//img.uscri.be/pth/101d565605c0150f7e70ce2c5893094469412ff6
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,50 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

L'Evangile selon Matthieu actualisé et réécrit

De
147 pages
Les intégrismes ne l'emporteront pas ni les fondamentalismes autosatisfaits. Car le règne de "Dieu" le grand projet du monde heureux est proche, à portée de la main ! ". Malheur à vous quand tous diront du bien de nous car cela prouvera que nous sommes des faux prophètes qui n'annoncent aux hommes, que ce qu'ils ont envie d'entendre, de vaines redites, au lieu d'un message vraiment prophétique. L'auteur est spécialiste des réécritures et des transpositions culturelles des textes fondateurs du judaïsme et du christianisme. Une façon de retrouver les accents polémiques et parfois prophétiques des documents originels.
Voir plus Voir moins

L'Evangile selon Matthieu Actualisé

site: www.librameharnlattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr e.mail: harmattan1@wanadoo.fr ~ L'Harmattan, 2005 ISBN: 2-7475-9913-2 EAN : 9782747599139

Roger Partnentier

L'Evangile selon Matthieu Actualisé Et ré-écrit
«L'Evangile autretnent»

Préface de Michel Bouttier

L'Harmattan 5-7, rue de l'École-Polytechnique; 75005 Paris

FRANCE
L'Hannattan Hongrie Konyvesbolt Kossuth L. u. 14-16 1053 Budapest Espace L'Harmattan Kinshasa L'Harmattan Italia L'Harmattan Burkina Faso Fac..des Sc. Sociales, Pol. et Adm. ; BP243, KIN XI Université de Kinshasa - RDC Via Degli Artisti, 15 10124 Torino ITALIE 1200 logements villa 96 12B2260 Ouagadougou 12

TABLE DES MATIÈRES
7 11 21 23 25
27

Préface de Michel Bouttier

. . . . . . . . . .. ...

Présentations 1. Naissance de l'homme
2.L'enfance 3. Son ami persécutée.. Jean. . . . . .. . . . . . . . . . .. . . ... .. .. . .. . . .. . .. .. . . . .. . . . . . . .. .. . . . . . . . . . .. . .. . . . .. .. .. . . . .. .. .. . . . .. .. . .,

.

4. Préparation et commencement
de la grande réalisation. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . . . . . . . . . ..

5.La grande explication. Une façon de vivre supérieure 6. La contre-prière L'argent Les vrais soucis à celle des bien-pensants

... . 31 35

7.La recherche de l'essentiel..
8. Rendre leur vie aux hommes... 9. À la rencontre

..

.. ..

. .. .

.. ..

.. .. .

.. .. . .. . .. .. .. .. . .. . ...

39
45

.. .. . . .. . .. .. .. . . .. .. . .. .

.. .. ... 41

de tous les drames..

10. Consignes
Il. Jean

a ux militants
hésite.. .. .. ... . .. ... .. .. .. .. .. .. ...

49
53

le plongeur

Inquiétudes

pour les villes soi-disant

chrétiennes

12. Conflits avec les défenseurs de la morale et de la religion
I3.Les étranges devinettes.
.. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. .. . ..,

.. .. .. .. . .. . .. .
.. .. . ..

.. .. .. .. .. . .. .. ...
.. . .. . .. .. ..

57 63
69

14. Une fille qui fait plaisir à sa mère

Nourrir les affamés Ne pas perdre la foi

15. Nouveaux conflits et nouveaux soins aux affamés
I6.U ne pincée néfaste... . .. .. . .. .. .,

...

73
77

L'envoyé reconnu Réussir sa vie 17. Métamorphose L'enfant provisoire. .. 81 épileptique ecclésiastique

Annonce tragique La farce de l'impôt

18. Vivre en communauté 19.La « famille» et la richesse
20.La liberté d'être bon.

..

85
89

.. .. .. . . . . .. .. .. .. . . .. .. .. .. ..

. . .. . .. .. .. .. .. . . .. . .. .. .. . .. .. . .. . . .. . .. .

93 97

Nouvelle annonce 21.Fête populaire improvisée..
.. . .. . . . . . . .. . . . . . . . . . . . .. .. . . . . . . . .

Conflits dans l'Église Deux fils

Vignerons meurtriers
22. Autres énigmes et questions-pièges. . .. .... ... .. .... ... .....

.103 107 . 113 119 .. 123

23. À l'assaut contre les défenseurs

de la morale et de la religion
24. Tout n'ira pas de mieux en mieux!
25. Énigmes prophétiques.
26. Complot. .. . . . .. . . ... ............
.. ...

..............

Une femme comp,"end et aime Trahison Le repas Le pressoir à huile L'arrestation Au tribunal Le I-eniement 27. L'exécution. Suicide Chez le Gouverneur Cloué au poteau Mort Ensevelissement Les gardes 28. Reprendre Quelques, vie...
........
. . .. . . . . . . . . .

ecclésiastique . général
. 131

À la caserne de la police

137
139

remarques...........

. . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .. . . . .. . . . .

Préface
Les pages qu'on va lire sont nées à travers un long travail d'engendrement dont elles portent les traces; provoquées par la Bible, elles ont été ébauchées, discutées, rédigées, raturées, polycopiées, ont connu une existence indépendante avant de venir s'abriter sous une 111ênlecouverture. J'ainle qu'elles aient eu, en comlnun avec les pre111iers évangiles qui les inspirent, cette préhistoire, un stade de « circulaire », tout un chen1ine111ent. Voici pour elles, si j'ose dire, l'épreuve de la canonisation, puisqu'elles vont cohabiter (lésor111aiset se trouver, pour un tenlps,fixées par I 'ilnprÏ1nerie. Je souhaite que cet examen de passage ne leur soit pas fatal: si elles deviennent livre, que ce soit pour être 111ieuxlivrées; les figel~ ce serait anéantir le grand projet en lnarche, tout ce qui est offert et palpite encore.
J'ai salué avec joie une tentative où la parole de Dieu manifeste qu'elle a trouvé un lnilieu de vie à Créteil, ce .fa111eux lnilieu de vie qui excite l'Ùnagination des exégètes à l'affût de la genèse du Nouveau Testa111ent. Et ce ,nilieu de vie n 'a pas conservé le 111essage de Jésus elnbaulné. C0111me le voulait PégL(v, les paroles de Issa ont été réchal~ffées du sou.fJle, nourries de la chair, pétries de la vie quotidienne d'une COll1111Unautéde chrétiens 111ilitants. Je connais les reproches, justes parfois, arrivés à tire-d'aile aussi vite que les enthousias111es : i111prÙnée, la cible sera d'autant

plus aisée. Et les uns de déplorer la tilnidité de ceux qui n'ont pas osé aller jusqu'au bout pour s 'Cl;ffranchir des chaînes de la tradition et recréer un texte neuf Et les autres de dénoncer la trahison de Jésus, nlué en prédicateur gauchiste, fantoche à 1'Ï1nage de ceux qui le représentent. Ces réactions ne sont pas surprenantes; quelles qu'elles soient, la dette que je reconnais envers ces textes, et d'abord à l'Évangile de Matthieu... relu et corrigé, c'est le nlérite d'avoir vu le jour à Créteil et d'exister. D'autres ont sans 7

doute les /nains plus pures, mais ils n'ont pas de n'Zains. Les vieux targun1s, traduction en langue populaire d'un texte
devenu Ù1co111préhensible au peuple, œuvre des hOln111es les

plus respectueux de l'Écriture qu'on ait connus, montrent qu'une tentative con11ne celle-ci ne date pas d 'aujourd 'hui. Pour notre époque cependant, et à la différence des vingt ou trente versions récentes de la Bible, cette entreprise, si je vois bien, a instauré Ulle rela tio Il neuve avec l'Écritllre.

Les auteurs sont les pre111iers conscients, du reste, de la .fragilité de leur affaire: ces pages offertes sont vulnérables; pour échapper aux attaques, il faudrait revêtir la cuirasse de « l'objectivité» ou prendre du chan1p avec le texte, ce qu'ils refusent. Plus une version est actuelle, 1110inselle est durable; plus elle s'approche du parler quotidien, moins elle est universelle. Pour d~fier celte ine~"'(orable contradiction, il.faut être grand poète, celui fjlii sait, à travers les 111015rdinaires, COnlJ11Uniquer ~'ec les o a hon1111es tOllS les temps. La Bible française ne l'a pas de encore trouvée. Du coup, je la sens /11êll1e/l1enacée: la 1J1ultiplicatiol1de traductions dont aucune ne s 'i111pose sur les autres finira par détruire l'Écriture, caf; C0l1ll11elisait { Augustin, le peuple du Christ a besoin d'un texte « accoutu/né de cœur et d'oreille ». L'essai de Roger Parn1entÎer ne participe pas de cette concurrence: il ne prételld pas être traductioll et se substituer à telle édition du Nouveau Testa1J1ent. Con11ne le targum, il est contre-texte d'origine orale, il implique le te.xtepour prendre son envol, connaître sa liberté libératrice. « Faites vos jeux... », telle est l'invitation que je vous adresse pour finir, avec les auteurs. C'est votre tour; lisez les cOllseils, inspirez-vous de l'exemple, allez plus loill, car ce jeu n'est pas un divertissel11ent: il 110USellgage dans l'ultiI11e. Et j'aimerais que vous réussissiez lnên1e là oÛ ils ont achoppé à mes yeux: n'essayez pas, pour ce 8

faire,

la tendance /11illénaire au développe111entchristologique », car illt y a pas de page d'évangile inltocente ell ce dOlllailte,. Matthieu « relu et corrigé» révèle la proxi/11ité de Jésus de Nazareth, /11ais voile la distance. Or si Jésus 111 plus proche que quiconque, il 'est est aussi et en l11ênzete/11pS,de tous, le plus étrangel~ Il dit les /110ts les plus directs, mais égalelnent des choses que je ne c0111prendspas. Il est pour 1110iet il est contre Inoi. Il annonce ce que je porte en 1110i u plus profond de 1110n a espérance hun1aine, et il proclan1e ce que je redoute et /11e sépare de n'les caJ11arades, lui qui /11et la division entre an1is et parents. Nous n'avons pas le droit d'opérer le tri, de suivre Jésus quand il parle de la libération de I 'hoI111ne, de le quitter lorsqu'il parle de Dieu. Du Père, je ne puis faire un fi~ère, ni de la prière un progran11ne. Voilà qui dérange: que /11aquestion accompagne donc les transcriptions pour lesquelles les aJ11isde Créteil ont ouvert la voie. Ils ont risqué une parole partiale,. c'est, je crois, UIl pari évallgélique, car celui qui voudra sauver sa vie la perdra. Il fallait COn1J11enCert c'est biell grâce à ellX qlle, e cessallt d'être prédicatellr antique, pour plusieurs, Issa est apparu vivallt. Michel BOUTTIER

« d'enrayer

9

Présentation
C'est à vous!
Une parole incomparable qui a traversé les siècles, résisté à tant d'oppressions et de fa11atislnes, que rien n'a pu détruire et qui a gardé toute sa vigueur de contestatio11 et d'espérance, voilà ce qui est à vous, à nous, et qu'il faut trouver et retrouver. Ne vous en laissez pas priver par ceux qui l'ont accablée, déforn1ée, 1110mifiée.Retrouvez-la vous-mên1es, pour votre joie. La parole des évangiles, des écrits bibliques, peut être retrouvée dans toutes ses dÎ111ensions révolutiolmaires et créatrices. Cet essai voudrait vous y aider; il ne vous dispensera pas de recherches et de réalisations personnelles. D'où? Il Y a quelques a11nées nous avions été frappés, da11Sun petit groupe de chrétiens militants, par les résona11ces de cette parole, c011venablement dépouillée de sa gangue ecclésiastique, auprès de ceux qui luttent contre les injustices. On aurait dit qu'ils l'attendaient, alors que les usagers des Églises paraissaient ne plus attendre grand-cI10se. D'où U11eexpérience tentée pendant la guerre d'Algérie pour retrouver les vrais destÎ11ataires de cette parole: Une expérience Nous avons proposé à quelques correspondants locaux de jOllmaux régionaux de publier le fait divers que voici. Vous le « reconnaîtrez» très vite. « Un accident grave s'est produit récemment entre Millau et Rodez. Dérapant à la nuit tombante dans les virages Il

verglacés un conducteur s'est grièven1ent blessé et n'a pu se dégager de son véhicule. Une voiture survient, conduite selon les lIns par le pasteur de Rodez (telle était alors ma charge) et selol1 d'autres par un prêtre voisin. Ayant VlI le blessé, le chauffeur ne s'attarde pas. Arrive une autre voiture qui ne s'arrête pas davantage et dont le conducteur, instituteur pour les uns, syndicaliste conl1U pour d'autres, exal11ine soigneusel11eI1t la situation... et s'en va. Puis des honm1es au visage basané, donnaI1t le sentiment d'être pOllrchassés, arrivent dans une troisièI11e voiture mal n1aÎtrisée (c'était l'époque où des milliers d' Algérie11s étaient internés daI1s le camp militaire du Larzac). Après avoir hésités ils s'arrêtent, réconfortent le blessé de leur Inieux, le chargent avec soin dans leur voiture et, l11algré la route dangereuse, rejoignel1t à vive allure la plus proche clinique. Puis ayant vérifié que le blessé était entre de b01l11eS mains, ils disparaissent dalls la nuit. Nous ne manquerons pas d'informer nos lecteurs de ce qlle nous pOUITonsapprendre sur cette étra11ge affaire. .. » Protestations Les lecteurs s'Ü1dignèreI1t, tantôt contre ceux qui n'avaie11t pas assisté le blessé, tantôt contre les journalistes coupables d'accuser à la légère des personnes hOI10rables. Peu après parut Ul1entrefilet précisant que, pour plus de détails sur les circonstaI1ces de l'accident, il convenant de se reporter à l'évangile de Luc, chapitre 10. Il devint alors évident qu'actualiser les récits anciens pennettait de retrouver la vigueur poléIllique originelle contre religieux et notables, contre tous ceux qui ont une bonne opinion d'eux-l11êmes et de leur groupe. D'où le désir de retrouver, dans de non1breux textes, le feu sous la cendre. Des siècles pIllStard, en interprétant les situations historiques et culturelles changées, il devrait être possible d'être 12

à nouveau atteints par l'incroyable et nécessaire violence des vieux textes, désireux d'obtenir nos résurrections. Fon11ulés comme dans ce récit d'accident, les textes nous frappent davantage de plein fouet qu'en évoquant sacrificateurs, lévites ou sal11aritains dOllt personne ne se soucie plus. Comment entendre nlaÏ1ltenallt les accents COlltestataires d'autrefois, tellel11ent insupportables qu'on n'a guère sUPPolié ell effet leur auteur, leurs auteurs? COllli11ellt dOllC rendre aujourd'hui à l'irrelnplaçable parole le nlême pouvoir d'énl0tion, peut-être la nlênle virulence? L'Évangile selon Delfeil de Ton

Plus réCelTIlllenton s'est réjoui d'une fonnule superbe parue dans Le Nouvel Observateur sous la plull1e de Delfeil de Tall. COlnme on aimerait que tous apprelment à actualiser ainsi l'Évangile! Il raconte une histoire vraie, récente, lIn déconcertallt « conte de Noël» : Après la nlesse de 111inuit, trois prêtres s' aclleminent vers le parking pour rentrer chez eux. Ils aperçoivellt alors un gitan de vingt-cinq aIlS ell train de voler leur voiture. Ils se saisissent de lllÎ (collillle disent les Écritures) et... le livrellt à la police. Oui, la nuit de Noël. Pour fêter Jésus! Delfeil de Ton s'indigne COIltreces étrallges cllrétiens et proteste avec ce mot 111erveilleux : D'abord Jésus a dit: « Si on veut te faucher ta bagll0le, vérifie que tu as bien fait le plein! » On reconnaît sans peine la phrase du Ser1110n sur la 1110ntagne concernant la tunique ou le Illanteau. Mais tellement plus actuelle. La phrase de Jésus Il' en est que plus choquante. Et qui sait si, fOnTIulé de la sOlie, l'Évallgile n'apparaîtra pas réellement inconcevable et inadI11issible à ceux qui se disellt chrétiens? Et du plus vif intérêt à beaucoup d'autres? 13

Nouvelles tentatives Des «Colrununautés de base» et des groupes de « Chrétiens pour le socialisme» ont poursuivi à leur tour ce genre d'études et d'expression de la foi dans un« langage» re110uvelé. C'est grâce à eux et pour eux que des textes 011tété rédigés de façon approfondie. 011 parle souvent de la nécessité d'un «110uveau langage de la foi », mais qui s'efforce de l'inventer et de le parler? Qui prend le risque de tâtonner, de se trolnper. COln111e11t reformuler les interpellations anciennes en s'efforçant de ne rien renier des acquis de la 1110den1ité,110tamn1ent da11sles dOlnaines scientifique, politique, culturel? Con11nent dire aussi une parole gênante pour tous, et qui exprime en Inên1e temps 110tre foi et 1105 convictions? Comment retrouver le caractère populaire de cette parole et faire qu'elle e!lCOnrage non la patience et [a résignation (ces anti-évangiles), 111aisle soutien des luttes révolutionnaires pour la justice et la vérité? Une « méthode » pour l'actualisation Nous avons souvent travaillé de la sorte: Quatre perSOl1nes préparent le texte pour le groupe (111aisle groupe entier participe à l' étude préalable). Deux d'entres elles étudient le passage du point de vue historique et lingllistique avec les divers «ITIoyens» à notre disposition (synopses, comlnentaires, traductions diverses...). Deux autres tentent de répondre à la question: Ce texte a-t-il encore un sens pour nous aujourd'hui et si oui lequel? Quelles sont les résonances, les interpellations? Bien sûr chaque fois cette deuxième équipe peine davantage que l'autre. Bien des textes apparaissent insupportables, tant nous avons de difficulté à les dégager de l'interprétation ecclésiastique traditionnelle, où se Inêlent tant d'éléments inspirés par l'idéologie des classes dOlninantes. Pourtant de temps en telTIpSdes textes nous ont parlé, réj ouis, enchantés. . . 14