//img.uscri.be/pth/1a123e97b1d96e246b2b10c4a9e83095e8eb8ef6
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Métaphysique pour un nouvel existentialisme

De
246 pages
L'espace de la métaphysique, depuis Kant, demande à être reconquis. Après Schopenhauer et Nietzsche, on sait combien la notion de transcendance est redevenue une priorité. Comment par exemple cautionner la doctrine sartrienne selon laquelle l'existence doit précéder l'essence? L'heure est donc arrivée d'éclairer et de conforter quelque peu notre époque en proie à une certaine déshérence. En somme, une nouvelle métaphysique, susceptible de générer un existentialisme ou un humanisme beaucoup plus fécond et heureux.
Voir plus Voir moins
                                    I  N SB97: -2-8-633450023-2étap5 Mque hysi rnup uoev ln uontteisexesMliia
Métaphysique  pour un nouvel existentialis
Me
Aristide Nerrière
philosophiques
Commentaires
 
 
 
 
 
 
Métaphysique pour un nouvel existentialisme
Commentaires philosophiques Collection dirigée par Angèle Kremer Marietti et Fouad Nohra   Permettre au lecteur de redécouvrir des auteurs connus, appartenant à ladite histoire de la philosophie, à travers leur lecture méthodique, telle est la finalité des ouvrages de la présente collection.  Cette dernière demeure ouverte dans le temps et lespace, et intègre aussi bien les nouvelles lectures des classiques par trop connus que la présentation de nouveaux venus dans le répertoire des philosophes à reconnaître.  Les ouvrages seront à la disposition détudiants, denseignants et de lecteurs de tout genre intéressés par les grands thèmes de la philosophie.  Déjà parus   Michèle PICHON, Gaston Bachelard, Lintuition de linstant au risque des neurosciences , 2012. Guy-François DELAPORTE (traduction de), Métaphysique dAristote, Commentaire de Thomas dAquin , Tome II, 2012. Guy-François DELAPORTE (traduction de), Métaphysique dAristote, Commentaire de Thomas dAquin , Tome I, 2012. Babette BABICH , La fin de la pensée ? Philosophie analytique contre philosophie continentale , 2012. Angèle KREMER-MARIETTI, Les ressorts du symbolique , 2011. Emmanuelle CHARLES, Petit traité de manipulation amoureuse, 2011. Monique CHARLES, Apologie du doute , 2011. Abdelaziz AYADI, La philosophie claudicante , 2011. Mohamed JAOUA, Phénoménologie et ontologie dans la première philosophie de Sartre , 2011. Edmundo MORIM de CARVALHO, Poésie et science chez Bachelard , 2010. Hichem GHORBEL, L'idée de guerre chez Rousseau. Volume 2, Paix intérieure et politique étrangère , 2010. Hichem GHORBEL, L'idée de guerre chez Rousseau. Volume 1, La guerre dans l'histoire , 2010. Constantin SALAVASTRU, Essai sur la problématologie philosophique , 2010.
 
 
 
 
 Aristide NERRIÈRE      Métaphysique pour un nouvel existentialisme                    
 
 
      
 
    
                    © L'H ARMATTAN , 2012 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Paris   http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr  ISBN : 978-2-336-00542-3 EAN : 9782336005423
 
 
 
 
 
 
« Long est le temps, mais il advient, le vrai »                                 Hölderlin
PROLOGUE
Il nest pas facile dêtre un homme. De cela, tout le monde en convient, le plus averti comme le plus dépourvu des êtres. Mais rarement dune manière explicite. Même si la plupart dentre nous laissent entendre, lors de certains conciliabules, que leur statut dexistant ne constitue pas une sinécure, il est de bon ton, dans lordre du quotidien, de relever la tête et de nen rien laisser paraître. Stoïcisme madré de pudeur, sans quoi le vivre ensemble, la société seraient impossibles. Dautant quil y a les aléas de lêtre insondable, la noria des jours égaux, le laminoir du temps courbe. Emportés par notre planète-mère, ne sommes-nous pas en premier lieu tenus de tourner autour de son astre tutélaire nommé Soleil ? Pareils à des éphémères gravitant sans trêve autour dune lampe. Si bien quil nest dans ce domaine de linéarité salvatrice que sortie de notre imaginaire ou de certains systèmes religieux. Le mode de fonctionnement de la mécanique universelle relève à lévidence du cercle et de ses incessants recommencements. Et il nest pas jusquà la notion de vertige, quexpérimentent si souvent nos intériorités, qui ne fût la rançon de cette contingence. Notre épuisant rapport aux ombres et à la lumière tour à tour pourvoyeuses de matins et de soirs ? Résultant de lindéfectible tournoiement de notre globe sur son axe ainsi quen périphérie de son étoile la plus proche. Mais là ne sarrêtent pas les incontournables de notre condition dans largile périssable. Il y a aussi le terrible, le lancinant pourquoi ? que la Nature, à lopposé des autres créatures, a cru devoir déposer en notre sein. Probable conséquence dun lent processus évolutif qui, tout en ayant paré notre espèce dun lustre sans égal, la plongée dans un abîme dexpectative et de solitude. Car si personne néchappe dans nos rangs à ce sempiternel prurit de linterrogation fondamentale, pas plus les doctes que les prétendus simples en esprit, il reste que le salaire traditionnel des réponses est ici très insatisfaisant.
9