Le principe don en éthique sociale et théologie morale

-

Français
348 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

A la lumière de la philosophie du don chez Derrida, Marion et Bruaire, le concept de don peut être considéré comme un principe explicatif et fondateur de l'éthique sociale et de la théologie morale. Le principe don est tel, tout simplement, parce que l'être humain est installé et configuré dans et par la vérité du don. Il vit dans l'univers du don.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 avril 2009
Nombre de lectures 302
EAN13 9782296226876
Langue Français
Poids de l'ouvrage 4 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

A la mémoire de
GNADAH.Brigitte

REMERCIEMENTS

Cet ouvragequeL’Harmattana accepté de publieraété présenté
commethèse de doctorat àl’AcadémieAlphonsienne deRome, en 2006.
Mercià toutle personnel desEditionsL’Harmattan pourlapublication de
cettethèse.
Jeréitère mes remerciementsauProf.B.JOHNSTONEetauProf.R.
GALLAGHERqui m’ontaccompagné pendantmes recherches surcequi
explique, fonde etguide l’agirde l’homme ensociété etle discours
théologico-moral.
Mes remerciements vontensuiteauProf.A.CmRDOBA(Académie
Alphonsienne) et au Prof.E.OUÉDRAOGO(Institutd’Applicationsetde
vulgarisationsenSciences)qui m’ont soutenudansl’élaboration etlamise
en forme decetexte.
Jeremercie enfinClaudeBRUAIREJacquesDERRIDAetleProf.
Jean-Luc MARIONqui,àtraversleursœuvres, m’ontapprisàpenser
l’ImpossibleDoncomme principe explicatif de l’éthiquesociale et comme
principe fondateurde lathéologie morale.

TABLE DES MATIÈRES

REMERCIEMENTS............................................................................
TABLE DES MATIÈRES.................................................................
INTRODUCTION...............................................................................

CHAPITREI: LAPENSÉE DU DON CHEZ DERRIDA.....................
1.1UNE PENSÉE DÉCONSTRUCTIVE.....................................................
1.1.1Définition, objectif etméthode de la déconstruction ......... .
1.1.1.1Définition ...............................................................
1.1.1.2Objectif etméthode ................................................
1.1.2Quelques termes clésde ladéconstruction .........................
1.1.2.1L’écriture ...............................................................
1.1.2.2 Ladifférance ..........................................................
1.1.2.3 Ladissémination ....................................................
1.2 LE CONCEPT DE DON DANS LA PENSÉE DÉCONSTRUCTIVE
DEDERRIDA...................................................................................
1.2.1La conception maussienne dudon et sadéconstruction .....
1.2.1.1La conception maussienne dudon ….....................
1.2.1.2 Déconstruction de la conception maussienne
dudon ....................................................................
1.2.2 Le poème deBaudelaire et sadéconstruction .....................
1.2.2.1Le poème:«Lafausse monnaie» ............................
1.2.2.2 Ladéconstruction dupoème ..................................
1.2.3 Laproblématique dudonselonDerrida..............................
1.2.3.1Problématique dudon par rapport au temps..........
1.2.3.2 Problématique dudon par rapport audiscours
et àl’économie .......................................................
1.3 LE DON SELONDERRIDA................................................................
1.3.1Lanature dudon ................................................................
1.3.1.1L’impossibilitécommecaractéristique principale
dudon ....................................................................
1.3.1.2L’impossiblecomme essence dudon .....................
1.3.2Lesconditionsdu................................don ........................

9
11
17

37
37
38
38
41
47
47
49
54

56
56
56

59
62
62
64
66
66

68
70
70

70
75
78

12

LE PRINCIPE DON ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

1.3.2.1 L’inconscience, la méconnaissance
etl’oubliradical .....................................................
1.3.2.2L’événement, l’intention etle hasard .....................
1.3.2.3La conditionsociale initia................................le ..

78
81
82

CHAPITREII: LEDON RÉDUIT À LA DONATION
DANS LA PHÉNOMÉNOLOGIEDE MARION........ 91
2.1CONCEPTION PHÉNOMÉNOLOGIQUEDEMARION91. ........................ .
2.1.1L’objectif deMarion par rapport àHusserl etHeidegger....... 91
2.1.1.1Laphénoménologie husserlienne
etheideggérienne ...................................................91
2.1.1.2L’objectif deMar.............. 9ion en phénoménologie6
2.1.2Conception marionienne duphénomène ...........................102
2.1.2.1Définition etdéterminationsduphénomène ........102
2.1.2.2 Typologie desphénomènes.................................... 105
2.2UNE CONCEPTION PHÉNOMÉNOLOGIQUEDE LA DONATION.......... 109
2.2.1DépassementdeHusserl etdeHeidegger surladonation ....109
2.2.1.1Critique de lanotion husserlienne etheideggérienne
de donation .............................................................109
2.2.1.2L’échecdeHusserl etdeHeidegger surladonation 115
2.2.2Lieuxde donationàsaturation desphénomènes................. 116
2.2.2.1L’événementdanslamortetlanaissanc11e ..............6
2.2.2.2 L’idole danslafigure du tableau........................... .119
2.2.2.c3 Lahairdansla souffrance, le plaisir
etlevieillissement.................................................. 121
2.2.2.4L’icône danslevisa1ge ............................................22
2.3 LEDON DANS LA DONATION PHÉNOMÉNOLOGIQUE. .................... .124
2.3.1La conception marionienne de ladonation …1.................... .24
2.3.1.1Définition etfonction de ladonat1ion .....................24
2.3.1.2 Importance etprivilège de lanotion marionienne
de donat1ion .............................................................27
2.3.2 Triple exigence de laphénoménalisation du1don ................30
2.3.2.1Mise entre parenthèsesdudonatair1e ......................30
2.3.2.2 Mise entre parenthèsesdudonateur....................... 132

TABLESDES MATIÈRES

2.3.2.3Miseentre parenthèsesde l’objetdudon ...............
2.3.3La phénoménalité dudonréduitoude ladonationabsolue
2.3.3.1Un donsansprincipe d’identité
etderaisonsuffisante ............................................
2.3.3.2UneTransmutation duJe
enattributaire,témoin etadonné ............................

CHAPITRECONCEPTIONIII: LADE L’ONTODOLOGIE
CHEZ BRUAIRE....................... ................................
3.1UNE PENSÉE EN QUÊTE DE L’ONTOLOGIEDE L’ESPRIT..................
3.1.1Aperçugénéralsurlapensée philosophique deBruaire .....
3.1.1.1Une philosophiesuscitée
parla Révélationchrétienne ...................................
3.1.1.2 Démarche philosophique deBruaire ......................
3.1.2 Problématique de l’être de l’esprit chez Bruaire .................
3.1.2.1Sensde l’esprit,son oubli etlanégation
deson être ..............................................................
3.1.2.2Conséquencesde l’oubli de l’espritetde lanégation
deson être .............................................................
3.1.2.3 Difficultésd’unequête de l’être de l’esprit...........
3.1.2.4Méthode pour une ontologie de l’esprit.................
3.1.3 Phénoménologie de l’esprithumain ....................................
3.1.3.1Naissance etparution de l’esprit chezl’enfant......
3.1.3.2 Identité de l’être personnel et reconnaissance
d’autrui ...................................................................
3.1.3.3 Fragilité et contingence de lapersonne humaine .....
3.2 L’ONTODOLOGIE SELONBRUAIRE.................................................
3.2.1Lesimplications terminologiquesde l’ontodologie ............
3.2.1.1Un lien entre don etêtre .........................................
3.2.1.2Unréajustementdiscursif ......................................
3.2.1.3Uneconversion descatégories transcendantales.....
3.2.2Lesapplicationsanthropologiquesde l’ontodologie ..........
3.2.2.1Lasubstantialité de l’être-de-don ...........................
3.2.2.2Lafinitude de l’être-de-don ...................................
3.2.2.3Le don ontologiquecommecaractère essentiel
de l’homme ............................................................

13

134
137

137

141

147
147
147

147
149
151

151

154
157
159
163
163

164
165
169
169
169
171
174
178
178
180

183

14

LE PRINCIPEDON ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

3.2.3Compréhensionde la créationàlalumière
de l’ontodologie ..................................................................
3.2.3.1La créationcomme don de l’être ............................
3.2.3.2 Le donabsolu comme implication
dudon ontologique ................................................

CHAPITREIV: DÉCONSTRUCTIONDU CONCEPT DE DON
EN ÉTHIQUE..............................................................
4.1L’IMPOSSIBLEDANS LA FIGUREDU DON ET DE LA DONATION......
4.1.1Une identificationau Donabsoluet audon ontologique .....
4.1.1.1DanslecasdeDerrida...........................................
4.1.1.2 DanslecasdeMarion ............................................
4.1.2 L’amour comme don desoiàl’autre ..................................
4.1.2.1Capacité deDieuetincapacité de l’homme ...........
4.1.2.2 Susceptibilité de l’hommeà recevoirl’amour
deDieu...................................................................
4.1.2.3 Significationsde l’expression don desoi danslecas
de l’homme ............................................................
4.1.3 Derrida–Marion: convergence etdivergence
surl’impossible ...................................................................
4.2 DÉCONSTRUCTIONDE LA PENSÉE DU DON CHEZDERRIDA
ETMARION................................................... ................................
4.2.1Nécessité d’une présence ontologique dudon en éthique .....
4.2.1.1Laprésence dudon dansl’expérience du temps......
4.2.1.2Le don dansl’expérience de l’hospitalité/accueil ....
4.2.2 Déconstruction éthique d’uneconscience
incompatibleaudon ...........................................................
4.2.2.1Uneconceptionradicale de lagratuité ...................
4.2.2.2Exigence de la conscience dansl’exercice
du................................don ...................................
4.2.2.3Nécessité d’une participation de la conscience
au retournement..................... ................................
4.2.3 Déconstruction éthique d’une donationradicalisée ............
4.2.3.1Uneradicalisation de ladonationaudétriment
de laréciprocité ....................................................
4.2.3.2Le problème de laspécificité de l’identité d’autrui

187
187

194

201
201
201
201
206
210
210

214

216

219

223
223
223
226

229
229

231

234
236

236
239

TABLESDES MATIÈRES

4.2.3.3Uneuniversalisation problématique de ladonation
4.2.3.4Quelques questions surlaséité duphénomène
d’autru................................i .................................

CHAPITREPRINCIPEV: LEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE
ET THÉOLOGIE MORALE....... ................................
5.1LEDON COMME PRINCIPE EXPLICATIF DE L’ÉTHIQUE SOCIALE.....
5.1.1L’éthiqueresponsivecomme logique dudon .....................
5.1.1.1Signification duconceptd’éthiqueresponsive ......
5.1.1.2Lesdifférentscaractèresde l’éthiqueresponsive ..
5.1.2Ladouble dimension de l’éthiqueresponsive .....................
5.1.2.1Laresponsivité dans son expressionversl’origine
5.1.2.2Laresponsivité dans son expressionversautrui ......
5.1.3Responsabilité etamourcommeactualisation
de laresponsivit................................é ...............................
5.1.3.1L’éthique de laresponsabilité
suivantle principe don.......... ................................
5.1.3.2Lapratique de l’amour suivantle princ.....ipe don
5.2LEDON COMME PRINCIPE FONDATEUR DE LA THÉOLOGIE MORALE
5.2.1Image deDieu comme fondementontodologique
de la théologie morale .........................................................
5.2.1.1L’interprétationthéologique de l’image deDieu
dansl’histoire .........................................................
5.2.1.2Uneconception ontodologique de l’image deDieu
5.2.2 Le doncomme fondement théologique dudiscoursmoral ...
5.2.2.1Le donchristique ....................................................
5.2.2.2 Le dontrinitaire ......................................................
5.2.3 Le doncomme guide de lamorale de l’Église
dansle monde......................................................................
5.2.3.1L’Églisecomme donatrice dans un monde
d’anti-don etd’abandon .........................................
5.2.3.2 Lafigure éducatrice du théologien moraliste
comme donateur.....................................................

CONCLUSION....................................................................................
BIBLIOGRAPHIE...............................................................................

15

243

245

255
255
255
255
258
261
261
265

269

269
275
280

280

280
284
289
289
294

301

301

306

313
335

INTRODUCTION

Aujourd’hui plus qu’àjamais, l’hommealapossibilité des’anéantir,
enquelquesminutes;il peutrendre la terre inhabitable par toutes sortesde
pollutionsenvironnementales;lesméfaitsduprogrès biologique etgénétique
sontincontournables.Les richessesdece mondesontmal gérées avecpour
résultatl’accroissementde lapauvreté économique danslespaysdu tiers
monde.Leterrorismebat son plein,semantlapaniqueau sein des
populationsetdéveloppantdeslogiquesde défensequelquefoisirréfléchies.
Les conflitsfrontalierset tribalistes semblententrerdanslesmœursde nos
sociétés.
Nous assistons aujourd’huiàdes tentativesd’orientationsde
législations allant contre laloi de lanature humaine et à unecertaine
décadence oudissolution de la raison etdesprincipesde laloi morale
naturelle.Lecaractère intangible de la vie humainesetrouvebrisé par
certaines tentativesde législationqui netiennentpas compte des
conséquences surlagénérationactuelle etfuture.Lebien intégral de la
personne humaine est saccagé parl’action politique mettant ainsi en jeu
l’essence de l’ordre moral.
Faceà cette physionomiealarmante de nos sociétés, des questions
d’ordre éthique ne manquentpasdese poser.Uneviesociale harmonieuse et
une paixdurable dansle mondesont-ellesencore possibles?Et à quelles
conditions? Les applicationsde la science, notammentde la
bioéthique,sontellesmaîtrisables?Commentfreinerlaproduction industrielleavectoutes
sesconséquencesnéfastespour unevie meilleure et un environnement
habitable? Faceàdes questionséthiquesdece genre, ilsetrouve par-ci,
parlàdes tentativesderéponsesde lapartdes spécialistes à titre personnel ouen
groupe.
Mais a-t-onvraimentpris conscienceque lesproblèmes que nous
connaissons aujourd’hui ne peuvent trouverdesolutionqu’en fonction d’une
réponseadéquateàla question fondamentale etessentielle de l’être humain?
Lamanière de nous traiterles unsles autresn’implique-t-elle pas une
certaineconceptionque nous avonsde notre être? Quesignifie être humain?
Et quel doitêtre l’acte digne d’untel être?Quelle estl’essence de l’être
humain? Faceauxenjeuxmorauxdumondecontemporain, l’hommesent
certainement qu’il doit y répondre.Mais sur quels critèresdoit-ils’appuyer
pour se prononcer?
Prendre position en matière d’éthique,c’est afficher, d’unecertaine
manière,sapropreconceptionsurl’être humain.Etlamanière dontcette
position estprise nereflèteque notre manière de définirfondamentalement

18

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

l’être humain.Or, force estde constater que lesprisesde position en matière
d’éthiquesontmultiplesetfortementdivergentes, et, parconséquent,autant
deconceptionsetdéfinitionsfragmentéesde l’être humain;donc,autantde
manièresde nous traiterles unslesautres.
Commentparvenir à unconsensus sur uncertain nombre devaleurs
fondamentalesetde principeséthiquesdans unesociété où chaque individu
sesentlibre decréer sapropre morale?Untelconsensus serait-il d’ailleurs
possiblesans uneconception fondamentale et unitaire de l’être humain?Le
vrai problème nesesituerait-il pas surle fondementoulasource même de
l’éthique?
Touscesproblèmeset toutesces questionsconstituent un défi moral
pourl’Église etnesauraientlaisserindifférentlethéologien moraliste.Mais
quelleseraitlaposition de l’Église etdu théologien moraliste faceaux
problèmesmorauxde nos sociétés?Etcommentdoivent-ilsy répondre?
Certesl’Église ne peut que prendre position dequelque manièrequecesoit
en faveurde l’être humain etpersévérerdans safonction de guide,
d’éclairage etde formation desconscienceshumaines;mais sur quel
fondement son discours,quiseveut théologico-moral, doit-ils’établir?
Sansdoute,un discours quiseveut théologique et qui prétend
s’exprimeraunom de l’Église etdoncaunom du DieudeJésusChrist, ne
peut queseréclamerd’un fondement théologique,christologique,
ecclésiologique,anthropologique, etc.Mais, ne nous retrouvons-nouspas
parfoisfaceàdesfondementséclatés avecdesdangersde pointsdevue
divergents,voirecontradictoires, danslespropositions théologico-morales?
Sans compter que le dialogueavecles autresmoralistesnonchrétiensen
matière d’éthiques’apparentesouvent à un dialogue desourds,à cause
justementde ladivergence desprincipesfondateurs.S.Palumbieri l’a bien
remarqué:
«Un desplusgrandsdramesd’aujourd’hui estdonné parla
babèle deslangagesetdesmessages, desorientationsetdes
comportements.Ilyaurgenceàdonnerfondement audiscours
d’ordre moral et spirituel, nonseulementdansle domaine des
1
théologies, mais aussi desphilosophiesetdespolitiques» .
Il fautdonc réagirfaceauxproblèmesde nos sociétés;etréagirde
tellesorteàpouvoir sauvegarderlesexigenceséthiquesfondamentalesde la
personne humainequi nerelèventd’aucuneculture ni d’aucuneconfession
religieuses, mais uniquementdu simple faitd’être humain.

1
PALUMBIERISabino,Amo dunquesono. Presuppostiantropologici de la civiltà
dell’amore,EdizioniSanPaolo,Milano 1999, p.7(C’estmoiquitraduis).

INTRODUCTION

19

Et alorslaquestion dufondementd’unteldiscours se poseencore.
Undiscours qui prétendraitallerau-delàdesdivergences culturelleset
confessionnellesne pourrait s’imposer qu’envertude la seule force desa
vérité.Quelle est cettevérité fondamentalecapable de promouvoiretde
défendre ladignité de lapersonne humaine et sesdroitsfondamentaux?
Autrementdit,quelleréalité esten mesure d’assumerde manièreunificatrice
et unitaire lesdiversfondementséthiquesenunseul et unique principe
universel?Universel non danslesensde généralité oudetraitcommunà
diversétants, maisde milieu quirend possible la communion.
«Encet universel, écritP.Gilbert, l’acteque jesuis rencontre
l’acteque je nesuispas, etestposé dansleréel;leréel estcet
universel enacte etdonateurd’acte, dontni moi niautrui nesommes
laraison oul’origine.Leréel n’estdoncpaslaseule empirie
analysable parnos sciences;il esttranscendantal en donnantaux
existantsdiversdecommuniquer;ilassureà chaquesubstance la
fécondité desonessead;leréel devientainsi l’idée d’être, entant
2
queessecommune» .
Mapréoccupation, dans cette étude, estdoncdetrouver cette idée
d’être, entant qu’êtrecommun et susceptible d’assumerlafonction de
principeuniversel de l’agirhumain etde la théologie morale.D’ailleurs,s’il
est admis que lamorale est aujourd’hui encrise, ne pourrait-on pasjustifier
cettecrise parlaméconnaissance duprincipevéritable et authentique,
entendu commecequi fonde,commande etoriente l’agirhumain,tantdu
pointdevue pratiquequethéorique? Il fautdonc aiderl’hommeàprendre
conscience de la source deses acteset à seconduireconséquemment.
L’idée de principerenvoie iciàla réalité d’un fondementinitialsur
lequel l’agir trouve etexercesa raison d’être.Et s’il estadmis que l’agir suit
l’être,ce principe neserait-il pasl’être oul’identité ouencore l’essence
même de lapersonne humaine?Cequi estdoncrecherché danscette étude,
c’estle principe en éthiquesociale etenthéologie morale;etils’agitnon
seulementde le découvrirmais surtoutde le nommer.
Leterme principevientdulatinprincipiumquisignifie
commencement, origine.En français, il désignecequi estpremier,aussibien
dupointdevue ontologiquequ’épistémologique oumoral;premierdevant
s’entendrecommecequi ne dépend pasdequelquechose d’antérieur soitdu
pointdevuechronologiqueque logique.Ainsi dansl’ordre de l’être, le
principeseraitla«cause première,active, primitive etoriginelle»;dans
l’ordre de la connaissance, ilserait une «proposition première, posée etnon
déduite»;etdansl’ordre de l’action, ilseraitlanormeuniverselle oula

2
GILBERTPaul, «Pour une métaphysiqueréflexive», inGregorianum69/1 (1988)
109-110.

20

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

«règle d’actions’appuyant sur un jugementdevaleuretconstituant un
3
modèle,unerègle ou unbut» .Lecommencementdontil est question dans
lanotion duprincipe n’estpas unsimple pointde départmaiscequi, encore
et toujours,commencecequialieuet, pourcela, lecommande, le dirige ou
l’oriente.
Rechercheretnommerle principeatoujoursétéune desfonctionsde
lapensée philosophique.De manière générale, il est situésoitdansl’étant,
soitdansle divin ou Dieu,soitencore danslelogos.Le principeainsi
recherché doitêtreassuré desaprimauté etexemptdetoutecontingence.
Pour ce faire, il faut qu’ilsoitdégagé de l’ordre duprincipié, mis àl’abri de
toutesubordination etdetout anthropomorphisme parlebiaisde l’analogie
4
quiseul peutle différer, le déplacer sansle perdretout àfait.Le principea
étéainsi désigné par Aristotesousle nom de «substance» etpar Thomas
d’Aquinsousle nom d’«acte d’être».
Dansla conceptionaristotélicienne, la substanceapparaît commece
qui est absolumentpremieret comme laformequi détermine
intelligiblementlamatière.La substance estlesubstratoul’intelligiblequi
demeuresousles accidents sensiblesetmouvants. «La substance,au sensle
plusfondamental, premieretprincipal du terme,c’est cequi n’estniaffirmé
d’unsujet, ni dans unsujet:parexemplel’homme individuel ou le cheval
individuel».Elle estdoncl’étantindividuelquisubsiste ensoi etauquel on
attribuetel ou tel prédicat.Aristote distingue lasubstance première des
substances secondes qui,selon lui,sontlesespècesetleursgenresoù sont
contenuesles substancesprisesau senspremier.Lasubstance première
subsiste ensoi;tandisqu’unesubstanceseconde estlogique etne peutêtre
que parlapremièrequi est, elle-même, orientéevers uneautre pourpouvoir
5
être intelligiblementaccessible .
Thomasd’Aquin, dontlapenséeau sujetduprincipes’inscritdans
l’horizon de lafoi en la création, metl’accent surl’existeroul’acte d’être.
Pourlui, le principe de lasubstanceconcrète ne peutêtreréduitau seul
couple de laformesubstantielle etde lamatièrequantifiée;le principe de la
substance n’estplus son essence;maisplutôtl’acte d’être.Avec Thomas
d’Aquin, l’essencereçoitl’acte,commechezAristote, lapuissancereçoit

3
Cf. «Principe», inROBERTPaul,Le nouveauPetitRobert.Dictionnaire
alphabétique etanalogiquede lalangue française,Éditions DictionnaireLeRobert,Paris
2003, p.2071.
4
Cf.MABILLEBernard, «Philosophie première etpensée principielle (Lerévélateur
néoplatonicien)», inMABILLEBernard,Le principe,LibrairiePhilosophiqueJ.Vrin,Paris
2006, pp. 9-11.
5
Cf.GILBERTP.,Lasimplicitédu principe.Prolégomènesàlamétaphysique, =
«Ouvertures» 13,Éditionsculture etVérité,Namur1994, pp. 54-56.

INTRODUCTION

21

d’êtreen mouvement.L’exister,telque leconçoitThomasd’Aquin,se
présentecomme le principe même, comme l’acte de la formequi détermine
lamatière indéterminée. «Ladoctrine desaintThomasprise danscequ’elle
apporte de nouveaupar rapport à celle d’Aristote, écrit P.Gilbert, est
existentielle de plein droit» parceque l’«acte d’êtreconnoteceque l’exister
6
adebrut, d’irréductible» .
Dansl’histoire de lapensée philosophique, nous avonsdonc au
moinsdeuxexemplesde nomination duprincipe.Cependant, lapensée
d’Aristote échoue parceque pensée de laforme etnon de l’acte de l’existant,
tandis quecelle deThomasd’Aquincourtlerisque d’existentialisme et
d’essentialisme,si l’«acte d’être» posé, parlui,comme principe estmal
compris.Dansl’histoire de la scolastique, en effet,ce principeaétéréduit à
l’esse existentiaedistinctde l’esse essentiae.En d’autres termes, ilaété
réduit à une formecomparableàl’essence ou,tout simplement,àl’existence
7
commeun purineffable .
Pouréviter cerisque,P.Gilbert suggère deconcevoirlerapportde
l’exister àl’essence noncommeunrapportd’antérioritéàpostériorité, mais
d’intérioritéàextériorité.Car,saintThomasne pense pas qu’il puisseêtre
8
une essence d’abordsansacte, puisenacte .Devantl’acte purdeThomas
d’Aquin, est-il possible d’éviterles réductionsexistentialisteset
essentialistesensuggérant auprincipeunautre nom?Unetelle nomination
est-elle nécessairevoireutile lorsqu’onsait que dans touteslescultureset
dans toutesles religions,ce principe estl’AbsolunomméDieu? Maisici la
questionse pose desavoir cequ’estl’essence dece principe, decet absolu
oudeDieu.

6
Cf.GILBERTP., «L’acte d’être:un don», inScience etEsprit, 41 (1989)280.
7
Cf.ibid., p.282.
8
GILBERTP.,Lasimplicité duprincipe…, pp.258-259:«Il n’yapasd’essencequi
puisse êtreréellement sansacte d’être.Il n’yapasnon plusd’acte d’êtrequi puisse être
réellement sansessence.Ladistinctionréelle ne faitpas que leréelsoitcomposé de deux
principes que l’on pourraitjoindre oudisjoindreà volontécommes’ils subsistaient
préalablement àpartl’un de l’autre.Àpremièrevue,cesdeuxprincipesont chacun leur rôle
pourla raison, l’essence étantle principe de l’universalité etl’existerle principe de
l’individualité.Mais ainsi opposés,cesdeuxprincipespeuventn’êtreque deuxnécessitésde
lapensée entre lesquellesil n’y ade nouveau aucune différenceréelle mais seulement une
différence de pensées.Enréalité, lorsqu’on parle de différence «réelle», on dit que l’exister
n’estpas un principe du réelqui estcomparableàl’essence,une essencequiviendrait
composer avec uneautre essence.Le primatde l’exister surl’essence estintérieur àl’étant
réel, etnonàlapensée desa structure.Ilsignaleunsurplusgratuitdontl’intelligibilité de
l’essence ne peutpas rendrecompte.Ladistinctionréelle nesignifie pas que l’exister
singulier s’ajouteà une essenceuniversellequi ne l’implique pas.Ellearticule plutôtla
contingenceradicale de l’existant qui estinjustifié par saseule essence».

22

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

Il està remarquericique lesensprimitif du termeDieu serattache
probablement àla racineindo-européenne,deisignifiantle faitdebriller.De
9
cetteracine dériveraitletermesanskritdevadésignant un être de lumière,
c’est-à-dire dieu;le monde païenattacherait ainsiaunom deDieu une idée
de lumière.Cette petiteremarque pourrait suggérer quetouteffortde donner
un nomauprincipe évoque d’une manière oud’uneautreson essence
suivantcequ’il évoque desoi-même.Ainsi, danslecasdeThomasd’Aquin,
l’essence deDieu, indissociableavec son existence estl’acte d’être.
Est-il possible,àla suite et àl’exemple deThomasd’Aquin, dese
mettreàl’écoute d’autresphilosophiesenvue de nommerd’unautre nom le
principe,communément appeléDieu? Le nom désigne lesujet quise
réfléchitdans sesprédicats, mais quiyestirréductible, et s’il désigneune
substance première, ilsignale l’unique.Et à cetitre, le principe échappeà
tout traitement conceptuel etlesmots qui le disentne peuventêtreque des
10
noms.Lecritère pour unetelle nomination pourraitêtre formulé ences
termes: que le nom donnéauprincipe indiqueautant que possibleson
essence, entant qu’il est cequi origine et commande l’être humain et son
agir.
D’un pointdevuethéologique, on pourraitdirequequand
l’évangélisteJean dit, parexemple,que «DieuestAmour» (1Jn 4,8.16),
c’est toute l’essence même deDieu qu’il entendainsi évoquerpartantde la
révélation même deDieu comme don desoi.EtThomasd’Aquin diraen
parlantdu Doncomme nom deDieu que «le fait quece nom impliqueun
rapport àla créature…supposesimplement quequelquechose d'essentiel est
inclusdans sanotion,comme l’essence estincluse danslanotion de
11
personne» .
Suivantcecritère etladéfinition même duprincipe, j’ai eu
l’intuitionque le don pourraitêtreun desnomsduprincipeà cause deson
ubiquité et son omniprésence dansles sphèresde l’être humain:sociale,
spirituelle,corporelle.Aussicette intuition m’est-elle donnéeàpartird’un
constatde laprésence de la catégorie dudon dansles textesbibliqueset
liturgiques, dansle langage de laviereligieuse et spirituelle.
Faceauproblèmeséthiquesde nos sociétésencrise de pointde
repère, je me demandesi lamise en évidence de laréalité dudoncomme
principe, etjusque làpasséesous silence, ne pourraitpasaideràun

9
Cf. «Dieu», inROBERTPaul,Le nouveauPetitRobert.Dictionnairealphabétique et
analogique de lalangue française, p.746.
10
Cf.GILBERTP., «L’acte d’être: un don», pp.277-278.
11
Cf.THOMASD’AQUIN,Sommethéologique,IaQ.38.a. 1,Les ÉditionsduCerf,
Paris1984, p. 418.

INTRODUCTION

23

changementdecomportementmoralchezl’homme ensociété et si elle ne
pourraitpasêtre le fondementdernierde discoursmoral.D’oùLe principe
don en éthiquesociale et théologie morale.Parcette formulation, j’entends
suggérer que le don estle principe nonseulementde l’agirhumain ensociété
maiségalementde lathéologie morale.Autrementdit, jevoudrais suggérer
que le don estcequi estàl’origine oufonde,commande etoriente l’agir
humain etlaréflexionthéologico-morale.Il en estle principe parexcellence.
Faceàunavenirmenacé parlatechnologieayantpourconséquence
detransformerl’agirhumain etfaceàl’insuffisance de l’éthique
traditionnelleàenaffronterlesméfaits,H.Jonas adéjàproposéune éthique
nouvellesousletitre de:Le principeresponsabilité.Une éthique pourla
12
civilisationtechnologique.À cette nouvelle éthique,appeléeaussiéthique
dufutur,H.Jonas confèreun fondementmétaphysique, ens’inspirantde la
13
«doctrine de l’être, dontl’idée de l’homme formeune partie» .Etc’est àla
lumière dece fondement qu’il écrit:
«Ce n’estpasl’obligation elle-mêmequi estl’objet [de la
morale]; ce n’estpaslaloi moralequi motive l’agirmoral, mais
l’appel du bien ensoi possible dansle mondequise dresse faceà
monvouloiret qui exige d’être écouté –conformément àlamorale.
14
Écouter cet appel estprécisément cequ’ordonne laloi morale» .
Ainsi pourrait-on déduire decette explicitationque l’ontologiesur
laquelleH.Jonasfonde l’éthique de la responsabilité est une ontologie du
bien.
Comme l’estime le présentateurde l’ouvrage, «Le principe
responsabilitéest une exigeante méditation»surla situation de prise en
otage de l’hommecontemporain «par cequ’ily ade plusfragile etde plus
menacé»;mais, nonseulement une excellente méditationsur«cettesituation
paradoxale», maiségalement unetentative «de dégager avec toute la rigueur
du conceptl’impératifcatégorique etlesnormes rationnelles valablespour
15
l’agiréthique dans unesituationaussi inédite» .La tentative deH.Jonas
d’empêcherle pouvoir technologique deseretourner contre l’homme et
l’humanité future demeureàjamais unestimulation nonseulementpour
l’éthique philosophique, mais aussi pourla théologie morale.
Maisla considération de la responsabilitécomme principe,telleque
nouslaisse penserletitre de l’ouvrage,semble discutable,si parprincipe il

12
JONASHans,Le principeresponsabilité.Une éthique pourla civilisation
technologique,LesÉditionsduCerf,Paris1990.
13
Cf.ibid., p.70.
14
Ibid., p. 123.
15
Cf.ibid., p. 12.

24

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

faudraitentendrecequi est àl’origine,commence oufonde et cequi
commande, oriente oudirige l’agirmoral de l’homme.Enphilosophie
morale, leterme principes’entend en effet,comme «unultimecritèrequine
peutêtre déduitd’une normesupérieure et qui fonctionnecomme la règle
canonique de ladéduction,de lajustification etde la critique desnormes
16
subordonnées» .Il joueraitdonclerôle de fondateurdes systèmesde
normespratiquesoud’actions.
Danslamême perspectivequeH.Jonas, j’entends suggérerle don
comme principe,considérant ainsi la responsabilitécommeun impératif ou
un devoir quirésulte dudon envue d’uneréponseaudéfi moral dumonde
contemporain.Àladifférence deLe principeresponsabilité,le principedon
voudrait suggérer quecequicommande, dirige ouoriente l’agirhumain est
en mêmetemps cequi est à son origine.Cequi,au contraire dudon,semble
inapplicableàla responsabilitéquisupposeune origine.Cette origine,selon
H.Jonas,c’estlebien.Ici,si l’onadmet que «le principe nes’impose pas
d’en dehorsde nos actes»,qu’il est«radicalementdifférent», mais sansêtre
«un idéalà rejoindre», et si l’onadmetencorequ’il «se donne pour que nous
17
puissionsl’exercerenchacune de nos activités» ,alorsle don, plutôt que le
bien,sembles’adapter à ses caractèresessentielsduprincipe.
Lalangue grecque possèdecinqmots qui,bienqu’ils traduisent
uniformémentleterme don,correspondent à bien d’autresmanières
différentesdeconsidérerle don.Ainsiavons-nousle motOI?qui estle
correspondantdu terme latindotouladote en français.Ils’agitdudon
nuptialque l’épouse oul’époux apporteaumomentdumariage en échange
du conjointoude la conjointe.LesmotsOD>P+etOI>=;,bienqu’ayant
apparemmentle mêmesens, ont respectivement unsensparticulier:OD>P+
comporte lesens spécifique dudon matériel, le don même;etF@542,celui
dufaitd’apporteroude destineren don.Par contre, le motOGQ6?désigne
exactementl’acte d’offrir, l’objetmême dudon n’existantpas, l’acte
juridique d’attribution d’une hérédité par volonté expresse en dehorsdes
règlesdetransmission normale etenfin l’acte médical de donner une
quantité de médicaments.Àladifférence deces quatretermes,celui de
ODR/;4indique l’honneur attribuéà un dieuou à unroi etles canons qu’une
communauté leurdoit.Comprisdans cesens,ODR/;4serait unsigne
18
d’estime, entendudans sanotionsociale,sentimentale etéconomique .

16
Cf.FORSCHNERMaximilian, «Principe moral», inHÖFFEOtfried,Petit
Dictionnaire d’Éthique,ÉditionsUniversitairesFribourgSuisse/LesÉditionsduCerf,
Fribourg/Paris1993, p.261.
17
Cf.GILBERTP.,Lasimplicité duprincipe…, p.20.
18
Cf.BENVENISTEÉmile,Problèmesde linguistique générale,ÉditionsGallimard,
Paris1966, pp.318-319;COMITOAngelo, «Dire“dono”oggi:tralinguaggio esignificato», in

INTRODUCTION

25

Danslalangue latine,ilyauraitdeux termes utiliséspourindiquerla
réalité dudon:munusetdonum.Laracine demunusserait:P/quisignifie
changer, échanger,altérer.En grec,:P/adonné leterme+:P/1Dquisignifie
changeroudonneren échange.En latin, lamêmeracineauraitdonné des
termes commemunis(-e)quiveutdire obligé,reconnaissant;immunis(-e)
quisignifie être exemptdecharge ouimmunisé;communis(-e)qui désigne
cequi est commun oupublique;communitas(-atis)quisignifiecommunauté
ou sociabilité ouencoreréciprocité;munus(-neris)que l’on pourrait traduire
pardon, prestation, fonction oudevoir.De laracine:P/nousavonsencore
des termescommemigroquisignifie partirou setransférerailleursou
encore émigrer;etmigratio(-onis)quisignifie migration,transfertou
passage.Quantau termedonum, ilauraitcommeracinedeh(accepter) de la
langue hittite.Decetteracine, dériveraitleverbe grecF&F;1-quisignifie
donneretlesubstantif latindonumque l’on pourrait traduire parobjetdonné,
19
oucadeau.
Dansl’embarrasde décider si laracined(, parlaquelles’exprime le
verbedonnerdanslaplupartdeslanguesindo-européennes, étaitcelle d’où
dérivaitexactementdonnerouprendre,Benvenisteaffirmequecetteracine
nesignifiaitproprementni l’un ni l’autre, maisl’un oul’autreselon la
construction,àl’instardu verbeanglaistotakequiadmetdeux sensopposés
selon lasituation:totakesomething fromdanslesensde prendre outotake
somethingtodanslesensde donner(livrer quelquechoseàquelqu’un).
SelonBenveniste,d(indiquait seulementle faitdesaisir; seule lasyntaxe de
l’énoncé le différenciaitensaisirpourgarder(= prendre) etsaisirpour
offrir(= donner).Chaque langueafaitprévaloirl’une deces acceptions aux
dépensde l’autre, pour constituerdesexpressions antithétiquesetdistinctes
deprendreetdedonner.Prendreetdonner,conclut Benveniste,se
dénoncentici, dans une phasetrès ancienne de l’indo-européen,comme des
notionsorganiquementliéesparleurpolarité et susceptiblesd’une même
20
expression .
Àpartirdesdonnéesdesonsensétymologique, il faut admettreque
le don est uneréalitécomplexe nonseulementdupointdevue
terminologique maiségalement conceptuel.Sa réalité implique
nécessairementl’économique, le politique, lesocial etmême lespirituel;
breftouteslesdimensionsessentiellesde la réalité humaine.La réalité du
dona aussiuneconnotation de gratuitétotale pour unevie encommunauté.

PANIZZAGiacomo,Il dono.Iniziatore disenso, direlazioni e di polis,RubbettinoEditore,
Soneria Mannelli2003, pp.27-28.
19
Cf.ibidem;BENVENISTEÉ.,Problèmesde linguistique générale, pp.322-323.
20
Cf.ibid., pp.316-317.L’auteurprécisequecetembarras vientde la considération
selon laquelle leverbe hittitedZsignifie nondonnermaisprendre.

26

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

En effet,qui parle decommunautéinsinue parlàmême l’idée d’échange,
d’offrande desoi, deréciprocité entre leshommes.Etla rencontreavec
l’immigrésupposeun échange nonseulement culturel mais aussi et surtout
d’expériencesdevie pouvantêtre interprétécomme don de l’un pourl’autre.
La complexitéterminologique et conceptuelle dudon donneàpenser qu’un
retour à sa signification originaire pourrait susciter uneconception nouvelle
surle principe et, partant,un nouveau regardsurl’être humain et sonagir.
Reconvertià sonsensoriginaire, le don manifesterait soncaractère
essentiel de finalisationàl’autre etdesoubassementde l’économievraie et
digne de l’être humain.Reconvertià sonsensoriginaire, le donserait une
réalitétransformatrice de nos sociétés, l’individualisme etl’égoïsmecédant
laplaceà unagirhumain favorableau bien d’autrui et àl’établissementdes
loisetprincipespour unebonnevie ensociété.Reconvertià sonsens
originaire, le donredeviendrait uneréalitéqui promeutla spiritualité etla
dignité de l’homme,comme donateuretdonataire.Bref, leretour au sens
originaire dudon, levrai, dirais-je, pourraitfairesusciterdansnos sociétés
en mal de moralité, oudebonne mœurs, le même effet queceluique nous
constatonsdanslaparabole de lafemmesamaritaine (Jn 4,1-39).N’a-t-elle
pasmanifestéune nouvellevie et une fortevitalité,une fois avoir comprisle
vrai don personnalisé enJésus?
Fortdecetteconvictionqu’inspire le doncomme principe en éthique
sociale, pourquoi ne pasespérer quetoutethéologie moralequi partiraitde
cetteréalitéconceptuellecommeson fondementet qui, parconséquent,se
laisseraitguiderparcettevérité puisse donner une nouvelle manière de
considérerl’être humain et sesexigenceséthiques?C’estcetespoir quele
principedon en éthiquesociale et théologie moralevoudrait tenterde
susciter.Letermeéthiqueest considéré dans cette étude indistinctementdu
termemoraleetdans sadoublesignificationàpartirdeson étymologie:P5=?
21
quisignifie habitude,coutume et45=?quisignifie demeure et caractère .
SelonAristote, la vertumoraleadvient àl’homme parhabitude
coutume (P5=?), elle estle produitdansl’ordre pratique.On pourraitdonc
insinuericique «l’homme habiteseshabitudes aupoint qu’ellespermettent
de définirl’"éthique" commesonlieuspécifique».Et selonHeideggerl’45=?
22
seraitle «séjouressentiel de l’homme, ouvert surl’Être» .Par rapport à

21
Cf.FOLSCHEIDDominique –MATTEIJean-François, «Éthique etlangage», in
FOLSCHEIDDominique –FEUILLET-LEMINTIERBrigitte –MATTEIJean-François,Philosophie,
éthique etdroitde lamédecine, = «ThémisPhilosophie»,PressesUniversitairesdeFrance,
Paris1997, pp. 15-16.
22
Cf.ibid., pp. 17;19.Heidegger,après avoir commentéunesentence d’Héraclite –
«Lecaractère propre d’un homme est son démon (dieu)» –,conclut:«Si donc conformément
au sensfondamental dumot45=?, leterme d’éthique doitindiquer quecette discipline pense

INTRODUCTION

27

l’éthiquesociale, le principe don pourraitdonc s’entendreicicomme étantle
lieud’où sourdradicalementl’agirmoral de l’être humain dans sa relationà
l’autre.Par rapport àla théologie morale, il pourrait s’entendrecomme la
réalité ontologique fondamentale detoutdiscourséthiqueàlalumière de la
foichrétienne envue d’expliquerlesensde l’agirhumain.
Mais un discours surle don est-ilvraimentpossible dans un monde
sans valeursetidentitéaffirméesetoùl’économie marque le pasd’une
manièreconsidérable etglobale? Parlerdudona-t-ilvraiment sensde nos
joursoù, pourl’hommecontemporain, le donsemble ne pas avoirde
signification etderôle fondamentaux? Ily alà uneréelle difficulté, mais une
difficultéqui dissimuleuneautrequestion plusfondamentale et sous-jacente
à celle dudiscours surle donqui n’est, en fait,qu’uneconséquence du
problème de l’identité de l’être humain et son origine.Levrai drame du
mondecontemporain estenvéritécelui decommuniquer avecl’homme
contemporain donton doute ouignore l’identité:dire don, oui, mais à qui?
Quelle estl’identité de lapersonneà qui jevoudraisparlerdudon?
Ladifficulté d’une détermination de l’identité de l’hommese
trouveraitdans un étatde profond déséquilibre enraciné danslecœurde
l’homme lui-même.C’est aufond de lui-mêmeque de nombreuxéléments
secombattent.L’être humain est comme écartelé par une double expérience:
celle desafinitude ontologique et celle d’unappelà uneviesupérieure.En
tant qu’être de désirsinfinismaisontologiquementlimité, l’être humain est
obligéaux choixet au renoncement,courrant ainsi le dangerd’accomplir
quelquefois cequ’il neveutpas aulieud’accomplir cequ’ilvoudrait.
«Ensomme,c'esten lui-mêmequ'ilsouffre division, etc'estde
là que naissent au sein de la sociététantetdesi grandesdiscordes.
Beaucoup, il est vrai, dontla vie estimprégnée de matérialisme
pratique,sontdétournésparlàd'uneclaire perception decette
situation dramatique;ou bien,accablésparlamisère, ils setrouvent
empêchésd'yprêter attention.D'autres, en grand nombre, pensent
trouverleur tranquillité danslesdiversesexplicationsdumondequi
23
leur sontproposées» .
Parlerduprincipe don enthéologie morale, équivautà concevoir,à
partirdudon lui-même, le doncommeuneréalité première etfondamentale
de laviesociale.Parlerduprincipe don enthéologie morale,c’estmontrer
que l’agirhumaintrouveson premieretdernierfondementdansle don

leséjourde l’homme, on peutdirequecette penséequi pense lavérité de l’êtrecomme
l’élémentoriginel de l’homme entant qu’eksistantestdéjàen elle-même l’éthique
originelle»,cf.HEIDEGGERMartin,Lettresurl’humanisme,Éditions Aubier-Montaigne,Paris
1964, p. 151.
23
CONCILEVATICANII,Gaudium et spes,constitution pastoralesurl’Église dansle
monde decetemps(7décembre 1965), n. 10,ÉditionsduCenturion,Paris1967.

28

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

compriscomme dernièreinstanceunificatrice et universelle des actes
humainset comme lanorme parexcellencequi oriente l’éthiquesociale.Il
s’agit ainsi pourla théologie morale deredonnerespoir àl’homme
d’aujourd’hui en lui indiquant que le don peutluicréer unclimatdevie
personnelle et relationnellevraie et authentique.
Ceque l’expérience indiquesurla réalité dudon dansla vie humaine
setrouveconfirmé dansla Bible où, plus que desimplesexpériences
humaines,c’estl’expérience de l’homme dans sonrapport àDieu que nous
avons.DansleNouveauTestament, le don,utilisé dansplusieurscontextes
etavecde différentes significationsplusoumoins techniquesdu terme grec
O/OD:6avectous sespréfixes(158 mots),apparaîtdans556 versets.s/OD:6,
sanscompositionavecdiversespropositions(66mots), estattesté dans 378
versets, maisavec419 présences.Leverbe grecutilisé habituellementpour
exprimerle phénomène dudon dansla bible estO6OG;N6;etlechamp
sémantique deceverbe estconstitué pard’autres verbescomme:N/R,D=
24
demander,9N:1+;D= prendre/recevoir,,AI=avoir,+/>D= prendre .
Le donbibliquese présenteàlafoiscommesource etexpression de
l’amour. «Dieuatantaimé le monde, écrit saintJean,qu’iladonnésonFils
unique,afinquequiconquecroiten lui nese perde pas, maisaitlavie
éternelle» (Jn3,16).Le don estlapreuve de l’amour(Jn 15,13;1Jn3,17-18;
Ac20,35;Jc2,14-16).Partantde laphénoménalité dudon dansla Bible, on
pourraitaussiadmettreque lavie,sonsoutien, les rapportsinterpersonnels,
lesalutetbien d’autres réalitésde lavie humaine dépendentdudon entendu
commeacte de donner quitrouvesajustification dansl’amourdivin.
L’histoire du salut, parce jalonnée pardesactesde don, est une histoire
d’amourentreDieuetl’humanité.
Donner, pourrait-onaffirmer, est un phénomènetellement universel
qu’il pourraitêtretraité presquecommeunsynonyme devivre.Comme la
vie, le don est un dynamisme.Raison pourlaquelle le motdon estassujettià
la suspicion dans uncontexteculturel marqué parle processus
d’industrialisation etlebien-être etoùl’efficience productive est considérée
commebase de l’être identifiéàl’avoir.D’aucunspensent que le don est un
objet qui, nonseulement, nese laisse pasexaminerfacilement, maisplus
encore,reste peupromettantpar rapportau résultat que l’on pourrait
atteindre dans unerecherchescientifique.Pire encore, dans unerecherche
surle don, dirait-on, oncourtlerisque d’êtresoumisauxpréjugésdevouloir
25
s’occuperde laphilanthropiequiadéjà céder saplaceàlajustice .

24
Cf.WODKAAndrzej,Unateologia biblicadel dare nelcontesto della colletta
paolina(2Cor8-9),EditricePontificia Università Gregoriana,Roma2000, pp. 9-11.
25
Cf.ibid., p. 12

INTRODUCTION

29

Faceà ces réticencesau sujetdudon,querépondresinonque le
discours surle principe don n’auraiteffectivementdesens ques’il
outrepasse leregistre de l’avoiretdu savoirobjectif pour retrouverle
conceptde don dans saréalité intégrale et unificatrice desesdiverses
formes.
«Un grand défiquise présenteànous au terme dece millénaire
est celui desavoir accomplirle passage,aussi nécessairequ'urgent,
duphénomèneaufondement.Il n'estpaspossible des'arrêter àla
seule expérience;mêmequandcelle-ci exprime et rend manifeste
l'intériorité de l'homme et sa spiritualité, il faut que la réflexion
spéculativeatteigne la substancespirituelle etle fondement sur
lesquelsellerepose.Une pensée philosophiquequirefuserait toute
ouverture métaphysiqueseraitdonc radicalementinadéquate pour
remplir une fonction de médiation dansl'intelligence de la
26
Révélation» .
Le discours àpartirdudon et surle don estencesensinévitable
parceque l’être humainvitessentiellementdans ununiversde don etparle
don.L’acte de donnerest source devie.La vie humainereste inconcevable
sansl’acte de donner.Etil mesemble impossible d’imaginer unseul instant
une existence humaine – de la conceptionàlamort–sansle don.Aussi me
semble-t-il impossible d’imaginer, neserait-cequ’un instant,une ouvertureà
l’autresansl’acte de donner.C’estle donqui initie la communion etle
partage;etla relation progressive d’intimité n’estpossibleauxêtreshumains
que danslesacrifice de l’un pourl’autre.
Le don est uneréalité de l’existence humaine;etdonnerest un
événementou unacte foncièrementéthique.Etceserait un manque pourla
théologie morale de passer sous silencecetteréalité dontl’être humaina
d’ailleurs consciencequ’il n’estpas àl’origine.L’objectifvisé ici est
justementde montrerlapossibilité d’une fondation de la théologie morale
surle don et toutl’intérêt que les théologiensmoralistes,sansdistinction de
spécialité,ygagnent.Mais comment?
Dupointdevuesociologique, le discours surle donabonde etce
27
depuisl’Essaisurle dondeM.Mausset sembles’imposerde plusen plus
dupointdevuequantité.ÀpartirdeM.Mauss,sociologueset
anthropologuesontcertainementeugain decause.Ainsique letémoigneA.
Caillé:

26
JEAN-PAULII,Fideset ratio, lettre encycliquesurles rapportsentre lafoi etla
raison (14septembre 1998), n. 83, inLaDocumentationcatholique2191 (1998).
27
Cf.MAUSSMarcel,Sociologie etanthropologie.Introductionàl’œuvre deMarcel
Mauss, = «Bibliothèque desociologiecontemporaine»,PressesUniversitairesdeFrance,
Paris1950, pp. 143-279.

30

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

«Ledépassementd’unebonne partdesimpassesdans
lesquelles s’enfermentles sciences sociales, lesdébatsde la
philosophie morale etpolitique etla vie politique elle-même, passent
parlapriseau sérieuxetpar un dégagementméthodologique de
touteslesimplicationsde ladécouverte effectuée par MarcelMauss.
Énonçons-ladans toutesaforce, ensurmontantla timidité deMauss
lui-même:la triple obligation de donner,recevoiret rendreconstitue
l’universelsocio-anthropologiquesurlequelsesont construites
toutesles sociétés ancienneset traditionnelles.C’esten faisantfond
surelleques’est bâtiecequ’on pourrait appeler, en généralisant, la
28
société première» .
Un discours surladimensionsocio-anthropologique dudona
certainement saplace dansnos sociétésoù c’estlesystème d’échange et
d’économiequi faitlaloi.Mais, il mesembleque pour unetentative de
poserle doncomme principe de l’agirhumain etde la réflexion morale,
l’approchesociologiquereste insuffisante parcequ’elle nes’interroge guère
surl’essence même dudon.Il faudraitdonc aller àla racine et, donc,au-delà
decequi, dansle don,sauteaux yeuxet quêter cequi demeure irréductibleà
laphysique ou auxphénomènes sensibles afin de montrer toutesaforce
comme principe.Pour ce faire, il faudraitfaireappelàlaphilosophiequia
pour ambition d’atteindre la radicalité oul’essence des choses.
Ordanslaphilosophiecontemporaine,JacquesDerrida(1930-2004),
Jean-Luc Marion (1936-) etClaudeBruaire (1932-1986)sontles
philosophes qui ontétudiéthématiquementle don.DerridaetMarionsont
certainementplusconnus queBruaireau sujetde laréflexionsurle don.Et
comme le ditS.Labate, la question dudon estd’actualité dansle débat
29
philosophiquesurtoutgrâceàDerridaetMarion .Derrida a appliqué le
conceptde donàsapratique déconstructrice pournousavertirde
l’impossibilité dudon;Marion parle expressémentdudon etde ladonation
enaffirmantnettementlaprimauté de ladonation et repensant tout
30
phénomène etmême lesujetàlalumière dudon .Bruaire estamenéà
étudierle don dans satentative d’asseoir une ontologie de l’esprit.AvecG.
Richard, il faut reconnaîtrequeBruaire – mêmes’il estmoins connu que
DerridaetMarion –ale privilège d’«avoirdéveloppéuneconception de

28
CAILLÉAlain,Anthropologiedudon.Letiersparadigme,ÉditionsDescléeDe
Brouwer,Paris 2000, p. 11.
29
Cf.LABATESergio,Lavérità buona.Senso e figure del dono nel pensiero
contemporaneo, = «Orizonte filosofico»,CittadellaEditrice,Assisi2004, p. 9.
30
Cf.CURRÒSalvatore,Il dono e l’altro.In dialogoconDerrida,LévinaseMarion,
= «Bibliotecadiscienzereligiose» 189,Libreria AteneoSalesiano,Roma2005, p. 11.

INTRODUCTION

31

l’hommecommeêtredonnéàlui-même, en donnant à chaque mot tout son
31
poids» .
Avant ces troisphilosophes– dePlatonàHegel etpeut-être même
au-delà– presquerien n’estditdudon danslechamp de laphilosophie.
Certes, dansTopiques,Aristote parle dudon, de ladonation oudu transfert
de lapossession maispourexpliquer qu’aussibien l’espèceque le genre
doivent avoirdetermesderéférence, égauxen nombre pourl’une etpour
l’autre et sereporter àeux selon les relationsgrammaticales:
«Ladonation, écrit-il,se ditdequelquechose, ou à quelqu’un,
comme d’ailleursletransfertde possessionse ditdequelquechose,
eten outreà quelqu’un.Letransfertde possession,certes, est un
genre de ladonation:ladonation envérité est untransfertde
32
possessionqui n’attend pasderestitution» .
Mêmechez un philosophe deréputation historiquecommeAristote,
le don «n’apparaîtnullement commeunconceptfondamental, etencore
moins comme leconcept autourduquel le discoursphilosophique devrait
s’édifier».C’est sansdouteà cause decette lacune,que l’entreprise
philosophique deDerridaetdeMarionsurle donsemblese démarquerde la
métaphysiqueclassique oude latradition philosophique.Àladifférence de
cesderniers,Bruaire,toutenrestantfidèleàlatradition philosophique, «asu
montrer que lanotion dudonrecèleunerichesse designification et une
puissance d’éclaircissement toutàfait réelles,s’agissantde la conception de
33
l’homme» .
Je n’avaisdoncpasautrechoix que de prendre enconsidération
Derrida,Marion etBruaire etlesinterroger tout simplement:que dites-vous
dudon?espérantainsitrouverchezeux quelques réponses quiconfirmentou
infirmentl’intuitionselon laquelle le donseraitcequi explique, fonde et
guide l’agirde l’homme ensociété etle discours théologico-moral.Ils’agit
doncd’entreren dialogueaveclaphilosophie dudon dansl’espoirde
pouvoirmontrer que le don est uneréalitéconceptuellequirecèleune
implication éthique pourlaviesociale etfondatrice pourlathéologie morale.

31
RICHARDGildas,Nature etformesdudon,ÉditionsL’Harmattan,Paris 2000, p.
241, note233.
32
ARISTOTELE,Topici,LivreIV, 125a, inOpereII,Organon: Topici,confutazioni
sofistiche,EditoriLaterzaeFigli,Bari 1973, p. 88 (C’estmoiquitraduis).Notonsicique
Thomasd’Aquinconsidèrecette notion dudonchezAristote pouraffirmer que «prisau sens
personnel enDieu,"leDon"est un nom propre duSaint-Esprit»,cf.THOMASD’AQUIN,
Sommethéologique,IaQ.38.a.2, p. 419.
33
RICHARDG., «Nature etformesdudonRésumé», in http://philo.pourtous.free.fr /
Le%20don/resume.htm,consulté le 5 juillet2006.

32

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

D’oùlaformulation du sous-titre:Une implicationde laphilosophie dudon
chezDerrida,Marion etBruaire.
Lapensée – déconstruction – deDerridasurle dontrouvesaforme
systématique dansDonnerletemps(1991) etDonnerlamort(1992)Le
discoursphilosophique deMarion (1946–)surle dons’inscritdans
l’horizon de laphénoménologie de ladonation et se déploie dansRéduction
etdonation(1989),Esquisse d’unconceptphénoménologique dudon(1994)
Étantdonné(1997),Desurcroît(2001), etdansLevisible etlerévélé
(2005).Laphilosophie dudonchezBruaire (1932-1986)s’inscritdans
l’horizon de lamétaphysique et se déploie dansL’être etl’esprit(1983).
Maiscetouvrageaétévoulupar sonauteurcommeunesorte de
récapitulation deson œuvresurl’anthropologie exposée dansL’affirmation
deDieu(1964) etPhilosophie ducorps(1968); surlathéologierationnelle
exposée dansLe droitdeDieu(1974) etPourlamétaphysique(1984);et sur
l’éthique exposée dansLaraison politique(1974) etUne éthique pourla
médecine(1974).
Outre l’actualité de lapensée deDerrida,Marion etBruaire,c’est
l’importance même de laphilosophie pourlaréflexionthéologiquequi
justifie monchoix.Laphilosophie, entant qu’amourde lasagesse, ne peut
qu’aiderlaraisonàredécouvrird’une manière oud’uneautre lecontenude
lafoireçue grâceàlarévélation.Carlavérité ne peutconduirequ’àla
vérité.Laphilosophie, disait-on, estlaservante de lathéologie.Etentant
quetelle, elle nesaurait contredire la théologie.Et avec Bruaire, on pourrait
direque laphilosophieanime la théologie et que la théologie, entant
qu’«activité mémoriale dulangage deDieu»,remeten marche laphilosophie
danslebut ultime deréanimer«l’intelligence de lafoiaucreusetde la
mémoirevivifiée de la Révélation, mémoirevérificatrice de lafidélité
34
éprouvée» .
On pourraitdire,commeJean-PaulII,que «Lafoi etla raisonsont
comme lesdeux ailes qui permettent àl’esprithumain des’élever versla
contemplation de la vérité».Jean-PaulII affirme d’une manière particulière
que «la théologie moraleapeut-êtreunbesoin encore plusgrand de l’apport
philosophique»,car«danslaNouvelleAlliance, la vie humaine est beaucoup
moins réglée pardesprescriptions que dansl’AncienneAlliance»; Par
conséquent,c’estla vie dansl’Esprit qui «conduitlescroyants à une liberté
et à uneresponsabilitéquiva au-delàde la Loi, elle même».Faceà cette
réalité, «l’Évangile etlesécritsapostoliquesproposentcependant soitdes
principesgénérauxdeconduitechrétienne,soitdesenseignementsetdes

34
Cf.BRUAIREClaude,L’être etl’esprit, = «Épiméthée»,PressesUniversitairesde
France,Paris1983, pp. 109-110.

INTRODUCTION

33

préceptesponctuels» dontl’applicationconcrète dansla vieindividuelle et
sociale exigent que lechrétiensoit apteà«engager àfondsa conscience etla
35
puissance desonraisonnement» .
D’oùlanécessité pourlathéologie morale de «recouriràune
conception philosophiquecorrectetantde lanature humaine etde lasociété
36
que desprincipesgénérauxd’une décision éthique» .Ayantpourobjet
spécifique l’agirchrétien présupposantl’agirmoral naturel,àsavoir
l’ensemble des règlesd’actionqui dériventde lanature même de l’être
humain, lathéologie morale nesauraitfaire fi de l’éthique philosophique du
don.Ilyauraitmêmeurgenceày recourir surtoutences temps-ci oùla
théologie moralesemble être encrise de fondement,afin de pouvoir
répondreauxexigences spécifiquesde lapensée éthique.
La convictionsous-jacente danscerecoursàlapensée philosophique
dudon est qu’encelle-ci le dons’offre déjà àvoircommeun principe d’agir
etde lapensée.Lapensée philosophique dudon implique déjàle don
comme principe.Desortequ’il nes’agitpasdanscette étude d’inventerle
principe don oude le déduireàpartirde lapensée philosophique dudon,
mais tout simplementde le découvriretle faireconnaître explicitementen le
formulanteten le proposantcommetel en éthiquesociale etenthéologie
37
morale .Plutôt qu’une déduction, ils’agitdoncde montrer que l’agir
humain ensociété etla réflexionthéologico-morale impliquentle don
comme principe, mais qui juste làest resté méconnuetnon encore formulé
explicitement.
Cette études’inscritdoncdansl’horizon d’un discours théologique
qui, nonseulement chercheàintégreret à assumerla réflexion
philosophiquesurle don, mais aussiàprendre enconsidération lesdonnées
de la révélationchrétiennesurl’être humain.Lebut visé estde donner aux
morales spéciales unseul et unique fondement– le don – pour un discours
normatif de la conduite humaine ensociété et conformeàl’être même de la
personne humaine et àla volonté divine.Rendre explicite le principe don en
éthiquesociale etenthéologie moraleseveut comme effortdecontributionà

35
Cf.JEAN-PAULII,Fidesetratio, n.68.
36
Cf.JEAN-PAULII,Fideset ratio, n.68.
37
Cf.BLONDELMaurice,Exigencesphilosophiquesduchristianisme,Presses
UniversitairesdeFrance,Paris1950, p.288:«Impliquer,c’estnon pasinventer, déduire; c’est
découvrir cequi estdéjàprésent, maisnon encoreremarqué, non encore explicitement connu
etformulé.Ce mot suggère doncàlafoisl’idée d’unecompénétrationréelle etd’une
dépendance logique:d’une part, lesfaits comportent unesolidaritéqui ne permetpasde les
isoler sans rompre leurs conditionsetleurs articulationsnaturelles;d’autre part, des vérités
s’impliquentlorsque l’une exige l’autre,alorsmême,comme le dit Leibniz,qu’onavaitpas
fait attentionà cequ’elles sontnécessairesl’uneàl’autrecomme desrequisits».

34

LE PRINCIPEDON EN ÉTHIQUE SOCIALE ET THÉOLOGIE MORALE

l’effortdes théologiensmoralistesdansleur rôle de «mettre en lumière la
sublimevocation desfidèlesdansleChristetleurdevoirde porterdesfruits
38
dansla charité pourla vie dumonde» .
Déjà,Mattheeuws, partantde l’idée d’unDieuAmour quise donne
etduconstatde laprésence dudonaucœurde l’univers, de l’Église etde
toute personne humaine,aeul’intuition derendre plusexplicitecequi lui
semblaitêtre latrame de l’être:le don.Ila ainsi développéunethèse
originalesurle mariage fondésurle don:Les«dons» dumariage.Recherche
39
dethéologie morale et sacramentelle.Son efforta consistéàvérifier
l’importance de lathématique dudon danslesacrementdumariage, en
s’inspirantde l’ontodologiedeBruaire etdesprincipaux textesmagistériels
en lamatière et, particulièrement,ceuxdupapeJean-paulIIeten dialoguant
avecd’autresauteurs,commeR.Habachi,P.RicœuretE.Lévinas,au sujet
du statutde l’homme etde lafemme etde leur relation mutuelle.
Commentprocéderpourdécouvriretmettre en évidence le principe
don en éthiquesociale et théologie morale? Je partirai desdonnées
philosophiques surla réalité dudon en passantpar unregardcritiquesurles
thèsesfondamentalesdes auteurs choisis.Les troispremiers chapitres
suivront une démarcheanalytique, parcequ’ily s’agiraderecueillirlesens
de la conception philosophique dudon.Lequatrièmesera unecritique de la
position decesphilosophies surle don envue d’unevisioncomplètesurla
réalitéconceptuelle dudonquiseraproposécomme principe en éthique
sociale etenthéologie morale danslecinquième etdernier chapitre.
Dansle premierchapitre portant surlapensée dudonchezDerrida,
il faudraitd’abordcirconscrirecette pensée dite déconstruction;ensuitevoir
commentleconceptde dons’y trouveappliqué;etenfinvoircomment
Derridalui-mêmeconçoitle don.Danslesecondchapitre portant surle don
réduitàladonation danslaphénoménologie deMarion, il faudraitlà aussi
cernerd’abord la conception phénoménologique deMarion;ensuitevoirce
qu’il entend pardonation phénoménologique etenfinvoirlaplace dudon
danscette donation.Dansletroisièmechapitre portant surla conception de
l’ontodologiechezBruaire, ils’agiraitd’abord devoircommentBruaire est
arrivéà ce néologisme,avantdevoircequ’il entend parce nouveauconcept:
sesimplications terminologiqueset sesapplicationsanthropologiques.
Danslequatrièmechapitre portant surladéconstruction duconcept
de don en éthique, ils’agirait, dans un premier temps, dereprendre et

38
Cf.CONCILEVATICANII,Optatamtotius, décret surlaformation desprêtres(28
octobre 1965), n. 16,ÉditionsduCenturion,Paris1967.
39
MATTHEEUWSAlain,Les«dons» dumariage.Recherche dethéologie morale et
sacramentelle,ÉditionsCulture etVérité,Bruxelles1996.