//img.uscri.be/pth/9e737a68a2776da823389d83a6aa4461d0633ad0
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,13 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

CELEBRATION

De
147 pages
Le recueil se situe "autrement". Ce qui explique le choix de la collection. Les cinq premiers chapitres décrivent les conditions de toute célébration. Les articles suivants témoignent de la mise en oeuvre du drame, pourrait-on dire, de la célébration. Les deux derniers offrent en quelque manière, une ultime respiration à l'issue du parcours.
Voir plus Voir moins

CÉLÉBRA TION
La genèse de l 'Homme

2003 ISBN: 2-7475-5433-3

@ L'Harmattan,

Michel THIBAULT

CÉLÉBRA TION La genèse de l'Homme

L'Harmattan 5-7, rue de l' École-Polytechnique 75005 Paris FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino ITALlE

Déjà parus
ABELA Paul: Je crois, nIais parfois autrement BELLET Maurice: chair CAMARA Dom Helder: Les conversions d'un Evêque DOGNETON Pierre: Ambassadrice Feu/ollet auprès des plus pauvres (entretiens avec Alwine de vos van Steenwijk) EVENNEC Gabrielle: GILBERT Marcel questionner. d'automne Les survivants au goût de vivre, la résurrection de la BOISSON Albert: Provocation

- RATH

Noël: Les sectes en question. Se

Questionner Jean-Claude: Pa rentré trop ta, Missie

GUINOT Jean Louis: L'essentiel est d'être au rendez-vous JANVIER-MODESTE LION Claude: LUZSÉNSZKY MANGANGU nIanuel KABUNDI Muanga : Le fils du prêtre Une vie en quête de sens Guy: Quand on a/ait tant de chemin Bona: Ce que disent mes nIains sur ma toile L'église et les pauvres. Journal d'un travailleur

MARCON Auguste:

ONIMUS Jean: Portrait d'un Ùiconnu : l'honlme de Nazareth ONIMUS Jean: le Destin de Dieu ONIMUS Jean: Jésus seulenlent OGÉ Yvonne: JudaÏsnIe, Christianisnle, Islanl OGE Yvonne: Et après... ? RIOBÉ Guy-Marie: Vivre l'Évangile d'abord RIOBÉ Guy Marie: La passion de l'Évangile, écrits et paroles SOUBISE Louis et Geneviève: Le phénonlène christique et sa rencontre avec la sagesse d'Orient... THIVOLLIER Pierre: Nous croyons, mais plus conune avant TONUS Myriam: Miroir d'Ève ZARAL : Gloria VAN DER HAUWAERT Edith: C'est ça la vie, nIa route avec le Christ

Collection Chrétiens Autrement dirigée par Pierre de Givenchy

Appel aux chrétiens: Croyons-nous comme avant? Croyons-nous tout ce qui est affirmé dans les Eglises? Que disons-nous? Nous sommes nombreux à souhaiter nous exprimer en toute liberté dans des groupes de réflexion, dans des associations diverses de chrétiens, mais aussi dans des revues et des livres. Beaucoup désirent aussi célébrer leur foi chrétienne dans des cérémonies qui tiennent compte de la culture moderne. Nous proposons à ceux qui le désirent d'écrire leur livre personnel, de participer à des livres collectifs pour dire publiquement une foi chrétienne du XXIe siècle. C'est le but de cette collection, laisser la liberté de parole à tous ces chrétiens en recherche.

PRÉSENTATION

Invité amicalement à rassembler, pour une nouvelle publication, quelques articles ayant jalonné trente-cinq années de compagnonnage avec des personnes handicapées, il nous a paru qu'une telle entreprise, au risque de la redite et de l'usure, pouvait se justifier dans la perspective toujours actuelle de la célébration. Célébration. Je nommerais ainsi, en premier lieu, ce qui s'impose à moi quand je considère la majeure partie de ma "vie publique", un enracinement et une libération, une lente maturation, une certaine vibration de l'existence, une manifestation, la plus souvent discrète, épousant parfois la forme rituelle, de l'Éternel au quotidien; une attention portée aux battements du cœur, à la respiration, à l'inscription de l'homme dans son environnement qui le situent, l''orientent et lui donnent un sens. Célébration aussi parce qu"il m"est apparu, au fil des ans, que celle-ci constituait un lieu privilégié d'expression et d'intégration pour des personnes qui en sont bien souvent dépourvues. Où trouver, en effet, en principe du moins, meilleur accueil que dans une assemblée de frères, témoignant de la présence et répondant à l'appel d'un même Père? Quel meilleur vecteur de communication que la démarche rituelle, puisant dans les richesses de la

tradition et desserrant l'étreinte de l'intellect pour jouer librement du registre des sens? Célébration encore parce qu'initiation au mystère du passage de la mort à la vie. Exprimée symboliquement dans la liturgie, une telle initiation est vécue par tout homme, mais de façon particulièrement laborieuse, voire douloureuse, pour nos frères handicapés. Célébration enfin par le secret espoir, selon l'expression du poète, de " susciter, avec des mots humains, un peu de silence, et de la nuit de Dieu qui mène au seul acte d'adorer. " Chacun des articles proposés ici a été, en son temps, accueilli, lu, et parfois commenté; ce qui lui donne sa consistance et lui confère sa légitimité. Chacun s'est efforcé de témoigner des" réserves de sens", autre appellation du sacré que recèlent les moindres moments de l'existence et qu'exprime le visage de ceux qui les vivent. N'ont été retenues que les pages qui, après relecture, semblent avoir gardé leur vertu de témoins. Reflétant un engagement à l'articulation, dans l'Église, de la pastorale, de la catéchèse et de la liturgie, ces articles ont paru, selon leur objet, dans les revues de ces différents services: La Maison de Dieu, Célébrer, Chroniques d'art sacré, Catéchèse, Recherches, Handicap et Vie Chrétienne. Le recueil présenté ici, tout en gardant l'empreinte de chacune des revues, à commencer par le nombre, variable de

8

caractères proposés à l'auteur, se situe" autrement". Ce qui explique le choix de la collection. Les cinq premiers articles décrivent les conditions de toute célébration. Les articles suivants témoignent de la mise en œuvre du drame, pourrait-on dire, de la célébration. Les deux derniers offrent, en quelque manière, une ultime respiration à l'issue du parcours.

Michel THIBAULT 20 novembre 2002

9

CÉLÉBRER DANS SON CORPS

Cet article a été rédigé en vue de figurer dans un ouvrage collectif de la liturgie I. Après relecture, le responsable de l'ouvrage a accusé réception, le 24 juillet 1987, et confié à l'auteur: " cet article ne convient pas mais il fallait qu'il soit écrit" . Fort de cette appréciation, nous le proposons maintenant.

Comlne Janus, dieu romaIn du passage et du commencement, I'homme a deux faces qui regardent sa vie de tous les jours: le travail et le loisir. Ce constat, chacun peut le faire; il relève du sens commun. Mais I'histoire et la préhistoire le mettent en perspective; la biologie, la psychologie et d'autres sciences encore explorent les origines de ce comportement. Voyez la grotte de Lascaux. L'entrée nous est interdite, pour sa sauvegarde, mais, pour notre émerveillement, de somptueuses reproductions nous révèlent la cohérence de l'ensemble et la précision des détails des peintures rupestres. Bisons et chevaux

I Dans vos Assenlblées

s'élancent aujourd'hui comme ils le faisaient sous les doigts de l'artiste voilà quelque dix-sept mille ans. Aussi haut que l'on remonte vers les commencements, aussi méthodiquement qu'on visite I'histoire, I'homme se montre également technicien et artiste. Signe qu'il a du loisir autant que du travail, qu'il sait perdre du temps pour mieux en gagner; qu'il s'interroge sur le sens de ce qu~il fait. Or, la célébration, disons-le dès maintenant, monte à 1'horizon du loisir et de la signification. L'homme regarde vers elle par une ses faces. Ill' appelle sous peine de vivre mutilé. Dans son corps. _ S'il est, dès l'origine, artiste, c'est que 1'homme naît prématuré. L'anthropologie parle à son sujet de néoténie, de la permanence dans son existence, de caractères propres à la petite enfance. Sous peine, en effet, de ne pouvoir franchir les portes de la vie, le nouveau-né doit venir au jour avec un cerveau inachevé. Son développement prodigieux demandera des années. Des années d'apprentissage, de jeu, qui le marqueront à jamais. Curieux insatiable, 1'homme demeure, jusque dans son grand âge, inventeur, explorateur, joueur. Ayant, durant de nombreuses années, joué fort sérieusement les rôles de sa communauté, pour se préparer à les tenir, l'enfant, devenu homme, continue de discerner autour des responsabilités les plus lourdes, un halo de loisirs, de produire des illustrations dans la marge de la page qu'il écrit laborieusement. Ainsi naît et se développe le désir de célébrer. Dans son corps.

12

Dans son corps qui est triple: individuel, social, cosmique. C'est lentement, on le sait, que l'enfant se dégage de la fusion et de la confusion, qu'il renonce à la toute puissance, qu'il apprend à dire" je". Mais, dans cette émergence progressive, temps son corps individuel, il a découvert en même la famille qui l'éduque,

l'univers qu'il habite. Les mêmes voix lui ont nommé les êtres, les choses et sa propre personne. Le cercle des proches s'est élargi, l'univers s'est approfondi à mesure que lui-même grandissait. Il en a perçu les limites, pressenti SIennes. l'absence de limites en prenant conscience des

Mieux, c'est à l'image de son corps individuel _ projeté dans l'immense, contemplé en réduction, comparé au semblable _ qu'il a conçu et compris la structure, les articulations, la dynamique du corps social et cosmique. Le va et vient du regard et de la pensée de l'une à l'autre de ces trois instances, la comparaison incessante menée au cours de l'enfance ont inscrit dans les profondeurs de 1'homme l'expérience de la cohérence des trois corps, de leur communication permanente, des échanges qui les façonnent et les distinguent. Le langage quotidien l'exprime. On parle des membres d'un groupe, de la tête d'un parti; du cœur de la terre, d'un ciel menaçant; d'un esprit universel, d'un regard noyé de chagrin. Nous mettons plus bas que terre l'adversaire dont nous envions la situation élevée. Les poètes jouent de ces échanges: " Un arbre, par-dessus le toit,

13

Berce sa palme. Un oiseau, sur l'arbre qu'on voit, Chante sa plainte I." " Midi là-haut. Midi sans mouvement, En soi se pense et convient à soi-même... Tête complète et parfait diadème. Je suis, en toi, le secret changement 2." Les cultures ont scruté les rapports de trois corps. Voyant en 1'homme un monde en réduction, prêtant une âme à l'univers, elles ont engendré l'astrologie puis l'astronomie, l'alchimie, puis la chimie; l'observation de la fonne des plantes, puis la phannacopée. C'est dans la religion que s'exprime au mieux et joue avec le plus d'aisance l'échange des trois instances. Notre Credo luimême l'atteste en proclamant le destin personnel, communautaire, cosmique de Jésus-Christ, le Seigneur: " Crucifié pour nous sous Ponce Pilate Ressuscité le troisième jour, Il est monté aux Cieux Il est assis à la droite de Dieu, le Père, toutpuissant, D'où il viendra juger les vivants et les morts. "

I Paul Verlaine 2 Paul Valéry

14