Garder confiance dans la tourmente

-

Livres
136 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Économiquement, socialement, politiquement et spirituellement, le monde semble emporté dans la tourmente. Dans le monde entier, les gens tentent de trouver un sens à leur vie, dans une société qui se transforme continuellement. La plupart d’entre eux affrontent les défis et difficultés de la vie quotidienne.


Pourtant, même quand on se trouve personnellement touché par l’épreuve, il est possible de garder confiance dans la tourmente.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 5
EAN13 9782857433880
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0045 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


Copyright©2014ÉdtionsVieetSanté
60,avenueÉmileZola,BP59
77192Dammarie-les-LysCedex,France
www.viesante.com
Tousdroitsdereproductiontotale
oupartieleetdetraductionréservés.

Edtiondesversionsnumériques: ISEdtion
Traduction: PascaleMonachini
Ilustrationdecouverture: Shuterstock

ISBN(livre): 978-2-85743-387-3
ISBN(eBooks): 978-2-85743-388-0

Traductionàpartirdelaversionoriginale«Confidence
inchaos»(JohnBradshaw),éditéeen2013parReview
andHeraldAsociationPublishing.
ISBN: 9780828027571

Les auteurs asltot enumr al etubasnopseité pour
l’exactitudedetouslesfaitsetdescitationsexposésdansle
livre.

Saufindicationcontraire,touteslesréférencesbibliquessont
tiréesdelaSegond21,diteÀlaColombe.

JohnBRADSHAW

G A R D E RC O N F I A N C E
– D A N SL AT O U R M E N T E –

CHAPITRE 1 :
UN MONDE EN CRISE

«Savez-vousqu’ilyaeuunatentat?»

Mesyeuxs’arondisentdesurprise,etjemesens
subitementenvahiparlatristesèler aoc nop .oMuls e let
s’acélère.

«Unatentat?Non,jen’airienentendu!»

C’était tôt le matin. J’étais descendu prendre le peit
déjeuner dans un hôtel européen. Je venais de terminer
unecampagned’évangélisationdanslavil, ed erPgaeu
en République tchèque, et plusieurs d’entre nous avaient
décidé de visiter ensuite plusieurs sites de la Réforme
protestante.Lefroid de l’hiveravaitfaitplace àla
douceurduprintemps,etnousnousréjouisino la àjà séd
perspectivedesdécouvertesquecetebelojruén eoen su
réservait.Jepensaisàtout,saufàunetragédie.

« Il y a eu un athtaram ua tatne », stone Boon d
expliqua un de mes amis. « Deux bombes ont explosé ».

LemarathondeBoston!t aiupv pnoe reêt .ej-ias en aleC
qu’un véritable désastre.Lesquestionsfusaienttout
naturelement: -t-il de victimes ?« LC’ amoibney a tentat
a-t-ilétérevendiqué?Est-ceunacteterroetsist-o ? En

4

certain qu’il s’agit de bombes ? Que se pase-t-il
maintenant?».
Au fil des heures, les détails de la tragédie se
précisèrent. Il est singulier que les autorités aient publié
desphotosdesauteursprésumésdel’ats quenltqauete
jours seulement après le drame qui avait coûté la vie à
troispersonnesetbles et élpsud euxdeen csot anix
autres.Deuxjeuneshommes,l’unportantunecasquete
de basebalblanche,visière versl’art l’autrière, e e
portantunecasquetuixrdneos teo,u disuen mà scas e
dos,avaientétéfilmésparlacaméradesurveilsrol an ace
qu’ilssemêlaientàlafouleinsouciante,enceteb ele
journée printanière. Un jour qui, de façon absurde, s’était
transforméencauchemar.
Tous les regards de la nation se tournèrent vers les
atetnta s deaînes chetuoel sq srt eun,tolo ades os B
télévisionsretransmetne tte meluoréd el uniton cent enai
l’évolution des événements. Les Américains étaient fixés
sur leurs télévisions et écrans d’ordinateur pour suivre ces
quatre jours de peur et de tumulte, dans l’une des plus
grandesvilesdupays.
Depuis les événements du 11 septembre 2001, le
spectreduterorismesurlesolaméricainoc uepu en
place prépondérante dans la pensée nationale. Tous les
journalistes répétaient continuelement:«Quia pu
commetsre un telacte?Lescriminelsfrapperont-il
encore ? Font-ils partie d’une organisation à plus grande
échele?».Etsurtout: «Est-ceunacteter e ?.»strio
LesÉtats-Unis,etenparticulierlavile dstBo, one
vivaientdansl’anxiété.
Deuxjoursaprèslesatenta ,nutsno eoBstd éne meor
explosion eut lieu dans une usine d’engrais chimiques,

5

danslapeitevildee eT u,saxseW a ,tne on unvir à e
heurederouteausuddeFortWorth.Lesouflede
l’explosiontuaquinzepersonnes,enblesus de cent alp
soixante, et détruisit plus de cent cinquante immeubles.
À la vue des vidéos amateurs montrant l’énorme boule de
feu, beaucoup s’étonnèrent que le bilan en pertes
humaine n’ait pas été bien plus lourd. En efet,au
moment de l’explosion, les pompiers étaient déjà en train
decombate.usinre un inceeidniuq é’s tiatéc drélaan dl’s

LelendemaindesatentatsdeBoston,etlaveil ed e
l’explosion dans cete usine,on trouva aux services
postauxdugouvernementàWashingtonD.C.uneletr e
contaminéepardelaricine,substancemortelement
toxiquedérivéeduricin.Lecourierétaitadresà é nu
sénateur duMisisippi. Lelelendemain, unetre
adresB tncaraérp ediséaue rt e’unu eua ainsi qk Obama,
reçueparunjugeduMisislagénemeiatr tneippi, podet s
tracesdericine.

Letersruetatceps sed s or ltsenocnn ioappei fre qurism
d’une manifestation sportive emblématique;une
explosion impresnantiongne e diemied sleursef tse
spéciauxdeHolywood; desletne u esnéar pnoc imatser
substancemorteleadres au présée isUn-statÉ sed tnedi
et à de hauts fonctionnaires ? Tout cela dans l’espace de
trois jours ? L’Amérique se sentait en état de siège. La
nationsemblaitraverserunegravecrise.

Onpeutconsidérerquecetesuces stnemeévénn d’io
dramatiques en trois jours est une pure coïncidence. Il se
peut que le terme de « crise » soit relatif. Il est posible
que même lesnations les plus stables etsûres
connaisentausidesat seaesqupo énavulbats sed ru
innocents, des destructions tragiques de vies et de biens,

6

des tentatives d’asas elrud enoenpers la surinat
président.Maiscelan’estpasforcémentvrai.
La Bible prédit que « dans les derniers jours, surgiront
destempsdifu nesar sùoetpm hom lesmes esilice c ; »
seront «égoïstes», «blasphémateurs», «cruels»,
« ennemis des gens de bien » (2 Timothée 3.1-4). Il sufit
d’un rapide coup d’œil sur la situation mondiale pour
constaterquenousavonsateintlacondtique Paul o n
1
décrit à Timothée. Ces trois événements tragiques ne
sont malheureusement pas les seuls pour nous permettre
deconclurequenousvivonsuneépoquedevéritable
crise.Ilsufitdeconsidérercequisepasede uo ra tu
nous pour constater que le temps que nous vivons est
sansprécédent.
Le11septembre2001,desavionsremplisdepas gersa
se sont écrasés sur le World Trade Center à New York, sur
lePentagoneàWashingtonD.C.,etàShanksvileen
Pennsylvanie.Desmiler pnnsoerides a et lse ,omtrno tses
viedemiléersveleou bté éa sertua’d sreise par les multipl
mesures de sécurité qui ont envahi tous les domaines du
quotidien.
Peu après les atmetpes 1 no ,erbaq 1des ueus a
rapidementquelesat tocmmna stéianer des dités paeatnt
groupestersea isc mê e.tM ctesetsiroenri-Oenoy Mdus
étaient particulièrement violents, le monde était déjà
tristementfamlieravecleternt. isoroM ud emeirO-ney
LeWorldTradeCenteravaitdéjàétélacibled’une

1. En réalité, ces incidents ne sont pas du tout isolés. Satan est à
l’origine de tout péché et soufdansrance.Nous lisons
Apocalypse 12.12 qu’il se déchaîne, « plein de fureur, sachant
qu'ilapeudetemps».

7

attequand desaque en 1993,rostri iesmalsetsi s
prévoyaient de faire exploser un camion piégé sur la tour
Nordpourqu’eles’eftnas éd ,iurtndreol as ruS duotru
lesdeuxédfi sc eesna talm trpvocoombreuseort de n
personnes. Même si la catastrophe ne s’est jamais
produite, six personnes ont perdu la vie et plus de mile
ontétéblescnluéti opruép shommSix nt ées oé .se et c
acteteroriste.

Ausiter il fautconstat,ostic elb euq eiemeib da ntre
queletertre e noie dpartia sosmr tédf iaormeis .neiditouq
Celanesignfi faces clpeaee qu menoyitiod neyo eriaf t
à la violence dans sa vie de tous les jours. Cependant, au
furetàmesurequedesloissontvotéespourmetn ere
place des mesures de sécurité, il apparaît clairement que
leteria teds se tnuf Cela se ociété. freistomea nsimjà e dé
parl’absencedesurprisechaquefoisqu’ilfrappe.

Ce qui a choqué, avec l’at auqdue ar mhoatden
Boston,n’estpaslefaitqu’elemenimplit se a ,ueil ue t
maisplutôtlafaçondontlesévénementssesontpasés.

Deuxjeuneshommesd’apparencesympathique,mêlés
à la foule animée en ceteb elilatanieé ,em sent
tranquilxe sruel tnemebric« faifs plos» ,sino namtaoi
confectionnésavecdescocotimunet,sd na s’lintention s-e
de tuer et mutiler. Ils n’ont pas été entraînés dans des
camps islamistes en Afghanistan, comme les pilotes des
avions du 11 septembre. Ils ont tout simplement appris à
fabriquerdesbombessurunsiteInternet.

C’étaientdeshommesjeunes.L’unavaitvingt-sixanset
l’autreseulementdix-neuf.À l’âgeoùlaplupartdes
jeunespensentàleursétudesetleurcar et ère,ine tostr
avecleursamis,cesdeuxgarçonsontsoigneusement

8

planfi vlar ten u àietsed eirô à eénié tue uneamixum m
depersonnes.
Letercle xivusé it tdenu reumetesxes’ urltpp ee’tls soris
entraînés,ilnenécesiteplusdesarmesdegueri nes de
avions. Les tueurs de Boston ont ajouté une
caractéristique déconcertante à leuractivité:ilsont
tranquilà t or mdes innge sruel tiurtsnoement c uqseuqle
kilomètresdulieudumas acre. C’étaietnd sej ueen sed
soucheaméricaine,desterde ltes rte a poét . àôceL siro
tempsdesteri qniutértnaègerante, esstrioppa’l à é ecnera
quientraientiled ne ttniapmurelagtneméay p es,an duns
fausesidenitésenu tneianem uo .t leusveo rvéie blou d
L’un desdeux jeunesétudiaitdans uneuniversité
prestigieuse et désirait devenir chirurgien-dentiste.
Si cela n’est pas le signe d’une crise, je ne sais pas ce
quec’est!
Celasoulèveunequestionintéres atesuu an aej tedl
crise.Unecriseestdéfiniecommetelelorsqu’elenous
touchepersonnelement.Lorsqu’eleafecte el suartse ,
dans des régions lointaines, on les considère moins
comme des crises, et on se contente de les commenter:
« C’est quand même teraible cestentats!Quele
honte ! Tu imagines, si cela se produisait ici, dans nos
pays… Bon, al …neihc el renemro pisvae jz,e».
Legénociderwandaisestunetragédieàtrèsgrande
échel me,moc reré el emlement le considia snop ue tafic
problèmedesautres,parcequ’ilaeulieuàdesmiliers
de kilomètres. Un tsunami qui dévaste un pays lointain
estunecatastrophe,maislorsqu’ilfrappenotrepays,
lorsquenousc ehcrohsnd nas les ruines de rtonam enosi
cequipeutêtresauvédelaboue,lorsquenousn’avons

9

plus d’eau potable ou de toit pour dormir, alors c’est une
véritablecrise.
Notreplanèteaatnienu tsi e ercsuei àlpniveurs La aux.
raisonpourlaquelecelaprendunsensesl au etnei
niveauspirituelsetrouvedansMatéJ . susrcéd tiieh24u
en détails les signes observables qui précéderont la fin du
mondeetsonretoursurtereq ’u .eCrédiil pdiqut ine
clairement que nous vivons maintenant le temps qu’il
évoque.
Après avoir parlé de signes dans le monde religieux, de
conflits internationaux, de catastrophes naturelete s
d’épidémies, il annonce ainsi son retour : « De même,
vousausi,quandvousverel zeezq eu( la, sach tout ce
Fils de l'homme) est proche, à la porte » (Mathieu
24.33). Il n’est certainement pas alarmiste de croire que
nous vivons le temps de crise qui précède le retour de
Jésus. Si personne ne conteste que les choses iront en
empirant,lasagesesugsil no’l euq erèentsénems éve ce
à la lumière de ce qu’ils sont vraiment : le signe que le
tempsdelaplanèteTerears à rmaitermson te eédosvi e
–mêmesinousnesavonspascombiendetempscela
peut durer – que le moment est venu de nous appuyer sur
laceritq euuedu u Dieu dd sniam sel ertn est eie vreot n
ciel. Comme l’écrit Pierrèrf ,seqruo iou'e C pste « :
eforcez-vousd'autantplusd'aftoerv coemrriv ation et
votreélection»(2Piere1.10).
Je suis tout à fait conscient que depuis plusieurs
années,desauteursontcherchéàimpress en oginnrel se
en insistant sur le peu de temps qui est devant nous, et
qu’ilsontécritdeschosesplutôtembaras esL’. dunasetn
premiers livres que j’ai lus sur le sujet de la prophétie
biblique semblait indiquer que le retour de Jésus aurait

10

lieu en 1988. Un autre auteur – qui avait d’abord sugéré
que Christ reviendrait en 1994 – a ensuite prédit que
Christ prendrait ses élus le 21 mai 2011, et que la fin du
mondeadviendraitcinqmoisplustard.
Lorsque j’étais jeune converti, j’ai entendu parler d’un
groupe coréen qui annonçait le retour de Jésus pour une
dateprécise.Laveillagué uv ,onsua ovsnb eu durjoré p
enlaisanedaml ne l ynii en ller –inmadeart ud tuop liav
avait. « À demain… peut-être ! » lancions-nous en
souriant,mêmesiaucundenousnepensaitréel tneme
quelemondedisparaîtraitcet- t.uàlAfn niou deedm io,
j’avaisptic edg se sne iuqoycrenaisit er ftnq emem eeul é
retourdeChristauraitlieuàcet qu’ils e at dee,isécpr
n’avaient pas hésité à donner leur argent et à
compromet !uséç denbit utat répleurre ianes reI sloi.n
Depuis plus de vingt ans, de nombreuses personnes ont
avancé des dates pour la réalisation de la prophétie
biblique.Commeonpouvaits’yat ntsoe susetnod,r e
trompés.
Lesfaus pat uns dnnaecepno tens ons ictiprédes
phénomène nouveau. Même si on ne peut pas considérer
leurpointdevuecommeuneprédictionentantque
telpiel sedJ sésué taient complètem tnesnad , escdis le
l’ereurconcernantleretourdeChrist.
Le jouroù Jésusestremonté au cielaprèssa
résurion, lesectsel iuo d siiclp :dé S « dntanem ngie,rue
est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume pour
Israël ? ». Il leur répondit : « Ce n'est pas à vous de
connaître les temps ou les moments que le Père a fixés de
sapropreautorité.Maisvousrecevrezunepuis ,ecna
cel tusnenasu , rov-Espaintsurvrit eser ztSe vu du oe s
mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée, dans la

11

Samarieetjusqu'auxextrémitésdelatere»(Acte
8).

s1.6-

Bienqu’ilsaientpasa siort èrpua snédes lu p Jéss deus,
bienqu’ilsaientchasg teiréused lam ées dém ds onades
en son nom, bien qu’ils aient été témoins de nombreux
miracles–lafoulenourie,lesmortsresicét,sl es su
malades guéris, la tempête apaisée –, bien qu’ils aient été
instruits par le meileseurenseignantde la Bible,l
disciples se trompaient complètement sur un thème
fondamental des Écritures. Eux-mêmes n’étaient pas au
clairsurleretourdeJésus!

Pendant le ministère de Jésus, ils avaient discuté pour
savoir lequel d’entre eux serait le plus grand, au point
que deux d’entre eux lui avaient demandé de leur
réserverlesplacesd’honneurdanscequ’ilsatt aiendne
commesonroyaumeàvenir.

« Les deux fils de Zébédée, Jacques et Jean,
s'approchèrent de Jésus et lui dirent : « Maître, nous
désirons que tu fasour es pe t euqsuonsuon ec
demanderons ». Il leur dit : « Que désirez-vous que je
fasDo« e-nnusnolu, id itnersli-'d , êtreep uo rovsu? » .
as e » àreut'aucgaa t snad ehriolg at'un is ld or àattel ti e
(Marc10.35-37).

Ilss’adres à iuséJ tnesnia cueuielbis qen a tielruc- i
répété plusieurs fois qu’il al tiafcru creêtié (voir
Mathieu17.22,26.2; Marc8.31,10.33,etc).Il semble
que les racines des prédictions modernes concernant le
retourdeJésusaientdesracinesbienprofondes!

Le prédicateur baptiste WiliM mailerdirigeaitun
groupe de croyants chrétiens – tout d’abord en Amérique
du Nord – qui étaient convaincus que Christ reviendrait
durantl’année1843.Beaucoupd’entreeuxquitrè tne

12

leurtravail,leurvilneib ,sèrendonnurs t len taee tla,e
persuadés qu’ils n’en auraient plus besoin. Quand la
prédictionde1843serévélaeronée,ilssugérenèruq t e
le calculmathématique de certainespériodes
prophétiquesfaisaituneerrud u’ nna .éJusse reviendrait
doncen1844.Biensûr,celanes’estpasproduit.

Maisencoreunefois,quedevons-nousdoncfaire?
Jésus a évoqué si souvent son retour qu’il semble normal
que les chrétiens en parlent, prient pour cet événement,
l’atedtnneivnerd.aE ev qntnduael cada e – es tmed edna
ele-même,lesecondêtrehumaincréaiav, ue qent qleu
sortepréditlavenueduMeso irxeet lneigan. Seiele tlon
hébreu,eles’exclameàlanaismeei-rén:ance de son pr
« J’ai eu un homme, le Seigneur » (Genèse 4.1). Ele
n’avaitjamaisoubliélapromes aui leuDie que et avtif ia
ainsiqu’àAdam,quandilavaitdéclaré:«Jemetrai
inimtirent eé te iot emmef altre , enesceta dece dnna tas
descendance:celie-cit'écrasera la tête,ettu lu
écraserasletalon»(Genèse3.15).

Onpeutconcevoirqu’àlanaisancedesonpremier
enfant, Eve ait cru qu’il était la descendance promise,
sanscomprendrequeleMesieneviendraitdansle
mondequeplusieursmiloqépn so, ueul ssep . Àatdrnairé
ilétaitabsolumentimposnd le Meluer quaeld é’avbisie
viendrait,maiscen’estpaslecasaujourd’hui.

Si l’histoire confirme de façon répétée qu’il est insensé
de vouloir fixer des dates pour le retour de Christ, Dieu a
clairement indiqué comment nous pouvons savoir que le
moment approche. C’est le temps que nous vivons
aujourd’hui: leretourdeJésusestproche.

Commentpouvons-nousenêtreausisûrs?Unedes
raisons est que le monde est en crise. Cela dit, nous

13