//img.uscri.be/pth/4713aa867a417a28fb51fb8f96dea26c0986e09f
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 22,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'enquête Jésus

De
295 pages
Et si dans une nouvelle enquête sur la vie de Jésus, on appelait à la barre les nombreux mystiques qui en ont été les témoins dans leurs visions ? Et si on éclairait la question controversée des miracles de Jésus, ceux accomplis par les saints et à Lourdes? Et si on est mieux informé sur le linceul de Turin ? Cette enquête apporte un éclairage nouveau sur la vie de Jésus, de sa naissance à sa Passion.
Voir plus Voir moins
Pàu Bernard
L’enquête Jésus
L’enquête Jésus
Religions et Spiritualité fondée par Richard Moreau,Professeur émérite à l’Université de Paris XIIdirigée par Gilles-Marie Moreau et André Thayse,Professeur émérite à l’Université de LouvainLa collectionReligions et Spiritualité: rassemble divers types d’ouvrages des études et des débats sur les grandes questions fondamentales qui se posent à l’homme, des biographies, des textes inédits ou des réimpressions de livres anciens ou méconnus.La collection est ouverte à toutes les grandes religions et au dialogue inter-religieux.Dernières parutionsGrégoire-Sylvestre GAINSI,De l’amitié à l’eucharistie, Un aller-retour, 2017.Elie BOTBOL, Destin et vocation du peuple juif,Réflexions sur les célébrations de Hanouka et de Pourimet sur le destin du peuple juif depuis la destruction du Temple, 2017.Fr. Louis Marie DE FRILEUZE,« Apparition » de la Vierge Marie au Cameroun. Une spiritualité pour notre temps, 2017.Michel BARON,Le concept de symbolisme, entre psychanalyse et religion catholique, 2017. Alin DJECKABE,L’apport d’Yves Jean-Marie Congar au dialogue œcuménique.Sa contribution à la première phase du dialogue luthérien-catholique (1967-1971),2017.Francis BARBEY,Dieu est-il chrétien catholique ?, 2017.Francis WEILL,Les étoiles de Jérusalem, 2017.Bruno FLORENTIN,Les temps de la fin dans le livre de l’Apocalypse, 2017.Édouard DE RIBAUCOURT,Serf-arbitre et justification selon Martin Luther, 2017.Janine ELKOUBY,Chroniques talmudiques au féminin,2017.Francis WEILL,Le Naufrage des religieux, de la sainteté au massacre, 2017.Pierre EGLOFF,Pour des interpellations entre sciences et spiritualités, Aux frontières de l’Homme et de l’Univers, 2016.Benedicte Bernard,Laïcité française et sécularité chrétienne, 2016Robert W.JENSON,Systématique, Volume 1, Le Dieu Trine Théologie , 2016.
Paul BERNARDL’enquête Jésus
© L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-13875-6 EAN : 9782343138756
PROLOGUE
ωet ouvrage est une enquête sur Jésus, à travers des témoignages souvent méprisés, notamment ceux des saints et des mystiques. Bien que depuis plus d’un siècle, toutes les tentatives pour faire du Jésus de chair et de sang un personnage flou et mythique se soient effondrées, il reste encore tant de choses à découvrir. Je n’ai pas voulu écrire un livre de plus sur son histoire, mais éclairer des points non élucidés ou litigieux, et même parfois ignorés. ω’est ainsi que j’ai abordé la datation de la naissance de Jésus sous un angle innovant. Je pense aussi avoir renouvelé la réflexion sur l’étoile des mages. Les visions convergentes des mystiques tendent également à donner de la forme réelle de la croix une image non conventionnelle. ϊans le même esprit, j’ai voulu rompre avec les discours embarrassés sur les miracles de Jésus et je n’ai pas hésité à en conforter la réalité par ceux que les saintes et les saintes ont accomplis en son nom depuis plus de deux mille ans. J’apporte une lecture renouvelée des épisodes du drame de la Passion et je tente d’en établir la chronologie. Les laboratoires de notre temps ont beaucoup contribué à une meilleure connaissance des souffrances endurées par le supplicié et de l’épisode bouleversant de la résurrection ; je fais une large place à ces apports scientifiques.
7
Les miracles sont des « faits encore inexpliqués »
Le bon sens c’est d’abord de reconnaître les faits et, ensuite, d’essayer de les comprendre. Mais ce n’est certainement pas de ne reconnaître
que les faits que l’on peut comprendre. Père François Brune Sur ses pas Jésus a semé des miracles. Il a rendu la vue aux aveugles, fait marcher les paralytiques, ressuscité les morts, multiplié les pains, marché sur les eaux et commandé aux éléments. Pourtant il ne voulait pas qu’on en parle et demandait aux miraculés de se taire ; ambiguïté entretenue jusqu’au bout, dans le fameux épisode de Thomas auquel il a reproché d’avoir besoin pour croire de constater sa résurrection tout en lui demandant de mettre le doigt dans ses plaies. Ambiguïté qui est encore celle de l’Église, partagée entre le doute et la foi. Au cours des siècles les théologiens ont élaboré une étrange théorie des miracles et des prodiges, les premiers venant de ϊieu et les autres pas. Sous la pression du doute scientifique et des spéculations philosophiques, beaucoup d’hommes d’Église en sont venus à relativiser le miracle et à le réduire à des représentations symboliques. On a alors assisté à cet incroyable spectacle d’une Église ayant peur des miracles, notamment lorsqu’il y en a trop comme hier pour Padre Pio et aujourd’hui pour Yvonne-Aimée de Malestroit, et qui pourtant en exige pour béatifier ses bienheureux et canoniser ses saints. Situation d’autant plus confuse que, tout en n’étant plus sûre d’elle-même, l’Église continue à s’arroger le droit et le privilège de faire le partage entre ce qui est de ϊieu et ce qui n’en est pas, arrogant principe selon lequel s’opère le tri parmi les guérisons reconnues à Lourdes comme inexpliquées par le bureau médical. En face, ce n’est guère mieux. Le refus du miracle par la science n’est rien de plus qu’une croyance négative, une foi à l’envers. Mis sur le compte de la superstition et de l’irrationnel, le miracle est rejeté comme dérogeant aux lois naturelles. ωomme si la science détenait la connaissance totale de la nature, comme si ce n’était justement pas son objet de progresser sans cesse dans cette connaissance ; par ses refus elle ne fait que délimiter un « espace d’ignorance » qu’elle se refuse à explorer. Foi contre foi, la situation est moliéresque et confine au ridicule.
9