En présence de Ramana Maharshi

En présence de Ramana Maharshi

-

Livres
280 pages

Description

Ramana Maharshi fut l'un des plus grands et des plus singuliers maîtres de l'Inde contemporaine. Son enseignement a la simplicité de l'absolu : pour être libéré de l'illusion du monde, il faut trouver le Soi. Lui-même, à l'âge de seize ans, après une expérience libératrice, abandonna son foyer et partit en ermitage sur la montagne sacrée Arunâchala. Peu à peu, des devotees (disciples) commencèrent à venir vivre auprès de lui ; et c'est ainsi qu'en 1922, après qu'il eut passé vingt-trois années sur la montagne, fut créé autour de lui un ashram où des milliers de pèlerins et visiteurs venus d'Inde, et bientôt du monde entier, se pressaient, attirés par le rayonnement de sa présence.
Suri Nagamma fut l'une de ses très proches disciples. Veuve à douze ans, elle rejoint l'ashram en 1941 et écrit à son frère pour lui raconter son quotidien. Ce sont ses lettres, de 1945 à la disparition de Ramana Maharshi en 1950, qui sont ici traduites. Elles font revivre l'expérience auprès du maître, sa manière de guider chaque visiteur, riche ou miséreux, érudit ou ignare, selon sa propre voie.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 03 janvier 2013
Nombre de lectures 16
EAN13 9782226284648
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus
Ramana Maharshi fut l'un des plus grands et des plus singuliers maîtres de l'Inde contemporaine. Son enseignement a la simplicité de l'absolu : pour être libéré de l'illusion du monde, il faut trouver le Soi. Lui-même, à l'âge de seize ans, après une expérience libératrice, abandonna son foyer et partit en ermitage sur la montagne sacrée Arunâchala. Peu à peu, des devotees (disciples) commencèrent à venir vivre auprès de lui ; et c'est ainsi qu'en 1922, après qu'il eut passé vingt-trois années sur la montagne, fut créé autour de lui un ashram où des milliers de pèlerins et visiteurs venus d'Inde, et bientôt du monde entier, se pressaient, attirés par le rayonnement de sa présence.
Suri Nagamma fut l'une de ses très proches disciples. Veuve à douze ans, elle rejoint l'ashram en 1941 et écrit à son frère pour lui raconter son quotidien. Ce sont ses lettres, de 1945 à la disparition de Ramana Maharshi en 1950, qui sont ici traduites. Elles font revivre l'expérience auprès du maître, sa manière de guider chaque visiteur, riche ou miséreux, érudit ou ignare, selon sa propre voie.