172 pages
Français

Philosophie et médecine

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La médecine est intimement liée à la philosophie en un dialogue permanent. Ce rapport n'est pas exclusif car bien d'autres composantes des sciences humaines, la sociologie, l'anthropologie, le droit, la psychologie, entre autres, côtoient la médecine. Cependant, médecine et philosophie demeurent autonomes, même si la pratique médicale rend les deux nécessaires. Cet ouvrage revient sur les perspectives du devenir de la condition humaine, qui, transformées par les nouvelles technologies, vont bouleverser l'approche philosophique de la médecine, la rendant plus indispensable que jamais.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 mars 2017
Nombre de lectures 14
EAN13 9782140031588
Langue Français
Poids de l'ouvrage 19 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Philippe Scherpereel
Philosophie et médecine
PHILOSOPHIE ET MÉDECINE
Médecine à travers les siècles Collection dirigée par le Docteur Xavier Riaud L’objectif de cette collection est de constituer « une histoire grand public » de la médecine ainsi que de ses acteurs plus ou moins connus, de l’Antiquité à nos jours. Si elle se veut un hommage à ceux qui ont contribué au progrès de l’humanité, elle ne néglige pas pour autant les zones d’ombre ou les dérives de la science médicale. C’est en ce sens que – conformément à ce que devrait être l’enseignement de l’histoire –, elle ambitionne une « vision globale » et non partielle ou partiale comme cela est trop souvent le cas. Dernières parutions Xavier RIAUD,Dent et archéologie, 2017. Michel A.GERMAIN,Les tables d’opération. De l’Antiquité à nos jours, 2016. PhilippeSCHERPEREEL,Médecins et infirmières dans la guerre de Crimée. 1854-1856, 2016. Mélanie DECOBERT, Odontologie médico-légale et Seconde Guerre mondiale, 2016. François RESCHE,Le papyrus médical Edwin Smith, 2016. er XavierRIAUD,Napoléon I et ses dentistes, 2016. PhilippeSCHERPEREEL,Jusqu’à ce que mesAlbert Calmette. « yeux se ferment », 2016. PhilippeSCHERPEREEL,Pietro d’Abano. Médecin et philosophe de Padoue à l’aube de la Renaissance, 2016. e BernardDEMARSANGY,La Psychiatrie vécue auXIX siècle. Lettres à Louisa, 2016. e Isabelle CAVÉ,Etat, santé publique et médecine à la fin du XIX siècle français, 2016. Julien MARMONT,L’Odontechnie ou l’art du dentiste. Poème didactique et descriptif en quatre chants, dédié aux dames, 2016. Patrick POGNANT,La Folle Clinique sexuelle du professeur P***. De la Belle Époque aux Années folles, 2016.
Philippe Scherpereel PHILOSOPHIE ET MÉDECINE
Du même auteur Médecins et infirmières dans la guerre de Crimée. 1854-1856, L’Harmattan,2016
Pietro d’Abano. Médecin et philosophe de Padoue à l’aube de la Renaissance,L’Harmattan, 2016.
Albert Calmette. « Jusqu’à ce que mes yeux se ferment », L’Harmattan, 2016.
Un secret bien gardé. TheBookEdition, 2014
Tout a son contraire. TheBookEdition, 2014 Enigme du temps et de l’espace. TheBookEdition, 2013 Les plumes du paon. TheBookEdition, 2013 Au-delà des sens : l’énigme de la beauté. TheBookEdition, 2012 © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr ISBN : 978-2-343-11439-2 EAN : 9782343114392
PROLÉGOMÈNES
Pour pratiquer avec succès l’art de guérir, il faut être versé dans les sciences que cultivent les philosophes, et pratiquer les vertus dont ils nous donnent l’exemple, d’où il résulte que le vrai médecin est en même temps philosophe.
 Galien 129-216
La médecine est intrinsèquement liée à la philosophie en un profond dialogue théorique et méthodologique.La maladie et la souffrance, la fragilité et la finitude de la condition humaine, le corps, le savoir médical, le pouvoir du médecin, les techniques de soins, la recherche médicale et les biotechnologies, la santé : tout cet ensemble constitue un objet d’interrogation majeure pour la philosophie. Cette phrase, placée en exergue de l’anthologie de textes rassemblés par Marie Gaille, montre bien la diversité des liens entre philosophie et médecine, qui vont bien au-delà de la seule éthique. Ce « nouage » de la médecine et de la philosophie ne se limite pas à un couple, car la philosophie de la médecine côtoie aujourd’hui bien d’autres composantes des sciences humaines : la sociologie, l’anthropologie, le droit, les sciences politiques et l’économie, la psychologie, entre autres.
Le but de la médecine est de lutter contre la souffrance, la maladie et la mort. Cette recherche se retrouve dans les civilisations les plus archaïques, quel que soit l’endroit, notamment en Occident comme en Orient. Le besoin de guérir a longtemps été isolé, se bornant à des pratiques de sorcellerie et de charlatanisme. Lorsque la philosophie est
7
apparue, elle a permis à la médecine de se construire sur une épistémologie dédiée aux concepts, théories et méthodes de la pratique des soins, ainsi que sur une éthique, qui sera élaborée au fil des siècles par les médecins et les philosophes. Cependant, médecine et philosophie demeurent autonomes : la philosophie n’est pas la médecine, ni une médecine, et la médecine n’est pas une philosophie, mais nous avons besoin des deux, précisément parce qu’elles sont différentes.Quant à relancer un débat récurrent de savoir si la médecine est un art ou une science, il est plus intéressant de regarder comment ces deux dimensions se conjuguent. Philosophie et médecine se nourrissent l’une de l’autre, bien qu’elles n’aient pas cessé d’entretenir depuis l’antiquité une relation aussi passionnelle que conflictuelle. Des pratiques médicales sont connues depuis la plus haute antiquité. En Egypte, elles sont représentées par la e découverte de papyrus tels ceux d’Edwin Smith, au XXX e siècle av. J.-C., d’Ebers au XVI siècle av. J.-C. et de Kahun sur la gynécologie autour de 1800 av. J.-C.. A Babylone, certaines pratiques sont décrites dans leManuel de diagnostic,autour de 2000 av. J.-C.. Il n’est pas possible cependant d’établir un lien avec une philosophie, la relation se faisant plutôt avec des croyances religieuses. Dans l’Inde antique, la médecine était représentée par l’Ayurveda, ses deux écoles, et ses huit branches, correspondant à autant de spécialités, médecine interne, chirurgie, ORL, pédiatrie, toxicologie et obstétrique. Médecine et philosophie étaient étroitement liées et représentées par des personnages mythiques, comme Nagarjuna dont l’importance de l’enseignement était comparable à celle de Bouddha lui-même. Dans la Chine ancienne, la médecine traditionnelle était inspirée du Taoïsme et de l’Unique Principe Universel, avec ses deux lois principales : chaque chose qui a un
8
début a une fin, chaque chose a son contraire, dont le modèle est leYinle et Yang. Son origine remonte autour du troisième millénaire avant notre ère, avec les empereurs mythiques, Fu Xi, promoteur de la théorie du Yin et du Yang, facettes contraires mais complémentaires de l’univers, Shen Nong, découvreur des vertus des plantes médicinales et Huang Di, de l’acupuncture. Les principes fondamentaux de la philosophie de la médecine chinoise ancienne étaient : la globalité de l’être, l’individualité du corps, l’échange permanent entre le microcosme, l’homme, et le macrocosme, l’univers, l’interactivité avec les cycles de la nature ainsi qu’entre le physique et le psychique. L’élément déterminant de la santé était le Chi, un flux d’énergie en mouvement perpétuel dans le corps, dont le blocage entraînait la maladie, dont le symptôme était un déséquilibre, notamment entre le Yin et le Yang. L’organisation de l’univers reposait sur cinq éléments : le bois, le feu, la terre, le métal et l’eau, appelés aussi mouvements. Les fondements de la médecine chinoise étaient représentés par cinq disciplines : l’acupuncture, la pharmacopée, à base de plantes médicinales, la diététique, le massage Tui Na, et les mouvements avec le Qi Gong, le Shiatsu et le Kobido.
Dans l’antiquité grecque, la différence entre philosophie et médecine n’était pas aussi tranchée. Les médecins étaient philosophes et les philosophes médecins. Si le terme de philosophe semble avoir été utilisé pour la première fois par Pythagore, Alcméon, considéré par Aristote comme un philosophe, était un médecin, qui le premier avait défini la santé et la maladie. Aristote lui-même n’était pas médecin, mais était d’une famille de médecins, d’où vraisemblablement son intérêt pour la médecine. Empédocle, Diogène d’Apollonie, Hippon et Philolaos sont à la fois médecins et philosophes. Partant du principe que la sagesse est à l’âme, ce que la santé est
9