L'amour, voie du bonheur chez Jean Guitton

-

Français
281 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'amour est-il encore capable d'apporter le bonheur dans notre vie moderne ? Pour essayer d'y répondre à travers la philosophie de Jean Guitton, il nous faut poser d'autres questions : qu'est-ce aujourd'hui que l'amour ? Quelle est sa place dans la vie des jeunes ? Le monde individualisant de notre société moderne et l'attente de trouver son identité par l'autre font de l'affectivité une finalité de l'existence. L'amour peut-il être suffisant pour apporter le bonheur au couple et au sein de la famille ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 janvier 2018
Nombre de lectures 17
EAN13 9782140055041
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
DaliaFARAH
L’AMOUR,VOIE DU BONHEUR CHEZ JEAN GUITTON
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
L'Amour,voie du bonheur chez Jean Guitton
Ouverture philosophique Collection dirigée par, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot
Une collection d’ouvrages qui se propose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiques. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, qu’elles soient le fait de philosophes « professionnels » ou non. On n’y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu’habite la passion de penser, qu’ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutions
Robert B. CARLISLE,La couronne offerte, Le saint-simonisme et la doctrine de l’espérance,Traduit de l’anglais par René Boissel, 2017. Jean-Pierre Emmanuel JOUARD,Passion de la pensée,Lecture de Heidegger,2017. Amélie BALAZUT,Heidegger et l’essence de la poésie, 2017. Jean-Alexis AGUMA ASIMA,Le mécanisme. Langage, théorie, philosophie. Étude critique, 2017. Michèle AUMONT,La trilogie des plus larges horizons qui soient et qui puissent être,Pourquoi ? Comment ? Et vers quoi ?, 2017. Auguste NSONSISSA,La dynamique de la nature, Étude sur le thème du vide dans l’histoire de la philosophie des sciences, 2017. Paul DUBOUCHET, Paganisme, christianisme et catholicismechez René Girard,2017. Paul DUBOUCHET,René Girard, « », Aucowboy texan fil de ses exploits, 2017. Fallander KALTCHAREL, Le dualisme antiréaliste et semi-empirique de Bernard Vidal,2017.
Dalia FARAH
L'AMOUR,VOIE DU BONHEUR CHEZJEANGUITTON
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique ; 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13514-4 EAN : 9782343135144
Ala vierge Marie, qui a mis sur mon chemin tous
ceux qui ont enflammé mon cœur d’amour et de bonheur,
je dédie cette œuvre ; car sans amour la vie
est insupportable, et tout le reste est illusion.
Dalia Farah
Introduction
e Au début du XXI siècle et avec les progrès techniques, scientifiques et de communication, on assiste à un bouleversement à tous les niveaux de notre vie.
Ce style de vie détourne l'homme de la spiritualité et de toute réflexion intérieure. L'homme moderne sent le vide de sa vie et arrive très difficilement à le remplir.
Jean Guitton vivant ce siècle et ses exigences a été lui-même touché par ces problèmes ; il a dépassé la dualité philosophique qui dit que l'homme est une unité formée d'âme et de corps qui agissent l'un sur l'autre et ne peuvent être séparés dans le temps. Cette liaison se fait chez J. Guitton à travers l'Amour ; tout au long de ses œuvres se répand un dialogue d'Amour qui nous éloigne de la sècheresse philosophique classique, c'est pourquoi la lecture de ses œuvres est un plaisir durable. Toutefois J. Guitton analyse les problèmes philosophiques essentiels comme l'existence de Dieu, la mort, l'Amour, la patrie, la morale, les vertus, le bonheur... avec un esprit méthodique et philosophique profond et une expérience personnelle vécue. Albert Camus disait : « Jean Guitton apporte de la clarté aux idées les plus délicates et c'est un effet du grand style. Il met de la chaleur dans les abstractions et de la passion 1 dans l'objectivité. C'est un effet de l'âme » .
En effet, J. Guitton nous a communiqué ses expériences et ses réflexions philosophiques avec beaucoup de sincérité et de modestie : son but n'est pas seulement de faire de la philosophie et d'essayer de répondre à ses interrogations intérieures, mais c'est aussi un 1  Voir, Guitton Jean, Antier Jean-Jacques,Le livre de la sagesse et des vertus retrouvées,Perrin, France, 1998, p. 11.
7
message d'amour envoyé à Dieu, à ses lecteurs et à l'humanité entière. « Ces confidences, je les destine surtout aux jeunes de ce vingtième siècle finissant, parce que les jeunes 2 ont dans les mains l'avenir du monde » .
A la lumière de la philosophie guittonienne, notre réflexion se pose comme une interrogation sur le sens de la vie ! La vie a-t-elle un sens ? L'homme peut-il être heureux sur terre ? Y a-t-il un chemin précis pour y accéder ? Est-il libre de le suivre ?
Naître, n'est pas volontaire, c'est entrer dans le monde, c'est être embarqué, comme disait Pascal ! Il ne s'agit pas ici de spéculation mais d'une question d'existence, du choix d'un mode de vie. Or, selon Henri Bergson, l'homme commence par vivre, par être un Homo Faber, et à partir de son expérience, il devient un Homo sapiens, un être qui pense et qui se pose des questions. Ainsi la réflexion est la marque principale de l'homme, et cette réflexion commence toujours par une interrogation. Pourquoi s'interroger ? En effet, si l'homme possédait en lui toutes les richesses, tout le savoir et tout le bonheur, il ignorerait l'interrogation. De même, un homme réduit à l'indigence complète ne soupçonnerait pas les biens dont il est privé, et par la suite ne saurait ni les désirer, ni s'interroger. Il en est de l'interrogation comme de l'Eros platonicien : Eros est la fille de Pénia , la pauvreté et de Poros , la richesse. L'Eros ou l'amour platonicien comme l'interrogation, est pauvreté, indigence puisqu'elle tend vers quelque chose qu'elle ignore, qu'elle n'a pas. De même, l'Eros comme l'interrogation est richesse déjà puisqu'elle connait son indigence et soupçonne l'existence des valeurs 3 étrangères et des réponses qu'elle cherche .
Ainsi aimer c'est s'ouvrir à des révélations nouvelles, soupçonner des valeurs, chercher des réponses... C'est sentir 2 Guitton Jean,“Lettres ouvertes”, Payot, France, 1993, p. 11. 3 Voir, Platon,Le Banquet,Garnier, Paris, 1961, p. 202.
8
que notre vie a un sens implicite que nous devons expliciter pour trouver le bonheur.
 L'homme dans toute sa vie et son expérience se dirige à la recherche du bonheur ; il y a dans l'homme un désir, un vouloir vivre dans la joie et dans le bonheur. L'une des plus grandes questions que se pose la philosophie, est de trouver des voies pour conduire l'homme au bonheur. « Sans doute : C'est ce qu'on appelle philosopher, activité bien vaine si le bonheur était là, et qui ne se justifie que du malheur 4 ambiant » .
L'amour paraît être le moyen de réaliser ce bonheur, car l'amour purifie l'homme et l'aide à se libérer de tout ce qui peut l'empêcher d'être lui-même « Etre soi-même en 5 découvrant la racine de ses différences » .
Ceci peut-il suffire à l'homme pour être heureux ? Existe-t-il un vrai bonheur ? Est-ce que l'amour est suffisant pour le bonheur ? Dès lors se pose la question de ce qu'on entend par le mot « Bonheur » et par le mot « Amour » ?
Si le bonheur trouve sa source dans l'amour, il faut que l'amour soit durable, soit hors du temps pour pouvoir assurer à l'homme son bonheur, et pour être hors du temps, il faut qu'il se rattache à une transcendance.
Cependant, l'amour et le bonheur se lient étroitement à l'existence, à la vie quotidienne, ils s'incarnent dans l'action, et ne peuvent rester dans l'au-delà ; d'où le dilemme de la chair et de l'esprit, du bonheur et du plaisir, de l'amour et de la sexualité. D'autre part, un autre amour peut mener vers le bonheur, un amour détaché du temps, de la chair et de la
4 Comte-Sponville André,Une éducation philosophique,P.U.F., France, 1995, p. 357. 5  Guitton Jean, Antier Jean-Jacques,Le livre de la sagesse et des vertus retrouvées, op.cit.,p. 272.
9