René Girard, "cow-boy texan"

-

Français
92 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'esprit de René Girard, esprit de pionnier, d'aventurier, est celui d'un cow-boy qui ne se déplace jamais sans sa Bible sous le bras. À la Bible sont empruntés les plus beaux titres de ses livres. Cet ouvrage met en valeur les jalons d'un itinéraire qui reflète, du passé le plus lointain à l'actualité la plus récente, l'épopée tragique de l'espèce humaine. Sans jamais oublier la possibilité et l'espérance de son salut.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2017
Nombre de lectures 1
EAN13 9782336794679
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Ouverture philosophique Collection dirigée par, Dominique Chateau, Jean-Marc Lachaud et Bruno Péquignot
Dne collection d’ouvrages ui se roose d’accueillir des travaux originaux sans exclusive d’écoles ou de thématiues. Il s’agit de favoriser la confrontation de recherches et des réflexions, u’elles soient le fait de hilosohes « rofessionnels » ou non. On n’y confondra donc as la hilosohie avec une disciline académiue ; elle est réutée être le fait de tous ceux u’habite la assion de enser, u’ils soient rofesseurs de hilosohie, sécialistes des sciences humaines, sociales ou naturelles, ou… olisseurs de verres de lunettes astronomiues.
Dernières parutions
Fallander KALTCHAREL, Le dualisme antiréaliste et semi-empirique de Bernard Vidal,2017. Jean-Louis BISCHOFF,Penser la notion de rencontre, 2017. HyeJeong SEO, Paul Ricœur,Image de Dieu: Rédemtion et Eschatologie, Tome 2, 2017. HyeJeong SEO, Paul Ricœur,Image de Dieu: Origine et déchéance, Tome 1, 2017. imitra PANOPODLOS,L’hypothèse platonicienne, 2017. Hans COVA,Pour une approche stratégique des espaces politiques, Assai de philosophie politique, 2017. Tristan VELARO,Georges Palante, La révolte pessimiste, 2017. Robert TIRVADEY,Āpprendre à penser avec Marc Āurèle,2017. Xavier LAMBERT (dir.),Āction, énaction. L’émergence de l’œuvre d’art, 2017. Alessia J. MAGLIACANE,Zéro. Révolution et critique de la raison. De Sade et Kierkegaard à Ādorno et Cavell, 2017.
Paul Dubouchet René Girard « cow-boy texan » Au fil de ses exploits
Du même auteur Aux P. U. F., « Les voies du droit » Sémiotique juridique. Introduction à une science du droit, 1990.
Chez L’Hermès Les normes de l’action : droit et morale. Introduction à la science normative, 1990. La philosophie du droit de Hegel. Essai de lecture desPrincides, 1995. La pensée juridique avant et après le Code civil, 1998. Trois essais pour une théorie générale du droit, 1998. La pensée politique avant et après Hegel, 1999. Nouvelles méthodes des sciences sociales, 1999.
Chez L’Harmattan De Montesquieu le moderne à Rousseau l’ancien, 2001. Le modèle juridique. Droit et herméneutique, 2001. Commons et Hayek, défenseurs de la théorie normative du droit, 2003. Philosophie et doctrine du droit chez Kant, Fichte et Hegel, 2005. Pour une sémiotique du droit international, 2007. Droit et épistémologie. L’Organondu droit, 2008. Droit et philosophie.Préface De François agognet, 2009. Thomas d’Aquin : droit, morale et métaphysique, 2011. Tout comprendre avec René Girard. Du moi aux grands problèmes actuels. Petit traité de la violence, 2015. De Hegel à Girard. Violence du droit, religion et science, 2015. De la guerre au terrorisme… Les véritables causes, 2015. L’esprit du christianisme, 2016. Le scandale Joseph de Maistre, 2016. L’esprit du catholicisme d’après René Girard, 2016. La théologie politique de René Girard et la gauche chrétienne, 2016. Critique du droit chez Michel Villey et René Girard. Pour une épistémologie négative, 2016.
© L’HARMATTAN, 2017 5-7, rue de l’École-Polytechnique, 75005 Paris
httd://www.eDitions-harmattan.fr
EAN Edub : 978-2-336-79467-9
à Jean-Luc Brignola
INTRODUCTION
Girard rapporte qu’un commentateur ayant voulu le « situer de façon rapide et efficace », s’était contenté d’ajouter, après l’énoncé de son nom, l’épithète : «freudien ». La prochaine fois, poursuit-il, pourquoi, « à la suite de mon nom », ne pas « mettre quelque chose commecow-boy en retraitepeut-être ou agriculteur incaencore ou dentiste coréen »? (R. Girard,Celui par qui le scandale arrive, p. 167). Citant souvent ce passage qui avait retenu notre intérêt pour sa charge anti-psychanalytique, nous avions, de mémoire, retranscrit «cow-boy texan », imaginant mal un Girard « à la retraite ». Quant au mot « cow-boy » qui nous renvoyait au souvenir enfantin des westerns, il nous paraissait plus être un hommage qu’une insulte. Précisément, nous avons souvent comparé Girard à un héros de western. Nous le présentons parfois comme « le balayeur », celui qui a balayé les sciences humaines et la philosophie, qui a « fait le ménage » en ce domaine, qui a tout renversé, tout simplifié. Aussi nous évoque-t-il toujours « L’homme qui tua Liberty Valence », ou encore « Le nettoyeur ». Dans ce dernier western, une petite ville du far-west, en proie à la violence, attend son nouveau shériff (le dernier ayant démissionné depuis longtemps). Son arrivée anoncée, tout le monde vient l’attendre à la station. S’approche lentement un de ces magnifiques trains rouges et noirs des westerns, la cheminée fumante, le bruit saccadé du moteur composant une véritable musique, plus belle encore lorsque, pour signaler son arrivée, la locomotive se met à siffler. En descend, accompagné de sa dulciné et de sa gouvernante, un jeune homme très raffiné revêtu d’un complet-veston impeccable orné de multiples colifichets, protégeant son teint clair d’une ombrelle. Aussi regagne-t-il son office sous les lazzis et les quolibets de ses futurs administrés. Le lendemain, comme tout shériff qui se respecte, il se rend au saloon, endroit privilégié de réunion des fortes-têtes de la région. Hué, conspué et bousculé par les clients (même et surtout par les plus couards), on pense qu’il ne pourra jamais goûter au verre d’eau minérale qu’il vient de se faire servir au comptoir submergé de bouteilles et verres de whisky. Jusqu’à ce que le chef des fortes-têtes, arme au poing, s’approche pour l’insulter et le provoquer plus brutalement encore. Dégainant son pistolet, le jeune shériff descend alors promptement trois ou quatre cibles anodines (quelques potiches situées de l’autre côté du bar), révélant ce qu’il est en réalité : un tireur d’élite ! Tous les clients, à commencer par la forte-tête, regagnent aussitôt leur place pour finir tranquillement leur verre. Quelques jours plus tard, la petite ville retrouve son calme… Girard nous a toujours fait penser à ce « nettoyeur ». Il est né à Avignon, un jour de Noël, le 25 décembre 1923. Après avoir fait l’Ecole des Chartes, il quitte la France, en 1947 (à vingt-quatre ans) pour les Etats-Unis où il s’installe, fonde sa famille, enseigne dans différentes universités et poursuit son œuvre, tout en faisant de nombreux voyages en Europe pour participer à différents colloques, conférences ou rencontres. Il est reçu à l’Académie française en 2005 (par son ami Michel Serres). Il s’éteint à Stanford, le 4 novembre 2015. De son œuvre considérable, écrite en français mais aussi en anglais, comportant un très grand nombre d’articles, nous ne retiendrons principalement que les onze livres les plus célèbres qui sont ses véritables « exploits » dans la mesure où, chaque fois, il renverse nombre d’idées reçues, comme le héros de western renverse les tables :
1-2-3-
Mensonge romantique et vérité romanesque, 1961 ; La violence et le sacré, 1972 ; Des choses cachées depuis la fondation du monde, 1978 ;