Pourquoi être au régime est bon pour le cerveau?
1 page
Français
Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF

Pourquoi être au régime est bon pour le cerveau?

Cet ouvrage peut être téléchargé gratuitement aux formats ZIP et PDF
1 page
Français

Description

Pourquoi être au régime est bon pour le cerveau? Un régime hypocalorique n'est pas seulement bénéfique pour la santé, mais aussi pour le cerveau.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 12
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

Pourquoi être au régime est bon pour le cerveau?

Un régime hypocalorique n'est pas seulement bénéfique pour la santé, mais aussi pour le cerveau. Une équipe de recherche de l'université Catholique du Sacré Coeur de Rome a mis à jour un lien, jusqu'à aujourd'hui inconnu, entre la quantité de calories ingérées par jour et le bon fonctionnement des cellules cérébrales.

L'un des éléments clés de cette relation est la protéine CREB1 qui régule des fonctions cérébrales importantes, comme la mémoire, l'apprentissage, ou le contrôle de l'anxiété. Les chercheurs romains ont découvert que cette molécule active de nombreux gènes liés au bon fonctionnement des cellules cérébrales (en particulier ceux qui codent une autre protéine, la sirtuine 1, déjà liée à la durée de vie des cellules). Ils ont également découvert que sa production est stimulée justement par une réduction du nombre de calories.

L'étude a été jusqu'à présent menée exclusivement sur des souris. Les résultats montrent pour la première fois ce qui avait été anticipé dans d'autres études : une réduction de 30% en apport en calorie est suffisante pour augmenter les performances cognitives et pour retarder les syndromes de la dégénérescence neuronale.

La contre preuve a été obtenu en bloquant la protéine CREB1 dans des zones du cerveau dédiées à certaines fonctions cognitives comme l'hippocampe. Dans ces cas, la restriction calorique n'a pas eu d'effets : sur les souris testées on a enregistré le même vieillissement cérébral que chez les souris suralimentées. " Nos résultats mettent pour la première fois en évidence un médiateur sur les effets de la diète hypercalorique sur le cerveau" a souligné Giovambattista Pani. " Cette découverte a d'importantes implications dans le développement des thérapies pour maintenir le cerveau jeune, prévenir la dégénération et le processus de vieillissement. En plus, notre étude a fait la lumière sur le lien entre les maladies métaboliques comme le diabète et l'obésité et le déclin des activités cognitives ".

L'objectif des chercheurs est maintenant de trouver la méthode pour activer la protéine CREB1, avec par exemple des médicaments, sans avoir à subir un régime strict...

(Source: ADIT)