//img.uscri.be/pth/524774f2853807dfd10f69e0c3ef298f45a30c8e

Etre et ne pas être

-

Livres
320 pages

Description

Cet ouvrage propose pour la première fois en français, dans une perspective de philosophie analytique anglo-saxonne, une étude approfondie du traité du moine bouddhiste indien Nagarjuna, vivant au IIe siècle, qui constitue, l'un des plus importants textes du Bouddhisme Mahayana. Rédigé dans un style simple et clair, l'ouvrage s'adresse à un public averti et motivé, mais pas nécessairement spécialiste ou pratiquant.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 juin 2014
EAN13 9782336350165
Langue Français
Signaler un abus
Arlette Ottino
Être et ne pas être Un commentaire du Traité du Milieu de Nāgārjuna
Être et ne pas être
Arlette Ottino Être et ne pas être
Un commentaire du Traité du Milieu de Nāgārjuna
Du même auteur The Universe Within – A Balinese Village Through its Ritual Practices, éditions Karthala, Paris, 2000. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-03454-6 EAN : 9782343034546
au Maître
INTRODUCTION
Mon intention, en publiant cet ouvrage, est d’offrir une sorte de manuel « moded’emploi »permettant à un public averti mais non-spécialiste, de s’investir dans l’étude duMūlamadhyamakakārikā(ci-après, MMK), un ème traité de dialectique bouddhique, composé au 2siècle de notre ère par un moine-philosophe indien du nom de Nāgārjuna, considéré comme l’un des textes fondamentaux du bouddhisme Mahāyāna. Le MMK est un long texte versifié, divisé en vingt-sept chapitres au cours desquels Nāgārjuna argue que tout ce que nous investissons d’une réalité substantielle n’est en fait que le produit de l’imposition, de notre part, de désignations conceptuelles sur des apparences fugaces neutres en constant devenir. L’existence des objets, des choses et des êtres qui peuplent notre monde, est donc largement d’ordre nominal. L’étude du MMK est une étape incontournable pour quiconque désire s’investir sérieusement dans la démarche spirituelle bouddhique, mais elle est également recommandée à tous ceux et celles qui, sans être bouddhistes, s’interrogent sur les questions existentielles qui y sont soulevées et qui nous interpellent aujourd’hui avec autant d’acuité qu’à l’époque où il a été composé. Dans le monde contemporain, de plus en plus dominé par la suprématie du soi et l’exaltation de la réussite personnelle dans tous les domaines et à n’importe quel prix, un texte qui déconstruit la réalité de ce soi, et l’expose comme étant la source de tous nos maux dans notre existence, mérite effectivement qu’on s’y arrête et qu’on le revisite.
Néanmoins, le style d’écriture, la démarche méthodologique de l’auteur, les connaissances préalables qu’il suppose de la part du lecteur ainsi la nature de ce qui y est traité, contribuent à rendre le MMK difficile d’accès, voire cryptique, pour tous sauf pour une petite minorité de spécialistes, sanskritistes, philosophes ou philologues, qui sont versés dans l’histoire et la philosophie de l’Inde antique. L’étude du MMK présuppose, de la part du lecteur, un tel stock de connaissances portant à la fois sur son contexte historique, culturel et philosophique, qu’il décourage tous sauf les plus passionnés. Pour cette raison, le MMK a la réputation d’être un texte inabordable, dont une compréhension correcte ne peut être que la prérogative d’une petite élite d’intellectuels, et c’est bien dommage, car de tous les textes bouddhiques qui circulent dans le monde occidental à l’heure actuelle, il est probablement l’un des plus pertinents pour résoudre les problèmes auxquels nous sommes confrontés dans le monde contemporain.
C’est pour pallier cette lacune qu’il m’a semblé utile d’offrir ici une étude du MMK qui soit suffisamment informative pour servir d’introduction au texte lui-même, en fournissant au lecteur les informations qui lui sont
9