Le concept de mécréance en terre d'islam

-

Français
136 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

L'auteure propose une rétrospective historique du vocable kufr - concept linguistique désignant communément "la mécréance" - dans l'imaginaire religieux arabo-musulman. D'où provient ce terme ? Pourquoi apparaît-il 520 fois dans le Coran ? La figure du kafir - comprise aujourd'hui comme "le mécréant" représente-t-elle un danger pour la communauté ? Comment et dans quels buts l'accusation d'incroyance est-elle devenue une arme théologique et politique puissante aux siècles qui succèdent ?

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 juillet 2017
Nombre de lectures 13
EAN13 9782140042065
Langue Français
Poids de l'ouvrage 1 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0005€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
musulman. Mais d’où provient ce terme ? Que signiIe-t-il véritablement ?
Traduit en général par « inIdèle », « dénégateur », ou encore « impie » dans le Coran, la Igure dukair
en 656, des théologiens et philosophes s’évertuèrent à déInir la place du kair
3
Sahra Ghozi
LE CONCEPT DE MÉCRÉANCE EN TERRE D’ISLAM Kufr / kafir
Leconcept de mécréance en terre d’islam
Sahra Ghozi Le concept de mécréance en terre d’islam
Kufr / kafir
© L’Harmattan, 2017 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.editions-harmattan.fr ISBN : 978-2-343-10759-2 EAN : 9782343107592
J’ai entrepris cette étude transdisciplinaire afin de rendre compte de la recherche en cours sur un sujet capital mais peu abordé par les intellec-tuels des deux rives de la Méditerranée. En cette époque où l’on fait plier les mots aux idéologies les plus mortifères, il m’a semblé nécessaire de réaffirmer l’importance d’une réflexion portée sur la langue. Le bon mot est à sa propre histoire, et toutes sémantiques tronquées révèlent des usages idéologiques multiples.
“Un savant qui use de son savoir est préférable à cent adorateurs de Dieu”. LesDits du Prophète, Youssef Seddik