L
143 pages
Россию

L'Ésotérisme et les sciences occultes en Russie

-

Description

Traversant la religion orthodoxe et le scientisme révolutionnaire (contre eux ou à leur insu, parfois en intrication avec eux), se sont développés en Russie des courants de pensée et des doctrines, autochtones (sur fond de paganisme et de croyances populaires) ou d'origine occidentale, et qu'on qualifie d'occultes ou d'ésotériques (cachées et réservées). Nous nous proposons dans cet ouvrage d'aborder, pour la première fois, le lexique spécialisé de l'ésotérisme, au sens large : la magie, l'astrologie, l'alchimie, la mantique, la médecine occulte, l'hermétisme, la théosophie, le rosicrucianisme et la franc-maçonnerie.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 991
EAN13 9782304002669
Langue Россию

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

2
L’ésotérisme
et les sciences occultes
en Russie

3François Le Guévellou
L’ésotérisme
et les sciences occultes
en Russie
Aperçu historique et lexiques
Essais et Documents
5Éditions Le Manuscrit























© Éditions Le Manuscrit, 2009
www.manuscrit.com

ISBN : 978-2-304-00266-9 (livre imprimé)
ISBN 13 : 9782304002669 (livre imprimé)
ISBN : 978-2-304-00267-6 (livre numérique)
ISBN 13 : 9782304002676 (livre numérique)

6 . .

8
PRÉSENTATION
I. Définitions
Depuis plusieurs siècles, traversant la religion
orthodoxe et le scientisme révolutionnaire (contre eux
ou à leur insu, parfois en intrication avec eux), se sont
développés en Russie des courants de pensée et des
doctrines, autochtones (sur fond de paganisme et de
croyances populaires) ou d’origine occidentale, et qu’on
qualifie d’occultes ou d’ésotériques (cachées et réservées).
Nous nous proposons dans cet ouvrage d’aborder,
pour la première fois, le lexique spécialisé de l’ésotérisme.
Ce terme, très large, peut s’entendre de diverses façons
et doit donc être clairement défini.
Au sens étroit, il désigne un enseignement (une
doctrine et une pratique) secret réservé à des initiés. À la
limite, l’ésotérisme peut être compris comme le cœur et
l’esprit des religions, considérées comme filles d’une
tradition une, c’est-à-dire la même vérité reconnaissable
sous des noms divers, celle qui dans le silence des
mystères pénétrait de sagesse les initiés antiques, ce qui
permet de distinguer entre un point de vue
« supérieur », ou « intérieur », initiatique, « ésotérique »
et un point de vue « inférieur » ou « extérieur », point de
9 L’ésotérisme et les sciences occultes en Russie
vue religieux ou « exotérique ». On peut donc parler
d’ésotérisme chrétien, musulman, païen, etc. De ce
point de vue, l’ésotérisme ne saurait posséder de
vocabulaire particulier, sans quoi il ne serait pas
ésotérique. Mais il attache une signification spéciale à
des termes qu’il emprunte à d’autres disciplines.
Au sens large, il désigne des courants de pensée
philosophico-religieuse à visée ésotérique dont les
racines remontent à l’antiquité et qui n’ont cessé de se
développer jusqu’au moyen âge et à l’époque moderne,
et qui représentent des traces d’anciennes sciences
traditionnelles. Ce sont les « arts et sciences occultes »,
la magie, l’astrologie, l’alchimie, la mantique, la médecine occulte,
et l’hermétisme, des doctrines et organisations telles que la
théosophie, le rosicrucianisme et la franc-maçonnerie.
Ces courants, liés en partie au christianisme, au
judaïsme et à l’islam, ont aussi leur origine dans le
paganisme antique.
C’est pourquoi on a pris en compte ici le paganisme
russe (exprimé dans sa mythologie et des manifestations
aussi diverses que la sorcellerie, les esprits de la nature), qui
représente la première spiritualité de ce peuple, avant le
christianisme, et qui, partageant une origine commune
avec les autres paganismes européens, a aussi sa
spécificité, de par l’influence du chamanisme finno-
ougrien et sibérien, qu’explique la situation
géographique de la Russie.
Une autre différence est à établir entre ésotérisme et
occultisme, qui sont deux notions de création récente
e(milieu du XIX siècle, sur ésotérique et occulte). Pour
l’occultiste (dont l’objet est une synthèse des anciennes
sciences occultes), les deux termes sont équivalents,
10 François Le Guévellou
pour l’ésotériste, ils sont incompatibles. Les deux
termes n’ont ni la même histoire, ni le même objet :
l’occultisme s’arrête au psychique, l’ésotérisme remonte
au spirituel. Les méthodes et les fins divergent aussi :
syncrétisme vs initiation, fin pratique (d’ordre
cosmologique) vs fin idéale (d’ordre méta-physique).
Notre lexique se trouve ainsi à la croisée de diverses
disciplines : ethnographie, folklore, mythographie,
histoire des religions, histoire des mentalités,
philosophie. Il ne s’agit pas certes de mettre tous les
courants et doctrines évoqués sur le même plan,
certains ne représentant que des manifestations
« inférieures » de spiritualité. Toutefois, le fil rouge, c’est
l’expression d’un rapport au sacré, au surnaturel, à
l’invisible, et qui est l’une des composantes essentielles
de l’« âme russe ».
Il ne s’agira donc pas ici d’envisager le lexique
technique de la religion (nous n’aborderons pas le
lexique de l’orthodoxie russe, déjà étudié). Outre un
certain nombre d’éléments significatifs du paganisme
russe (mais nous ne donnerons pas la liste des noms de
fêtes, rites ou dieux païens, qu’on trouvera aisément
ailleurs), nous nous intéresserons exclusivement au
vocabulaire des « sciences secrètes », dans la mesure de
leur diffusion en Russie.
II. Contenu de l’ouvrage
Le vocabulaire de l’ésotérisme comporte quatre
classes de termes : objets, activités, concepts et noms
propres.
En russe, pour ce qui concerne les courants
11 L’ésotérisme et les sciences occultes en Russie
d’importation, ce sont des emprunts (nombreux calques
et transcriptions) et, pour le folklore et les croyances
populaires, des noms autochtones. Dans ce dernier cas,
pour ce qui est de la désignation d’êtres surnaturels ou
doués d’attributs spéciaux, la relation au référent n’est
pas toujours évidente, s’agissant d’un domaine où les
croyances sont mouvantes (certains éléments centraux
du paganisme – sorcières, esprits, etc. – ont été
négativés par le christianisme, ce qui a altéré
notamment les connotations, mais aussi les sens, d’où la
naissance de la superstition – débris de traditions
incomprises –, au sens premier du terme, la superstitio
s’opposant à la religio), de caractère oral et sujettes de ce
fait à interprétations variées. Nous avons tenté de
donner des équivalents et / ou des gloses acceptables,
en nous appuyant sur la recherche en cours.
On trouvera donc ici, après une introduction
consacrée à un survol des traditions populaires et du
développement et de l’implantation de différents
courants de pensée ésotérique en Russie, le lexique
présenté par ordre alphabétique. Chaque entrée y est
suivie d’indications grammaticales et d’emploi, ainsi que
d’une indication du domaine auquel le mot appartient,
en cas de besoin. Les traductions sont séparées par un
point-virgule, les variantes orthographiques ou
paronymiques par une virgule, les compléments de
traduction ou les doublets sont donnés entre
parenthèses. Nous donnons certains noms propres
importants pour en connaître la transcription russe,
ainsi que des titres d’ouvrages avec leur traduction
autorisée.
La seconde partie, russe-français, ne reprend que les
12 François Le Guévellou
russonymes, à l’exception des emprunts, afin de mettre
en relief les champs lexicaux.
Nous ne donnons pas les emplois dérivés, souvent
péjoratifs, qui s’attachent à certains de ces termes
(qu’on retrouve dans les jurons [en чёрт ou бес] et
insultes [ старая ве дьма, etc.]).
13