Apocalypse

-

Français
132 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description


John Nelson Darby, prédicateur protestant anglais parlant couramment six langues, a réalisé cette traduction au cours du XIXe siècle directement à partir des textes hébreu et grec. Inspiré par les Saintes Écritures, cet éminent traducteur s’est attaché à rendre ce magnifique texte biblique, issu du Nouveau Testament, le plus intelligible possible en langue française. Chaque chapitre traduit du texte biblique est suivi de ses notes et de ses commentaires ce qui permet une lecture et une interprétation plus aisée. Darby reste de nos jours encore adulé par ceux qui reconnaissaient la portée de son travail, ses enseignements font toujours aujourd'hui autorité, faisant de lui un "maître à penser" de référence.



EXTRAIT : « Versets 11-14. Les Anges ne disent pas qu’il les a rachetés ; il les a seulement maintenus. La création a de nouveau sa voix pour bénir Celui qui l’a rachetée. Dieu est vivant aux siècles des siècles. Il semble un moment que, l’homme ayant tué l’héritier, l’héritage est à lui. Mais Dieu est vivant aux siècles des siècles. Il ne change pas ; et, à la fin, la création rentre dans ses relations avec Dieu. Il y aura eu la manifestation de la patience et de la bonté de Dieu par la présence du mal. Dieu n’aurait jamais été manifesté ainsi dans sa bonté, sans la présence du mal. Dieu a vaincu le mal par le bien.


La place de l’Église est d’être dans l’intimité de Dieu, et de comprendre l’intention de Christ et les pensées de Dieu. Dieu nous a révélé ces choses par son Esprit. C’est la connaissance en ce sens qui distingue l’Église. Plus tard, elle jouira de tout ce que Christ possède en puissance.


Ces chapitres sont de toute importance pour comprendre la gloire de Christ et l’Apocalypse. La gloire de Christ est ce qui ressort particulièrement de l’Apocalypse. Si la lecture de ce livre nous fait aimer cette gloire de Christ, nous en jouirons bien davantage.


Que Dieu mette cet amour dans nos coeurs, et qu’il nous fasse jouir de cet amour de Jésus. »


Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 13
EAN13 9782357282957
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0015€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
APOCALYPSE
NOUVEAU TESTAMENT
JOHN NELSON DARBY
ALICIA EDITIONS
TABLE DES MATIÈRES
Préface Chapitre 1 Notes sur le chapitre 1 Chapitre 2 Chapitre 3 Notes sur chapitres 2 et 3 Chapitre 4 Chapitre 5 Notes sur chapitre 4 et 5 Chapitre 6 Notes sur chapitre 6 Chapitre 7 Notes sur chapitre 7 Chapitre 8 Notes sur chapitre 8 Chapitre 9 Chapitre 10 Chapitre 11 Notes sur chapitres 9 et 10 et 11 : 1-18 Chapitre 12 Chapitre 13 Chapitre 14 Notes sur chapitres 11 : 19 à ch. 14 Chapitre 15 Chapitre 16 Notes sur chapitres 15 et 16 Chapitre 17 Notes sur chapitre 17 Chapitre 18 Notes sur chapitre 18 Chapitre 19 Notes sur chapitre 19 Chapitre 20 Notes sur chapitre 20 Chapitre 21 Chapitre 22 Notes sur chapitres 21 et 22
PRÉFACE
L’ouvrage suivant est la traduction de notes prises lors de conférences données à Lausanne, en 1842. On y trouvera quelques corrections, très peu nombreuses, faites pour la deuxième édition en français. L’auteur garde, quant à la double portée de l’Apocalypse, les mêmes convictions qu’il exprimait dans ses « Notes sur le livre de l’Apocalypse », publiées il y a plusieurs années.
On ne trouvera dans le présent ouvrage que l’application littérale et finale du livre, mais il estime de toute importance de reconnaître l’autre. La rapidité avec laquelle Dieu agit envers ce monde pour en terminer l’histoire, et l’intelligence de la relation et des rapports des différentes parties de l’Écriture entre elles, rendent d’autant plus pressant, dans l e temps actuel, le besoin de faire ressortir l’accomplissement littéral et final du livre.
Que le livre ait une portée à la fois historique et morale n’est que le développement de 1 Jean 2 : 1 18 .
1Petits enfants, c'est ici la dernière heure ; et comme vous avez entendu dire que l'antichrist vient, il y a dès maintenant plusieurs antichrists ; par où nous connaissons que c'est la dernière heure.
1
1. Révélation de Jésus Christ, que Dieu lui a donné e pour montrer à ses esclaves les choses qui doivent arriver bientôt ; et il l’a signifiée, en l’envoyant par son ange, à son esclave Jean, 2. qui a rendu témoignage de la parole de Dieu et du témoignage de Jésus Christ, [de] toutes [les] choses qu’il a vues. 3. Bienheureux celui qui lit et ceux qui entendent les paroles de la prophétie et qui gardent les choses qui y sont écrites, car le temps est proche !
4. Jean, aux sept assemblées qui sont en Asie : Grâce et paix à vous, de la part de celui qui est, et qui était, et qui vient, et de la part des sept Esprits qui sont devant son trône,
5. et de la part de Jésus Christ, le témoin fidèle, le premier-né des morts, et le prince des rois de la terre ! À celui qui nous aime, et qui nous a lavés de nos péchés dans son sang ;
6. — et il nous a faits un royaume, des sacrificateurs pour son Dieu et Père ; — à lui la gloire et la force aux siècles des siècles ! Amen.
7. Voici, il vient avec les nuées, et tout œil le verra, et ceux qui l’ont percé ; et toutes les tribus de la terre se lamenteront à cause de lui. Oui, amen ! 8. Moi, je suis l’alpha et l’oméga, dit le Seigneur Dieu, celui qui est, et qui était, et qui vient, l e Tout-puissant. 9. Moi, Jean, qui suis votre frère et qui ai part a vec vous à la tribulation et au royaume et à la patience en Jésus, j’étais dans l’île appelée Patmo s, pour la parole de Dieu et pour le témoignage de Jésus Christ. 10. Je fus en Esprit, dans la journée dominicale, et j’ouïs derrière moi une grande voix, comme d’une trompette, disant : 11. Ce que tu vois, écris-le dans un livre et envoie-le aux sept assemblées : à Éphèse, et à Smyrne, et à Pergame, et à Thyatire, et à Sardes, et à Philadelphie, et à Laodicée. 12. Et je me retournai pour voir la voix qui me parlait ; et, m’étant retourné, je vis sept lampes d’or, 13. et au milieu des [sept] lampes [quelqu’un de] semblable au Fils de l’homme, vêtu d’une robe qui allait jusqu’aux pieds, et ceint, à la poitrine, d’une ceinture d’or.
14. Sa tête et ses cheveux étaient blancs comme de la laine blanche, comme de la neige ; et ses yeux, comme une flamme de feu ;
15. et ses pieds, semblables à de l’airain brillant, comme embrasés dans une fournaise ; et sa voix,
comme une voix de grandes eaux ;
16. — et il avait dans sa main droite sept étoiles ; et de sa bouche sortait une épée aiguë à deux tranchants ; — et son visage, comme le soleil [quand il] luit dans sa force.
17. Et, lorsque je le vis, je tombai à ses pieds co mme mort ; et il mit sa droite sur moi, disant : Ne crains point ; moi, je suis le premier et le dernier, et le vivant ; et j’ai été mort ;
18. et voici, je suis vivant aux siècles des siècles ; et je tiens les clefs de la mort et du hadès. 19. Écris donc les choses que tu as vues, et les choses qui sont, et les choses qui doivent arriver après celles-ci. 20. Le mystère des sept étoiles que tu as vues dans ma droite, et les sept lampes d’or : les sept étoiles sont [les] anges des sept assemblées, et les sept lampes sont sept assemblées.
NOTES SUR LE CHAPITRE 1
Les versets 1 à 8 servent d’introduction à tout le livre.
Il est très utile d’examiner le caractère de ce livre, et de quelle manière Jésus s’y révèle. Cet examen jettera de la lumière sur l’Apocalypse tout entière.
Il y a une bénédiction spéciale attachée à la lectu re de ce livre : 1 : 1, 3 ; 22 : 7. C’est une chose pratique : « Bienheureux celui qui lit, et ceux qui gardent les paroles de la prophétie, et ceux qui gardent les choses qui y sont écrites. »
Rien n’est plus important. Les prophéties de l’Anci en Testament fortifiaient les Juifs dans leurs relations avec Dieu, et les attachaient à son gouvernement. Tout en laissant aller les hommes quant à leurs passions, Dieu n’a jamais lâché, et ne lâchera jamais complètement les rênes de ce monde. C’est ce que l’Apocalypse nous montre. Tout concourt à la gloire de Jésus. Nous voyons, Hébreux, les effets de la prophétie sur la foi. La foi d’Abel reconnaît le sacrifice. La foi d’Énoch marche avec Dieu. La foi de Noé condamne le monde ; elle ne se borne pas à reconnaître l’efficace du sacrifice, et à marcher avec Dieu. Noé était divinement averti des choses qui ne se voyaient pas encore. Séparé du monde, dans sa marche, par cet avertissement, il a été fait héritier de la justice qui est par la foi, et il a condamné le monde. Le monde a tué l’héritier, Jésus. L’Église, étant divinement avertie de ce qui va arriver, sait que l’homme rebelle à Dieu n’a aucun droit à l’héritage du monde. L’Église en souffrance ne le possède pas. Christ nous est présenté, dans l’Apocalypse, comme héritier du monde. L’Église, comme Noé, condamne le monde dont elle est cohéritière avec Christ.
Dieu n’est jamais présenté comme Père dans l’Apocalypse ; cela nous montre le caractère de ce livre. 1 Quand il s’agit de la gloire de l’héritage dans les Saints (Éph. 1 : 17, 18 ), Christ est présenté comme 2 homme, et Dieu, comme le Dieu de notre Seigneur Jésus-Christ ; tandis qu’en Éph. 3 : 14 , il est nommé leP èrede notre Seigneur Jésus-Christ, parce qu’il s’agit de la communion du Père et du Fils. Dans l’Apocalypse, Dieu est présenté comme le Dieu qui gouverne le monde ; au lieu que, lorsqu’il s’agit de ses propres relations avec l’Église, il est appeléPère. Aussi, dans l’Apocalypse, n’est-il pas question de ses rapports avec l’Église, mais du monde et de ses rapports avec Dieu comme gouverneur du monde.
Dans ce premier chapitre, Christ est présenté commehomme,maisglorieux.Il communique par un ange comme organe. Ce n’est pas l’Esprit de révélation et de communion, faisant jouir l’Église de la gloire et des rapports de communion avec le Père et avec le Fils. Il y a une grande différence entre ce qui est communiqué à l’Église et ce qui a l’Église pour objet. Lorsque l’Écriture s’adresse à l’Église au sujet de ce qui la regarde, elle le fait, selon la présence de l’Esprit qui, comme Église, comme famille, la met en communion avec le Père et le Fil s. Cela se trouve dans les Epîtres. Mais Dieu communique à l’Église plus que ce qui la regarde, e lle. Il a communiqué à Abraham ce qui
concernait Sodome. Il communique de même à l’Église ce qui regarde le monde.
Verset 1. Jésus reçoit une révélation et la communi que à Jean par un ange. C’est la prophétie, le témoignage de Jésus, c’est-à-dire le témoignage qu’il rend, lui, et la Parole de Dieu.
Il est assez important, pour l’intelligence de ce l ivre, de faire remarquer la distinction entre un témoignage de Jésus et un témoignage rendu à Jésus. Il est dit que l’esprit de prophétie est le témoignage de Jésus ; de sorte que ceux qui ne recevraient que cela, et qui n’auraient rien de plus, auraient le témoignage de Jésus et la Parole de Dieu. Verset 2. Cette prophétie est : 1° la Parole de Dieu, 2° le témoignage de Jésus-Christ, 3° une vision : « tout ce qu’il avu. » Verset 3. « Le temps est proche. » Ces choses ne so nt pas accomplies. L’idée du retour de Jésus était si présente, que les disciples pensaient que Jean ne mourrait point avant la venue du Christ. Jean a clos le livre de la révélation. La durée de l’Église n’entre pas en ligne de compte ici.
Malachie termine l’Ancien Testament par la promesse d’Élie. Jusqu’à ce que cette promesse s’accomplisse au moins spirituellement en Jean-Bapt iste, tout est apocryphe, et il n’y a pas de nouvelle révélation, non plus que des communications destinées à constater une relation reconnue. Ainsi l’Apocalypse, qui termine toute la révélation de Dieu, annonce la venue de Jésus, et tout est apocryphe jusqu’à ce que le Seigneur vienne recevoir l’Église.
Dieu n’abandonne pas son peuple dans l’intervalle, mais il ne fait plus de révélation. C’est pourquoi il dit : « Le temps est proche. » Ainsi les Apôtres parlent de leur temps comme des derniers jours. Tout l’intervalle, jusqu’au retour de Jésus, est le long support de Dieu en grâce envers le monde. L’Église doit marcher par la foi et par la révélation déjà reçue.
Versets 4 et 5. Jean s’adresse aux sept Églises directement.
La salutation convient au caractère du livre. Dieu se présente comme l’Éternel, comme celui qui règne et qui gouverne. L’Esprit est présenté en dehors des rapports de l’Église avec Dieu comme Esprit de sagesse, de puissance et de lumière. C’est l’Esprit dans la plénitude de ses attributs de puissance et de perfection en tout genre, pour l’ac complissement de la volonté de Dieu dans le monde. Jésus n’est pas non plus présenté ici comme chef de l’Église dans le Ciel, mais commetémoin fidèle,commeressuscitéet commePrincedes rois de la terre, ce qu’il a été et ce qu’il sera sur la terre.
Verset 6. C’est l’Église qui reçoit la révélation, et qui répond : « À celui qui nous a aimés. » Si Christ lui est présenté, quel que soit le caractère de la gloire dans laquelle il est révélé, elle le connaît et elle pense à lui selon ce qu’il est pour elle-même.
Elle ne peut oublier l’amour dont elle a été elle-m ême l’objet, et elle exprime la relation dans laquelle elle est avec Dieu dans la scène qui va se dérouler et où son Sauveur l’a placée. Jésus est placé le dernier, parce qu’il est celui qui communique avec la terre, et qui possède tous les droits sur elle, droits dont ce livre s’occupe.
Dieu est sur le trône, l’Esprit devant le trône, et Jésus en rapport avec la terre. C’est le but du livre. Ce n’est pas l’Église qui est ici dans la pensée de Dieu ; c’est elle qui la reçoit. Jésus a droit d’héritage sur le monde, malgré Satan ; et il admet l’Église à la connaissance des conseils de Dieu avant que les événements arrivent. Dieu communique à Abraham ce qu’il va faire à Sodome ; et ici, à l’Église, ce qu’il veut faire au monde, afin que l’Église demeure hors de tout ce système qui conduit
au jugement.
Verset 7. « Il vient sur les nuées. » Ce verset pas se à ce qui établit les relations de Jésus avec le monde, y compris les Juifs, et fait voir de quelle nature elles sont. C’est là l’idée principale, la grande révélation. L’économie actuelle est une économie de foi. L’Église n’a pas vu Jésus ressuscité ; elle n’a vu que les témoins de sa résurrection, et elle doit y croire sur leur témoignage. « Bienheureux 3 sont ceux qui n’ont pas vu et qui ont cru » (Jean 2 0 : 9 ). Tel est le principe du fidèle dans l’économie actuelle. « Tout oeil le verra » (non pas ceux qui croient seulement) ; c’est là le caractère de l’économie à venir.
Verset 8. Après la révélation de la manifestation de Jésus à tout oeil dans le temps à venir, Dieu se présente lui-même pour clore tout le témoignage par la révélation de lui-même, tel qu’il avait été au commencement, et le Dieu Tout-Puissant, celui qui a été, qui est et qui vient, qui demeure le même à travers tout ce qui passe. Mais le titre d’Alpha et d’Oméga que prend ici l’Éternel est le même que 4 celui qui est donné à Jésus (Apoc. 21 : 6 ) lorsque la prophétie se trouve close. Jésus est toujours 1’image du Dieu invisible, toujours Dieu lui-même m anifesté en chair, Celui quiest, quiétait et 5 6 quiest à venir,leTout-Puissant, avec Apoc. 19 : 16 . En comparant aussi 1 Tim. 6 : 14-16 , on voit que les titres de Roi des rois et de Seigneur des seigneurs, qui, dans le premier de ces passages, sont appliqués à « Celui qui habite dans une lumièr e inaccessible » et qui montrera Jésus, sont appliqués à Jésus dans le second ; et, quand Jésus est « montré, » il vient avec les noms mêmes que prend Celui qui l’a montré. Ainsi aussi il est présenté à l’Ancien des jours comme Fils de l’homme, 7 mais dans le même chapitre (Daniel 7 ) c’est l’Ancien des jours qui vient. Le nom deTout-8 Puissant). À la fin, il se révèle commeest celui par lequel Dieu s’est révélé à Abraham (Exode 6 : 3 celui qui accomplira pour les Juifs les promesses faites à Abraham. LeTout-Puissant, qui avait fait ces promesses, est l’Éternel, c’est-à-dire Jehovah, le Dieu d’Israël.
Verset 9. Il est bon de faire remarquer la position de Jean, position qui tient au caractère du livre. Jean ne se considère pas précisément ici comme membre du Corps, bien qu’il le soit ; mais il se considère dans sa position actuelle, dans l’état où le retard de l’arrivée du Maître plaçait le fidèle, dans la tribulation, ainsi que tous les autres, savoir dans la tribulation de Christ, étant membre de son Royaume, et en attendant,comme lui,ire. Ille moment de l’accomplissement des promesses de glo est le compagnon de tous les fidèles, dans la tribu lation, dans le royaume et dans la patience de Christ. C’est la part de l’Église. C’est ce qui lui convient pendant que le Roi est caché en Dieu. 9 Comparez Jean 21 : 22 . La Parole de Dieu et le témoignage de Jésus l’ava ient placé dans cette position ; et le témoignage de Jésus était tout particulièrement celui du royaume.
On peut encore remarquer que le jour du Seigneur es t bien ici le jour du dimanche. On a voulu l’appliquer au grand jour. Mais il est bien certain que les visions de l’Apocalypse s’appliquent, pour la plupart, à ce qui précède ce jour-là. Aussi ce jour n’est jamais appelé kuriakh hmera. Le reste du chapitre montre déjà la gloire de Chris t. L’affliction et la gloire de Jésus sont inséparables. Versets 12 : 13. Quand Jean se tourne pour voir le Tout-Puissant, l’Alpha et l’Oméga, il voit Jésus. 10 Il voit ce qui caractérisait l’Ancien des joursen Dan. 7 : 9, 13 . En Daniel, le Fils de l’homme est conduit à l’Ancien des jours, et reçoit la Seigneurie. Or l’Ancien des jours est reconnu à des traits 11 distincts. Dans Apoc. 1 : 14 , Jésus, le Fils de l’homme porte lui-même les traits caractéristiques de l’Ancien des jours.
Jésus ne peut se présenter comme homme sans que l’É glise et le Saint Esprit le reconnaissent comme
Dieu Éternel et Tout-Puissant, comme celui qui a la domination sur le monde. Dieu nous accorde de comprendre ce qu’il veut faire quant au monde, et n ous fait voir Jésus, qui a souffert, exalté souverainement comme homme. On voit, quand le Fils de l’homme est manifesté dans la gloire (et il en a été de même lors de son séjour ici-bas), Dieu lui-même, l’Éternel, aussi bien que l’homme à qui tout droit de gloire appartient. Jésus a la récompense de s’être humilié et anéanti pour nous. Au Ps. 102, il dit : « Il a abattu ma force en chemin, il a abrégé mes jours. » La réponse est : « Tu es le même, et tes ans ne seront jamais achevés. » Jean voit aussi les sept églises (les choses qui sont), et Christ au milieu d’elles, mais pas maintenant comme serviteur. Son vêtement descend jusqu’à ses pieds. Sa ceinture d’or est la gloire divine en jugement, qui ceint son corps pour le jugement non de lui-même, comme il l’a fait une fois, mais d’autrui : la fermeté judiciaire. Sa tête décèle l’Ancien des jours. Les yeux, pénétrants comme le feu en jugement. La gloire et la majesté se révélaient en lui ; et il tenait les représentants des sept églises dans la main droite de sa puissance.
Verset 16. Il juge par l’épée de sa bouche, épée à deux tranchants. La gloire suprême brille sur sa face. Verset 17. On ne trouve pas ici l’esprit d’adoption et de confiance. C’est l’homme devant la gloire de Celui qui gouverne. Verset 18. Jésus, homme, mort une fois, mais maintenant vivant et vainqueur de l’enfer et de la mort, libérateur ainsi de son peuple, ôte la frayeur à celui qui trouve la mort dans sa gloire divine. Parlant dans ce caractère, il communique la révélation voulue de Dieu à son serviteur Jean, prophète pour l’Église et pour ceux qui doivent se servir de ce livre.
Verset 19. On voit ici la division de toute l’Apocalypse en trois parties : Les choses vues,c’est-à-dire la gloire de Jésus, telle que nous l’avons vue dépeinte. Les choses qui sont, ou les sept églises. 12 Les choses qui viennent après celles-là, ou la prophétie : chapitre 4 : 1 .
Ainsi, l’ordre du livre présente : la personne de J ésus, Fils de l’homme, en gloire, l’Éternel ; les églises, et Jésus comme Juge au milieu d’elles ; enfin, des révélations au sujet du monde.
Jésus est révélé ici, non comme Chef de l’Église, m ais comme Juge et Gouverneur dans l’Église ; non comme l’Olivier qui donne l’huile, ou le Chef qui distribue des dons, mais comme Chef qui use uniquement de menaces et de récompenses ; non comme serviteur, ou Avocat, ou Pasteur des brebis, mais en longs vêtements, dans la dignité de Juge, e t comme celui qui vient pour voir si les chandeliers brillent.
Il est important de bien saisir que, tout en donnant un aperçu de l’histoire de l’Église,le but général de ce livre est la révélation des relations du Dieu souverain avec le monde,de Dieu considéré comme introduisant dans le monde Jésus comme héritier. On verra combien cela ôte les difficultés.
L’intelligence de ce livre suppose une âme fondée dans ses relations avec le Père et le Fils, à laquelle Dieu veut révéler ses rapports avec le monde comme Dieu et le jugement que doit exécuter Jésus. Il serait triste et honteux pour nous que nous ne fussions pas assez de la famille de Dieu pour être intéressés à toute sa gloire.
117 afin que le Dieu de notre Seigneur Jésus Christ, le Père de gloire, vous donne l'esprit de sagesse et