//img.uscri.be/pth/d19076e620ed4eb3c45fac1a578353bfe11a7206
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 10,99 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Le catéchisme de la sainte église arménienne apostolique universelle orthodoxe

De
150 pages
Il manquait un catéchisme écrit en français pour enseigner aux nouvelles générations les dogmes et la doctrine de la première Eglise de la chrétienté. C'est maintenant chose faite, par Albert Khazinedjan, spécialiste de la théologie, de la christologie, de l'histoire de l'Eglise arménienne. Il est conseiller du Primat de l'Eglise arménienne de France pour l'oecuménisme.
Voir plus Voir moins

Albert Khazinedjian
Le catéchisme Le catéchisme
de la sainte église arménienne de la sainte église arménienne apostolique universelle orthodoxe
apostolique universelle orthodoxe
Entre la France et l’Arménie, des relations séculaires se sont établies sur des bases
davantage spirituelles que matérielles. Depuis près d’un siècle, une importante diaspora
s’est intégrée parmi ses compatriotes français ; ses membres ont combattu dans l’armée
sur tous les théâtres, ont donné des héros et beaucoup sont morts pour leur nouvelle
patrie : la France.
er erLes catholicos, dont S.S. Vazken 1 et S.S. Karékine 1 , avaient coutume de dire : Soyez
loyaux envers votre patrie d’adoption et restez fi dèles à l’unique lien qui vous rattache à vos
origines : l’Église arménienne.
Il manquait un catéchisme écrit en français pour enseigner aux nouvelles générations
les dogmes et la doctrine de la première Église de la chrétienté. C’est maintenant chose faite.
Albert Khazinedjian est conseiller du Primat de l’Église arménienne de France pour
l’œcuménisme. Il a enseigné à l’Institut de sciences et théologie des religions (Institut
catholique de la méditerranée). Il est spécialiste, entre autres, de la théologie, de la
christologie, de l’histoire de l’Église arménienne.
Préface du T.R.P. Mesrob Barsamian
eEn couverture : Baptême du Christ, miniature arménienne du XII siècle.
ISBN : 978-2-343-04043-1
14,50
Albert Khazinedjian
Le catéchisme de la Sainte Église arménienne apostolique universelle orthodoxe









































































Le catéchisme de la Sainte Église
arménienne apostolique
universelle orthodoxe




Albert Khazinedjian













Le catéchisme de la Sainte Église
arménienne apostolique
universelle orthodoxe


Préface du T.R.P. Mesrob Barsamian, archimandrite, Locum
Tenens du Primat de l’Église apostolique arménienne de France.
Vicaire Général du Primat de l’Église arménienne pour le Sud de
la France






































































Du même auteur

L’Église arménienne dans l’Église universelle,
L’Harmattan, 2001, tome 1.
L’Église arménienne dans l’œcuménisme, L’Harmattan,
2001, tome 2.
La Pratique religieuse dans l’Église arménienne
apostolique, L’Harmattan, 2006.
Architecture et art sacré arméniens, en collaboration avec
son épouse Maryse, L’Harmattan, 2006.
40 ans au service de l’Église arménienne apostolique,
L’Harmattan, 2009.



























































































© L’Harmattan, 2014
5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris

http://www.harmattan.fr
diffusion.harmattan@wanadoo.fr

ISBN : 978-2-343-04043-1
EAN : 9782343040431














A Maryse, mon épouse, qui, par son attention vigilante,
ses remarques constructives, sa fidélité et son amour de
l’Eglise arménienne, a aidé à l’élaboration de ce
catéchisme.












































PREFACE

Depuis quelques années le clergé et les responsables de
nos paroisses de France se trouvaient devant un
dilemme : comment enseigner les dogmes et la doctrine
à nos fidèles qui ne sont plus familiarisés avec la langue
de leurs aïeux ?
La plupart de ceux qui savent l’arménien ne
comprennent plus le grabar, c’est-à-dire la langue de
l’Eglise, de nos rois et de leurs cours. La précision des
termes de cet arménien, qu’on dit littéraire, pour le
différencier de l’achharabar (la langue parlée), sa beauté,
ses intonations, son origine indo-européenne, n’ont pas
empêché l’apport de mots araméens, grecs, perses.
Le christianisme étant le ministère de la Parole, il
devenait indispensable que le Verbe, si bien traduit en
arménien, fût compréhensible par une majorité de nos
fidèles.
Quand Albert Khazinedjian m’a appris qu’il venait de
rédiger, en français, le catéchisme de l’Eglise
arménienne apostolique, cela m’a procuré une grande
joie.
On ne présente pas le docteur Albert Khazinedjian ; ses
ouvrages concernant notre Eglise, sa christologie, ses
dogmes, sa doctrine, son histoire, sa pratique religieuse,
son art sacré (livre qu’il a rédigé avec la collaboration de son
épouse), etc. sont connus de tous.
Le texte de ce catéchisme a été divisé en huit parties.
Ce n’est pas par hasard que l’auteur a choisi le chiffre
huit ; le symbolisme de ce chiffre est exposé dans le
passage concernant le Baptême au chapitre 2.
9
La première partie nous apprend qui est Dieu ; la
seconde est consacrée à la religion et à l’entrée du fidèle
dans le peuple de Dieu en devenant chrétien ; dans la
troisième l’Eglise nous est expliquée ; le quatrième
chapitre souligne l’importance des conciles vraiment
œcuméniques ; la cinquième partie est consacrée aux
saints et aux fêtes de l’Eglise ; la sixième nous éclaire
sur les bases de la foi, le Credo ; la septième nous fait
comprendre le rôle des anges et pourquoi il y en a de
mauvais ; la huitième enfin nous parle de la Bible (la
traduction arménienne de la Bible est dite : la reine de
toutes les traductions, nous rappelle le grand arméniste,
professeur à la Sorbonne, feu Frédéric Feydit).
Le docteur Khazinedjian avec la clarté, la précision, la
concision de son style a mis son écrit à la portée de tous.
Catéchisme se dit, selon la formulation officielle de
l’Eglise : Krisdoneagan (leçon de christianisme) ; et il faut
que le christianisme pénètre de nouveau les cœurs et les
esprits de nos ouailles afin de les rendre dignes de leurs
ancêtres qui sont allés jusqu’au sacrifice suprême pour
leur foi en Notre Seigneur Jésus-Christ.
Si l’Eglise arménienne est petite par le nombre de ses fidèles,
elle est grande par celui de ses martyrs, disait feu le
cardinal Willebrands.
Sous l’égide de la Primatie de l’Eglise arménienne de
France, cette leçon de christianisme devra être diffusée
dans toutes nos paroisses francophones à travers le
monde ; je voudrais que tous s’en imprègnent et
deviennent des missionnaires selon le vœu du
catholicos saint Nersès 1° le Grand, dès le IV° siècle.
Ce catéchisme suscitera, je l’espère, l’amour de la
langue maternelle chez nos fidèles, leur fera découvrir,
10
en arménien, ce qui est écrit ici en français, éveillera
leur foi et la fortifiera afin d’accéder au salut.
C’est ainsi, en effet, que vous sera généreusement accordée
l’entrée dans le Royaume éternel de notre Seigneur et
Sauveur Jésus-Christ. (2P 1, 11).

Mesrob BARSAMIAN, archimandrite

























11































AVANT-PROPOS

Qu’est-ce qu’un catéchisme ?

Le catéchisme est, en général, l’instruction religieuse
donnée à des enfants ; parfois il devient nécessaire de
l’enseigner aussi à des adultes qui ont oublié les
préceptes de la foi ou qui désirent consolider leurs
connaissances.
L’Eglise arménienne apostolique universelle orthodoxe
(en abrégé : Eglise arménienne apostolique) est dépositaire
des traditions et de la foi qui animaient les premiers
chrétiens et l’Eglise dite primitive ; elle est une preuve
vivante de charité et d’ouverture au monde ;
l’Enseignement de Notre-Seigneur Jésus-Christ,
manifestation de l’Unique Vérité, étant de tous les
temps, est toujours plein de fraîcheur.
Des adolescents, des jeunes gens, des parents sont
malheureux parce qu’ils recherchent le sens de la vie, se
posent des questions quant à l’existence de Dieu, à la
foi, aux sacrements, à la résurrection, à l’au-delà, etc.
Ils trouveront la réponse dans le catéchisme, dans la
connaissance de la religion ; ils découvriront que la
préoccupation spirituelle est le moteur de toute vie
humaine ; elle lui ouvre la porte de l’amour de Dieu, du
prochain et de la charité ; l’unique voie qui y conduit
est celle que le Christ Rédempteur nous a tracée ; alors
ils trouveront la paix ici-bas et les vertus qui leur
ouvriront la porte du Royaume de Dieu.
Nous vivons une époque qui se veut rapide ; sous
prétexte de ne pas perdre du temps on s’éparpille dans
les futilités.
13
Et quel avantage l’homme a-t-il à gagner le monde entier, s’il
1se perd ou se ruine lui-même ?
Il arrive que des personnes, touchées par la grâce,
viennent demander le baptême ; auparavant il faut leur
enseigner la doctrine chrétienne : ces personnes sont
appelées catéchumènes.
Cette instruction, cet enseignement ont été confiés à
l’Eglise par Notre-Seigneur Jésus-Christ.
L’Eglise est l’épouse du Seigneur, en ce sens elle est la
gardienne du dépôt de la foi qu’elle doit diffuser.
Le minimum du devoir des parents est, entre autres,
d’apprendre à leurs enfants à prier et à faire le signe de
la croix ; mais cela peut devenir un rituel qui finira par
perdre son sens si on n’explique pas à la fillette ou au
garçonnet la signification des gestes et des paroles.
Certains parents peuvent avoir, parfois, des difficultés à
les expliquer ; alors le catéchisme devient nécessaire,
par l’entremise des catéchistes, à mettre en lumière
l’Enseignement de l’Eglise.
Il se peut que les parents, eux-mêmes n’aient pas été
admis à la connaissance de la religion ; on ne peut pas
dire qu’ils aient perdu la foi puisqu’ils ne savaient pas
ce que cela signifiait.
Il devient, de ce fait, important de faire des leçons de
catéchisme aux adultes comme aux enfants.
Le catéchisme donne la connaissance de la foi et permet
son approfondissement.
La lecture des livres saints est une source
d’enrichissement cultuel et culturel.

1 Lc 9, 25.
14