//img.uscri.be/pth/aa161e768ebf55b1bbed04ac433964fa46dee634
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

L'éthique des droits de l'homme chez Teilhard de Chardin

De
260 pages
La philosophie de Teilhard a apporté de nouveaux arguments de justification pour l'éthique des droits fondamentaux. L'éthique en question se justifie concrètement par le fait que l'homme incarne la figure la plus aboutie de l'évolution, qui s'est spiritualisée, faisant de l'être humain la portion la plus précieuse du cosmos. En déroulant cette perspective, l'auteur a développé ce qu'il nomme argumentaire évolutionniste des droits de l'homme.
Voir plus Voir moins
7 ISBN 2-633980079 :-2-8ueiqes d1L8-théhmoedl ti sd orlhar Teichezme  l eDnidrahC ed de smniontiluvoéidirLeuqhp asolilà mahusmnijue  d apaoptr éedn ophie de Teilharsuj ed sitacitx auveountmeguar srd eedf noiostour on phiqulétdeonra te ll fsel ,xeuqaemaduatnaractèresur le cllmene tiditnoen, etff ene.mmhol ed lennoitar atiote r cet queltié atahdreTliioutolévogolin uq ,euqis up a ité dnalile découa mduenl eiarlr scinrerian dl samuhétini .ortir lhomme del ainamilétp uoemetèrcnoc eits qitfae  lar pnteue htqil ésn,ie juon sestin qu eitl ed suluoa, oni quvoétiluemi cnraeul hmoure la pne la gitnop rolpsul  are hlêtn laumaiiaf ,eés ed tnasspt essliuaitirèterr taoinnle ,dit, notre caracsomsu .mert tneré peuci dsecou émanux, entandam sofortised eud iqssla conticaitsuj al ed tovipant cettn déroulgoqieu.sè eiloophrenogneunt aoad drot ed tuuilce qppé veloneatgrmuema n moisnnioutoléve ired stiord sed etctive, le perspeudp éresatuue r m a eis entaisse ecéd tvé nnedii ol  auq etéihe let dogieécole tuot ,adialp nr ou pntnimahull hmoem .e tragumentaire éclaip era raelli sru llaitégitimdeé od nud erialuti tst engnoog Znérolaeim oshplion phhD eat/Pctore noed tilaitaslae lo gtisa donD.eidunoomdnaielernance  la gouvphsolohiu l àieiesne tnp al éng diqueue cfriqsrtiinevhtlo éacteob ànuu lvenite elop qiti ,eu l a égalemesrti éedY oanuédridés vet  es lenèmoer ep udnéhhiques sphilosopéohtqieurul  aibteenri oil, ueiq sehcrehcer ses re l Outaleentrrudiem nasihmu
De l’évolutionnisme à l’humanisme juridique
chez Teilhard de Chardin
L’éthique des droits de l’homme
Dieudonné Zognong
Préface du professeur Pius Ondoua
AHDRNIi.dn d  111/12/12   16:36RD-EUQIHMOH-STIOLHEI-TME-CDED-ARueiligEMOR-HACF_ZOUN_GG_ETGNON
 
  
             
      
    
Léthique des droits de lhomme
chez Teilhard de Chardin
 
 
 
 
 
                          
Dieudonné Zognong         Léthique des droits de lhomme chez Teilhard de Chardin  De lévolutionnisme à lhumanisme juridique    
 
Préface du professeur Pius Ondoua
 
                                      © LHarmattan, 2012 5-7, rue de lEcole-Polytechnique, 75005 Paris  http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00898-1 EAN : 9782336008981  
  
              Pour ma fille Dominique Christiane Zognong
PRÉFACE
Le retentissement de la carrière scientifique de Teilhard de Chardin a eu un effet paradoxal, car il a fait ombrage à sa pensée philosophique et sociopolitique. Or, ce savant a également, et profusément, réfléchi sur la démocratie et la crise des droits fondamentaux au XX e siècle, spécialement autour de la Seconde Guerre mondiale. Des articles comme Sauvons lHumanité, Quelques réflexions sur les droits de lhomme, LEssence de lidée de démocratie et une abondante correspondance révèlent ses méditations politiques et son apologétique de lhumanisme juridique, lhomme étant constamment défendu par sa plume comme une « valeur universelle » ( La Vision du passé,  p. 307). Cest ainsi que dans la période préparatoire à la Déclaration universelle, il fut parmi les éminences mondiales à être consultées par la jeune Commission des droits de lhomme  des Nations unies : il répondit aux questionnaires, exposant ses vues sur le contenu de la Déclaration en gestation. La problématique des droits de lhomme nest point hétérogène à sa vision du monde. Le prétendre, cest oublier que « ce qui caractérise la pérennité dune pensée, cest que les générations successives puissent y trouver un intérêt renouvelé, qui nest pas forcément le même dun siècle à lautre » 1 . Ce serait ignorer en outre un fait que Teilhard lui-même soulignait : « les véritables progrès de la science consistent précisément à découvrir les liaisons profondes qui unissent des ordres en apparence les plus séparés » ( La Vision du passé, p. 234). Cest une telle découverte que lauteur du présent volume entreprend ici, et comme pour répondre à la parole de Pierre-Louis Mathieu :  Il aurait été intéressant certes, que la pensée de Teilhard soit réexaminée à la lumière des événements actuels, avec des préoccupations sans doute différentes de celles dil y a un demi-siècle. Cela tentera certainement un jour un nouvel exégète, qui devra cependant se souvenir que Teilhard vécut dans un milieu et une époque donnés (P.-L. Mathieu, Op. cit., p. 3).  Notre exégète camerounais est bien fondé dans son projet, car la rareté de travaux dherméneutique de lanthropologie teilhardienne articulée à                                                  1 P.-L. Mathieu, La Pensée politique et économique de Teilhard de Chardin,  Paris, Aubin Éditeur, 2000, p. 3.
7
léthico-axiologie des droits fondamentaux semble navoir dégale que le potentiel de fécondité de nouvelles analyses heuristiques du riche arsenal conceptuel du philosophe français, dont bien des spécialistes soulignent lactualité, et voient en lui un grand contemporain, quelle que soit la période où vous le découvrez. Cest un auteur qui, selon le mot de René dOuince, a laissé « un message destiné à cheminer dans l'esprit des hommes », cest un savant quon « relira comme on relit les grands classiques, c'est-à-dire que, périodiquement, des esprits accordés au sien proposeront de nouvelles lectures » 2 de son uvre. En effet, dans les champs épistémiques comme ceux de la praxis, Teilhard se confirme sans relâche comme un précurseur dont la pensée avant-gardiste présente de sérieux enjeux pour le devenir de lhumanité, dautant plus que les déclinaisons de sa phénoménologie sexpriment à la fois dans la direction des sciences de la nature et des sciences humaines. Il a posé le regard sur presque tous les secteurs de lagir humain ; sa méditation philosophique vise les problèmes aussi différents que lécologie, la démocratie, leugénisme, les droits de lhomme, les relations internationales, la mondialisation, léconomie, etc. Les possibilités de lecture et dapprofondissement de son uvre sont donc multiples ; cette uvre interroge les temps présents et à venir, au sens où il affirmait lui-même : « jai toujours vécu en avant » 3 . Cest du moins ce qua voulu démontrer ici Dieudonné Zognong, à la suite dautres spécialistes qui soulignent l'enjeu futuriste du teilhardisme, le désignant comme une architecture monumentale, et le situant parmi les grandes propositions qui ont marqué non seulement le XX e  siècle, mais encore accompagnent déjà le XXI e . Parmi ces spécialistes, Norbertus-Maximiliaan Wildiers, parlant du testament intellectuel de notre philosophe, souligne sa place dans le champ conceptuel, et plus encore dans le domaine de l« éthique de la vie » ( Le Phénomène humain, p. 181) : L'accord a été quasi unanime pour déclarer Le Phénomène humain une uvre appelée à exercer une influence profonde sur la pensée de notre époque [...] et sur ceux qui aspirant à comprendre plus profondément et exactement la structure de l'univers et le sens de la vie humaine, ont découvert en lui un maître 4 .                                                   2 R. dOuince, Un Prophète en procès, t. II, Paris, Éditions du Seuil, 1990, p. 250. 3 Cité par A. Dupleix, Initiation à la pensée de Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Aaptdc, 1992, p. 4. 4 Norbertus-Maximiliaan Wildiers, Avant-propos in Teilhard de Chardin, L'Apparition de l'homme,  Paris, Éditions du Seuil, 1956, p. 11. Wildiers est le préfacier de la plupart des uvres de Teilhard.
8
Cette influence est effective : les axes de recherche tracés par Teilhard ne cessent dabonder en pertinence sur le plan épistémologique, et ils sont adoptés par moult théoriciens, dont Edgar Morin. Jules Carles précise quils « peuvent contribuer à trouver un certain nombre de solutions concrètes aux problèmes majeurs qui affectent nos sociétés ou nos destinées individuelles » 5 . En outre, lactualité de cette pensée est étayée par des indices éloquents : dannées en années, et de façon incessante depuis 1955 6 , il fait lobjet de publications, et figure parmi les savants les plus édités et traduits dans les langues étrangères, en particulier langlais. Depuis la célébration par lUnesco en 1981 du centenaire de sa naissance, il est au centre de force colloques internationaux et interdisciplinaires organisés à travers le monde par des centres de recherche ou la Fondation éponyme basée à Paris. Goethe disait que les véritables éminences sont celles que le temps ne diminue pas, mais élève au contraire à mesure quil sécoule. Quel en sera donc le verdict à légard du génie de Teilhard ? Il relève bien du même panthéon que Blaise Pascal, René Descartes ou Henri-Louis Bergson, ses immortels compatriotes, ces spiritualistes qui ont hissé la philosophie française au diapason allemand. Mais, pour lauteur du présent essai, toute la question est celle des enjeux humanistes de lanthropologie teilhardienne, vu ses thèses qui élucident biologiquement le principe de dignité humaine, base conceptuelle de justification des droits de lhomme. Il était bien besoin de revisiter ses intuitions vulgarisées à la publication posthume de sa volumineuse uvre, qui resta censurée de son vivant, car jugée non pas par contumace, mais in absentia :  sans être ni lue, ni comprise. On sait quavant cette date, ses essais étaient confinés dans le prestige amer de la semi-clandestinité. Dailleurs, quoi détonnant à cela : de mémoire dhomme, quel visionnaire en avance sur son temps fut-il jamais promptement reconnu par son époque ? Quel grand instructeur de lhumanité a-t-il jamais vu son message connaître une réhabilitation rectiligne ? Il reste pourtant fâcheux quen raison de la pression du clergé, notre homme de foi qui na jamais renoncé à sa raison, ne put livrer au monde la totalité de ses intuitions ; et il avait
                                                 5 J. Carles ; A. Dupleix, Pierre Teilhard de Chardin, Paris, Centurion, 1991, p. 8. 6 Lannée 1955 marque la reconnaissance et la réhabilitation planétaires de luvre de Teilhard, sous la houlette de lUnesco. Dans la même foulée, le Saint-Siège devait lever sa censure envers les écrits de notre philosophe catholique.  
9