//img.uscri.be/pth/fdc710ca5118644cef8a8fa1ed4a0021093eafaa
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 14,99 € Lire un extrait

Téléchargement

Format(s) : EPUB

avec DRM

Ces péchés capitaux... si capiteux

De
264 pages
"C'est si bon que ç'en est presque un péché", dit-on. Pourquoi plaisir et péché sont-ils associés dans notre esprit ? Qu'est-ce qui fascine dans la gourmandise, la paresse et la luxure ? La passion de la jouissance ou la transgression des tabous ? Et que dire de l'emprise de la colère, de l'avarice, de l'envie ou de l'orgueil ? Simples troubles de l'humeur ou manifestations de la "part maudite" qui nous habite ? L'auteur analyse la racine psychologique de chacun des sept péchés capitaux. Ni fautes, ni maladies, ils s'apparentent davantage à des passions qui donnent de l'intensité à la vie. Mais ils peuvent aussi devenir des obsessions, entre pulsion de vie et pulsion de mort. A la croisée de la psychologie, de la philosophie éthique et de l'analyse biblique, Alain Houziaux s'interroge enfin sur la raison d'être du péché. De fait, bien des convertis n'ont-ils pas été d'abord de grands pécheurs ?
Voir plus Voir moins
"C'est si bon que ç'en est presque un péché", dit-on. Pourquoi plaisir et péché sont-ils associés dans notre esprit ? Qu'est-ce qui fascine dans la gourmandise, la paresse et la luxure ? La passion de la jouissance ou la transgression des tabous ? Et que dire de l'emprise de la colère, de l'avarice, de l'envie ou de l'orgueil ? Simples troubles de l'humeur ou manifestations de la "part maudite" qui nous habite ? L'auteur analyse la racine psychologique de chacun des sept péchés capitaux. Ni fautes, ni maladies, ils s'apparentent davantage à des passions qui donnent de l'intensité à la vie. Mais ils peuvent aussi devenir des obsessions, entre pulsion de vie et pulsion de mort. A la croisée de la psychologie, de la philosophie éthique et de l'analyse biblique, Alain Houziaux s'interroge enfin sur la raison d'être du péché. De fait, bien des convertis n'ont-ils pas été d'abord de grands pécheurs ?