Le christianisme, de Constantin à la conquête arabe

-

Livres
455 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La fin de l'Antiquité est une période majeure dans l'histoire du christianisme, celle où le christianisme devient majoritaire dans l'Empire romain et où il commence à se répandre hors des frontières de l'Empire. C'est également celle où les institutions se fixent, dont certaines existent encore de nos jours, c'est également une époque de grandes crises doctrinaires entraînant les premières divisions. Cet ouvrage aborde tous ces aspects, du IVe siècle au milieu du VIIe siècle, il vise à apporter une information exacte et dépassionnée sur cette période capitale de l'histoire du christianisme.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 0
EAN13 9782130738688
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0210€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Pierre Maraval
Le christianisme de Constantin à la conquête arabe
2005
Copyright
© Presses Universitaires de France, Paris, 2015 ISBN numérique : 9782130738688 ISBN papier : 9782130548836 Cette œuvre est protégée par le droit d’auteur et strictement réservée à l’usage privé du client. Toute reproduction ou diffusion au profit de tiers, à titre gratuit ou onéreux, de tout ou partie de cette œuvre est strictement interdite et constitue une contrefaçon prévue par les articles L 335-2 et suivants du Code de la propriété intellectuelle. L’éditeur se réserve le droit de poursuivre toute atteinte à ses droits de propriété intellectuelle devant les juridictions civiles ou pénales.
Présentation
L'auteur Pierre Maraval Professeur émérite à l’Université de Paris IV - Sorbonne
Table des matières
Avant-propos Les moyens de la recherche : sources et bibliographie Abréviations Sources Études Première partie : l’expansion du christianisme Deuxième partie : les institutions Troisième partie : les crises doctrinales I - Complément bibliographique Première partie. L'expansion du christianisme Présentation Chapitre premier. La politique religieuse des empereurs de Constantin à Héraclius et celle des rois barbares Constantin et ses fils (de 313 à 360) La réaction de Julien (361-363) De Julien à Théodose : une période de transition er Gratien († 383) et Théodose I (380-395) : l’Empire chrétien et catholique e e La politique religieuse de l’Empire chrétien entre le V et le VII siècle La théologie politique de l’Empire chrétien Les conditions politiques de l’expansion chrétienne hors de l’Empire romain Chapitre II. Les acteurs et les méthodes de l’expansion chrétienne Acteurs Méthodes de la mission chrétienne Chapitre III. L’expansion chrétienne en Orient Remarques générales L’Orient romain (ou byzantin) L’Orient hors de l’Empire Chapitre IV. L’expansion chrétienne en Occident L’Illyricum occidental L’Italie L’Afrique du Nord La péninsule Ibérique La Gaule La Bretagne L’Irlande
Les pays germaniques Deuxième partie. Le développement des institutions du christianisme Présentation Chapitre premier. Les institutions de l’Église locale : les hommes et les choses Les laïcs Les clercs L’organisation de l’Église locale Chapitre II. Les institutions de l’Église universelle Le gouvernement commun des évêques : l’institution conciliaire La hiérarchisation des évêques : métropoles et grands sièges Chapitre III. Les institutions du culte La réunion eucharistique Le baptême La pénitence La prière des heures Autres réunions cultuelles Les fêtes La vénération de lieux saints (le pèlerinage) Chapitre IV. Un nouveau mode de vie : le monachisme Le monachisme en Égypte La Palestine et la Syrie L’Asie mineure et Constantinople Le messalianisme La législation monastique de Justinien Chapitre V. Un nouveau mode de vie : le monachisme Les solitaires La vie commune Troisième partie. Le développement de la doctrine Présentation Chapitre premier. La crise donatiste : deux conceptions de l’Église Des origines à la première condamnation impériale Entre liberté et répression : le donatisme de 321 à 363 Les beaux temps du donatisme : l’épiscopat de Parménien (362-393) Le déclin du donatisme et la victoire catholique (390-411) La survie du donatisme Chapitre II. Le débat sur les rapports du Père et du Fils : la crise arienne La crise jusqu’au concile de Nicée
Le refus de la formule de Nicée (330-361) Le retour à la formule de Nicée (361-381) Chapitre III. Le débat sur l’être du Fils : la crise christologique jusqu’au concile de Chalcédoine (451) Le débat autour d’Apollinaire Le débat autour de Nestorius Le débat autour d’Eutychès Chapitre IV. Le débat sur la grâce et la liberté Pélage et sa doctrine La controverse : des premiers débats à la condamnation (411-418) Le schisme pélagien (418-431) Les « semi-pélagiens » e e Reprise de la querelle à la fin du V et au VI siècle Chapitre V. Le débat sur l’Être du Fils : la crise christologique du concile de e Chalcédoine au VII siècle De Marcien à Justin (451-518) Sous Justinien, l’empereur-théologien La constitution d’Églises monophysites Le choix de l’Église perse La dernière crise christologique : le monothélisme Conclusion Annexes e e Évêques des grands sièges du IV au milieu du VII siècle Empereurs romains Index général
Avant-propos
e volume prend la suite, dans la même collection, de l’ouvrage publié voici près Cde trente ans par André Benoît et Marcel Simon,Le judaïsme et le christianisme antique, ouvrage qui a fait l’objet de plusieurs réimpressions. Il n’était plus possible, dans le présent volume, de mener de front l’étude du judaïsme et du christianisme, qui à l’époque étudiée se développent chacun de leur côté et dont les rapports sont presque uniquement conflictuels ; l’histoire du second, d’autre part, suffit largement à la tâche d’un seul homme. e e La période retenue, du début du IV siècle au milieu du VII , a l’avantage de posséder une certaine unité. C’est celle où le christianisme s’implante profondément dans le territoire qui fut celui de son premier développement, celui de l’Empire romain dans sa plus grande expansion, mais où il commence aussi à déborder hors de ces frontières. C’est celle où ses institutions se fixent, des institutions marquées à la fois par une certaine uniformité d’ensemble et une réelle diversité selon les lieux, cette diversité n’entraînant pas encore une rupture de l’unité entre les Églises d’Orient et celles d’Occident. C’est enfin celle des grandes crises doctrinales, presque toutes nées en Orient sur des points essentiels de la doctrine chrétienne ; elles aboutissent à la fixation de celle-ci, dans certains domaines, pour plusieurs siècles, mais elles ont déjà pour conséquence de premières divisions. L’ouvrage s’en est tenu à l’histoire du christianisme lui-même, de son expansion, de ses institutions, de ses doctrines. Certes, cette histoire ne se vit pas hors de l’histoire générale, mais elle a sa consistance propre, et c’est donc sur elle que s’est centrée l’enquête. Celle-ci n’a pourtant pas la prétention d’être complète : sans parler des limitations liées au nombre de pages de l’ouvrage et à la compétence de son auteur, il faut souligner qu’il lui manque une étude approfondie de la vie concrète des chrétiens du temps, ou plutôt de la transformation que le christianisme a pu apporter concrètement dans leur vie, en particulier en matière éthique (bien que ce thème soit abordé à diverses reprises). Les institutions et la doctrine ne sont pas en effet le tout d’une religion, même si elles en sont des éléments essentiels. Mais une telle synthèse, pour une période aussi longue et dans des milieux aussi divers, est-elle possible ? Elle supposerait bon nombre de recherches préalables dont beaucoup restent encore à mener : l’histoire des enseignements éthiques au sein du christianisme ancien et de leur impact pratique me semble encore un champ relativement peu exploré, du moins quand il ne l’est pas avec des préoccupations apologétiques. En tout état de cause, une telle histoire pourrait faire l’objet d’un autre volume. Il reste à souhaiter qu’en un temps où l’on déplore une baisse de la culture en matière religieuse, aussi bien chez les croyants que chez les non-croyants, ce volume puisse contribuer à une information exacte et dépassionnée sur une période particulièrement riche, dont l’apport constitue une part importante de notre héritage culturel commun.
Les moyens de la recherche : sources et [1] bibliographie
Abréviations
ABoll ACO BA Byz BZ CCG CCL CSCO CSEL CUF DOP GCS JTS MGH PG PL PO RBé REAug REArm REB RechAug RechSR RevSR RHE RHEF
Analecta Bollandiana, Bruxelles Acta Conciliorum Œcumenicorum, Berlin Bibliothèque Augustinienne, Paris Byzantion, Bruxelles Byzantinische Zeitschrift, Leipzig-Munich Corpus Christianorum, Series Graeca, Turnhout Corpus Christianorum, Series Latina, Turnhout Corpus Scriptorum Christianorum Orientalium, Louvain-Paris Corpus Scriptorum Ecclesiasticorum Latinorum, Vienne Collection des Universités de France, Paris Dumbarton Oaks Papers, Washington Die Griechischen Christlichen Schriftsteller, Leipzig-Berlin Journal of Theological Studies, Oxford Monumenta Germaniae Historica, Berlin Patrologia graeca, Paris Patrologia latina, Paris
Patrologia orientalis, Paris Revue bénédictine, Maredsous Revue des études augustiniennes, Paris Revue des études arméniennes, Paris Revue des études byzantines, Paris Recherches augustiniennes, Paris Recherches de science religieuse, Paris Revue des sciences religieuses, Strasbourg Revue d’histoire ecclésiastique, Louvain Revue d’histoire de l’Église de France, Paris