Le Jésus du quatrième évangile

-

Livres
299 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

La collection qui a choisi de s'intituler « Jésus et Jésus-Christ » pouvait difficilement mieux se terminer qu'avec et sur le IVe évangile. De son aveu même, comme le souligne dès sa première ligne le signataire du présent ouvrage, cet écrit majeur du Nouveau Testament a été rédigé précisément « pour que vous croyiez que Jésus est le Christ ». Sans nous entraîner dans des questions techniques de datation et de rédaction, l'excellent connaisseur qu'est J.-M. Sevrin fournit à son lecteur suffisamment d'éléments d'information pour qu'il puisse situer le IVe évangile à sa place dans sa signification propres.

La géographie et surtout la chronologie de cet évangile diffèrent en plusieurs points de celles des trois synoptiques : « tout en racontant la même histoire » et en partageant nettement une même « matière narrative », il a manifestement « dépassé le stade où se mouvaient les trois premiers, pour interpréter le genre [évangile] d'une manière neuve ».

Collection « Jésus et Jésus-Christ » dirigée par Mgr Joseph DORÉ.


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 18 juillet 2014
Nombre de visites sur la page 42
EAN13 9782718908311
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0142 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
LE JÉSUS DU QUATRIÈME ÉVANGILE
JeanMarie SEVRIN
LE JÉSUS DU QUATRIÈMEÉVANGILE
Collection «Jésus et JésusChrist» dirigée par Mgr Joseph DORÉ
nº100
2011, MameDesclée, Paris www.fleuruseditions.com ISBN : 9782718909943 MDS : 532 036 Tous droits réservés pour tous pays.
Sommaire
Présentation par Mgr J. Doré...............................................
Avant-propos
............................................................................
Chapitre premier : Chapitre 2 : Chapitre 3 :
Chapitre 4 : Chapitre 5 : Chapitre 6 :
PREMIÈRE PARTIE L’Évangile et ses lecteurs
L’écrit ...................................................... Lauteur de l’Évangile et son autorité... L’Évangile et son lecteur : linterpréta tion ...........................................................
DEUXIÈME PARTIE Le récit
Jésus raconté: le hé.ros et son intrigue Les disciples ............................................ Les adversaires de Jésus : grandsprêtres, pharisiens, archontes, peuple et Juifs .....
7
11
15 21
29
51 67
113
6
Chapitre 7 : Chapitre 8 : Chapitre 9 :
Chapitre 10 :
Chapitre 11 :
LE JÉSUS DU QUATRIÈME ÉVANGILE
Ni disciples ni adversaires ...................... Les temps et les lieux ............................. Conclusions ..............................................
TROISIÈME PARTIE Les discours
La christologie dite«par Jésus»(et ceux qui se rallientàson point de vue, le narrateur et Jean le Baptiste) ............. La christologie des autres personnages ..
Conclusions générales.............................................................
Bibliographie
............................................................................
Table des matières...................................................................
133 163 189
209 263
279
285
289
Présentation
1.La collection qui a choisi de sintituler«Jésus et Jésus Christ»pouvait difficilement mieux se terminer quavec et sur le quatrièmeévangile. De son aveu même, comme le souligne dès sa première ligne le signataire du présent ouvrage, cetécrit majeur du Nouveau Testament aétérédigéprécisément«pour que vous croyiez queJésus est le Christ». Sous la protection dun tel patronage, joserai dire, pour lavoir conduite de son premieràson centième et dernier numéro, que la collection qui sachève na pasétéconçue dans une autre intention.Àsa manière et«de bien des manières» (He 1,1), elle ne se propose que daider ses lecteursàcroire ouà mieux croire, eux aussi, que«Jésus est le Christ, le Fils de Dieu». Pour les y aideràson titre propre, ce numéro 100 aétéconçu et rédigépar JeanMarie Sevrin, franciscain, professeurémérite de lUniversitécatholique de LouvainlaNeuve. Je le remercie dautant plus chaleureusement de sa contribution présente, que de sérieuses raisons de santéont failli gravement la compromettre. Sa merveil leuse disponibilité àmes nombreuses relances et surtout son constant engagement dans lastreignant travail de l’écriture, ont effectivement pu veniràbout de tous les obstaclesDieu en soit le premier loué! Au remerciement que je tiensàformuler ainsi pour lui je joins celui que, en son nom aussi, jadresseàM. JeanPierre Gérard, docteur en théologie, de laRevue dHistoire ecclésiastiquede Louvain, pour la saisie du texte et pour sa précieuse contributionàla mise en forme rédactionnelle de louvrage, dans des délais chronologiques extrême ment serrés.
8
LE JÉSUS DU QUATRIÈMEÉVANGILE
2.Sans nous entraîner dans des questions techniques de datation et de rédaction, lexcellent connaisseur quest J.M. Sevrin fournitàson lecteur suffisamment d’éléments dinformation pour quil puisse situer le quatrièmeévangileàsa place et dans sa signification propres. La géographie et surtout la chronologie de cetévangile diffèrent en plusieurs points de celles des trois autres canoniques :«tout en racon tant la même histoire»et en partageant nettement une même«matière narrative», il a manifestement«dépasséle stade oùse mouvaient les trois premiers, pour interpréter le genre [évangile] dune manière neuve». La connaissance de Lc est«probable»;«la proximité[] avec Mc est plus grande»; il y a des«assonances ponctuelles»aussi avec Mt. Il est très clair cependant que pour Jn plus encore que pour ses devanciers,«il ne suffit pas [] davoir connaissance de lhistoire de Jésus [] Cest, de laveu même du texte, la christologie systéma tique [] qui fait la différence entre le quatrièmeévangile et ses prédécesseurs.» Ce dernier est fait de plusieurs«strates», mais la«relecture [] se fait toujours dans le même sens». On peut dégager une«source des discours [] antérieur[e]àl’évangile»et des«développements posté[mais] le reste est, pour lrieurs ; essentiel, dune seule venue et marque le passage du discours nu au récit. Cest le cœur de l’évangile, cest làquil se noue.» La dernière main est mise dans un contexte oùla communautédes disciples de Jésus se distingue nettement de ceux qui sont appelés «les Juifs»: ils sont désormais (mais depuis peu de temps) exclus par ces derniers (on peut dater lexclusion de la dernière décennie du er Isiècle), et ne participent plusà «leurs usages et leurs fêtes». Quantàlauteur, son identitéest«soigneusement cachée par l’évangile», mais«dans lultime conclusion [du livret], le disciple témoin [le disciplebien aimé”] semble se fondre avec son témoi gnage, avec le livre qui lui est attribué ». Toutes ces indications comptentévidemment quand il sagit d’éclairer, comme lannonce le titre du présent ouvrage, ce quil en est exactement du«Jésus»que présente«le quatrièmeévangile».
3.Le type de lecture qui nous est proposéfait se succéder une étude du récit et une analyse des discours. Lattention portée au récit entraîne, entre autres, quune grande importance est accordée aux différents acteurs qui interviennent autour de Jésus. Le fréquentant et le suivant, ils sinterrogent sur lui et tentent incessamment de le comprendre et de lidentifier. Or, plusieurs choses frappent ici : ces autres acteurs mettent parfaitement en valeur que
PRÉSENTATION
9
Jésus est au centre de toute laction que rapportent ou supposent récit et discours ; ils se répartissent en des catégories qui se distinguent précisément par rapportàJésus (disciples, adversaireset person nages qui ne sont ni lun ni lce nautre) ; est pas demblée quils voient clair sur Jésus, et quand il leur arrive de direàson sujet quelque chose qui pourra savérer justifié, cest ou bien dans une large inconscience de leur part, ou bien avec une certaine marge de malen tendu, ou encore par une anticipation (prolepse) que le récit leur impute (aprèscoup bien entendu). Inévitablement, les prises de position de tous ces autres acteurs sont àinterpréter en fonction de celle que«le héros»propose luimême, en ses actions et en ses paroles. Or, il apparaît très clairement que lintention du rédacteur final est bien toujours de privilégier, concer nant lidentification de Jésus, celle quil propose luimême. En particu lier par les titres quil sattribue de plein droit, et qui diffèrent assez considérablement de ceux que lui appliquent les autres personnages. Enfin, la construction densemble de l’évangile manifeste que, si Jésus concentre ainsi lessentiel de lintérêt, lessentiel de ce qui concerne Jésus et qui donc décide de son identitéréelle, est représenté par la Croix et par ce quelle révèle de lui.«La Croix de Jésus est au centre ou, si lon préfère, au sommet»du quatrièmeévangile et de lhistoire de Jésus,àlaquelle elle donne«sa cohérence et son sens». Toute la christologie de Jn s’éclaireàpartir de là.
4.Du Jésus de Jn on ne peut aucunement nier la pleine et véri table humanité. Il sagit sans aucun doute dun homme de chair et de sang, comme en témoignent sa naissance en humanitéet sa miseà mort sur la Croix. Sa judéiténest aucunement masquée, et linterprétation gnostique ne peut qu’êtreécartée. Pour autant, son humaniténest pas quelconque : il apparaît surplomber non seulement ses interlocuteurs mais le temps lui mêil agit en totale autonomie par rapportme ; àson entourage ; il semble souverain, parfois même aux frontières dune certaine impassi bilité. Plus que cela : déjàle prologue«[thématisera] fortement»la présence de Jésus dès le début de lhistoire du monde, mais sa «préexistence»est affirméeàplusieurs reprises dans le corps même de l’évangile, et la fin du postscriptum fera clairementétat de son retouràla fin des temps (21,22). De sorte qu’«il transcende le temps»et qu’«il est présent du débutàla fin du temps»! Comment, alors, le comprendre ?On ne pourra répondreàcette question qu’àla condition de ne pas oublier que, si«lhumanitéde