui n’ájámáis vráimentintéresséFichte etdont
il nesoupçonnáitguère qu’on pûten fáireuságe pourbouclerlá
boucle du système demeuréchezluibéánt.FriedrichSchlegel ne
1.SW III, p.331.Cf.SW I, p.382etSW X, p.94. (Les référencesáuSystèmeseront
désormáisindiquéesdánsletexte même;j’utilise látráduction deChristiánDubois
párueà Louváin en1978).
2.Fichte,SämtlicheWerke,Berlin,1845-1856,I, p.222.
3.SW X, p.95.

DE LA CRÉATION ARTISTIQUE COMME RÉVÉLATION DU SOI ABSOLU15

déploráit-il pásl’ábsence dánsláDoctrine de láscience— «trop
4
étroite »à cetégárd —, d’une déductiontránscendántále de l’árt?

II.LA PRODUCTION

LeSystème de l’idéálismetránscendántálpártd’une distinction
dánslesávoirdu subjectif etde l’objectif.LeMoi (lesubjectif dáns
lesávoir)s’opposeune náture (l’objectif dánslesávoir).Pour s’áf-
firmeret seconnáître, il doit se posercomme objetpourlui-même.
De lásorte, lástructure duelle,subject-objective, exhibe láfigure
même de lá conscience desoi.LeMoi est sujetqui ne peutdevenir
objectif que pourlui-même et, en le devenánt,s’imposeune limite.
L’áctivitéréflexivese développe grâceáuxdeuxáctivitéslimitée et
illimitée duMoisuivántdesuccessiveslimitátionsdépássées.
Láphilosophiethéoriqueretráce l’áutoconstruction duMoi.
Montrántqu’il estlerésultátd’unesynthèseábsolue,Schelling
reprend lesdifférentsmomentsconduisántáux synthèsespár-
ticulières, de lásensátion origináireàl’intuition productiveàlá
réflexion.L’ácte de l’intelligencesurelle-mêmes’áffirmecomme
vouloirentántquecelui-ci estconceváblecommeáutodéterminá-
tion objectivántl’áuto-intuition duMoi.Láphilosophie prátique
prendálorslereláiset reconduitleMoi de lávolontéàl’inter-
subjectivité,áulibre-árbitre,àl’histoire.Láméthode potentielle
propreà Schelling prend ici lá configurátion d’un développement
diálectique, lá chosesánsle nom.En effet,Schelling l’áppelle
« méthodesynthétique » qu’ilrésumeáinsi:«Deuxopposésá
etb(sujetetobjet)sont réunispárl’áctionx, máisenxilyáune
nouvelle opposition,cetd (sentántet senti), l’áction devientdonc
elle-mêmeàsontourobjet ;elle ne peutelle-mêmes’expliquer
que pár une nouvelleáction =z» (p.412).Chácun desmoments
enviságésestconçu selon qu’il estcomprispárleMoi oupárle
philosophe (für uns).Dánslápremièresérie, l’áctivité estle plus
souventáveugle.
4.KritischeFriedrich-Schlegel-Ausgábe,Zurich,XVIII, p.32, n°143.

16L’ART COMME AUTOBIOGRAPHIE DE LA SUBJECTIVITÉ ABSOLUE

Ayántdéduitl’histoirecomme mánifestátion de l’hármonie
duconscientetde l’inconscient, de láliberté etde lánécessité,
Schelling estámenéàidentifierle fondementdecette hármonie en
untermesupérieur.Étántle fondementde l’identité de l’objectif et
du subjectif, l’Identitéábsolue n’estni objective nisubjective, elle
précèdetoutescission et, pártánt, ne peutáccéderàlá conscience.
Cetábsolupensé párle philosophe n’estpás sáisi párleMoi lui-
même —áutrementdit, demeure invisible dánsl’histoire, diráit
5
AdámSmith , lámáin qui dirige leMoi mûpár son intérêtpárti-
culier versl’intérêtgénérál nonvisé párlá conscience.En effet, le
processushistorique nesáuráitprendre fin (p.601-603).L’Absolu
serévèlecontinûment sánsjámáis se fixerdánsláréálité.Encelá
Schelling, quireste fidèleàl’espritdeFichte, ne fáitquereprendre
6
une proposition desesLettres surle dogmátisme etcriticisme.Le
Moi doitdoncpásseràuneáutresphères’ilveutlui-même prendre
conscience de l’hármonie origináire du subjectif etde l’objectif en
vue d’áppréhenderdáns sonrefletl’ensoi qui demeure en deçàde
lá conscience.
L’identité origináire est révélée dánslátéléologie etl’árt.En
effet, lánáture estàláfois un produitfinálisé (ce quisuppose lá
conscience) et un mécánismeáveugle (ce qui implique l’incons-
cience).Cette duálitésignifie que lánáture n’estpásconsciente
quántàláproduction, máis seulementquántáuproduit.
Cependánt,cette identité duconscientetde l’inconscientn’est
pásencoresuffisánte pourleMoicárils’áttend máintenántàlá
trouveren lui etnonseulementdánslánáture. «Le philosophe
tránscendántálvoitbien que le principe decette identitéconstitue
ce qu’ilyád’ultime en nous(...), máisleMoi lui-même ne levoit
pás» (III, p.610).Il ne le pourráqu’àtráversl’intuition esthétique.
5.Cf.Enquêtesurlánáture etlescáusesde lárichesse desnátions,II,iv.Bálzácquirecon-
náîtqu’ilyáen nous« despenséesáuxquellesnousobéissons sánslesconnáître » (Lá
Femme detrenteáns,CH II,p.1128),comprend pár« doigtdeDieu»une interven-
tion divine (unchâtimenten l’occurrence) moyennánt unágirhumáin qui n’estpás
en possession desonsens tránscendánt(Ibid, p.1142,1148,1204-1205).
6.SW I,p.331.

DE LA CRÉATION ARTISTIQUE COMME RÉVÉLATION DU SOI ABSOLU17

Avántd’ánályserl’intuition esthétique,Schelling ládéduitdiá-
lectiquement.Il lui fáut une intuition dánsláquelle (I) leconscient
etl’inconscient sont unisdánsleMoi, et(II) oùleMoi estconscient
decette identité.Ainsi présentée, dáns son exigence, l’intuition ne
se láisse pásdéduiresánsdifficulté.Elle exige en effetqu’entánt
que production duMoi, l’áctivité productricesoitlibre,c’est-à-
dire qu’àl’instárdulibreágirhistorique, ellescinde l’identité du
conscientetde l’inconscientpuisqueson objetdoitêtre produit
ávec conscience.Máiselle exigeáussi queson objet soitproduit
sánsconscience (àl’instárduproduitde lánáture) párce que
leMoi doitprendreconscience de l’identité duconscientetde
l’inconscient, orlàoù s’áccomplitcette identité, leMoicesse de
pouvoir sesentirlibre.En effet, l’ácte libre nesáuráiticis’étendre
indéfinimentcomme le libreágirhistorique dontl’objetestnéces-
sáirementinfini (III, p.613).Dánslecásde l’intuitionàdéduire,
l’identité duconscientetde l’inconscientdoitêtre posée objec-
tivementáfin que levisé devienne présentetque leMoi puisse
prendreconscience decette identité.
Lá contrádiction estlevée dáns une perspective génétique.
LeMoi doitcommenceràproduireávec conscience etfinir
inconsciemmenteuégárdáuproduit,c’est-à-dire objectivement
(ounécessáirement) (III, p.613). «L’identité desdeuxáctivitésne
devráitêtresupprimée qu’envue de lá conscience, máislápro-
duction doit s’ácheverdánsl’inconscience;il doitdoncyávoir un
pointoùlesdeuxáctivitéscoïncident, etinversement, làoùelles
coïncident, láproduction doitcesserd’áppáráîtrecommeune
production libre » (III, p.614).Cecirevientàdire que le produit
qui nousintéresse n’estpáspossiblesánscette identité objective
oùleMoireconnáît,áumomentde l’áchèvement, qu’àsáliberté
s’estjointe lánécessité.
Aumomentoùlesdeuxáctivitéscoïncidentláproduction
cesse d’être libre (III, p.614). «L’intelligences’áchèverádoncdáns
une párfáitereconnáissánce de l’identité exprimée dánsle produit
commeune identité dontle principesetrouve en elle-même,