//img.uscri.be/pth/0974dac6321aff04dc4b65aa1870d899ec8f8af4
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Le sang des uns et des autres

De
144 pages
Le sang des uns et des autres est le cri et le murmure des souffrances muettes. Quel monde souhaitons-nous léguer à nos enfants ? Comment stopper l'hémorragie qui noie le monde de ce XXIe siècle si sanglant ? Comment analyser au mieux les crimes qui gangrènent la société (racisme, égoïsme, fanatisme, mensonges, corruption...) pour aboutir à un meilleur vivre-ensemble ? Dans cette oeuvre de paix, de nombreux questionnements sont en grande partie basés sur des faits réels et vécus par l'auteure, appelant à une prise de conscience urgente.
Voir plus Voir moins
Marie Lissouck
Le sang des uns et des autres
© Sépia, 2016 ISBN: 9791033401018
2
Le sang des uns et des autres
Marie Lissouck Le sang des uns et des autres
Il paraît que nous avons tous le même Dieu ! De ça, le Diable doute et en rit à mort.
Prologue
L’horreur ! Que de peine fut l’insulte lancée à la face de Dieu, à la face du monde et à celle de la République. Telle une flèche empoisonnée bafouant la création, l’offense sortit d’une bouche qu’on aurait cru immaculée et viola à jamais l’innocence. De tout son poids, l’injure souleva l’indignation des témoins et bouscula les valeurs de tout un pays aux fon-damentaux de liberté, d’égalité et de fraternité. Oui, ce fut la goutte de trop qui sortit mon âme de ses gonds et ma raison franchit le Rubicon de mon silence. Avec violence, la baffe claqua sur la joue d’une mère et celle de la patrie. Elle réson-na si brutalement et heurta bon nombre de personnes, de pays et le monde. En moi, elle provoqua un profond dégoût me ramenant à l’ère de l’insupportable qui donnerait la nau-sée à tout humain ayant un cœur. Exactement comme au temps où un enfant-roi avait le droit de battre en public un père ou 1 une mère de famille mais esclave. Avec douleur et larmes conte-nues, je compris que les mots cimeterres pouvaient tuer plus vite qu’un fusil ! Les entailles qu’ils infligent à l’âme laissent des traces indélébiles ! Seule la mort les gomme pour qu’enfin le corps soit léger dans la tombe, pour ceux dont la dépouille sera entière et qui auront la chance d’en avoir une ! 1  Nicole Bacharan,Les Noirs américains : des champs de coton à la Maison blanche, 2010, Editions du Panama.
9