//img.uscri.be/pth/a4046c464fcac2d305cf8f8ba876ed3e83834c85

Couronne offerte (La)

-

Livres
276 pages

Description

Saint-Simon, penseur fécond et original, avait prophétisé l'avènement d'une nouvelle société. Devait se substituer à l'ordre ancien le règne des savants, des artistes et des industriels, pour la paix et une prospérité sans précédent. Grâce à la coopération de toutes les classes sociales, « la classe la plus pauvre et la plus nombreuse » sortirait de sa condition. Ses disciples créeront la religion saint-simonienne, dont le versant rationnel et technique sera mis en place sous le Second Empire. Robert B. Carlisle nous raconte la genèse de cette aventure qui influencera notre politique industrielle.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 décembre 2017
Nombre de lectures 62
EAN13 9782140053900
Langue Français
Signaler un abus
Claude-Henri de Saint-Simon, penseur fécond et original, avait prophétisé l’avènement d’une nouvelle société, différente de celles qu’on avait connues dans le passé. Ainsi devait se substituer aux derniers soubresauts de l’ordre ancien – que la Révolution française de 1789 avait achevé de détruire – le règne des savants, des artistes et des industriels, dont l’énergie et la créativité, convenablement encadrées, instaureraient une période de paix et de prospérité sans précédent. Grâce à la coopération de toutes les classes sociales, classe la plus pauvre et la plus sortirait de sa condition. Ses disciples, dont Prosper Enfantin, créeront la religion saint-simonienne, dont le versant rationnel et technique sera mis en place sous le Second Empire, à travers des réalisations considérables. Robert B. Carlisle nous raconte la genèse de cette aventure fascinante, méconnue, qui influencera la politique industrielle de notre pays. saint-simoniens, affirme-t-il, ont creusé la fondation intellectuelle de la France moderne (...) [Ils] n’étaient pas totalement des hommes ou des femmes raisonnables. S’ils l’avaient été, personne ne leur aurait prêté la moindre attention. »
Isaac et Emile Pereire à l'inauguration d'un chemin de fer(photographie anonyme, Paris, Bibliothèque nationale de France).
ISBN : 978-2-343-08370-4 28 €
arlisle
Robert B.Carlisle
LA COURONNE OFFERTE
Le saintsimonisme et la doctrine de l’espérance
Traduit฀de฀l’anglais฀par฀René฀Boissel
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
La couronne offerte Le saint-simonisme et la doctrine de l’espérance
Ouverture philosophique Collection dirigée par, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques. Dernières parutions Jean-Pierre Emmanuel JOUARD,Passion de la pensée,Lecture de Heidegger,2017. Amélie BALAZUT,Heidegger et l’essence de la poésie, 2017. Jean-Alexis AGUMA ASIMA,Le mécanisme. Langage, théorie, philosophie. Étude critique, 2017. Michèle AUMONT,La trilogie des plus larges horizons qui soient et qui puissent être,Comment ? Pourquoi ? Et vers quoi ?, 2017.Auguste NSONSISSA,La dynamique de la nature, Étude sur le thème du vide dans l’histoire de la philosophie des sciences, 2017. Paul DUBOUCHET, Paganisme, christianisme et catholicismechez René Girard,2017. Paul DUBOUCHET,René Girard, « », Au fil de sescowboy texan exploits, 2017. Fallander KALTCHAREL, Le dualisme antiréaliste et semi-empirique de Bernard Vidal,2017. Jean-Louis BISCHOFF,Penser la notion de rencontre, 2017. HyeJeong SEO, Paul Ricœur,Image de Dieu: Rédemption et Eschatologie, Tome 2, 2017. HyeJeong SEO, Paul Ricœur,Image de Dieu: Origine et déchéance, Tome 1, 2017. Dimitra PANOPOULOS,L’hypothèse platonicienne, 2017. Hans COVA,Pour une approche stratégique des espaces politiques, Essai de philosophie politique, 2017. Tristan VELARDO,Georges Palante, La révolte pessimiste, 2017. Robert TIRVAUDEY,Apprendre à penser avec Marc Aurèle,2017.
Robert B. Carlisle La couronne offerte Le saint-simonisme et la doctrine de l’espérance Traduit de l’anglais par René Boissel
Photographie de couverture: de droite à gauche, Isaac et Emile Pereire à l’inauguration d’un chemin de fer sous le Second Empire. (BnF) The Proffered Crown: Saint-Simonianism and the Doctrine of Hope© 1987 The Johns Hopkins University Press All rights reserved. Published by arrangement with Johns Hopkins University Press, Baltimore, Maryland © L’Harmattan, 2017, pour la traduction française 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-08370-4 EAN : 9782343083704
Bateaux à vapeur, viaducs et chemins de fer
Mouvements et moyens, sur terre et sur mer en guerre Avec l’antique sensibilité poétique et pour cela Vous ne serez pas, même par les poètes, mal jugé ! Pas davantage votre présence ne gâchera cependant La beauté de la nature, prouvez une mesure Pour que l’esprit acquière ce sens prophétique Des changements futurs, ce point de vision, d’où Peut-être l’on découvrira ce que dans l’âme vous êtes. Malgré tout ce que cette beauté peut désavouer Dans vos traits durs, la Nature étreint Sa progéniture légitime dans l’art de l’Homme ; et le Temps,
Satisfait de vos triomphes sur son frère l’Espace, Accepte de vos mains audacieuses la couronne offerte De l’espoir, et vous sourit avec une joie sublime.
Wordsworth, 1833
[l’Humanité] réserve aux élèves de Saint-Simon, s’ils lui donnent l’espoir, une couronne plus belle que celle des premiers chrétiens.
Saint Amand Bazard
Remerciements Le présent ouvrage est, au moins en partie, le produit de ma grande irritation ressentie à la suite des divergences que j’ai relevées dans les récits qui traitent du saint-simonisme concernant ce que je sais être la vérité. Je dois remercier Edward Whitby Fox de l’Université Cornell pour avoir, il y a longtemps, attiré mon attention sur les saint-simoniens. Au cours des années écoulées, les investigations saint-simoniennes se sont accumulées. En France, René Raymond et Louis Girard ont ouvert de nombreuses portes et le professeur Girard a été, durant cette période, d’une écoute courtoise et m’a encouragé pour l’aboutissement de ce projet. Les présidents de l’Université Saint Lawrence, Foster Brown et Frank P. Piskor, Deans D. Kenneth Baker, George Gibson, Andrew Rembert et le bibliothécaire Mahlon Peterson ont tous consacré leur énergie et leurs ressources pour encourager la recherche dans un environnement universitaire restreint. Je leur suis redevable. J’ai entrepris mes premières recherches saint-simoniennes au cours d’un échange universitaire Cornell-Glasgow et elles se sont poursuivies avec Fulbright, la Fondation Lilly et les dotations boursières de l’Université Saint Lawrence - Fondation Ford. Le professeur Friedrich von Hayek accepta, avec gentillesse, le patronage dans l’octroi de subventions par la Fondation Lilly en 1968-1969. Tous ceux autour de moi ont probablement trouvé mes obsessions saint-simoniennes exagérées, mais je dois beaucoup à l’encouragement persistant de mes anciens étudiants et désormais amis, le professeur Peter Rutkoff de Kenyon College et David Emblidge. Durant ces années, j’ai apprécié jouter avec Barrie M. Ratcliffe de l’Université Laval. Nous sommes constamment en désaccord, mais il me fait toujours réfléchir. Je dois à mon collègue de Saint Lawrence, George McFarland, le poème de Wordsworth duquel j’ai tiré le titre du livre. Barbara et Bob Wheaton, Joan et Dick Kepes m’ont offert, tout au long de mon entreprise, nourriture, abri et leur amitié. Quelques bibliothèques sont devenues des secondes demeures au cours de cette étude. Un grand merci à cette atmosphère unique, celle de la Bibliothèque de l’Arsenal à Paris, dotée d’une collection de plus de quarante mille manuscrits saint-simoniens. Je dois une particulière reconnaissance à mesda-mes et messieurs les magasiniers, qui se sont, à ma demande, beaucoup déplacés. La Bibliothèque nationale a mis de l’eau dans son vin au fil des ans, ou peut-être moi, et ses sources, quand elles étaient disponibles, sont inégalées. La Bibliothèque Goldsmith de l’Université de Londres à Senate House détient quelques rares pamphlets saint-simoniens dans lesquels j’ai pris l’habitude de puiser. Les bibliothèques de Harvard College ont été d’une aide durable et nécessaire aux Etats-Unis. La Bibliothèque Thiers, rattachée à l’Institut de France, m’a ouvert ses portes, dans des circonstances spéciales et je suis reconnaissant.
9