Jacob Frank le faux messie
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Jacob Frank le faux messie

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus
198 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Description

En 1759, en Pologne, Jakob Frank se présenta comme la réincarnation de Sabbataï Tsvi, le faux messie : il assura être le nouveau Messie et se convertit au catholicisme. Dix mille à vingt mille Juifs le suivirent : clandestinité, transgression de la Loi juive, rejet du Talmud et de la Torah tout en restant fidèle, en secret, à la Kabbale et au Zohar. Ses successeurs connurent une ascension fulgurante, le mouvement se transforma en secte hérétique qui dévia vers le nationalisme et l'antisémitisme.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 février 2012
Nombre de lectures 69
EAN13 9782296482074
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Exrait

JACOBFRANK,
LE FAUX MESSIE
Charles Novak JACOBFRANK, LE FAUX MESSIE
Déviance de la kabbale ou théorie du complot
© L’Harmattan, 2012 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-296-55903-5 EAN : 9782296559035
« Avec Dieu, contre Dieu, mais jamais sans Dieu » Dicton talmudique « La lumière fait de l’ombre » Dicton chinois « Le peuple juif est la preuve vivante de l’existence de Dieu. » Un pasteur allemand arrêté en 1942, puis déporté qui s’insurgea contre les déportations des Juifs en Allemagne
À mes ancêtres dont l’histoire s’est tragiquement arrêtée en 1941-1942. À mon père, qui survécut à la Deuxième Guerre mondiale, alors âgé de 8 ans.Paix à son âme.
REMERCIEMENTS
Tout d’abord, un grand merci à monsieur Jean, mon professeur et tuteur qui m’a fait confiance durant trois ans. Je tiens à souligner son immense savoir lié à une modestie exemplaire, ainsi que la patience dont il a fait preuve en lisant mon ouvrage et en y relevant les imperfections. Je remercie Maître Arminius, d’Allemagne, qui par son écoute et son ouverture, m’a donné accès à de nombreux documents inédits ou très rares. Je dédie également ce manuscrit au Rav Benyamin, qui m’a transmis l’amour du Talmud. Je remercie également Evelyne pour ses très sages conseils, sa droiture et sa fidélité à toute épreuve. Une femme extraordinaire plus que digne de ses ancêtres rabbins. Je remercie également Rebecca, une de mes lectrices-correctrices, pour toutes ses questions, ses remarques plus que stimulantes. Enfin, merci à tous ceux qui m’ont écouté lorsque je leur parlais du frankisme, sujet vaste, complexe, parfois douloureux. Au cours de ces recherches, solitude et difficultés étaient parfois au rendez-vous, je remercie donc tous mes amis : Marc qui a découvert la « rédemption par le péché », et qui par son écoute exceptionnelle dans mes moments de souffrance et son humour incroyable, a su transformer une recherche fastidieuse en un chemin réconfortant. Je remercie également Olivier, pour son amitié de vingt ans et sa quête éternelle du bonheur en tant que Juif, dans un monde ingrat. Je remercie Déborah pour avoir rallumé la flamme. Enfin, je dédie ce manuscrit à toutes les personnes de bonne volonté comme Fahim, mon ami d’enfance, Muriel, dont j’admire l’éternel courage, Saïda, Hind dont je remercie l’ouverture et l’intérêt porté au judaïsme. Merci à G., Albanais mystique, de m’avoir indiqué le chemin de la tombe de Sabattai Tsvi, alias Mehmet Effendi.Je remercie tant d’autres qui aspirent à un monde meilleur fait de solidarité entre tous les hommes et absous de toute la problématique du Mal qui nous entoure et avec lequel nous vivons. N’oublions jamais que la Loi du Talion, « œil pour œil,ʲ, dent pour dent,ʹ, main pour main,ʩ, pied pour pied,ʬʢʸ» (Exode 21,23-25, Deutéronome 19,21) n’est pas inexorable (ʲʹʩsoit le Salut) et que le Pardon existe aussi. Enfin, dédicace, à ma fille, à Fadela, la future maman d’Eva et de Noé, qui m’a encouragé à terminer ce travail qui n’en voyait pas la fin, et à ma mère, femme simple, qui a toujours cherché la tranquillité du foyer et malheureusement supporté ma dissidence. Merci à elle de m’avoir donné la vie. Puisse cet écrit ne pas faire tourner les mauvais esprits. Amen !