Heidegger, Aristote, Luther

-

Français
266 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ce livre propose de lire Être et temps (élaboré entre 1922 et 1926) à la lumière de deux sources fondamentales pour Heidegger, à savoir Aristote et Luther. Cette analyse entend ouvrir la possibilité d'interpréter le premier Heidegger dans le sens d'une phénoménologie radicale du vivant humain sous l'horizon d'une interprétation de l'être comme temps.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782130638254
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0180€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Christian Sommer
Heidegger, Aristote, Luther
Les sources aristotéliciennes et néotestamentaires d'Être et Temps
2005
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130638254 ISBN papier : 9782130549789 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
Ce livre propose de lire Être et temps (élaboré entre 1922 et 1926) à la lumière de deux sources fondamentales pour Heidegger, à savoir Aristote et Luther. Cette analyse entend ouvrir la possibilité d'interpréter le premier Heidegger dans le sens d'une phénoménologie radicale du vivant humain sous l'horizon d'une interprétation de l'être comme temps.
Table des matières
Remerciements Note bibliographique Introduction. Ur-Heidegger : Aristote avec Luther La révolution néo-testamentaire Lire, traduire, détruire Aristote Le rôle crucial de Luther Les deux sources du premier Heidegger Chapitre I. L’œuvre étrangère de Dieu 1 - Théologie de la croix, théologie de la gloire 2 - Œuvre étrangère, œuvre propre 3 - L’être nouveau Chapitre II. La destruction d’Aristote 4 - La thèse de Heidegger : être(ousia)= présence permanente 5 - Généalogie de la doctrine aristotélicienne du mouvement 6 - Le désir de durer Chapitre III. La nihilité du vivant humain 7 - La passion de l’angoisse 8 - Devenir mortel 9 - L’appel à être Chapitre IV. La vérité pratique de l’excellence 10 - La vertu de la résolution 11 - Vita futura, vita philosophica Bibliographie Index nominum
Remerciements
e présent ouvrage est la version abrégée et remaniée d’une thèse de doctorat Lsoutenue en 2004 à l’Université de Paris I - Panthéon-Sorbonne devant un jury composé de Rémi Brague, Jean-François Courtine et Jean Greisch. Que chacun d’entre eux soit très sincèrement remercié pour les suggestions, les critiques et les conseils qu’il m’a adressés. Je remercie particulièrement ma directrice de thèse, Françoise Bonardel, pour la confiance et la liberté qu’elle a toujours su m’accorder dans ma recherche. Ma gratitude va aussi à Jean-Luc Marion, qui a généreusement accueilli ce travail dans sa collection. Sophie-Jan Arrien m’a fait l’amitié de relire la version ultime de cet ouvrage : qu’elle soit assurée de ma profonde reconnaissance. Je ne peux nommer toutes les personnes qui, directement o u indirectement, sont intervenues dans ce travail : elles se reconnaîtront. J’exprime ma gratitude la plus vive à mes parents, ainsi qu’à Stéphane Arguillère, Valérie Bussmann, Grégory Chatonsky, Marianne Dautrey, Jean Demerliac, Carl-Christian von Morgen, Vincent Stanek et Céline Surprenant, qui, par leur amitié et leur présence, ont favorisé l’élaboration de ce livre.Last but not least, je remercie de tout mon cœur l’incomparable Andréa Lauterwein, sans qui rien n’aurait été possible.
Note bibliographique
ous citons et traduisons Heidegger d’après laGesamtausgabe[GA], Klostermann, NFrankfurt/M., 1975-. Premiers cours de Fribourg (1919-1923) :GA 56/57:Zur Bestimmung der Philosophie; 1 .Die Idee der Philosophie und das Weltanschauungsproblem (KSN 1919)2. ; 2 Phänomenologie und transzendentale Wertphilosophie1999 ;(SS 1919), 1987, GA 58: Grundprobleme der Phänomenologie(WS 1919/20), 1992 ;GA 59:Phänomenologie der Anschauung und des Ausdrucks. Theorie der philosophischen Begriffsbildung(SS 1920), 1993 ;GA 60 :Phänomenologie des religiösen Lebens ; 1.Einleitung in die Phänomenologie der Religion(WS 1920/21) ; 2.Augustinus und der Neuplatonismus(SS 1921) ; 3.Die philosophischen Grundlagen der mittelalterlichen Mystik(1918/19), 1995 ; GA 61 :Phänomenologische Interpretationen zu Aristoteles. Einführung in die 2 phänomenologische Forschung (WS 1921/22), 1985, 1994 ;GA 63 :Ontologie. 2 Hermeneutik der Faktizität1995.(SS 1923), 1988, Cours de Marbourg (1923-1928) :GA 17 :Einführung in die phänomenologische Forschung (WS 1923/24), 1994 ;GA 18 :Grundbegriffe der aristotelischen Philosophie (SS 1924), 2002 ;GA 19 :Platon. Sophistes1924/25), 1992 ; (WS GA 20 :Prolegomena 3 zur Geschichte des Zeitbegriffs1994 ;1925), 1979,  (SS GA 21 :Logik. Die Frage nach 2 der Wahrheit(WS 1925/26), 1976, 1995 ;GA 22:Grundbegriffe der antiken Philosophie 2 (SS 1926), 1993, 2004 ;GA 24 :Die Grundprobleme der Phänomenologie1927), (SS 3 1975, 1997 ;GA 25 :Phänomenologische Interpretation von Kants Kritik der reinen 3 Vernunft(WS 1927/28), 1977, 1995 ;GA 26 :Metaphysische Anfangsgründe der Logik 2 im Ausgang von Leibniz1990.(SS 1928), 1978, Autres textes cités 1919-1929 :GA 27:Einleitung in die Philosophie(WS 1928/29), 1996, 2 2001 ;GA 28 :Der deutsche Idealismus (Fichte, Schelling, Hegel) und die philosophische Problemlage der Gegenwart (SS 1929), 1997 ;GA 29/30 :Die Grundbegriffe der Metaphysik. Welt - Endlichkeit - Einsamkeit1929/30), 1983, (WS 3 2004 ;GA 64:Der Begriff der Zeit(Abhandlung, 1924), 2004 ;BZ:Der Begriff der Zeit (Vortrag, 1924), Niemeyer, Tübingen, 1989 ;NB=Phänomenologische Interpretationen zu Aristoteles. Ausarbeitung für die Marburger und die Göttinger Fakultät (Natorp-Bericht, 1922), Reclam, Stuttgart, 2003 ;PIA =Phänomenologische Interpretationen zu Aristoteles(SS 1922), Herbert Marcuse-Archiv Frankfurt (0002.01) ;PSL=Das Problem der Sünde bei Luther (exposé dans le séminaire de R. Bultmann, 1924),in B. Jaspert 8 18 [1996], 28-33 ;SZ =Sein und Zeit;1957, 2001 , Niemeyer, Tübingen, 1927, WDF : Wilhelm Diltheys Forschungsarbeit und der gegenwärtige Kampf um eine historische Weltanschauung(16-21 avril 1925, Kassel), inDilthey-Jahrbuch(1992), 143-180 ; 8 GA 2 9:Wegmarken1996, dont [1919/21] :(1919-1961), 1976, Anmerkungen zu Karl Jaspers «Psychologie der Weltanschauungen » ; [1927-28] :Phänomenologie und Theologie ;
[1929] :Was ist Metaphysik ?;Vom Wesen des Grundes. Textes cités postérieurs à 1929 :D :Denkerfahrungen, Klostermann, Frankfurt/M., 5 1983 ;EIM :Einführung in die Metaphysik, Niemeyer, Tübingen, 1953, 1987 ;H : Heraklit, Klostermann, Frankfurt/M., 1970 ;HBBHeidegger-Blochmann, : 2 Briefwechsel 1919-19691990 ;, DL, Marbach, 1989, HJB : Heidegger-Jaspers, Briefwechsel 1920-1963, Klostermann, Frankfurt/M., 1990 ;HW :Holzwege, 6 Klostermann, Frankfurt/M., 1950, 1980 ;ID :Identität und Differenz, Neske, 9 Pfullingen, 1957, 1990 ;KPM :Kant und das Problem der Metaphysik, Klostermann, 6 5 Frankfurt/M., 1973, 1999 ;N I, II:Nietzsche1989 ;, Bd. I, II, Neske, Pfullingen, 1961, SCH :Schellings Abhandlung über das Wesen der menschlichen Freiheit (1809), Niemeyer, Tübingen, 1972 ;SVG :Der Satz vom Grund, Neske, Pfullingen, 1957, 6 9 1986 ;US:Unterwegs zur Sprache, Neske, Pfullingen, 1959, 1990 ;VA:Vorträge und 6 Aufsätze, Neske, Pfullingen, 1954, 1990 ;VS :Vier Seminare, Klostermann, 4 Frankfurt/M., 1977 ;WHD :Was heisst Denken1984 ;Niemeyer, Tübingen, 1954,  ?, 10 WIP:Was ist das – die Philosophie ?, Neske, Pfullingen, 1956, 1992 ;ZS:Zollikoner 2 Seminare, Klostermann, Frankfurt/M., 1987, 1994 ;ZSD :Zur Sache des Denkens, 3 2 Niemeyer, Tübingen, 1969, 1988 ;GA 9 :Wegmarkendont1976, 1996,  (1919-1961), [1930-43] :Vom Wesen der Wahrheit[1931-32/1940] : ; Platons Lehre von der Wahrheit; [1939] :Vom Wesen und Begriff der ?????. Aristoteles, Physik B, 1; [1943] : Nachwort zu : Was ist Metaphysik ?[1946] : ; Brief über den Humanismus[1949] : ; Einleitung zu : Was ist Metaphysik ?; [1955] :Zur Seinsfrage. Pour les références complètes de tous les textes cités, cf. notreBibliographie chronologique Heidegger 1910-1976 /bibliographie des traductions françaises (www.ens.fr/umr8547/Documents/HeidBiblio.html>). Pour tous les autres auteurs et ouvrages cités, cf. notre bibliographie en fin de volume.
Introduction. Ur-Heidegger : Aristote avec Luther
La révolution néo-testamentaire n peut lire l’énoncé « officiel », le plus concis, du projet du jeune Heidegger dans Osoncurriculum vitae de 1922 : « Les investigations sur lesquelles s’appuient les cours entièrement élaborés visent une interprétatio n systématique, phénoménologique et ontologique, des phénomènes fondamentaux de la vie facticielle comprise, selon son sens d’être, comme “historique”, et portée à une détermination catégoriale selon ses manières fondam entales de se comporter dans l’expérience pratique avec et dans un monde. »[1]Ce projet, orienté sur l’idée directrice d’un retour à une expérience originaire[2]pré-théorétique qu’est la vie facticielle(faktisches Leben), subit diverses inflexions jusqu’à la publication deSein und Zeit en 1927. Afin de recomposer le trajet qui part d’une phénoménologie théo-logique s’articulant en phénoménologie de la religiosité proto-chrétienne (1920-1921) pour se compliquer en anthropologie phénoménologique et ontologie herméneutique de la vie facticielle puis en analytique existentiale de l’être-là (1925, 1927), il faut envisager les deux axes croisés et pivotants des recherches du premier Heidegger : l’intérêt déterminant pour l’ex périence proto-chrétienne du Nouveau Testament par le truchement de Luther et l’idée d’une destruction réitérative d’Aristote qui en procède. L’intérêt concret de Heidegger pour le christianisme dit primitif(Urchristentum) ou proto-christianisme se fixe autour de 1919. C’est le christianisme primitif qui lui a permis de mettre radicalement en question le « système du catholicisme »[3] et la « philosophie aristotélico-scolastique »[4]ses années de formation de [5]. L’un des objectifs du jeune Heidegger est le développement d’une conceptualité théo-logique propre au premier christianisme du Nouveau Testament : « Je suis un théo-logienchrétien », écrit-il en 1921[6]. Dans une note du cours de 1920, on pouvait lire : « Il y a la nécessité d’une confrontation principielle avec la philosophie grecque et avec la défiguration de l’existence chrétienne par elle. L’idée véritable de la philosophie chrétienne ; “chrétien” n’étant pas une étiquette pour une philosophie grecque mauvaise et épigonale. Le chemin vers une théologie chrétienne originaire, libre de tout hellénisme. »[7]Le projet d’une théo-logie déhellénisée rejoint la revendication d’un Scheler qui soulignait, en 1915, la nécessité d’une transposition conceptuelle du vécu chrétien caractérisé par l’« inversion radicale de l’amour et de la connaissance, de la valeur et de l’être » tout en déplorant l’absence d’une « élaborationpensante etphilosophique de cette révolution unique de l’esprit humain »[8]. L’idée schelérienne d’un refoulement de l’Erlebnispar la conceptualité grecque puise dans proto-chrétien deux sources également importantes pour Heidegger, la thèse harnackienne de l’hellénisation du proto-christianisme et la théorie diltheyenne de la conscience