//img.uscri.be/pth/114304e0c2b65159224729e962b3400f094a73f8
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

"Dieu existe-t-il?"

De
180 pages
Il n'est pas évident qu'on puisse être croyant aujourd'hui et plus encore qu'on adopte cette manière particulière qu'on désigne sous le nom de foi chrétienne. Le chrétien qui vit dans ce monde où Dieu n'a plus de place, se pose toutes les questions que se posent les autres hommes. Dieu existe-t-il ? D'où vient le mal ? Peut-on croire à des rites ? Le prêtre Mathieu Rouillé d'Orfeuil tente de répondre en empruntant les chemins de la foi.
Voir plus Voir moins
Matthieu Rouillé d’Orfeuil
« Dieu existe-t-il ? » et autres questions chrétiennes dans un monde qui souffre
« Dieu existe-t-il ? » et autres questions chrétiennes dans un monde qui souffre
Religions et Spiritualité créée parRichard Moreau, Professeur émérite à l'Université de Paris XII dirigée par André Thayse, Professeur émérite à l'Université de Louvain La collectionReligions et Spiritualité rassembledivers types d’ouvrages :des études et des débats sur les grandes questions fondamentales qui se posent à l’homme, des biographies, des textes inédits ou des réimpressions de livres anciens ou méconnus. La collection est ouverte à toutes les grandes religions et au dialogue inter-religieux. Dernières parutions Anna BARJANSKY,L’hôpital de Loches. Des origines à la Révolution, 2013. Philippe BEITIA,Les fêtes des saints Papes dans les livres liturgiques de l’Église catholique, 2013. Pierre EGLOFF,L’univers, les h ommes, le Diable et le bon Dieu. Essai, 2013. André THAYSE,Dieu personnel et ultime réalité, 2013. Francis WEILL,Chrétiens et juifs, juifs et chrétiens – L’inéluctable fraternité, 2013. Claude-Henri VALLOTTON,Prédications de Noël à Pentecôte. Ecouter Dieu au cœur de Berlin, Tome 1, 2012. Claude-Henri VALLOTTON,Prédications pour mieux vivre son quotidien. Ecouter Dieu au cœur de Berlin, Tome 2, 2012. Michel ANGLARES,Chrétiens en quartier d’affaires. Une Église à la Défense : enjeux pastoraux et théologiques, 2012 Sylvie COIRAULT-NEUBURGER,La piété juive au cœur du réel, 2012. Stéphane MARCIREAU,Le christianisme et l’émergence de l’individu chez René Girard, 2012. Francis LAPIERRE,L’évangile oublié, 2012. Fabien VENON,La fin d’un bastion catholique ? Les paroisses de Montréal en crise, 2012. Philippe BEITIA,Les reliques de la Passion du Christ,2012. e Matthieu ROUILLE D’ORFEUIL,Histoire liturgique duXXsiècle,2012.
Matthieu Rouillé d’Orfeuil « Dieu existe-t-il ? » et autres questions chrétiennes dans un monde qui souffre
© L'Harmattan, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-01134-9 EAN:9782343011349
 Est-ilencore possible, aujourd’hui, d’être chrétien ? L’expérience la plus ordinaire d’un monde où toutes les apparences semblent démentir la présence et l’action d’un Dieu bon et sage ne peut inciter à croire. Et pourtant, certains, qui ne sont pas le plus grand nombre il est vrai, continuent de vivre selon une foi. Dans toutes les contestations, face à toutes les critiques, cette attitude correspond-elle seulement au repli identitaire de pauvres crédules, cherchant à se rassurer à bon compte avec quelques illusions spirituelles consolantes? Discréditer ainsi la sincérité des croyants serait peu respectueux et ne rendrait pas compte de l’immense effort théologique que l’époque moderne a mené avec un réel courage. L’argument qui consiste à confondre foi et naïveté ne peut être sérieusement proposé quand les croyants sont Daniélou, Balthasar, de Lubac ou Ratzinger.  Laquestion se pose donc, en conscience: est-il légitime de croire? Ou bien, à l’inverse : la foi est-elle simplement stupide ? L’objet de cet ouvrage est de détailler certains aspects de cette grande question. En regardant le réel, dans toute sa noirceur, peut-on continuer à se dire croyant ? Le monde humain est aujourd’hui tellement sombre qu’il n’est plus question de s’émerveiller devant l’harmonie de l’univers et de conclure, dans un élan d’enthousiasme, à la bonté du Créateur. En voyant la souffrance, la misère, les doutes, la mort, tout ce qui tourne le regard vers l’absurde et l’irrationnel, a-t-on encore le droit d’affirmer qu’il y a une vérité et une espérance ? Dieu existe-t-il? Alorsque vingt-cinq siècles de philosophie n’ont su aboutir qu’à l’athéisme, alors que Nietzsche, comme un bon médecin légiste de la métaphysique, a constaté la mort de Dieu, qui ose encore dire que Dieu est vivant??D’où vient le mal La paléontologie a discrédité à tout jamais l’hypothèse d’un premier homme. Le mythe, commode, qui veut innocenter le Créateur et faire d’Adam le coupable, a-t-il encore quelque chose à nous dire? Le langage de la Genèse n’est-il pas désuet pour toujours ?Faut-il souffrir pour être 7
un homme ?Alors qu’on ne parle aujourd’hui que d’épanouissement de soi, l’exigence chrétienne continue d’inviter à une vie sacrificielle. Ne serait-il pas temps de renoncer à tout dolorisme pour inventer un chemin d’humanité plus conforme au besoin naturel du plaisir?Quelle fut l’angoisse du salut dans la conscience de Jésus?Les récits évangéliques de la Passion, pleins de souffrances atroces, pleins d’angoisses morbides, dressent en exemple un martyre insoutenable, et le supplicié exige qu’on l’aime et qu’on lui ressemble. L’intériorisation des sentiments du Christ souffrant ne condamne-t-elle pas les croyants au malheur ??A quelle loi faut-il obéirdécouvertes de la Les psychologie moderne ont bien montré que l’imposition extérieure de principes moraux est une contrainte indigne de l’homme. Les notions de loi, d’obéissance, ne sont que des formes de pressions sociales incompatibles avec l’accomplissement de la personnalité. Pourquoi les croyants se cramponnent-ils à une morale qui les prive de leur liberté ? Est-il raisonnable de croire en des rites? Supposerqu’une action liturgique ait une efficacité relève d’une mentalité magique et puérile. Croire qu’une parole rituelle réalise quelque chose n’est, au mieux, que de l’autosuggestion. Les croyants qui attachent de l’importance à la pratique religieuse, ne sont-ils pas les plus infantiles parmi les crédules??De quoi le mariage est-il le symbole A l’heure où la réalité sociologique de la famille se transforme, les croyants restent tributaires d’une conception antique et oppressive du droit matrimonial. Au nom d’un symbolisme douteux, ils refusent de voir que l’évolution des mœurs est inéluctable. Ne devraient-ils pas ouvrir les yeux ??Qui nous délivrera de nos douleursultime Cette angoisse trouve aujourd’hui des solutions médicales bien simples. Mais les croyants, fascinés par la douleur, obnubilés par le fantasme d’un salut par la souffrance, refusent d’accepter qu’une mort digne soit le remède logique et légitime face à des situations extrêmes.  Toutesces questions dérangeantes sont débattues aujourd’hui, parmi les croyants, et aussi, parfois, contre les croyants. Les chapitres qui suivent prennent le temps de les aborder d’une manière nouvelle, en partant de la Bible, en tenant compte des apports des sciences humaines, pour montrer que le message chrétien n’est peut-être pas aussi naïf que 8
le suggèrent certaines approximations. Certes, il ne suffit pas de dire que Nietzsche a tort pour prouver que Dieu existe ; mais il ne suffit pas de dire qu’il a raison pour conclure que Dieu n’existe pas. Il ne suffit pas de condamner Darwin pour affirmer que l’homme a été créé ; mais il ne suffit pas de l’accueillir pour convaincre d’ineptie le langage symbolique de la Genèse. Il est utile de lire Freud, mais il reste hasardeux d’en déduire que toute norme serait une oppression et que toute religion serait une névrose. Qu’il soit nécessaire – et même urgent – de relire les vieux textes et les vieux dogmes à la lumière de recherches récentes et novatrices, cela est vrai; et c’est à une telle relecture que cet ouvrage invite. Mais qu’il faille s’empresser de rejeter ce qui semble, à première vue, vieillot, c’est que ces chapitres voudraient empêcher. Critiquer la foi des obscurantistes a pu servir les croyants sincères; mais tourner en dérision la foi des lucides n’a jamais conduit les non-croyants qu’à une intolérance qui ne leur fut jamais profitable. C’est cela qu’il faudrait éviter.
9