L
334 pages
Français

L'islam au pluriel

-

Description

La question de l'islam met particulièrement en tension la perception d'une unicité originelle et d'une pluralité effective. Dans le contexte contemporain, marqué par la mondialisation, la reconfiguration à l'espace et au temps, ainsi que le déplacement des populations, la question de l'islam en Europe se cristallise autour de nouveaux repères (le ritualisme et les revendications centrée sur l'observance des normes). Ces intervenants présentent ici les avancées méthodologiques et conceptuelles dans le domaine de l'islamologie appliquée.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 24 mai 2018
Nombre de lectures 0
EAN13 9782140091230
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

reconîguration à l’espace et au temps, ainsi que le déplacement des
en Europe et au Liban, qui s’est tenu à l’Université catholique de Lyon
de recherche en Europe et au Liban. De Grenade à Milan, de Come et Varèse à Innsbruck, de Paderborn à Paris, de Francfort à Lyon et à
Sous la direction de AliMOSTFAet MichelYOUNÈS
L’ISLAM AU PLURIELFoi, pensée et société
L’islam au pluriel
Foi, pensée et société
Sous la direction de Ali MOSTFAet Michel YOUNÈSL’islam au pluriel
Foi, pensée et société
er Ce livre rassemble les actes du 1 Congrès international de PLURIEL (Plateforme universitaire de recherche sur l’islam en Europe et au Liban) qui s’est tenu à Lyon du 6 au 9 septembre 2016. © L’Harmattan, 2018 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-14951-6 EAN : 9782343149516
Remerciements
Cet ouvrage n’a pas pu voir le jour sans la participation de plusieurs acteurs, de l’organisation du Congrès en septembre 2016 jusqu’à la relecture des contributions en janvier 2018. En tant que coordinateur du réseau PLURIEL, qu’il me soit permis de remercier la Fédération des Universités catholiques en la personne de son actuel président, Thierry Magnin, ainsi que les membres de la coordination de cette plateforme, Leïla Babès, Thom Sicking, Valentino Cottini, Gonzalo Villagran, Ali Mostfa, Paolo Branca, Emmanuel Pisani et tout particulièrement, pour le suivi organisationnel, Vianney Vendrely et Lorraine Guitton. Je voudrais aussi remercier chaleureusement les auteurs des contributions, notamment Ali Mostfa qui a accepté de codiriger cet ouvrage et Marguerite d’Huart qui a fait sa relecture pour chasser les imperfections stylistiques. Nombreuses sont les personnes et les fondations à remercier pour leur soutien financier du Congrès, en particulier l’Œuvre d’Orient, la Fondation Cèdres et la commission Recherche de l’Université catholique de Lyon. Ma gratitude va également à Antoine Fleyfel, directeur de la collection « Pensée religieuse et philosophie arabe » chez L’Harmattan qui a facilité sa publication.
5
Michel Younès
Introduction
La question de l’islam met particulièrement en tension la perception d’une unicité originelle et une pluralité effective. Si la diversité est historiquement constitutive de toute réalité religieuse, chaque religion a trouvé des modalités de fonctionnement pour rendre visible une unité autour d’un noyau dur invariable, rendu parfois indiscutable. Dans le cas de l’islam, ce noyau dur se cristallise autour d’une reconnaissance d’un Dieu unique créateur, d’un livre considéré comme révélé par l’intermédiaire d’un prophète perçu comme l’ultime messager, autour duquel la communauté des croyants s’est constituée. Néanmoins, en tant que phénomène historique, et en l’absence d’une régulation magistérielle universelle, l’islam, notamment sunnite, s’est trouvé confronté à la diversité des sociétés selon les zones géographiques multiples. L’unicité conceptuelle de la foi n’échappe pas aux traductions culturelles qui définissent à leurs manières des modalités d’appartenance. Outre la dimension confessionnelle (sunnite, chiite…), l’islam au pluriel acquiert ainsi une acception culturelle et sociétale, pouvant être traduite dans des réalités politiques.
Dans le contexte contemporain, marqué par la mondialisation, le déplacement des populations et la reconfiguration à l’espace et au temps, le surgissement de la question de l’islam en Europe prend une dimension singulière. La diversité des mémoires collectives laisse apparaître une pluralité de perceptions dans la manière d’être musulman, tantôt en se laissant imprégner par un référentiel culturel commun, tantôt par une réaction oppositionnelle, renforçant ainsi une appartenance à un « islam originel » totalement reconstitué. Si la diversité sociologique des musulmans en Europe est observable au quotidien, elle est parfois en tension avec une expression islamique qui se veut affranchie d’une identité culturelle territorialisée. Comme le dit NilüferGöle, l’islam contemporain « est en train de devenir un point de référence
7
autour duquel s’articulent des liens imaginaires entre musulmans 1 socialement déracinés » .
Être musulman en Europe c’est appartenir à des communautés travaillées par des tensions et des contradictions qu’on ne peut légitimement désigner comme « islam d’Europe ». Par conséquent, le débat aujourd’hui autour de l’islam en Occident se cristallise autour de nouveaux repères, telles que les revendications qui accentuent une altérité centrée sur l’observance des normes et du ritualisme en tant que variables permettant à l’individu de s’intégrer 2 dans la collectivité . Un nouvel imaginaire se trouve ainsi renforcé, celui du retour à un passé mythifié comme argument pour raffermir le phénomène communautaire et densifier les références globales de l’appartenance. JacquelineChabbiqualifie l’émergence de cet imaginaire comme une des plaies de l'islam contemporain 3 qui exprime « son tragique déficit d'historicité » . D’où l’importance de soumettre l’héritage islamique à l’exigence de la raison critique pour mieux souligner les amalgames historiques qui s’accumulent au fil du temps. L’interprétation de l’islam en tant que source totalisante du passé et de l’avenir des Arabes et des musulmans conduit à des perceptions qui font des sociétés musulmanes un ensemble monolithique fermé. Une telle représentation laisse entrevoir l’idée réelle ou supposée qu’aucune transformation, au niveau de l’identité, de la culture, de la pensée ou du rapport au religieux, ne peut advenir. Une telle approche évacue par elle-même toute analyse critique et les grilles d’analyse à entrées multiples.
Dans cette perspective, les articles proposés dans cet ouvrage cherchent à contextualiser et à historiciser très rigoureusement la question de l’islam dans le monde d’aujourd’hui, dans ses rapports divers et contradictoires à la pensée, à la foi et à la société. Pour déconstruire les processus qui le figent dans une vision
1 Nilüfer Göle, Islam, espace public européen et civilité. Traduit de l’anglais par Nathalie Cunnington. 3 mai 2007. https://www.eurozine.com/islam-espace-public-europeen-et-civilite/ consulté le 17 janvier 2018. 2 Cf. Abdelmajid Charfi,L’islam entre le message et l’histoire, coll. L’islam des Lumières, Paris, Albin Michel, 2004. 3 Jacqueline Chabbi, Islam : Comment historiciser le passé pour sortir de l’histoire sacrée. http://lesavoirpartage.org/new/2017/10/25/islam-comment-historiciser-le-passe-pour-sortir-de-lhistoire-sacree/ Consulté le 17 janvier 2018.
8
er anachronique, des universitaires se sont réunis lors du 1 Congrès international de la plateforme de recherche sur l’islam en Europe 4 et au Liban (PLURIEL) . Tenu à l’Université catholique de Lyon du 6 au 9 septembre 2016 sous le titre :L’islam au Pluriel. Pensée, foi, et société, les différents axes de travail proposés sous cet intitulé avaient pour objectif de mettre résolument l’accent sur les avancées méthodologiques, conceptuelles et doctrinaires dans le domaine de l’islamologie appliquée, suivant trois axes : politique, théologique et sociétal.
5 La conférence inaugurale de YadhBEN ACHOURL’islam,, sur « la norme démocratique et le radicalisme religieux » a ouvert l’ensemble des travaux de plus de 200 participants venus principalement d’Europe, du Moyen-Orient et du Maghreb. Des interventions en plénière et des ateliers thématiques autour des groupes de recherche de Pluriel ont permis de confronter les regards sur une réalité complexe et multidimensionnelle. Une diversité d’approches qui donnent à voir l’état actuel de la recherche en Europe et au Moyen-Orient. Les textes sont ici publiés dans leur langue originelle, en français et en anglais.
La richesse du thème abordé dans ce congrès et sa transdisciplinarité ne manquent pas de soulever des questionnements pour expliquer comment le religieux peut prendre le pas sur le politique et inversement. C’est dire que l’examen des rapports entre politique et religion, dans l’espace
4 Initiée par la Fédération des universités catholiques en Europe (la FUCE), la Plateforme Universitaire de Recherche sur l’Islam en Europe et au Liban rassemble un réseau de chercheurs issus des universités européennes et libanaises (aussi bien catholiques que publiques) qui travaillent dans le domaine des études sur l’islam et sur le dialogue interreligieux. Actuellement, plus de 120 chercheurs répartis pour une grande part dans 14 groupes affiliés à des universités, comme en Allemagne (Université de Paderborn et la Faculté de théologie de Francfort), en Autriche (Université d’Innsbruck), en Espagne (Comillas et Grenade), en Italie (Université du Sacré cœur à Milan, Come et Varèse, l’Institut pontifical d’études arabes et d’islamologie, PISAI), au Liban (l’Université saint-Joseph de Beyrouth), en Égypte (l’Institut dominicain d’étude orientale, IDEO), en France (l’Institut catholique de Paris, l’Université catholique de Lyon). Un site rend visible les travaux de cette plateforme : www.pluriel.fuce.eu 5 Juriste tunisien spécialiste en théorie politique islamique et droit public. Voir la liste des contributeurs.
9