//img.uscri.be/pth/c81f6d4cc75a257f73beb06cb5dc77a96324cdf7

Dieu, qui es-tu ?

-

Livres
181 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Il faut reconnaître que le langage humain est bien pauvre pour exprimer la réalité divine. La réalité de Dieu déborde toute expression. Il est au-delà de toute pensée, de toute parole, de toute définition. Seul Dieu est capable de se connaître tel qu'il est, d'une façon parfaite. La dernière démarche de notre raison est de reconnaître que Dieu est beaucoup plus et mieux que ce que nous pouvons connaître. A la lumière de la foi et de la raison, efforçons-nous de contempler Dieu.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 janvier 2011
Nombre de lectures 109
EAN13 9782296715530
Signaler un abus

DIEU, QUI ES-TU ?
De toute votre vie, avez-vous déjà entendu parler de Dieu ?

© L’Harmattan, 2010 5-7, rue de l’Ecole polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-13795-0 EAN : 9782296137950

BARRAU S. Joseph

DIEU, QUI ES-TU ?
De toute votre vie, avez-vous déjà entendu parler de Dieu?

Préface du colonel AKA-BAHOUELI

L’Harmattan

Afrique Liberté Collection dirigée par Claude KOUDOU Afrique Liberté est une collection qui accueille essais, témoignages et toutes œuvres qui permettent de faire connaître l’Afrique dans toute sa diversité et toute sa profondeur. Cette collection qui reste ouverte se veut pluridisciplinaire. Son orientation sera essentiellement axée sur les rapports entre l’Afrique et l’Occident. Elle refuse l’afro-pessimisme et se range résolument dans un afro-optimisme réaliste. Sur quels repères fonder l’Afrique d’aujourd’hui ? Telle est une des questions majeure à laquelle cette collection tentera de répondre. Afrique Liberté se veut un espace qui doit explorer l’attitude de l’Africain ou des africanistes dans ses dimensions mentale, scientifique, culturelle, psychologique et sociologique. Dans un monde en proie à de graves crises, un des enjeux majeurs de cette plate-forme serait de voir comment faire converger les différents pôles de compétences pour hisser l’Afrique à la place qui doit être véritablement la sienne. Dernières parutions Patrice Ake Jean, Nietzsche et sa vision de l’homme. Une interpellation de l’Africain, 2010. René N’guettia Kouassi, Comment gouverner autrement la Côte d’Ivoire ?, 2010. Claude Koudou (sous la direction de), La Côte d'Ivoire face à son destin. Et si l'Afrique était Gbagbo ?, 2010. Adack Gilbert Kouassi, L'art dans la société wè de Côte d'Ivoire, 2010, Gaston Ouassénan, Pauvre petite orpheline, 2010. N. L. Gayibor, N. A. Goeh-Akué, Histoires nationales et/ou identités nationales, 2010. René Babi, Amédée Pierre, le dope national, 2010. Atsain Narcisse Tiburce, Le triomphe des sans voix, 2010. Amara Koné, Les héritiers de la misère, 2010. Jérôme Trabi Botty, Comprendre la liberté syndicale en Côte d'Ivoire, 2010. Faustin Kouafio Blékanh, Une démocratie à l’africaine pour un développement durable : cas de la Côte d’Ivoire, 2009.

REMERCIEMENTS

Monseigneur Jean Pierre Kutwa, Archevêque d’Abidjan, Monseigneur Boniface Ziri, Evêque d’Abengourou, Tous les Evêques, Responsables de l’Eglise ; Les Pères: Abekan Norbert, Ibo Goa Maurice, Basile Gbangbo, Germain Gazoa, Tite Lath, Raoul Segla, Yapi Matthieu, Essis Désiré, Siméon Ekissi, Raoul Mambo, Paul Akpa, Augustin Obrou,… Les Congrégations des Sœurs Clarisse et Pauline; La Communauté du Mont Thabor; Les radios: ‘’Espoirs’’, ‘’Nationale Catholique’’ et ‘’Notre Dame’’ Akobé Clément, Mathias Marie et Robert Manawa (Communauté Mère du Divin Amour), Christ et Camille Elysée (Service Catholique d’Evangélisation), Atté Hortence et N’Guessan Marcelline (Fraternité Saint Pierre), David Pio et Guy Christ (Communauté des Enfants de Padré Pio), Dembré Thomas (Fraternité Cœur Sacré de Jésus), Stéphane Nadaud (Pastorale Familiale Jésus-Marie-Joseph), Julius Elysée (Fraternité Parole Vivante), Blé Stéphane (Fraternité Adoration), Abei Jean Noel (Chapelle Gendarmerie Agban), Sol-Loza Arsène et Kouassi Brice ( Frages), Aka Boniface (Ministère Adorons le Seigneur). Mes remerciements vont aussi à l’endroit de cette formidable famille qui m’entoure: Kouakou Brigitte Charleine; Aka Aya Simone; Kié-Bi Fatou; N’Goran Simplice et épouse Adou Sabine; Obou Valentin et épouse Konan Angéline; Kouassi Elisabeth; Coulibaly Seydou; Angui Alexi et épouse Nyamien Généviève; Blandine Agnini; Agnimel Justin; Bogui Veronique; Ehouman Franck; Serhan Clodine; Ernest Virginie; Yapo Victor; Kouadio Blandine; Adon

Estelle; Koua Cécile; Bosson Alexandra; Attobla Prince ; Bouah Amandine; Bah Hervé; Brou Bella; Stéphane Kouamé; Meh Rosalie;Brou Théodore; Koffi Epherlin; Adou Florence; Wadja Joseph; Amangoua Pacôme; Wacoubé Evelyne; Kangah J.Jacques;Ange Nadaud ;Kouadio Felix; Ouhossé Guy; Ambeu Bernard; Kra Lazare; Saï Servais; Adopo Rita; Edmond Tokpa; Kouadio Rebecca; N’Zi Clément; Gnombléhi Fabrice; Ernest Wilfried; N’Goran Narcisse; Atsé Brice; Wollo Blaise; …

8

DEDICACE

A ces personnes spéciales, qui, nuits et jours, oeuvrent pour une humanité paisible et éclairée par la lumière de la connaissance divine. Ce sont entre autres : LE PERE JEAN SINSIN BAYO : Professeur de Théologie à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest et Fondateur de la ‘’Communauté du Mont Thabor’’. «Ce livre n’est qu’un résumé de tous ces beaux enseignements que vous m’avez donnés sur Dieu. Je vous en remercie de tout cœur. » LE FRERE BLE MARCEL : Modérateur du ‘’Service Catholique d’Evangélisation, Jésus Soleil des nations’’ « J’ai le bénéfice de vous avoir comme guide spirituel. Vos prières et vos conseils sont essentiels pour ma vie d’enfant de Dieu » LE COLONEL AKA BAHOUELI : ‘’Gendarmerie Nationale de Cote d’Ivoire’’ et Parrain de cette œuvre. « Une connaissance qui ne sert pas aux autres est inutile. Vous êtes celui qui permet au grand public d’avoir accès à ce livre.»

PREFACE

Je ressens cela comme un nœud gordien d’être le préfacier du premier livre de Joseph Barrau qui porte sur un sujet aussi évocateur qu’insolite : « Dieu, qui es-tu ? », parce que je ne suis ni un exégète, pas plus que je n’ai une âme de contemplatif sur la chose de Dieu. Mais aussi parce que, en accord avec Jean Lacouture, « Ecrire une préface peut être la manifestation d’une autorité intellectuelle exercée sur l’auteur du livre, ou d’une très exceptionnelle compétence » ; ce n’est pas mon cas en l’occurrence ; mais « ce peut être aussi un geste d’amitié ou de confiance. » Lesquelles me semblent ici plus plausibles. J’ai connu l’auteur à la faveur d’une rencontre bien inspirée par mon épouse à la caserne de Gendarmerie d’Agban, à Abidjan, au cours de l’année 2009. Et comme dit Théophile Kouamouo, et cela est tellement vrai, « les hommes sont ainsi faits qu’ils ressentent d’emblée de la sympathie envers ceux avec qui ils partagent des points communs, qu’ils soient purement familiaux ou qu’ils se fondent plus sur un vécu, des itinéraires, des conceptions du monde et de la vie, des convictions profondes. » Dès lors, l’auteur et moi, nous ne nous sommes plus séparés. Nous nous sommes souvent appelés ou mieux, retrouvés pour prier ensemble ou finaliser des projets dans des domaines aussi variés que l’Internet, l’Ecriture et la Littérature. Mais Joseph Barrau et moi, nous sommes, tous deux, anciens élèves du Lycée Scientifique de Yamoussoukro et nous avons donc quelques similitudes dans le parcours (de

combattant) scolaire. J’ai été pensionnaire, trois années durant 1978, 1979 et 1980, du plus prestigieux des fleurons de l’Education Nationale de Côte d’Ivoire. Quant à lui, il y est arrivé beaucoup bien plus tard, vingt et un ans après. Garçon particulièrement brillant, secret et timide, il ne parle pas en vain. Très averti sur les questions religieuses, il a une connaissance très précise et systématique de la Bible. C’est justement ici que nos parcours se séparent et c’est aussi pourquoi je suis encore à m’interroger sur la pertinence du choix porté sur moi pour préfacer cette œuvre. Ce livre que vous tenez entre les mains, cher lecteur, est le premier d’une série. C’est une partie de la réponse aux nombreuses préoccupations des hommes sur l'Être Dieu. C'est un livre à lire car il est écrit dans un style alerte, accessible à tous. C'est une démonstration littérale de l'existence de Dieu et une explication simple de certains de ses attributs. En le lisant attentivement, vous franchirez progressivement cinq étapes dans votre relation avec Dieu. Première étape : L’humilité de l’homme face à la grandeur du Créateur. L’humilité, c’est montrer de la révérence et de la soumission à Dieu. Il s’agit de se soumettre à l’opinion, aux décisions de Dieu dans la reconnaissance de Son autorité, Sa connaissance et Son jugement. Deuxième étape : La connaissance de Dieu C’est bien à travers la connaissance que nous pouvons consentir, être en accord avec la Parole de Dieu qui est vraie. Mais la connaissance sans la foi ne changera jamais nos vies. A travers la foi, la connaissance devient expérience. Troisième étape : La foi en la toute puissance divine Que chacun d’entre vous n’ait pas de prétentions excessives et déraisonnables mais qu’il soit assez raisonnable pour avoir de la modération, chacun selon la mesure de foi qu’il a placé en Dieu. Avoir foi, c’est aussi garder les commandements du Maître suprême.
12

Quatrième étape : la louange et l’action de grâce La louange est une expression d’approbation, d’éloge ou d’admiration. Cet acte de remerciement, de gratitude, exprime notre appréciation au Seigneur pour ce qu’Il a fait. Quand nous louons Dieu, nous exaltons Ses attributs et honorons l’excellence de Son Nom. Cinquième étape : l’adoration en esprit et en vérité Adorer, c’est le fait d’entrer dans la présence de Dieu, de soumettre notre esprit intérieur et de demeurer en Lui dans le plus grand degré possible sur cette terre. La vraie adoration vient d’un cœur rempli d’amour et d’appréciation pour qui Dieu est. Colonel AKA-BAHOUELI Officier de Gendarmerie akensyl@yahoo.fr

13

INTRODUCTION

La tentative de l’homme pour atteindre Dieu a abouti à la construction de la tour de Babel qui est le symbole des croyances, des superstitions, traditions et pratiques érigées à travers les âges comme moyens de la société pour entrer en relation avec Dieu. En vertu de cela, on peut arguer que chaque peuple a sa propre voie pour communiquer avec Dieu. Le livre des Actes des Apôtres aide à expliquer ce concept : « le Dieu qui fait le monde et tout ce qui s’y trouve, étant le Seigneur du ciel et de la terre, n’habite pas des temples faits de mains d’homme; Il n’est point servi par des mains humaines, comme s’Il avait besoin de quoi que ce soit, Lui la vie, la respiration de toutes choses. Il a fait que tous les hommes issus d’un seul sang, habitent sur toute la surface de la terre, ayant déterminé la durée des temps et les bornes de leur demeure, Il voulait qu’ils cherchassent le Seigneur et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant, bien qu’Il ne soit pas loin de chacun de nous. C’est en lui que nous avons la vie, le mouvement et l’être,… » (Ac 17. 24-28). Aussi étrange que cela puisse paraître, la Bible enseigne qu’il fut un temps où Dieu a permis aux nations et aux peuples d’essayer de le chercher et de le trouver par n’importe quel moyen. Ainsi, les Africains ont développé leurs systèmes religieux et même, les Américains, les Asiatiques, les Européens et les Australiens. Dans toutes ces formes de religions, il y a des principes et pratiques très similaires, parce que tous les hommes sont sortis d’une seule source et ont la même compréhension de base quant aux besoins de Dieu. Par exemple, presque toutes les croyances religieuses dans le monde pratiquent une forme de sacrifice de sang pour l’expiation et s’appuient sur des alliances. Le problème majeur que présente la religion, c’est qu’il est l’effort de l’homme pour chercher Dieu, et non l’effort de Dieu pour trouver l’homme. Mais Dieu veut entrer en relation avec l’homme, en se révélant Lui-même à l’homme.

Jésus-Christ n’a pas initié une religion, mais Il nous a révélé Dieu afin de nous amener dans une nouvelle relation avec le Père. En Ac17.30, la Bible dit : « Dieu, sans tenir compte des temps d’ignorance, annonce maintenant à tous les hommes, en tous lieux, qu’ils doivent se repentir… » Les temps où les hommes, en tous lieux, essayaient de trouver Dieu, sont appelés temps d’ignorance! Contrairement à l’opinion populaire qui veut faire de la période de la tour de Babel, un «âge de lumière», Dieu la qualifie de totale ignorance! Maintenant, Dieu invite tous les hommes, en tous lieux, à se détourner de leurs voies pour regarder ce qu’Il est en train de faire. Voilà le sens du mot repentance. C’est un revirement! Quand Dieu se fit connaître à Abraham, c’était un appel au revirement pour tous les hommes. Il mettait de côté toute la confusion venue de Babel, pour établir un ordre nouveau. Abraham ne pratiqua pas une «religion», mais reçut une révélation et entra dans une relation avec Dieu. Il fut appelé hors d’Ur en Chaldée. C’était une terre connue pour sa sorcellerie, sa magie et son idolâtrie. En ces temps-là, être chaldéen était synonyme d’être magicien ou sorcier. C’était comme si toute cette nation était totalement vouée à l’adoration de toutes sortes d’esprits et de dieux. Ce n’était pas la seule nation impliquée dans cette forme d’idolâtrie, mais c’était une vraie représentation de la situation du monde. L’idolâtrie n’est la voie de Dieu pour aucun peuple. Juste comme la Bible l’a présenté, c’était le résultat de sa réprobation. Suite à cette apostasie mondiale, Dieu choisit d’envoyer son Fils Jésus-Christ pour être le premier né d’une multitude de frères, pour être le Berger d’un nouveau peuple et pour être le géniteur d’une nouvelle révélation qui ramènerait les nations vers Dieu. Nul n’a vu le Père Tout-Puissant, sinon le Fils qui vient du Père. Et ces paroles de Jésus-Christ, en Jean 8.32, nous interpellent : « Et vous connaîtrez la vérité et la vérité (de Dieu et sur Dieu) vous affranchira ». Le contraire de ce que Jésus dit est tout aussi vrai : « vous connaîtrez le mensonge et le mensonge vous gardera prisonnier ». Vous ne pouvez effectivement pas combattre des mensonges par des mensonges. Cela accroîtrait, simplement, la servitude. La vérité exprimée et connue est la clé pour la totale libération de tout peuple opprimé. Beaucoup d’entre nous avons subi un tel lavage de cerveau que nous sommes soumis
16

à ce que nos dénominations religieuses disent plutôt qu’à ce que nous révèle l’Esprit de vérité dans la Sainte Bible. Nous croyons fortement que Dieu est, souverainement, en train de changer les temps et les raisons du système du monde pour apporter une visitation de sa puissance à travers le Saint- Esprit. Son premier arrêt sera dans ta vie, toi qui tiens actuellement ce livre.

17