Des jeunes en espérance

Des jeunes en espérance

-

Livres
139 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Cet ouvrage constitue le sixième tome des entretiens accordés par Yvonne Trubert au "Livre d'Invitation à la Vie", journal de l'association éponyme. Au travers de thèmes tels que la communication, les jeunes, les racines terrestres, les origines célestes et l'intelligence, l'auteur propose de suivre un chemin de transformation intérieure.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 novembre 2008
Nombre de lectures 59
EAN13 9782336281223
Signaler un abus

Des Jeunes en espérance

(1) L'Harmattan, 2008 5-7, rue de l'Ecole polytechnique; 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com harmattan I@wanadoo.fr diffusion .harmattan({ùwanadoo. fr ISBN: 978-2-296-06697-7 EAN : 9782296066977

Yvonne Trubert

Des jeunes en espérance
Chroniques d'une Invitation à la Vie

Tome 6

L' Harmattan

Direction éditoriale: Albertine Gentou

Enregistrées entre 1984 et 1995 pour le Livre d'Invitation à la Vie, journal de l'association éponyme, ces chroniques sont extraites d'entretiens réalisés par la Mission Écrire et quatre journalistes: Marie Mignon Gardet, Marie d'Hennezel-Whitechurch, Marie-Hélène Rose et Albertine Gentou.

Photographie de la couverture: (Ç)CatherineBrindeau Photographie d'Yvonne Trubert: (Ç)PriscaLéonelli

Des Jeunes en espérance(Ç)L'Hannattan, 2008 www.editions-hannattan.fr

Préface
« Il n y a pas de plus grand amour que

de donner sa vie pour ceux que l'on aime. » Jean,15-13 Hissons nos cœurs à la bonne hauteur! Conteuse des âmes, Yvonne Trubert consacre sa vie aux autres en transmettant le message d'amour du Christ légué par les Évangiles. Elle nous propose de suivre le chemin de la foi, en pratiquant la prière des chrétiens (le rosaire) comme chemin de transformation intérieure. Nous invitant à une rencontre avec nous-même et les autres, elle nous incite à la conversion, c'est-à-dire à un changement d'état d'esprit pour que l'amour et la joie deviennent les signes extérieurs de notre foi! Le chemin de foi a l'exigence de la liberté. Difficile, il nous demande de nous débarrasser de tout ce qui nous encombre par une remise en question de ce que nous croyons être et que nous ne sommes pas! Il n'y a pas d'épreuve qui ne soit pas à notre portée. Tout est à transformer pour que nous soyons prêts à aimer sur mesure. La foi se réclame de l'abnégation et de l'humilité, valeurs qui nous conduisent au chevet des autres pour mieux servir Dieu. Reconnue d'intérêt général, l'association « Invitation à la Vie », qu'Yvonne Trubert a fondée, fait de la solidarité son cheval de bataille et redonne à la vie son sens premier. Elle porte haut le drapeau de la foi vivante dont je me fais l'écho dans cette préface pour lui tirer mon chapeau!

À chaque instant, nous sommes les créateurs de nos vies où seul un présent libéré de notre passé peut construire un avenir large aux grandes allées dégagées. Ainsi, chaque instant présent devient un éternel recommencement. Tout est mouvement. À chaque seconde, nous pouvons choisir - ou non - de prendre, dans un total abandon, la main de Dieu pour traverser nos vies embouteillées. Cette confiance transforme tout et fait du grenier de nos vies des jardins fleuris. Puisque le bonheur est à nos pieds, pourquoi toujours attendre d'être mieux ailleurs? Pourquoi vouloir voir pour croire alors que le mystère de la foi est de croire sans voir! À force de dire que tout fout le camp et de nous battre contre nos paradis, à force de dire que le monde va mal, il bat de l'aile et puis s'oublie! Le monde! C'est nous, vous, moi! Le monde commence par soi! Avons-nous encore le choix d'attendre les bras en croix que le monde vienne à nous ? N'est-ce pas plutôt à nous de venir au monde et de porter à bout de bras le message d'espérance du Christ? Ne laissons pas le monde baisser les bras, levons-les pour que les jeunes puissent y croire. Ils sont nos lendemains et notre seul espoir! La grande histoire de la foi n'est pas réservée aux « anciens». La foi, c'est pour chacun de nos gamins! La jeunesse sera demain ce que nous ferons d'elle aujourd'hui et c'est avec nos ailes qu'elle pourra hisser son cœur à la bonne hauteur! C'est par notre exemple que leur désir d'embrasser le ciel s'épanouira. Ils sont les 6

poumons du monde de demain, mais c'est à nous de leur servir de carburant pour permettre leur envol. Les fruits de leur moisson se récolteront à la sueur de notre commUnIon. Alors. .. Puisque le monde de demain c'est aujourd'hui, manifestons notre « OUI au don de Dieu» en prenant exemple sur la vierge Marie. Sous chacun de nos pas, il y a son « OUI» posé à nos pieds en toute humilité comme une ombre portée. Elle nous accompagne en silence au bord de l'espérance, nous borde de ses bras pour déposer nos bleus au pied de la crOIX. Osons ! Agissons! Le monde a besoin de nos pardons! Éclairons-nous de la lumière des jeunes en leur montrant le chemin, ils tiendront nos lampes allumées et nous mèneront bien plus loin. Marchons dans la confiance partagée pour faire d'eux, et de nous-mêmes, des êtres libres et entiers. Caroline d'Indy

7

La Communication
On peut se demander comment transmettre le Verbe de Dieu dans son langage, ses écrits, ses actes pour que chaque homme soit enrichi et enrichisse l'autre. Dieu est le Verbe! Et le Christ s'est fait Verbe... Dieu l'a envoyé parmi les hommes en tant que Verbe. Cela veut dire quelque chose de très précis pour Lui: la parole est par excellence le don de Dieu à I'homme, être supérieur sur cette planète Terre, parce qu'il a une intelligence pour pouvoir modeler, modifier, structurer. Et Dieu a voulu que le Christ se fasse homme... Si Dieu s'était manifesté de son ciel ou s'Il était arrivé avec une apparence même humaine parmi les hommes, Il n'aurait jamais pu percevoir les trames de la souffrance humaine. Il a donc fallu qu'Il prenne chair. Nous pouvons réaliser l'immensité du travail accompli pour nous. Il n'a pas voulu que les écrits témoignent de sa vie, de son travail avant qu'Il ne soit ressuscité... Devenu chair le Verbe a voulu, à travers cette chair d'homme, parler. Il venait du Père, Il voulait nous dire ce que le Père avait à nous transmettre sans déformer d'aucune manière ce qu'étaient les lois cosmiques. Voyez la différence entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Regardez ce qui s'est passé au mont Sinaï. Moïse était là. Tous les hommes qu'il avait sauvés se trouvaient en bas de cette montagne. Et la solitude de Moïse a alors pesé lourd. Il s'est privé de manger et de boire pour entendre les paroles de Dieu. Il voulait que Dieu se manifeste à lui, non pas pour lui, mais pour les autres. Il avait amené ces hommes en terre de Canaan, mais il voulait véritablement savoir que faire ensuite. Où irait cette cohorte d'hommes dont il avait charge? Dieu dans son immensité lui parlait. .. et Moïse, par la faim et la

soif, avait peur de devenir fou. Il croyait entendre des paroles, il les prenait pour de l'imagination, de l'illusion... Alors Dieu s'est manifesté autrement: en écrivant sur la pierre même, en la découpant du rocher pour que Moïse apporte la preuve de son passage et de son écoute. Voici que Moïse a entendu, mais cette audition le laissait encore sceptique. Alors Dieu s'est manifesté par le feu, ce buisson ardent, pour lui faire comprendre qu'Il pouvait être le maître de toute chose, en tout lieu, à tout instant... Et Moïse est redescendu vers la foule. Mille cinq cents ans plus tard, on voit le Christ. Il naît dans une étable, dans l'humilité et l'acceptation totale. Audelà de cette humilité, de cette pauvreté apparente, Dieu a voulu nous faire comprendre que ses parents possédaient la richesse. Ce petit être qu'on a appelé Jésus n'était autre que le fils de Dieu lui-même. Il a accepté d'être bouleversé. Nous connaissons ses épreuves. Nous connaissons cet enfant qui grandit parmi les siens mais qui a une image très différente des autres. Nous connaissons aussi cet épisode de sa vie, à l'âge de onze ans, lorsqu'il est monté à Jérusalem et s'est perdu trois jours. Ce Verbe qui s'est fait chair savait. Il connaissait l'humanité; Il connaissait aussi les moyens de communication. Il savait combien l'homme déformait par son mental, son analyse. L'intelligence de l'homme a toujours existé, depuis des millénaires. Dieu savait que ces hommes avaient la même souffrance que nous aujourd'hui, les mêmes divisions entre frères, les déchirements entre tribus, les guerres intestines. Il faut réaliser dans quel contexte le Christ a commencé à parler. Il ne pouvait pas s'exprimer dans un langage châtié, classique, car on n'aurait rien retenu, il fallait qu'Il parle à tous les hommes de la terre. Pour cela, il a choisi douze hommes pour être ses apôtres. Et de ces

10

apôtres sont sortis cinq mille disciples, un petit noyau par rapport à toute l'existence humaine d'alors. Le Christ devait enseigner, un enseignement verbal, afin de démontrer véritablement ce que son Père, le nôtre aussi, désirait de l'humanité. Il ne voulait pas qu'on déforme ses pensées, ses mots. Aussi a-t-Il parlé en paraboles, où chaque phrase inclut un mystère. Avec des paraboles, des mots simples qui faisaient partie de la vie quotidienne des Hébreux d'alors, Il voulait que les marchands, les pêcheurs, les collecteurs d'impôts, les Pharisiens, les Lévites entendent non pas avec leurs oreilles mais avec leur cœur ! Les paraboles du Christ s'adressent à l'âme, aux pauvres. Que signifie pauvreté? Dans le sens de la Bible, cela ne veut pas dire pauvreté simplement en apparence. Le pauvre incarne celui qui se réfugie dans la force divine, qui se fait tout petit par rapport à la grandeur du Maître, qui lui fait confiance pour diriger sa vie, qui écoute et obéit. Le Christ a voulu parler aux humbles. Souvenezvous. À un moment, Il dit: « Ô Père, je Te remercie d'avoir caché cela aux riches et aux puissants. Et de pouvoir le démontrer aux humbles et aux petits. » Le Verbe représente le seul garant de la présence de Dieu. Par ce témoignage verbal, le Christ s'est manifesté aux hommes pour que dans cette vibration - et on peut parler de la vibration - on reconnaisse quand quelqu'un dit la vérité ou une supercherie. De beaux langages séduisent souvent la tête et le cerveau humains, ils ne mentent jamais à l'âme, sourde à ce genre d'appels. Le Verbe s'est fait chair pour qu'Il porte témoignage de la véracité de ce que Dieu veut de nous, humains. Il nous a donc appris, par là, la communication verbale, la possibilité de dire à son frère ce que nous voulons que ce frère colporte. Là arrive l'humain, et si le Christ n'avait 11

pas parlé par paraboles, jamais ses paroles, ses écrits n'auraient pu être transmis jusqu'à nous. Même les plus grands lettrés de ce monde ont essayé d'analyser les paraboles sans jamais pénétrer le cœur du problème. Il faut beaucoup d'amour pour entendre et comprendre. La communication! Il passe dans un village. Les enfants courent à Lui. Au bout de quelques minutes, les gens du village se trouvent là. De partout ils affluent, car Il savait communiquer non seulement par la voix mais par le regard et les gestes. Cette communication-là ne trompe pas. Voici ce qu'Il a voulu nous apprendre: être humbles et redevenir simples comme des enfants de Dieu, capables d'entendre, de comprendre et d'aimer sans relâche, ne se laissant pas distraire par les apparences et ne jugeant pas, car nous ignorons ce qui se cache derrière chaque personne. Dans I'humilité, le Christ est venu sur terre pour nous apprendre à vivre sur ses traces dans cette même humilité, afin de trouver cette connaissance universelle qui se trouve à l'intérieur de chacun d'entre nous. Voilà l'extraordinaire aventure de I'homme sur la terre que Dieu guide pas à pas. Tout est inscrit dans nos cellules, dans la mémoire de notre âme. Nous avons les qualités requises pour atteindre les sphères les plus hautes. Dieu nous l'a promis. Mais nous nous enfermons dans des théories. L'homme ploie sous le joug de l'esclavage; il se croit libre, mais il n'a qu'une illusion de liberté! La première parabole du Christ dit: «Je suis venu vous libérer. » Pour communiquer, il faut être libre afin de pouvoir dire aux autres ce qu'on a à leur dire. La communication permet de parler aux autres en sachant que ce sera redistribué sans déformation. Soyons libres pour ne pas déformer les choses. Pour cette raison, l'écriture est si difficile: elle implique une trame dont nous n'avons pas conscience dans le Verbe. De 12

fait, nous tombons souvent dans les pièges du Malin, car l'écriture est statique. Même si nous la relisons des mois, des années plus tard, et que nous sommes toujours heureux de la relire, elle n'aura jamais la vibration verbale. Il faut veiller avec rigueur à ne pas déformer ce que l'on entend, pour que l'écriture devienne justement le reflet du Verbe. La communication, je vous l'ai dit, inclut une notion de liberté. Tant qu'un homme n'est pas libre en lui-même, la communication lui paraît très difficile car il se sent jugé et mal aimé. Lorsqu'il se sent libre, il ne doute plus de l'amour de personne. À ce moment-là, il peut parler à tous et à chacun, il sait qu'il ne sera pas jugé. Celui qui communique avec facilité montre aussi qu'il existe les verbiages, les bavardages pour dépasser des angoisses; ce n'est pas de la communication. La communication est tout autre, je le répète, elle implique de transmettre ce que nous avons pu entendre et qui nous a enrichi, pour enrichir les autres. Ne déformons rien de ce que nous avons entendu, répétons-le tel quel. Quand on est libre, on peut tout entendre, tout comprendre et tout pardonner. Dans un état d'esclavage, quel qu'il soit, nous avons beaucoup de mal à pardonner. Cela constitue un apprentissage. Il faut se libérer et savoir que nous sommes aimés. Un être libre peut se savoir aimé, pas un esclave. En cette fin de :xxe siècle, nous réalisons la chance que représente la communication: le téléphone, les computers et les appareils mis à la disposition des hommes pour pouvoir communiquer. Il y a aussi la télévision et le téléphone dont je vous ai souvent parlé. La télévision peut être quelque chose de fabuleux pour les hommes par la diversité de ses programmes. Elle permet de savoir ce qui se passe dans le monde et elle peut nous enrichir. À celui qui ne peut voyager, qui reste seul, paralysé dans son fauteuil, à tous les vieillards, les 13