238 pages
Français

Projets fondationnels de Husserl et de Frege à la perspective de Wittgenstein

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Ici le principe de contexte cher à Frege dans la préface aux Fondements de l'Arithmétique se nomme nécessité de doter les objets mathématiques d'un fondement théorique fiable. Husserl avança une réponse de type psychologiste dans l'exacte mesure où le sujet connaissant reste le socle irréfutable et constitutif de tous les ordres de savoirs. La thèse de Frege, quant à elle, consiste à accréditer l'idée que toute l'arithmétique pouvait être réduite aux lois de logique générale.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2012
Nombre de lectures 7
EAN13 9782296511453
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Mamadou DJIBO
DES PROJETS FONDATIONNELS DE HUSSERL ET DE FREGE À LA PERSPECTIVE DE WITTGENSTEIN
OUVERTUREPHILOSOPHIQUE
DES PROJETS FONDATIONNELS DE HUSSERL ET DE FREGE À LA PERSPECTIVE DE WITTGENSTEIN
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-00450-1 EAN : 9782336004501
MAMADOU DJIBO Docteur en Philosophie
DES PROJETS FONDATIONNELS DE HUSSERL
ET DE FREGE À LA PERSPECTIVE DE WITTGENSTEIN
L’Harmattan
Ouverture philosophique Collection dirigée par Aline Caillet, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot
Une collection d'ouvrages qui se propose d'accueillir des travaux originaux sans exclusive d'écoles ou de thématiques. Il s'agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions qu'elles soient le fait de philosophes "professionnels" ou non. On n'y confondra donc pas la philosophie avec une discipline académique ; elle est réputée être le fait de tous ceux qu'habite la passion de penser, qu'ils soient professeurs de philosophie, spécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… polisseurs de verres de lunettes astronomiques.
Dernières parutions
Miklos VETÖ,Explorations métaphysiques, 2012. Marcel NGUIMBI,Penser l’épistémologie de Karl Popper, 2012. Joachim Daniel DUPUIS,Gilles Châtelet, Gilles Deleuze et Félix Guattari. De l’expérience diagrammatique, 2012. Oudoua PIUS,Humanisme et dialectique. Quelle philosophie de l’histoire, de Kant à Fukuyama ?, 2012. Paul DAU VAN HONG,Paul Ricœur, le monde et autrui, 2012. e Michel VERRET,Les marxistes et la religion. 4 édition revue et complétée, 2012. François-Gabriel ROUSSEL, Madeleine JELIAZKOVA-ROUSSEL,Dans e le labyrinthe des réalités. La réalité du réel, au temps du virtuelédition,, 3 2012. Pierre-Luc DOSTIE PROULX,Réalisme et vérité : le débat entre Habermas et Rorty, 2012. François HEIDSIECK,La vertu de justice, 2012. Jean-Louis BISCHOFF,Conversion et souverain bien chez Blaise Pascal, 2012. Jordi COROMINAS, Joan Albert VICENS,Zubiri. La solitude Xavier sonore (1898-1931), 2012. Daniel NOUMBISSIÉ TCHAMO, Justice distributive ou solidarité à l’échelle globale ? John Rawls et Thomas Pogge, 2012. Stéphane VINOLO,Clément Rosset : la philosophie comme anti-ontologie, 2012. Roger TEXIER,Descartes, la nature et l’infini, 2012. Dominique CHATEAU,Dialectique et antinomie ? Comment penser, 2012. Jean-Paul CHARRIER,Une étrange modernité, 2012. Jean-Thierry NANGA-ESSOMBA,La philosophie de l’altérité d’Emmanuel Levinas,2012.
Résumé Titre: Des projets fondationnels de Husserl et de Frege à la perspective de Wittgenstein Cette thèse divisée en trois parties, comporte deux caractéristiques essentielles: 1. Elle comporte une teneure mathématique: des progrès accomplis entre 1870 et 1914 par les mathématiciens au sein des savoirs que sont l'analyse infinitésimale, l'algèbre, la géométrie, etc. ont conféré une place sui generis à l'algèbre. Sa redéfinition va intégrer des objets quelconques et non plus seulement les simples techniques du calcul littéral. Aussi certains mathématiciens observèrent un désintérêt pour ces calculs au profit d'une réflexion théorique autour du mot d'ordre de Dirichlet de "substituer les idées au calcul"(Leçons sur la Théorie des nombres (1871). L'enjeu consistait fondement sûr au concept de nombre. 2. Historiquement, c'est entre 1891 et 1906 que Frege et Husserl ont entretenu un échange épistolaire sur la question. Pour Husserl, élève de Brentano, ce fondement est à trouver dans le sujet connaissant, pôle constitutif de tous les ordres du savoir. Sa Philosophie de l’Arithmétique (1891) en donne les contours. Critique et opposé à cette base psychologiste, Frege va présenter son approche qui privilégie la logique. Dans les Fondements de l'arithmétique (1884) , Frege estime que l'arithmétique entière peut être réduite aux lois de logique générale. Cette réduction de l'arithmétique à la logique donna naissance à la tradition logiciste qui fut mortellement ébranlée par le paradoxe de Russe!! (1902) et inaugura la crise des fondements de type ensembliste.
Aux alentours de 1894, Husserl abandonna le psychologisme. Faut-il y voir l'influence de Frege? Cette question est débattue dans la 2e partie de la thèse par Mohanty et Dummett. Ils ne s'entendent ni sur
la date de l'abandon par Husserl du psychologisme ni sur l'influence que Frege aurait pu exercer sur lui. La troisième partie est un recours à Wittgenstein. Elle porte sur ce qu'on peut percevoir comme esquisse d'une solution qui passe par le renoncement de la philosophie à fonder les objets mathématiques qui ne sont que des conventions, brisant ainsi 2000 ans de domination platoniste. D'aucuns taxent la position de Wittgenstein de strict finitisme. Si cela s'avérait juste, n'y a-t-il pas là un lien possible entre Wittgenstein et le constructivisme de Kronecker?
8
INTRODUCTIONGÉNÉRALE