Polémologie et irénologie

Polémologie et irénologie

-

Livres
191 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage s'attele à montrer le rapport dialectique entre la guerre et la paix. La guerre semble être le lot des hommes. Les causes, les sources de la guerre sont relevées ici et les théories sur les guerres traditionnelles et modernes y sont développées. La guerre ne peut cesser que si les causes des conflits entre les nations, entre les hommes peuvent être extirpées. Cette étude corrige l'opinion selon laquelle les relations internationales et la philosophie ne peuvent faire bon ménage. La polémologie et l'irénologie sont donc inséparablement liées aux réflexions philosophiques.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juillet 2017
Nombre de lectures 56
EAN13 9782140042348
Langue Français
Signaler un abus
Etudes africaines
Série Philosophie
Martin Fortuné M M
Polémologie et irénologie
Une question philosophique des relations humaines et internationales
Préface de Jean-Pierre Marien Lianza Zalonkele
Polémologie et irénologie
Collection « Études africaines » dirigée par Denis Pryen et son équipe
Forte de plus de mille titres publiés à ce jour, la collection « Études africaines » fait peau neuve. Elle présentera toujours les essais généraux qui ont fait son succès, mais se déclinera désormais également par séries thématiques : droit, économie, politique, sociologie, etc.
Dernières parutions
Edwige KOUADIO,Du fosterage à l’adoption plénière.L’adoption des enfants de la pouponnière d’Adjamé (Abidjan, Côte d’Ivoire), 2017. Patrice MOUNDZA, Le quotidien des artères urbaines du Congo, 2017. Jean-Emery ETOUGHÉ-EFÉ,Les bars populaires de Libreville. Des construits de sociabilités, 2017. Guy MVELLE et Laurent ZANG (Dir.),L’Union africaine quinze ans après, Tome 2, 2017. Guy MVELLE et Laurent ZANG (Dir.),L’Union africaine quinze ans après, Tome 1, 2017. Joachim Emmanuel GOMA-THETHET, Marcel IPARI, Raymond Timothée MACKITHA,Introduction à l’histoire et aux civilisations des peuples de la Lékoumou (Congo), 2017. Alhousseini MOULOUL,L’intégration économique et juridique en Afrique, 2017. Martial JEUGUE DOUNGUE,La garantie des droits fondamentaux au Cameroun, 2017. Mamadou Billo BARRY,Gouvernance et coopération internationale en éducation, Le cas de la Guinée, 2017. Christine THÉODORE,Objets d’initiation.Rencontre avec un chasseur dozo. Échanges d’objets d’initiation et modifications des interactions, 2017. Pierre GIGUÈRE,L’accès à l’habitat dans l’Afrique des villes. Un toit pour l’Afrique, 2017. Daniel MULENDA LOMENA EMAMBA,La gestion de l’intégration des entreprises par la préservation des écosystèmes naturels, 2017. Christelle BELPORO, La responsabilité des entreprises multina-tionales pour les violations des droits de l’homme en Afrique, 2017.
Martin Fortuné MUKENDJIMBANDAKULUPolémologie et irénologie Une question philosophique des relations humaines et internationales
Préface de Jean-Pierre Marien LIANZAZALONKELE
Du même auteur Condensé de logique, Expression orale et écrite. Pour penser, parler et écrire convenablement, Lubumbashi, édition Kivunge, 2003. Grands courants de la pensée contemporaine, Kinshasa, CEDESURK, 2009. Somme des pratiques éthiques et/ou déontologiques, Kinshasa, édition Médias-Paul, 2012. Les mots et les expressions de la langue française inspirés de la Bible, Essai de commentaire, Kinshasa, Edition Patmos, 2014. Didactique de l’enseignement et de la recherche en science philosophique, Kinshasa, éd. Feu Torrent, 2015. Condensé de logique, expression orale et écrite. Pour ème penser, parler et écrire convenablement, 2 édition, Kinshasa, éd. Feu Torrent, 2015. Lecture dialectique des mécanismes de conquête et de conservation du pouvoir chez Machiavel, Kinshasa, éd. Feu Torrent, 2016. © L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-12108-6 EAN : 9782343121086
PRÉFACE
C’est une joie d’accepter de préfacer cet ouvrage qui vient à son heure. En effet, dans un univers anarchique où prime la souveraineté des États c’est-à-dire, la légitimité et la légalité du recours à la force armée face à l’alternative de la paix ou de la guerre, quelle morale doit guider l’action diplomatico-stratégique ? Quelle éthique de res-ponsabilité ou de convictions ? Armé ou désarmé ? Quel est le meilleur moyen d’atteindre la paix surtout qu’il s’agit de la paix au sein de la société internationale, objet d’étude des relations internationales qui ne dispose pas de structures ou d’institutions comparables à celles des États. Le recours à la force, l’absence de pouvoir centralisé, la violence des règles de droit caractérisent ce type de socié-té. La solidarité y est plus formelle que réelle. Et la coopé-ration interétatique dépend de la convergence des intérêts nationaux. Le relationnel prédomine sur l’institutionnel. En réalité, la société internationale se trouve à mi-chemin entre la communauté et l’anarchie. Sa nature est mixte. Elle présente des caractères ordonnés (paix) et dé-sordonnés (guerre). Cela s’explique par le fait qu’elle est l’objet de contradictions multiples. Il y a dans ce livre un enseignement précieux pour le labeur quotidien. Souvent chaque être humain, où qu’il soit, qui qu’il soit, vit dans un contexte sociologique et culturel. Il s’avère qu’il n’arrive pas de fois à maîtriser les impératifs de son milieu socio-culturel. Il peut y avoir hésitation, incertitude sur les déci-sions à prendre et sur le comportement à afficher devant certaines situations et, c’est alors que ce livre sera utile, car il apporte, dans les cas les plus fréquents des solutions ou des conseils qui sont le fruit d’une longue et intelligente
7
réflexion acquise lors des multiples séances d’enseignement de l’auteur en tant que professeur des Universités, surtout de la République Démocratique du Congo. L’auteur fait une dialectique de la guerre et de la paix. Il se demande s’il y a une guerre juste et une guerre injuste ou s’il peut y avoir une paix perpétuelle ou l’absence de guerre. Il essaye de prendre position vis-à-vis de différentes théories développées par les philosophes. Pour lui et il a raison, la paix est préférable à la guerre. Mais celle-ci est toujours permanente tant que les sources de conflits entre les hommes et les nations ne sont pas extirpées. Nous invitons les férus de paix, à lire ce livre dont le style limpide et les réflexions profondes peu-vent amener les amoureux de la guerre, à haïr celle-ci. Au bout de compte, il ne peut y avoir de paix sans guerre. Bien que celle-ci ait des germes de destruction de la paix, elle en est aussi génératrice. Les relations entre les États sont sujettes à cette ambivalence. La philosophie peut donc aider les Nations Unies ou les États à mieux débattre les problèmes internationaux comme la guerre et la paix. C’est dans ce contexte que je tiens à exprimer au professeur Martin Fortuné Mukendji Mbandakulu mes remerciements pour m’avoir proposé de donner mon point de vue sur cette publication et mon appréciation de ce travail qui me per-mettra d’atteindre le but que je me suis longtemps assigné en tant que professeur au sein du Département des rela-tions internationales de nos Universités et d’être l’interface de la jeunesse congolaise auprès des organisations interna-tionales.
Prof. Jean Pierre Marien Lianza Zalonkeke Docteur en Relations Internationales Secrétaire Général Académique de l’ISDR/MBANDAKA/Equateur
8
AVANT-PROPOS
Lorsque dans cet ouvrage nous parlons des relations internationales, il ne s’agit pas de la science, de la disci-pline appelée « Relations Internationales » considérée comme une filière au sein de la Faculté des Sciences So-ciales, Administratives et Politiques. Nous avons voulu montrer que la philosophie ne s’occupe pas seulement des relations interhumaines mais aussi des relations interéta-tiques. Parmi les problèmes internationaux qui concernent les relations entre les humains, figurent la question de la paix entre les États ou Nations et celle de la guerre. Notre objectif n’est pas de trouver des solutions mais de poser des problèmes. Quand les questions sont bien posées, il y a des solutions. Nous ne nous appesantissons pas non plus sur les relations entre la philosophie et les Relations Internationales comme disciplines scientifiques. Il n’est donc pas question de la filiation entre la philoso-phie et les Relations Internationales. Tout au plus, vou-drions-nous montrer qu’il y a des lieux communs, où les deux sciences peuvent se rencontrer à savoir les problèmes relatifs à la guerre et à la paix. Tout ce que nous pouvons dire c’est qu’en tant que discipline autonome affranchie de l’histoire et du droit, les relations internationales remontent au début des années 1920. Ainsi, cette discipline est née après la Première Guerre mondiale avec le projet de main-tenir la paix et la sécurité collective. Mais la science des Relations Internationales plus proche des faits s’est impo-1 sée après la Seconde Guerre mondiale.
1  C.J. BARREA,Théories des Relations Internationales, la gram-ème maire des évènements, Paris, 3 éd., Artel, 1994, p.5.
9