Des discours contemporains à la lumière de Lacan

Des discours contemporains à la lumière de Lacan

-

Français
140 pages

Description

Notre époque est obscure, désorientée, violente. Notre vie sociale est de plus en plus réglée, ou déréglée, par Internet et les réseaux sociaux. Nous sommes dans un état de crise permanente. Et pourtant, rien ne change. La confusion est grande. Il y a cinquante ans, Jacques Lacan élaborait sa théorie dite des quatre discours, pour explorer ce qui, dans le langage, crée, maintient ou transforme le lien social. Peut-elle nous éclairer sur l'histoire des sociétés et de l'humanité et sur les confusions de notre temps ? Nous en faisons le pari.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 26 août 2019
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140128646
Langue Français
Poids de l'ouvrage 3 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Eidos
Gabriel Baudrand
Des discours contemporains à la lumière de Lacan
Philosophie
Série Collection
Des discours contemporains à la lumière de Lacan
ème Ce livre est le 137 livre de la
dirigée par François Soulages & Michel Costantini Comité scientifique international de lecture Argentine(Silvia Solas, Univ. deLaPlata),Brésil(Biagio D’Angelo, Univ. de Brasilia),Chili(Rodrigo Zuniga, Univ. du Chile,Santiago),Coréedu Sud(Hyeonsuk Kim, Chung-ang University, Séoul),Espagne(Pedro San Gnés, Univ. Granada), France(François Soulages, Univ. Paris 8),Grèce(Panayotis Papadimitropoulos, Univ. d’Ioanina), Japon(Kenji Kitamaya, Univ. Seijo,Tokyo),Hongrie(Anikó Ádam, Univ. Pázmány Péter, Egyetem),Malte(Thierry Tremblay, Univ. de La Valette) rie PHILOSOPHIE 11 Michel Gironde (dir.),Les mémoires de la violence 12 Michel Gironde(dir.),Méditerranée & exil. Aujourd’hui49 Dominique Chateau,Théorie de la fiction. Mondes possibles et logique narrative60 François Soulages&Aniko Adam (dir.),Les frontièresdes rêves62Michel Godefroy,Chirurgie esthétique&frontières de l’identité 63Thierry Tremblay,Frontières du sujet.Une esthétique dudéclin 64 Stéphane Kalla Karim,Les frontières du corps & de l’espace. Newton 66Vladimir Mitz,La transgression des frontières du corps. La chirurgie esthétique 67 Bernard Salignon,Frontières duréel où l’espace espace68 DominiqueChateau,L’art dufragment. Frontières apparentes & frontières souterraines69 Pierre Kœst,Aux frontières de l’Humain. Essai sur le transhumanisme 71 Gabriel Baudrand,Mathématiques & frontières 73Philippe Boisnard,Frontières du visage (analogique-numérique) 74 Aniko Adam, Aniko Radvanszky & FrançoisSoulages (dir.),L’homme qui rêve 77 Alain Milon & Shu-LingTsai,Figures de l’homme. Au croisementdes différences81 François Soulages (dir.),Lesfrontières des langues 101 FrançoisSoulages (dir.),La crise du visage 129 LeonFahri Neto,Masse & multitude. A partir de Freud, Canetti & Spinoza 131 I-ning Yang,Blanchot-Lao Tseu: l’acte de nomination 132 FrançoisSoulages & LeonFahri Neto (codir.),Masse & sujets.Philosophie & art 137 Gabriel Baudrand,Des discours contemporains à la lumièrede Lacan, rie LITTÉRATURE 46 Michel Costantini (dir.),Sémiotique desfrontières, art & littérature 70 Aniko Adam,Du vague des frontières. Espaces, littératures&langues76 François Soulages (dir.),Malraux,le passeur de frontières93 François Soulages (dir.),Le flou & la littérature96 Richard Spiteri,Benjamin Péret. Travail en chantier 109 Edmond Nogacki,Plasticité dela poésie de René Char 117Vincent Metzger,Henri Michaux. Fiction & diction119 Biagio D’Angelo,Espace.Topographies imaginaires.Écrits parisiens 2017-8,1120B D’Angelo &FSoulages (codir.),Temps. Photographie & littérature.Écrits parisiens 2017-8, 2121 Biagio D’Angelo,Espace-Temps.Proust & les créationscontemporaines.Écrits parisiens 2017-8, 3 Les autrestitres de la CollectionEidossont donnés à la finde ce livre
Gabriel Baudrand Desdiscours contemporainsàla lumièrede Lacan
Du même auteur Mathématiques & frontières, Paris, L’Harmattan, coll.Eidos, série RETINA, 2015. « Mathématiques & extériorité »,inF. Soulages & G. Picarel,Art & extériorité, Paris, L’Harmattan, coll.Eidos, sérieRETINA, 2017. Préface àTemps, photographie & littérature, dir. B. D’Angelo & F. Soulages, Paris, L’Harmattan, coll.Eidos, sérieRETINA, 2018.© L’Harmattan, 2019 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-18130-1 EAN : 9782343181301
Introduction À la fin des années 60, juste après mai 68, Lacan élabore sa 1 théorie desquatre discours .Quelques années plus tard, alors que je suis professeur de mathématiques en lycée, un collègue professeur de philosophie m’explique, sur un coin de table et en quelques minutes, la théorie des quatre discours de Lacan. Encore quelques années plus tard, alors que je suis maintenant à la retraite, sinonen retrait, je retourne vers ces quatre discours. Entre ces trois moments, la société a changé, lebain socialdans lequel nous sommes immergés, a changé, insensiblement, mais radicalement. Et pourtant, rien ne change. Les hommes sont toujours mus par les mêmes besoins, les mêmes demandes, les mêmes désirs. Comment s’y retrouver, dans ce bouleversement immobile ? Quels sont les points fixes, quelles sont les mutations ? Tout revient-il à la même place, après quelques péripéties ? Ou bien avons-nous au contraire affaire sans cesse à du nouveau toujours nouveau ? Notre époque est confuse, désorientée. Notre vie – sociale – est de plus en plus réglée, ou déréglée, par Internet, et lesréseaux sociaux. Nous sommes submergés en permanence par des informations de toutes sortes, souhaitées ou non souhaitées, vraies ou fausses, cruciales ou purement anecdotiques, données sans hiérarchie, sans précaution. Les dangers eux-mêmes progressent, et les angoisses, et les remèdes proposés se multiplient, contradictoires entre eux, et
1 . Les quatre discours en question sont : les discours du maître ; de la science ; de l’analyste ; de l’hystérique ; auxquels il faut ajouter le discours capitaliste.
5
bien souvent sans aucune cohérence interne. C’est le lien social lui-même qui est de plus en plus malmené, remis en cause, bouleversé. En 1969-1970, Lacan expose dans son séminaireL’envers de la psychanalyse sa théorie des quatre discours. Ce qu’il entend par discours, c’est précisément, ce qui dans l’ordre du langage, crée (ou maintient, ou transforme) le lien social. En introduisant cette théorie, 2 une des visées de Lacan, selon Jean-Claude Milner , est de dépasser l’historicisme : quoiqu’il y ait nécessairement une dialectique dans la présentation et l’explicitation des quatre discours, la théorie elle-même se veut mathématique, ou du moins mathématisée, avec ce que cela comporte de détaché des contingences historiques. Force est de constater quecela marche, non seulement à rebours pour repérer l’émergence et l’articulation des discours qui ont façonné l’histoire, mais aussi dans le sens de cette histoire, jusqu’à cette actualité qui nous submerge. Ce double caractère, de nouveauté absolue, et d’immobilisme pesant, qui nous saisit si nous prenons un peu de recul par rapport à ladoxa ambiante, se trouve ainsi expliqué. Tout est affaire de structure, sinon de logique, et non de dialectique. Quelle a été ma motivation pour écrire ce livre ? Je ne suis ni analyste, ni analysant, ni analysé. Je suis professeur de mathématiques à la retraite. Mais c’est justement à ce titre que j’ai écrit ce petit livre. Professeur de mathématiques, c’est ma carte de visite, et je n’en ai pas d’autres. C’est monsignifiant-maitre… (On verra dans cet ouvrage ce que cela signifie !) Il y a quelques années, François Soulages m’a poussé à écrire un livre sur le thème des frontières dans le domaine des 3 mathématiques . Depuis, nous sommes devenus amis, et c’est lui qui m’a encouragé à me lancer dans l’aventure d’écrire, à partir d’un texte d’actualité, sur les quatre discours de Lacan, donc sur la psychanalyse. Le projet, au cours de son élaboration, s’est renversé, et, plutôt que d’écrire un livresurla psychanalyse, il s’agit plutôt d’utiliser la psychanalyse – et plus précisément la théorie lacanienne des quatre discours – pour décrypter, tenter d’y voir plus clair, dans l’énorme bavardage ambiant. La psychanalyse concerne tout le monde. Elle parle à tout le monde. À moi aussi, et je voudrais transmettre cette parole. Plus
2 . J-C. Milner,L’Œuvre claire, Paris, Seuil, 1995. 3 . G. Baudrand,Mathématiques & frontières, Paris, L’Harmattan, coll.Eidos, 2015.
6
exactement, ce que j’ai entendu de cette parole. Pas ce que j’ai compris. Ce que j’ai entendu. Pourquoi ? Parce que je suis (j’ai été) professeur, justement. L’enseignement, ça a à voir avec la psychanalyse. Ne serait-ce que parce que la psychanalyse, ça s’enseigne. On parle bien de l’enseignementde Lacan. Jacques-Alain Miller a édité sous forme de 4 petit livre un texte de Lacan intituléMon enseignement . À lire ses séminaires, on sent presque constamment la passion d’enseigner, de transmettre, d’ouvrir des portes, des perspectives, et dévoiler de l’impossibleà ses auditeurs. Pas la passion de faire comprendre, non, on lui a suffisamment reproché ses obscurités, ses complications. Mais 5 quand on comprend, quand on croit avoir compris, c’est raté . La recherche, la quête s’interrompent, on a com-pris, pris avec soi, on emmène ça chez soi, ça va rejoindre je ne sais quel tableau de chasse, rejoindre je ne sais quelle étagère remplie de livres poussiéreux. C’est quand on ne comprend pas que le jeu s’ouvre, que peut commencer l’échange, l’enrichissement. L’enseignement a aussi à voir avec l’amour, le don, le désintéressement. Sur l’amour, Lacan a dit :Aimer c’est offrir quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas.Comme souvent chez lui, la phrase est négative, et là elle l’est deux fois. Mais regardez bien : elle est merveilleuse, elle est ouverture, elle est énigme, elle est vérité. Est-ce que vous pensiez que l’amour, c’est offrir quelque chose qu’on a à quelqu’un qui en veut ? Non, ça, c’est juste un cadeau de Noël ; une transaction ; une opération commerciale ; un arrangement. Je te donne ce que tu veux, et en échange tu me donnes l’extinction de ton vouloir. On est quitte, l’histoire s’arrête là. (Il est possible aussi que la transaction continue, que le don soit suivi d’un contre-don, pour que, justement, l’histoire ne s’arrête pas là, comme nous l’enseigne Marcel Mauss.) Pour paraphraser Lacan, et parce que l’enseignement est proche de l’amour, je dirais :L’enseignement, c’est expliquer quelque chose qu’on n’a pas compris à quelqu’un que ça n’intéresse pas.Si j’avais « compris » les mathématiques, j’aurais fait… des mathématiques, j’aurais été un (petit) artisan de l’immense édifice du savoir mathématique (voirle discours de la science). J’aurais participé, de près ou de loin, à l’élaboration du nouveau monde dutout-savoirle même (voir discours). Mais je n’ai pas compris les mathématiques, les 4 . Lacan,Mon enseignement, Paris, Seuil, 2005. 5 . Lacan : « Si vous croyez avoir compris, vous avez sûrement tort. » ;Séminaire I : Les écrits techniques deFreud ; séance du7-4-1954 ; Paris, Seuil, 1975.
7
mathématiques m’ont débordé, et ce débordement j’ai voulu ledireà ceux qui ne l’entendaient pas. Méfiez-vous de ceux qui sont intéressés, le double sens du mot ne peut jamais être complètement oublié. Peut-on vraiment mêler intérêt et enseignement ? Est-ce encore de l’enseignement, que de rentrer dans une transaction plus ou moins explicite, un arrangement du genre :Je m’intéresse à ce que tu enseignes, et en échange tu me donnes mon examen, mon diplôme, mon passage? Bien sûr c’est ça le métier de l’enseignement, de tout temps, et de plus en plus. C’est la partie visible. Mais il y a aussi l’invisible, un don invisible doublé d’une récompense invisible. Ceci n’est donc pas un livre de psychanalyse, ni même un livre sur la psychanalyse. Son propos est de transmettre, de transcrire quelques petites choses, quelques bribes de ce que j’ai compris, découvert, déchiffré du monde actuel à partir de la théorie de quatre discours de Lacan. Cette théorie est pleinement développée dans le tome 17 de son séminaire, intituléL’envers de la psychanalyse. Et l’enversde la psychanalyse, ce n’est pas sonendroit… Il s’agit de voir ce que pourrait dire la psychanalyse sur ce qui n’est pas elle-même, sur ce qui n’est pas sa théorie, ni sa pratique, mais sur ce qu’elle permet de comprendre, d’appréhender, de découvrir du monde. Entendons : la mondanité, la société, le lien social, voilà. Le discours (selon Lacan), c’est ce qui fait, dans le langage, que le lien social, ça fonctionne. Et ça, ce n’est pas exactement l’affaire de la psychanalyse. C’est son envers. À mon sens, les quatre discours constituent le centre de l’enseignement de Lacan, sa partie la plus forte. Le séminaire 17 a eu lieu en 1970 (les séminaires s’étendent de 1954 à 1980). Il est préparé par le séminaire 16 (D’un Autre à L’autre). Il entraine à sa suite les admirables séminaires 18 (D’un discours qui ne serait pas du semblant), 19 (…ou pire) et 20 (Encore). Les séminaires suivants, dont un seul à ce jour est publié, sont, disons-le, plus obscurs, plus spéculatifs. Je me souviens de ce collègue, professeur de philosophie, qui pour la première fois m’avait fait rencontrer la théorie des quatre discours. Quand j’y pense, quand j’ai envie de parler des quatre discours à quelqu’un, ce sont ces explications qui me reviennent à l’esprit ; plus exactement, c’est ce moment de transmission qui passe dans ma mémoire. Les explications que j’ai reçues alors, elles ont changé, ma mémoire les a transformées, comme les souvenirs du temps passé, comme les traces d’un rêve qui revient dans la journée, comme nous changeons, chaque jour. J’aimerais que la transmission
8
continue, aussi, par mon intermédiaire, par l’intermédiaire de mon signifiant-maitre. De Lacan on parle beaucoup, et on ne dit pas grand-chose. Il y a quelque chose d’un peu démesuré. On ne sait pas trop quoi en faire. Il est l’objet d’une foule de critiques, mais ce n’est pas le plus intéressant, ni le plus important. Lacan n’est pas un philosophe, ni un penseur, ni un linguiste. Il n’est pas un universitaire. Il est, bien sûr, 6 psychanalyste. Ce qui le rapproche de la figure duSaint, et aussi du 7 maitre Zen . Mais il est dommage que sa théorie des quatre discours ne soit pas plus connue, plus « utilisée ». On trouve sur la Toile de très nombreux exposés de cette théorie, dont je me suis largement inspiré (j’ai donné autant que possible les références à cet hypertexte que permet de développer la toile en question). Mais bien souvent il s’agit de paraphrases, ou alors de spéculations difficiles. Peut-être est-ce une déformation professionnelle, mais je crois en la vertu de l’exemple, de l’illustration, et, pourquoi pas, de l’exercice. Aussi me suis-je efforcé de donner des exemples concrets de discours, malgré les difficultés inhérentes à cette entreprise : il s’agit de cerner une manifestation langagière de ce discours (par exemple le discours de la science), et cette manifestation sera rarement « pure ». On trouvera donc dans ce qui suit la présentation, la plus claire possible, des quatre discours, mais sans simplification abusive, j’espère. On peut gloser à l’infini sur les concepts lacaniens tels que « objet petit a », « signifiant-maitre », d’autant plus que leur contenu évolue au fur et à mesure de leur enseignement, et aussi de leurs places relatives dans cet enseignement. J’ai choisi d’en appeler à l’intuition du lecteur, qui se fera j’espère une idée de plus en plus précise – son idée – de ce dont il est question. Suit un chapitre « études de cas », des cas récents et significatifs. Je propose ensuite un chapitre d’« exercices », qu’il ne faut pas trop prendre au sérieux… Pour les chapitres suivants, je pars dubest-sellerde Yuval Noah Harari, 8 Sapiens, une brève histoire de l’humanité, dans lequel j’ai cru déceler une illustration presque parfaite du discours de la science. Il ne s’agit pas d’une critique détaillée du livre, et il n’est pas besoin de s’y reporter, ou de l’avoir lu. Quelques passages hautement significatifs quant à 6 . Voir le chapitre I, le discours de l’analyste. 7 . « Ce qu’il y a de mieux dans le bouddhisme, c’est le zen, et le zen ça consiste à ça, à te répondre par un aboiement, mon petit ami. » Lacan,Séminaire XX,Encore; séance du 8-5-1973 ; Paris, Seuil, 1975. 8 . Paris, Albin Michel, 2015.
9