//img.uscri.be/pth/b73555e9d75847d61883ef50b48b51ec9d79d7de
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

D'Isis au Christ

De
261 pages
Ce livre parcourt le chemin qui mène Jésus de Galilée en Judée, le christianisme de ses sources juives et hellénistiques à son aboutissement romain. C'est aussi le chemin qui va d'Isis, la déesse alexandrine alors au premier rang de la scène religieuse hellénistique, à la Vierge Marie qui la fait renaître au cœur de la religion chrétienne.
Voir plus Voir moins

D’Isis au Christ
Aux sources hellénistiques du christianisme

Jean-Pierre Chevillot

D’Isis au Christ
Aux sources hellénistiques du christianisme

Du même auteur

Aux éditions L’Harmattan
De l’énergie au désir, du sexe au cerveau, des sens à l’esprit, 2001 Le désir bouc émissaire. Tableaux du désir sacrifié à la violence, 2004 Marie-Madeleine, le salut de Jésus. Le désir contre la violence, 2005

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13577-2 EAN : 9782296135772

à Chantal

Sommaire

Introduction.........................................................................11
Sous le voile d'Isis..................................................................................... 12

PREMIÈRE PARTIE .........................................................17 A – L'aube de l'ère chrétienne............................................17 A1 – Le cadre historique.....................................................19
A1 – 1. L'influence hellénistique ............................................................... 21 Alexandrie, foyer du rayonnement hellénistique ........................................22 Hénothéisme et syncrétisme .........................................................................25 Tolérance hénothéiste, exclusive monothéiste ............................................28 Le paganisme hellénistique...........................................................................31 Le judaïsme hellénistique alexandrin...........................................................33 A1 – 2. Le culte d'Isis ................................................................................36 Du cosmothéisme au monothéisme..............................................................37 Isis, la Déesse mère, épouse et sœur ............................................................39 Isis, la Sagesse salvatrice ..............................................................................43 L'universalisme isiaque .................................................................................46 A1 – 3. Le sexe, enjeu des religions ..........................................................52 Le sexe et la résurrection ..............................................................................54 La circoncision, marque sacrificielle ...........................................................57 L'aliénation de la femme...............................................................................59 L'avilissement du sexe ..................................................................................64 A1 – 4. L'échiquier géopolitique ...............................................................68 Le conflit des Maccabées..............................................................................70 La Galilée hellénisée au nord .......................................................................78 La Judée traditionaliste au sud......................................................................79 Prévalence du culte d'Isis en Galilée............................................................82

A2 - Les étapes de la genèse du christianisme ...................83
A2 – 1. L'helléno-judaïsme de Jésus .........................................................84 Séphoris effacée de la mémoire chrétienne .................................................85 Jésus, juif helléniste.......................................................................................90 L'annonce d'un nouveau royaume ................................................................94 La lapidation d'Étienne et la persécution des hellénistes ............................98 Étienne était-il "le disciple que Jésus aimait" ?.........................................100

7

A2 – 2. Le judéo-christianisme de Jacques ..............................................101 Jacques, frère de Jésus ................................................................................102 La lapidation de Jacques .............................................................................103 Les avatars du judéo-christianisme ............................................................105 A2 – 3. Le pagano-christianisme de Paul ............................................... 107 La conversion de Paul à Damas..................................................................111 Paul était-il "l'autre disciple que le grand prêtre connaissait" ? ...............113 Paul, juif helléniste romain .........................................................................115 Le concile de Jérusalem et la rupture d'Antioche......................................117

A3 - Le tournant du christianisme ...................................118
A3 – 1. L'envers de la mémoire chrétienne ..............................................121 A3 – 2. Le christianisme entre hellénisme et judaïsme .......................... 125 A3 – 3. Les ambiguïtés christologiques .................................................. 127 Les arbitrages conciliaires ..........................................................................131

B – D'Alexandrie à Rome .................................................135 B1 – L'Isis romaine ...........................................................136
B1 – 1. Les enjeux de la bataille d'Actium .............................................. 137 B1 – 2. Isis à Pompéi............................................................................... 138 B1 – 3. Isis à Rome...................................................................................141

B2 – Le Christ romain ......................................................143
L'étrange destin de Ponce Pilate .................................................................143 La conversion de Constantin ......................................................................146 B2 – 1. Le concile de Nicée..................................................................... 149 B2 – 2. Le pouvoir après Constantin....................................................... 150 L'épiscopat catholique et le monachisme chrétien ....................................151 La parenthèse païenne de Julien, l'empereur philosophe..........................154 B2 – 3. L'anti-paganisme chrétien.......................................................... 156

DEUXIÈME PARTIE.......................................................161
Introduction sous forme d'avertissement ...................................................161

C – La filiation isiaque ......................................................163 C - 1 Isis, déesse préchrétienne.........................................164
C1 – 1. Mythes isiaques préchrétiens ...................................................... 167 La trinité osirienne ......................................................................................168 L'immortalité de l'âme et la vie après la mort............................................170 La nativité ....................................................................................................171 C1 – 2. L'héritage isiaque de la gnose .................................................... 173 C1 – 3. Le culte de la Déesse mère précurseur du culte marial .............. 176

C2 – Isis, Ève et les deux Marie........................................178
C2 – 1. Le dogme marial ou le retour du refoulé féminin isiaque .......... 179 C2 – 2. Deux saintes nommées Marie .................................................... 182 C2 – 3. Sources isiaques des représentations mariales ........................... 184

8

C2 – 4. La figure isiaque de Marie-Madeleine........................................ 185 C2 – 5. Les Vierges Noires...................................................................... 190

D – Éléments d'un Évangile isiaque .................................197
Deux conjectures explicatives isiaques......................................................197 Isis, le chaînon manquant............................................................................199

D – 1 Jésus divin enfant isiaque.......................................200
D1 – 1. Marie de Nazareth mère de Jésus............................................... 202 D1 – 2. La hiérogamie cultuelle .............................................................. 204 D1 – 3. La conception virginale .............................................................. 207 D1 – 4. Jésus enfant d'Isis....................................................................... 208

D - 2 Sauvetage isiaque de Jésus crucifié ........................211 D – 3 Le berceau isiaque du christianisme......................213 TROISIÈME PARTIE......................................................215
Des méthodes ......................................................................................... 215

E - Les mémoires de l'histoire ..........................................217
L'historien face à la mémoire chrétienne ............................................... 217 Le profane devant les mystères du dogme chrétien ............................... 218 Deux éclairages....................................................................................... 218

E - 1 La mémoire éclairée par l'histoire..........................219
E1 – 1. L'imaginaire, le symbolique et le réel ......................................... 220 E1 – 2. Le divin, le sacré et le religieux................................................... 225

E - 2 La mémoire confrontée à l'histoire.........................229
E2 – 1. Désir, foi et pouvoir .................................................................... 230 E2 – 2. Mémoires et vérités..................................................................... 232

F - Mémoires et légendes ..................................................233 F - 1 Sous les strates des mémoires...................................233 F - 2 La légende de la ville d'Is .........................................235
F2 – 1. Is, la ville d'Isis............................................................................ 239 F2 – 2. Les trois temps de la mémoire légendaire ................................. 240 Le temps du réel ..........................................................................................242 Le temps des représentations imaginaires .................................................244 Le temps de la reconstruction symbolique.................................................246 F2 – 3. Une légende sacrificielle aux fins d'édification chrétienne ........ 248

Épilogue .............................................................................251 Bibliographie .....................................................................255

9

Introduction

"Celui qui doit se justifier n'est pas celui qui pose des questions, mais celui qui les rejette comme inadmissibles"1

À l'époque de Jésus de Nazareth, tout le long de la bordure orientale du bassin méditerranéen, une religion occupe le devant de la scène. C'est celle de la déesse Isis qui rayonne depuis Alexandrie en alliant l'ancienne religion égyptienne à la philosophie grecque. En trois siècles, elle est devenue un symbole de la civilisation hellénistique2. Isis est alors très présente en Galilée, son culte est célébré dans les cités hellénisées de Séphoris et de Magdala. Elle se fait plus discrète à Jérusalem à l'ombre
1

Gerd Theissen, Le mouvement de Jésus. Histoire sociale d'une révolution des valeurs, coll. Initiations, Les éditions du Cerf, 2006, page 34. 2 Un inventaire très complet des témoignages isiaques se trouve dans les ouvrages de Jean Leclant et Gisèle Clerc, Inventaire bibliographique des Isiaca, en 4 volumes, Leyde, 1972-1990, et de Laurent Bricault, Atlas de la diffusion des cultes isiaques (4ème siècle av. J.-C. – 4ème siècle apr. J.-C.), éd. De Boccard, 2001, et Recueil des Inscriptions concernant les cultes isiaques, en 3 volumes, au même éditeur, ainsi que de Gisèle Clerc et Jean Leclant, Culte isiaque et ægyptiaca dans la France antique, qui reste à paraître.

11

du judaïsme. Avec Jésus devenu Christ, une nouvelle religion naît de la rencontre du judaïsme et de l'hellénisme. Le christianisme va alors côtoyer l'isisme3 durant plus de trois siècles. La religion d'Isis alexandrine préfigure et annonce à maints égards la religion chrétienne qui lui emprunte beaucoup d'éléments comme la résurrection, la promesse d'une vie après la mort, le culte marial. Mais l'histoire des débuts du christianisme a longtemps privilégié la mémoire chrétienne aux dépens du contexte historique. Ses débuts ont longtemps été fixés à la naissance de Jésus. Les influences religieuses, philosophiques et politiques du monde hellénistique qui l'a précédé et dans lequel s'est inséré le mouvement qu'il a initié, ont été ainsi occultées. Il s'agit ici de retrouver ce chemin aujourd'hui perdu qui va d'Isis au Christ, redécouvrir en lui un élément originel du christianisme. Il s'agit aussi d'expliquer comment il a ensuite historiquement disparu, et comment il a été depuis religieusement chassé des mémoires.

Sous le voile d'Isis
Ce n'est plus aujourd'hui qu'un sentier recouvert par la succession des mémoires qui en ont effacé les signes. Au socle historique hellénistique s'est substituée une reconstruction qui a dérobé le passé à la façon d'un décor qui entretient l'illusion de l'avoir retrouvé. L'histoire est ce qui apparaît lorsqu'on soulève le voile de la mémoire. Le sens qu'elle révèle s'attache à la fois au voile et à ce qu'il recouvre. Tout voile est en effet le symbole d'une réalité inaccessible qu'on imagine être la vérité. C'est là le dilemme de la recherche de la réalité historique à travers les représentations de la mémoire. C'est à ce thème, illustré précisément par Isis, que Friedrich von Schiller, le poète romantique allemand, a consacré en 1795 sa ballade à la déesse voilée du temple de Saïs, "Das verschleierte Bild zu Saïs", "l'image voilée de Saïs". Plus

3

On a choisi de retenir ici le terme isisme pour désigner tout ce qui a trait au culte de la déesse Isis. Ce néologisme est préférable au substantif normalement dérivé de l'adjectif isiaque qui est isiacisme et qu'utilise Witt, en langue anglaise, sous la forme isiacism, préférable surtout à isiasme souvent utilisé en français, dont la dérivation est douteuse et la consonance péjorative.

12

précisément, l'image que l'on voit à Saïs, car le titre ne dit pas ce que représente cette image, il dit seulement où elle se donne à voir4. Le poème narre l'histoire d'un jeune néophyte que la quête éperdue de la vérité a conduit dans le temple de Saïs, face à la déesse Isis. Il est averti par le hiérophante, gardien du temple, qu'il ne doit pas chercher à regarder sous le voile qui la dissimule. La déesse ne le permet à personne sans qu'elle l'ait elle-même décidé. Celui dont la main profane commet la faute de soulever le voile sacré, celui-là dit la déesse, "Eh bien ? Il voit la vérité !". Le novice n'accepte pas qu'un voile ténu le sépare de la vérité. "Léger à la main, mais très lourd pour l'esprit" l'avertit encore son guide. Il s'obstine et s'introduit seul, la nuit, dans le temple, où la lueur bleue argentée répandue par la lune éclaire la déesse. Il est déchiré entre la promesse de vérité et l'interdit qui l'accompagne. Il lui crie qu'il veut "la regarder", l'écho lui répond moqueur "la regarder". Et il a soulevé le voile. Mais il reste incapable de dire ce qu'il a vu. Accablé au point d'en mourir, il s'exclame devant qui l'interroge : "Weh dem, der zu der Warheit geht durch Schuld, Sie wird ihm nimmermehr erfreulich sein" "Malheur à celui qui accède à la vérité par la faute, Jamais plus elle ne fera sa joie". Schiller souligne de sa plume le mot "voir", voir la vérité sous le voile d'Isis. En le soulevant, le néophyte ne connaît pas la vérité pour autant, il la voit seulement. Il ne doit, mais en fait ne peut, rien dire de ce qu'il a vu en dénudant la déesse. Ce peut être la vérité de la nature, de la femme, de l'être, de la connaissance de la vie et de la mort, du sexe, du désir, de la violence, qu'il a vue sans y reconnaître la vérité qu'il recherchait. Ce peut être la fascination, la frustration, l'épouvante, la culpabilité, mais ce n'est pas la joie qu'il ressent après cette épreuve. Il en va de la divinité comme de la vérité. L'une comme l'autre n'existe que voilée. C'est une illusion que d'en soulever le voile. Et la faute, si faute il y a, n'est pas de violer le mystère de la vérité ou de la divinité, elle est de faire croire qu'il n'y en aurait qu'une, l'unique et la seule qui soit vraie. Alors que la vérité comme la divinité n'est jamais que l'idée que chacun s'en fait. Elle ne peut que décevoir celui qui en faisait un

4

Voir au sujet du thème de cette introduction, Pierre Hadot, Le voile d'Isis. Essai sur l'histoire de l'idée de nature, coll. nrf essais, éd. Gallimard, 2004.

13

idéal absolu5. Elle n'est pas idéale en soi, elle ne reflète que l'idéal de la personne qui la fait sienne. La vérité ne doit pas être instrumentalisée ni sacralisée. La faute n'est pas de chercher à connaître sa vérité, c'est d'en user, pire de l'imposer, comme s'il s'agissait de la vérité. Une vérité qui se dit exclusive n'est pas une vérité. Il en va de même des dogmes religieux censés révéler le divin. L'idéal imaginaire ne fait pas bon ménage avec le vécu réel. La découverte du réel déçoit l'être qui espérait y trouver une vérité inaccessible, celle de son imaginaire, celle de sa mémoire. Il n'y trouve qu'une vérité du réel qui lui est étrangère, qu'il ne reconnaît pas comme sienne. L'homme a besoin pour vivre que le symbolique masque le réel dans l'imaginaire. Le voile du symbolique masque les jouissances et les violences dans le désir et l'amour6, masque les religions dans le divin. C'est le voile symbolique des textes qui masque les réalités de l'histoire dans la mémoire. Le voile symbolique de la croix, des images et des livres sacrés, cache la réalité de Jésus derrière la divinité du Christ. Le réel est dans les livres d'histoire qui disent : c'est en 30 de notre ère que la crucifixion de Jésus de Nazareth marque l'échec du mouvement qu'il a initié en Galilée, et que sa transfiguration en Christ ressuscité et Sauveur de l'humanité ouvre une perspective cultuelle nouvelle qui, portée par l'hellénisme, dépasse le judaïsme et le paganisme pour s'imposer ensuite comme la religion chrétienne universelle ; trois siècles avant Jésus, en 330, avait été fondé avec Alexandrie le premier foyer d'une nouvelle civilisation agrégeant les héritages philosophiques et religieux grecs et égyptiens, la civilisation hellénistique qui, de Rome à Byzance, allait s'intégrer à la puissance romaine pour former le monde gréco-romain ;
5

Cette illusion est aussi celle de la jouissance, qui, idéalisée, magnifiée par le désir, aussitôt dévoilée, se consume, indicible, s'envole en fumée, et laisse, tel un feu de paille, un goût de cendres. La déception qui suit est à la mesure de l'attente qui a précédé. Comme la jouissance, la vérité est indicible car elle cesse d'être vraie dès qu'elle est dite. Comme la jouissance, elle supprime alors le désir de connaître. Il en va ainsi aussi de l'accaparement du divin par les religions. 6 Dans ce livre, on ne distinguera pas les jouissances des plaisirs ; on emploiera intentionnellement le pluriel pour ces deux termes, et le singulier pour le désir. Les jouissances et les plaisirs qu'elles procurent constituent des manifestations particulières qui relèvent des diverses formes d'accomplissement du désir considéré ici comme un tout, potentiel inhérent à la personne. Voir à ce sujet le livre de l'auteur De l'énergie au désir, du sexe au cerveau, des sens à l'esprit, éd. L'Harmattan, 2001.

14

trois siècles après Jésus, dans ce contexte, en 325, le Concile de Nicée rassemblait les évêques chrétiens sous la férule de l'empereur Constantin qui donnait à la nouvelle Église ses bases dogmatiques et lui ouvrait les portes de Rome ; c'est en 476 de notre ère que les Goths mettent fin à l'Empire romain d'Occident dont l'Église catholique romaine reprend les structures de pouvoir ; les deux Églises chrétiennes se séparent et leurs papes s'excommunient mutuellement en 1054 ; c'est enfin en 1453 que les Ottomans mettent fin à l'ancien Empire romain d'Orient devenu l'Empire byzantin dont a hérité l'Église orthodoxe. Comme toute personne, comme tout événement, Jésus est le produit de l'histoire. Il n'en est pas l'origine. C'est une erreur que de vouloir connaître l'histoire en en descendant le cours comme le fait la chronologie habituelle. L'histoire apparaît alors comme un long fleuve tranquille, sans aspérités, avec des confluents qui réunissent, sans branches qui divisent. Mais cette histoire simpliste est fausse. L'histoire doit toujours être remontée de l'aval vers l'amont pour percevoir le socle historique des événements qui y prennent leur source. S'agissant de Jésus, en en faisant l'origine des temps d'une nouvelle ère, on a fait débuter son histoire avec sa naissance et on en a déroulé le cours comme un rouleau de parchemin, on en a tourné les pages comme celles des codex néotestamentaires. "L'Histoire avec un point d'origine qui congédie en le rabaissant tout ce qui précède… L'Histoire pensée sur le mode le plus linéaire qui soit"7 Sans recul dans le temps d'avant Jésus, sans les repères du passé historique lointain, il n'y a pas de mise en perspective possible des événements qui ont marqué sa vie. On a toutes les chances de passer à côté de la vérité historique. On ne peut trouver que la vérité de la foi, celle du Christ. C'est pourquoi il faut emprunter le chemin inverse, celui qui remonte du temps de Jésus jusqu'avant l'aube de l'ère chrétienne, jusqu'à la civilisation dont elle a émergé. Le socle historique, bien documenté par les historiens, dans lequel s'est ancrée l'histoire qui a fait Jésus de Nazareth en Galilée, c'est la civilisation hellénistique qui est née à
7

-

Jean-Michel Rey, Paul ou les ambiguïtés, éd. de l'Olivier, coll. penser/rêver, 2008, page 104. Cet auteur voit dans cette préemption du passé au profit de l'avenir qu'on annonce ou qu'on souhaite, un mode de pensée habituel de l'apôtre Paul dans ses Épîtres.

15

Alexandrie trois siècles avant l'ère chrétienne. C'est en soulevant ainsi le voile du temps, que l'on peut espérer voir un fragment de la vérité de Jésus. La ligne de partage entre la mémoire, subjective par nature, et l'histoire, objective par principe, diffère selon les opinions des intéressés. Aux yeux de la foi du chrétien, les Évangiles constituent la pièce maîtresse, intangible et sacrée, de l'histoire du christianisme. Pour l'agnostique, ils ne constituent qu'une mémoire reconstruite après les faits, conforme aux idées que leurs auteurs se sont faites alors du passé qu'ils rapportaient, et appropriée aux fins d'édification qu'ils se donnaient. Jésus est ainsi masqué par un voile que cet ouvrage tente de soulever en deux temps. Une première partie s'attache au réel et part de l'histoire. La deuxième reprend les représentations imaginaires issues de la première.

16

PREMIÈRE PARTIE

A – L'aube de l'ère chrétienne

L'histoire qui a fait passer en un millénaire de la suprématie de l'Égypte pharaonique à celle de l'empire romain, montre que c'est le recours à la force et à la violence des armes qui est devenu alors le facteur déterminant de l'évolution des civilisations. L'avènement de l'âge du fer avait précipité cette évolution en opérant une transformation radicale des armements avec des épées plus robustes et plus tranchantes, des armures plus résistantes, des chars plus solides et plus rapides. C'est chaque fois la civilisation la moins encline à recourir à la violence qui est à terme éliminée par celle qui fonde au contraire son développement sur l'usage des armes et sur la brutalité guerrière. Civilisation égyptienne, conquise par les Perses, => puis par la Grèce macédonienne Civilisation hellénistique gréco-égyptienne, conquise par Rome => Civilisation gréco-romaine, conquise par les Goths 17

L'âge du fer arrive en même temps que survient l'irruption des "peuples de la mer" aux environs de 1200 av. J.-C. Ces invasions brutales doivent largement leur violence meurtrière et leurs succès guerriers à l'utilisation d'épées en fer nouvelles à l'époque. Elles émanent de peuplades contraintes par les famines à gagner d'autres territoires plus accueillants aux dépens de leurs habitants natifs. C'est ainsi que les Philistins s'installent le long de la côte méridionale de la Palestine. L'Égypte est une des grandes victimes de l'irruption des peuples de la mer, en même temps que le pays des Hittites dont la capitale Ougarit est détruite. C'est la première atteinte grave portée à la civilisation égyptienne et à ses valeurs de paix. Cet épisode de l'histoire a conduit les peuples du Proche-Orient à tirer les leçons de ces déboires. Ils vont acquérir de leurs conquérants qui s'intègrent à eux, la maîtrise des techniques de production du fer et de son utilisation. Il en est résulté une emprise croissante de la violence sur la civilisation, violence que la société égyptienne avait toujours rejetée par principe et qu'elle va subir désormais de plein fouet. L'Égypte connaît au dernier millénaire av. J.-C. un irrémédiable déclin. Elle est conquise par les forces étrangères, d'abord annexée à l'empire perse. La conquête d'Alexandre la libère en 332 av. J.-C. de la mainmise perse. Le Macédonien, tournant le dos à la conception athénienne traditionnelle, entend que les peuples qu'il conquiert deviennent parties prenantes d'un empire qu'il veut universel. Sa mort soudaine l'empêche de consolider cet empire que se partagent au pied levé ses généraux, l'Égypte d'un côté, l'Asie Mineure de l'autre. Avec la fondation par Alexandre, au bord du delta du Nil, de sa capitale Alexandrie où se sont ensuite installés les Lagides, naît une nouvelle civilisation. La civilisation hellénistique alexandrine est le fruit du syncrétisme gréco-égyptien philosophique et religieux. Elle intègre les nouveaux modes de développement économique et commercial. Elle s'étend avec la fondation, à la même époque, d'Antioche, la capitale de l'empire oriental des Séleucides. Les royaumes hellénistiques issus de l'épopée d'Alexandre connaissent des histoires tourmentées. Les Lagides doivent faire face à des difficultés économiques qu'aggravent les rivalités dynastiques internes. Des conflits armés les opposent aux Séleucides. Ceux-ci sont confrontés en Palestine à la révolte des Maccabées. Le royaume de Judée acquiert son autonomie puis devient la proie des conflits politiques et idéologiques internes. Les mouvements d'émancipation ne sont pas seulement d'inspiration nationaliste – les "nations" n'existent guère à cette époque – mais surtout 18

d'inspiration religieuse. Ils tendent à l'affranchissement de toutes les sortes de tutelles et de contraintes. Les individualités s'affirment sous l'influence des philosophies personnalistes. Cette effervescence hellénistique est propice aux innovations et aux changements, dans les domaines aussi bien politiques que religieux ou philosophiques. Elle s'étend à travers tout le bassin méditerranéen oriental. Elle y a sans doute facilité la conquête romaine au dernier siècle avant l'ère chrétienne. La civilisation hellénistique s'en trouve alors relancée et mondialisée avec l'avènement de la civilisation gréco-romaine La sphère religieuse, entre autres, en a été modifiée. Les divinités grecques et égyptiennes se sont rencontrées. C'est ainsi qu'est née l'Isis alexandrine qui ajoute aux attributs isiaques traditionnels ceux de Déméter, d'Artémis et d'Aphrodite. Sérapis ajoute à la figure d'OsirisApis, des traits d'Hadés, d'Asclépios, voire de Zeus. Le judaïsme s'est lui aussi hellénisé, sensiblement dans les régions placées sous l'influence hellénistique d'Alexandrie comme la Galilée, très peu dans les régions fermées aux influences extérieures comme la Judée. La genèse du christianisme s'inscrit dans ce contexte historique, celui dans lequel est né le mouvement initié par Jésus de Nazareth en Galilée. Ses visées comme ses origines s'inscrivent dans le cadre large de la civilisation hellénistique et dans le contexte historique local qu'il a connu en Galilée d'abord, en Judée ensuite. Il s'agit d'évaluer comment et dans quelle mesure le christianisme a pu être un produit à la fois du judaïsme et de la mouvance hellénistique alexandrine, comment et dans quelle mesure sa progression à travers tout le bassin méditerranéen a été ensuite facilitée par la mondialisation de l'empire gréco-romain.

A1 – Le cadre historique
L'épopée conquérante d'Alexandre l'amène en Égypte en 330 av. J.-C. Il est symptomatique qu'il se rende immédiatement à Memphis pour y honorer les divinités locales et s'y faire reconnaître comme pharaon, l'incarnation d'Amon Ré. Symptomatique parce que le macédonien révolutionne à travers sa conquête de tout l'orient, la conception athénienne traditionnelle que les Grecs avaient d'eux-mêmes et des Barbares. Alors que ce terme désignait pour eux jusque là tous ceux qui 19

ne parlaient pas le grec et n'avait pas accédé à la culture grecque, Alexandre entend dépasser cette distinction et rassembler tous les peuples, avec leurs langues et leurs cultures propres, au sein d'un même empire. C'est cette conception qu'il met en œuvre lorsqu'il fonde la ville nouvelle d'Alexandrie en 331 av. J.-C. pour en faire une capitale. Cette fondation marque aussi celle d'une nouvelle période de l'histoire, la période hellénistique, qui, relayée par la conquête romaine à l'aube de l'ère chrétienne, va durer pratiquement jusqu'au 3ème siècle après J.-C. Il convient de remarquer que cette période recouvre celle d'un réchauffement climatique qu'évoquent déjà Platon et Aristote vers 400 av. J.-C., qui se poursuivra jusqu'à l'optimum climatique médiéval vers 1100 de notre ère, et qui a sans doute favorisé l'essor de la civilisation hellénistique dans tout le monde proche oriental et occidental. Bien documentée par les travaux des historiens, celle-ci constitue un socle approprié pour approcher les événements qui se sont déroulés dans le proche orient méditerranéen au changement d'ère, en particulier en Galilée et en Judée8. La période y est marquée par les rivalités entre les héritiers d'Alexandre, les Lagides en Égypte et les Séleucides en Asie mineure. La victoire du souverain séleucide, Antiochos III sur le souverain lagide, Ptolémée V Épiphane, à Panion en 200 av. J.-C., donne la Syrie et la Palestine aux Séleucides. La tutelle lagide a valu un siècle de paix prospère à la Palestine. Entre l'Égypte ptolémaïque affaiblie et la Syrie provisoirement dominante, elle subit ensuite les contrecoups des conflits qui opposent ses grands voisins. La civilisation hellénistique rayonne à partir d'Alexandrie sur tout le pourtour méditerranéen du proche orient. Elle retrouve un nouveau souffle après les trois siècles durant lesquels ont régné les Ptolémées, après la défaite de Cléopâtre et d'Antoine, porteurs d'un projet d'alliance des empires égyptien et romain, face à Octave, le futur empereur Auguste, à l'issue de la bataille navale d'Actium, en 31 avant J.-C. Du côté de l'empire séleucide, la Syrie avait alors déjà été conquise par les légions romaines. Pompée avait étendu son emprise sur la Palestine, la Galilée et la Judée, en entrant dans Jérusalem en 63 avant J.-C. Cette histoire s'inscrit dans une longue période de lente mutation religieuse, dont les étapes concernées ici s'appellent, la religion égyptienne pharaonique, les déités monarchiques hellénistiques, le
8

Édouard Will, Histoire politique du monde hellénistique, coll. Points Histoire, éd. du Seuil, 1967-2003.

20

judaïsme de l'État juif, celui de la diaspora, puis le christianisme et le catholicisme romain9.

A1 – 1. L'influence hellénistique
La civilisation hellénistique est pluraliste par nature. Les royaumes hellénistiques constitués à partir de l'empire d'Alexandre, sont des entités géopolitiques nouvelles qui regroupent des peuples très différents sous l'obédience grecque. Leur stabilité politique et économique requiert le pluralisme ethnique et religieux, une idée très novatrice à cette époque. C'est l'union dans une mouvance unique des composantes grecque et égyptienne appelées désormais à se conjuguer dans la sphère lagide, les composantes grecque et perse, syrienne et iranienne, dans la sphère séleucide. C'est là l'origine du syncrétisme hellénistique qui fait des Ptolémées, souverains grecs dans un monde égyptien hellénisé, les successeurs des anciens pharaons. Ils sont eux-mêmes reconnus à ce titre comme les incarnations des dieux tutélaires égyptiens. Ainsi Cléopâtre qui s'affirma celle de la déesse Isis. Le même mouvement a fait de la déesse égyptienne la grande déesse alexandrine universaliste vénérée à travers tout le monde hellénistique. Cette nouvelle civilisation gréco-égyptienne représente vite le plus haut degré d'avancement du monde de l'époque, dans les domaines philosophique, scientifique, culturel et religieux. Elle rayonne à partir de deux foyers majeurs, Alexandrie et Antioche, les capitales des deux empires hellénistiques, celui des Lagides en Égypte et celui des Séleucides en Asie mineure. La troisième capitale du bassin méditerranéen oriental, Jérusalem, s'isole dans l'îlot judéen qui reste réfractaire à l'hellénisme. C'est avec la conquête romaine que la civilisation hellénistique donne naissance à la civilisation gréco-romaine. C'est là le cadre historique dans lequel naît puis se développe le christianisme. Son histoire commence à Alexandrie.

9

En deçà de l'Égypte et de la Bible, cette histoire remonte en fait jusqu'en Mésopotamie. Les sources sumériennes, babyloniennes, assyriennes et perses sont porteuses de valeurs essentielles que masquent d'ordinaire les trois monothéismes, et qui sont bien antérieures à celles qu'on veut évoquer ici.

21

Alexandrie, foyer du rayonnement hellénistique
La civilisation hellénistique trouve dans Alexandrie le premier foyer de son développement et de son rayonnement, dans l'empire ptolémaïque jusqu'aux confins de l'Asie mineure. Alexandrie, capitale de l'empire des Ptolémées, s'affirme alors comme la capitale mondiale des sciences, de la médecine, un fleuron de l'urbanisme, un pôle de la navigation à travers la Méditerranée. Les Ptolémées y ont créé le Musée, véritable institut de recherche scientifique, technique et médicale, ainsi que la Grande Bibliothèque, temple de la connaissance10. Trois cents ans après la création de la ville, à l'époque de Jésus, l'Égypte est devenue province romaine impériale. Alexandrie a supplanté Athènes dans le monde grec. Elle n'est que la seconde ville de l'Empire romain, mais elle dépasse pourtant Rome dans de nombreux domaines. Elle reste le foyer de la civilisation hellénistique, le creuset de tous les syncrétismes entre l'Orient et l'Occident, entre les cultures et les religions égyptienne, grecque, juive et romaine. Alexandrie reste la capitale de l'Égypte, royale, belle et brillante. C'est une ville proprement prodigieuse, lieu d'innovation en même temps que de mémoire. Chef d'œuvre d'urbanisme, la ville est construite en damiers. Des fontaines y sont en permanence alimentées par un réseau de canalisations et de citernes souterraines. Ce réseau d'adduction d'eau est relié aux eaux du Nil par un canal de dérivation long d'une centaine de kilomètres. Au temps de Jésus, la ville est parvenue au sommet de son développement, témoin de la civilisation hellénistique dont elle a été le berceau et dont elle est devenue le joyau. C'est un haut lieu d'échanges économiques et commerciaux, philosophiques et religieux, culturels et scientifiques. Les différents courants de la philosophie grecque s'y conjuguent avec ceux de l'Orient et de l'Égypte et leurs religions. Alexandrie est un intense foyer de rayonnement spirituel et philosophique. La Bibliothèque d'Alexandrie était la plus grande au monde. Riche de plus de 500.000 documents, elle constituait un trésor culturel de l'humanité. Elle fut brûlée par accident en 47 avant notre ère lorsque
10

Voir sur Alexandrie l'ouvrage Aux origines du christianisme, textes présentés par Pierre Geoltrain, coll. folio histoire, éd. Gallimard, 2000, notamment les chapitres 7 et 8, pages 60-80.

22

Jules César fit incendier la flotte et les arsenaux égyptiens. Ce qui put être sauvé des ouvrages qu'elle contenait a été transféré alors à la bibliothèque du Serapeum d'Alexandrie qui prit le relais et abrita par la suite à son tour tous les écrits de l'époque. "C'est surtout à Alexandrie, à l'époque hellénistique, exactement à partir de la fin du 4ème siècle avant notre ère, sous l'influence de ces princes éclairés que furent les Ptolémées, que se situe l'essor décisif des techniques et de la mécanique, surtout dans le cadre de la Bibliothèque et du Musée d'Alexandrie. Cet établissement dédié aux Muses, financé par l'état, était un centre d'études scientifiques très vivant, qui a réuni de nombreux savants"11. Les écoles philosophiques, celles du néo-platonisme, de l'épicurisme, du stoïcisme, sont très actives à Alexandrie et prodiguent une éducation très développée, qui s'y adresse aussi aux femmes. Ce véritable complexe culturel se double de l'école de médecine la plus prestigieuse de l'époque. Elle est associée au Serapeum, temple dédié au nouveau dieu grécoégyptien Sérapis qui remplace désormais Osiris au côté de la déesse Isis. Du haut de ses 135 mètres, le monumental phare d'Alexandrie, l'une des sept merveilles du monde, guide les navigateurs vers le port durant la nuit. Il les protège comme Isis était réputée le faire. Ce phare est comme le symbole de la ville. Alexandrie rayonne sur tout le bassin méditerranéen comme il le fait sur la mer. Pour l'essentiel, ce sont deux caractères d'origine grecque qui donnent leur force expansionniste aux mouvements d'inspiration hellénistique. Il s'agit, sur un fond de philosophies personnalistes, de la liberté de parole et du droit aux associations, d'où résulte leur grande capacité d'ouverture. Ils ouvrent une perspective radicalement nouvelle à travers les horizons fermés traditionnels aussi bien de la théocratie judaïque, que de la civilisation policée athénienne, ou de l'organisation romaine. L'homme – à la condition qu'il soit libre -, et parfois aussi la femme avec lui, y découvrent une possibilité de s'épanouir en principe librement qui n'existait pas auparavant. La possibilité aussi de s'affranchir des contraintes existantes. Les mouvements de libération y trouvent un terreau propice à leur développement. Les pouvoirs en place à Jérusalem, à Athènes, à Rome, y voient un danger. Parce qu'il est sujet à de nombreux remous internes, parce qu'il en suscite autant autour de lui, le mouvement hellénistique constitue un
11

Pierre Hadot, Le voile d'Isis. Essai sur l'histoire de l'idée de Nature, éd. Gallimard, 2004, page 118.

23

véritable ferment de transformation des sociétés. Le durcissement des législations aussi bien grecques, juives que romaines, à Athènes, à Jérusalem comme à Rome, contre les sectes et associations, philosophiques et religieuses, qui s'effectue à partir du 2ème siècle avant notre ère, peut s'expliquer par la montée à partir des deux foyers majeurs de la civilisation hellénistique que sont alors Alexandrie et Antioche, de mouvements progressistes qui apparaissent susceptibles d'ébranler les traditions établies. Une réaction typique à de telles évolutions suscitées par le mouvement hellénistique est celle en Judée des Maccabées dont la guerre qu'ils menèrent en 160 av. J.-C. est décrite plus loin. Ce creuset de civilisation qu'est Alexandrie vaut tout autant au plan religieux qu'aux plans culturel et politique étroitement imbriqués, à l'époque des Ptolémées comme à celle de l'occupation romaine à l'aube de l'ère chrétienne. S'agissant des sources du christianisme, Alexandrie est un lieu privilégié comme en témoigne l'importance qu'y connut d'emblée et durant les premiers siècles la communauté chrétienne. Celleci ne s'est pas constituée à la suite d'une activité missionnaire à la manière de Paul. Le rôle qu'y joua Marc semble attesté mais les circonstances dans lesquelles s'effectua la christianisation d'Alexandrie restent imprécises. Elle y a sans doute été le fruit d'un terrain réactif et syncrétique par nature, issue à la fois du judaïsme et de l'isisme, les deux courants religieux alors les plus influents12. La religion copte en reste de nos jours un témoignage vivant. Le rayonnement de ce qu'on peut ainsi appeler l'école d'Alexandrie, exerce un grand pouvoir d'attraction qui autorisera plus loin l'hypothèse que Jésus ait passé son enfance et sa jeunesse à suivre ses enseignements. Alexandrie peut être considérée comme une source hellénistique de la nouvelle religion chrétienne, source isiaque de surcroît. On a coutume de tracer la voie du christianisme comme allant de Jérusalem à Rome. Elle part sans doute d'Alexandrie, passe aussi par Antioche et par Éphèse, autres hauts lieux de la culture hellénistique du bassin méditerranéen oriental.

12

Le terme "isisme" est celui qu'utilise aussi Gérard Freyburger dans son chapitre "Les religions à mystères dans l'Empire romain", quatrième partie de l'ouvrage collectif "Religions de l'Antiquité", Presses universitaires de France, 1999, pages 247-347.

24

Hénothéisme et syncrétisme
Ce sont les deux maîtres mots du monde hellénistique. "Le syncrétisme, toujours et encore", écrit Pierre Lévêque13. C'est dans sa capacité d'agréger les valeurs et de conjuguer les forces au lieu de les laisser s'opposer, que réside la source de la richesse et des succès du monde alexandrin dans les domaines des arts, des lettres, des sciences, comme dans ceux des échanges commerciaux et internationaux. Le syncrétisme y unit le mysticisme des religions à mystères de l'Égypte et la rationalité des philosophies grecques. Il permettra plus tard à l'hellénisme de s'allier à la romanité. L'hénothéisme religieux égyptien va de pair avec la philosophie grecque et avec le syncrétisme hellénistique. Il consiste dans la reconnaissance d'un principe divin supérieur reconnu par tous. Pierre Lévêque le définit comme "la croyance dans l'identité profonde de tous les détenteurs du divin". Il importe peu à la divinité suprême le nom que lui donnent les hommes des différents pays et sous lequel ils la vénèrent. Isis en est le meilleur exemple. C'est elle la Déesse myrionyme, "la Déesse aux mille noms" que lui donnent la myriade de pays qui la connaissent. L'hénothéisme caractérise la philosophie religieuse de l'Égypte ancienne. Il est alors le produit des valeurs traditionnelles de la société en termes de mesure et de juste équilibre, et des structures géographiques du pays. Celui-ci est partagé entre le nord et le sud, et décentralisé à travers des provinces (les nomes) ayant chacune leurs particularismes régionaux et religieux. Des panthéons locaux existaient ainsi dans toutes les régions. Les principales localités abritaient des écoles religieuses basées sur diverses conceptions de la création du monde. La cosmogonie de Memphis était différente de celle d'Héliopolis. Tous ces dieux locaux étaient considérés, sous leurs diverses apparences et leurs noms particuliers, comme équivalents les uns aux autres. Ils étaient comme absorbés par les divinités principales dont ils constituaient des émanations particulières. C'est ainsi que de nombreuses déesses de la fertilité et de la fécondité étaient assimilées à Isis, laquelle se confondait

13

Pierre Lévêque, Le monde hellénistique, éd. Pocket Armand Colin, coll. Agora, 19691992.

25

elle-même avec Hathor, la déesse de l'amour et de la sexualité au sommet de la hiérarchie divine14. Selon les cosmogonies de la mythologie égyptienne, la création du monde est l'œuvre du désir tandis que la violence tend à sa destruction. C'est un commandement d'Osiris qui, le premier, prescrit : "tu ne tueras pas". Le meurtre fait l'objet du plus strict interdit. La déesse Maât qui représente la juste mesure et le juste équilibre joue un rôle primordial. La règle de Maât est la principale règle de vie. Elle s'impose à chacun, à commencer par le Pharaon qui en est dépositaire. Maât symbolise l'ordre équitable. Elle oppose l'harmonie au désordre, la justice à l'injustice, la vérité au mensonge, la paix à la guerre. Chacun se doit de respecter la règle de Maât durant sa vie pour être en accord avec lui-même le jour de sa mort. La règle de Maât fait du rejet de la violence un principe fondamental de la société égyptienne : "Est digne de haine et mérite châtiment, tout homme qui exerce une violence sur le corps d'un de ses semblables, le blesse ou d'une manière générale lui fait du mal"15. En Égypte, sous la 18ème dynastie, la tentative monothéiste amarnienne d'Akhenaton que l'intolérance et l'autocratisme du pharaon ont conduite à une impasse, fut d'inspiration hénothéiste. C'est encore l'hénothéisme égyptien qui, bien plus tard, après la conquête d'Alexandre et sous les Ptolémées, a ouvert la voie au syncrétisme gréco-égyptien. L'école alexandrine affirme alors l'unité de tous les cultes rendus aux dieux des différents pays de l'empire, car ils représentent la même âme et les mêmes valeurs sous des apparences multiples. Les manifestations de la Nature sont les mêmes partout. Les divinités qui les représentent portent des noms différents dans les différents pays, mais elles peuvent être mises et célébrées en commun16.
Evidences naturelles Cosmothéisme hénothéiste Vérité révélée Monothéisme exclusif

Raison philosophique Libre-arbitre
14

Croyance religieuse Assujettissement

France Le Corsu, Isis,mythe et mystères, éd. Les Belles Lettres, 1977, pages 18 et suivantes. Cette auteur, sous couvert de syncrétisme, parle en fait d'hénothéisme et montre comment celui-ci a conduit à celui-là. 15 Selon Diodore de Sicile, cité par Nadine Guilhou dans sa communication au colloque L'interdit et le sacré dans les religions de la Bible et de l'Égypte, éd. de l'Université de Montpellier-III, 1998, page 30. 16 Leur signification qui s'impose à tous les fait parfois invoquées dans les traités entre les pays pour en garantir la validité aux yeux de chacun.

26