//img.uscri.be/pth/a83309f1360c7e8eae9da50657c858dc5196a31b
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 12,75 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Les discriminations religieuses en France

190 pages
L'émergence en Europe des Eglises chrétiennes d'expression africaine est un défi véritable à la sécularisation. Les pasteurs de ces Eglises annoncent l'évangile comme un impératif missionnaire et témoignent d'une foi vivante. Ces Eglises enfreignent alors la frontière tracée entre la sphère publique et la sphère privée. La réaction ? Elles sont des sectes ! Aussi leurs pasteurs subissent des persécutions, directes ou indirectes. Cet ouvrage dresse un état des lieux pour savoir quelle est vraiment la réalité de la discrimination religieuse en France.
Voir plus Voir moins

LES DISCRIMINATIONS RELIGIEUSES EN FRANCE:

Situation à partir des Eglises chrétiennes

d'expression africaine

(Ç)L'Harmattan, 2004 ISBN: 2-7475-6237-9

EAN : 9782747562379

Sous la direction de :

Emile Poulat Dominique Kounkou

LE DI CRIMI ATIO RELIGIEU E E FRA CE:
Situation à partir des Eglises chrétiennes d'expression africaine

Actes du premier colloque national organisé par le pasteur Dominique Kounkou ésident du Conseil des Communautés Chrétiennes d'Expression Africaine en Europe. à l'Espace-Conférence des Diaconnesses, 18 rue du Sergent Bauchat, 75012 Paris le samedi 29 mars 2003
Collection: Théologie et vie politique de la terre dirigée par Dominique Kounkou
L'Harmattan
5-7, rue de l'Ecole-Polytecnique 75005 Paris

FRANCE

L'Harmattan Hongrie Hargita u. 3 1026 Budapest HONGRIE

L'Harmattan Italia Via Bava, 37 10214 Torino

ITALIE

Dans la même collection:

Possible Foi au cœur de la laïcité, Paris, l'Harmattan

2002.

La Religion, une Anomalie républicaine? Paris, l'Harmattan 2003.
Nouveaux Enjeux théologiques africains, vie pour le monde, Paris, l'Harmattan 2003. Combats d'Eglise,

« Les nouvelles formes du sentiment religieux: un défi pour la laïcité moderne? » (actes du colloque du 29 janvier 2003), Paris, l'Hannattan 2003.

La justice élève Ulle nation, Mais le péché est la honte des peuples Proverbe 14,34.

SOMMAIRE
Avant- Propos Domini que Kounkou Accueil (chant Gospel) Marcel Boungou Discours d'ouverture Emile Poulat Orientation générale du colloque Domini que Kounkou Que dit la loi de 1905 ? Ce que doit être une association cultuelle Vianney Sevaistre... ... ... ... ... ... ... ... ... ... .. ... ... ...
25

.........

...

11

15

...

17

21

Quels moyens de défense et de protection des faits religieux? La situation en France Alain Garay Témoignages de discriminations vécues par les Eglises chrétiennes d'expression africaine Pasteur Daniel Pasteur Hyacinthe ... 35

63 65

..................

......

73 83

Autres témoignages de discrimination
Pasteur Peterschmi

tt... ... . .. ... ... ... . .. . . . . .. . .. ... .. .. .. . .. . . .. 85

9

Pasteur Serret Réponses aux pasteurs

<1>

91

Vianney Sevais tre .. .. .. .. .. .. .. .. .. . .. .. .. . .. .. .. .. . .. .. .... .. .. .. .. . . .. .. .. .. .. .. .. . .. .. .. .. .. .. .. .. .. ..

95

Synthèse des ateliers Ecole et religion
Travai let rei igi on..

.. <10..

105

... 107
. .. . . . to. .. ... . . . . . . . . . .. .. ... . .. .. .. . . ... .. . . . . .. . .. .. .. .. .. 117

Œuvres sociales et religion Immigration et religion Santé et religion Justice et religion Religion et immigration dans la France contemporaine Ange-Séverin Malanda Conclusion Emile Poulat Clôture du colloque avec un chant Gospel Marcel Boungou
Bibliographie >1> >1>

129 139 145 153

...

.... .. .. "'''''''

165

181

... 185
187

10

Avant-propos

Dominique Kounkou Directeur de la collection Président du Conseil des communautés d'expression africaine en Europe

chrétiennes

articles, des livres1 et des conférences, j'observe la situation en
Europe des Eglises chrétiennes d'expression africaine. En janvier 2001, le journal Le Monde leur a consacré un long dossier et cela semblait rassurant. Qu'en est-il sur le terrain ? Le consulnérisme entraîne des désordres dans notre société, qui s'inscrivent dans le cœur de l'homme et le dégradent. C'est donc dans le cœur de celui-ci que les Eglises chrétiennes d'expression africaine en Europe veulent semer la dignité et la vie en abondance. Cependant, dès lors que ces Eglises veulent exprimer, dans la rue, cette vie en abondance qui ne se trouve qu'en Jésus-Christ, selon elles, elles sont souvent interpellées, parfois même par la police. Le pasteur Hyacinthe, d'origine congolaise, s'est retrouvé, lnenottes aux mains, pour avoir annoncé Jésus-Christ dans un train de banlieue de Paris. Le cas du pasteur Hyacinthe n'est pas unique. Plusieurs pasteurs ont souffert en France de cette discrimination religieuse, que l'on pourrait être tenté de confondre avec le racisme.

Depuis quinze ans, à travers des enquêtes sociologiques, des

Dominique Kounkou, Nouveaux L'Hanna~ 2003.

1

Enjeux

théologiques

afn'cains, Paris,

Il

Toutefois cette discrimination, à cause de sa racine religieuse, a un caractère universel. On a voulu y voir plus clair. Comment, sans pour autant totalement exclure l'hypothèse du racisme, ne pas être conscient du danger dans lequel nous ferait plonger le fait de privilégier uniquement cette hypothèse? L'enquête conduite sur toute la France, publiée dans le livre La Religion, une anomalie républicaine ?2, a démontré l'existence d'un problème plus large, qui met en extrême difficulté la pratique religieuse en France, et ce, aussi bien pour les catholiques, que pour les protestants et les nouveaux mouvements religieux. Même des professionnels paramédicaux et des professionnels des médias sont menacés, dès lors qu'ils expriment des convictions religieuses qui n'entrent pas dans le « religieuse111entcorrect». On se retrouve donc sur le terrain de l'universel humain, face à des drames humains provoqués par des accusations d'appartenance à une secte, qui sont devenues des instruments au service de ce que certains appellent en France la «discrimination religieuse}) . Des questions se posent au sujet de la réalité, en France, de cette notion de discrimination religieuse. Pour répondre à ces questions, il importe avant tout de dresser un état des lieux des libertés religieuses en France. Voilà pourquoi, sous la présidence du professeur Emile Poulat, s'est déroulé à Paris, le 29 mars 2003, le premier colloque sur les discriminations religieuses en France, en partant de la situation des Eglises chrétiennes d'expression africaine. Les actes de ce colloque sont désormais à la disposition du grand public, des universitaires, des médias, des acteurs religieux et politiques, afin que de la discussion naissent des solutions concrètes pour garantir les libertés religieuses. Finalement la question qui traverse ce colloque est celle-ci: comment arriver, en France, à communiquer, en étant sûr d'être
2 Dominique Kounkou, Paris, L'Hannattan, 2003. 12

bien compris, sur la contribution que pourraient apporter les diverses religions, moyennant bien sûr le respect par celles-ci de l'ordre public, à une construction harmonieuse de la société? En effet, si un individu n'aime pas, ici et ailleurs, l'écrasement des faibles et des pauvres, la criminalité, la cruauté, l'injustice et la violence de cette société, il doit pouvoir agir. De plus, s'il le souhaite, par sa pratique religieuse et ses actions au sein de communautés, il peut aussi instiller confiance, hOlmêteté et tolérance, apporter bonté, amour, conscience et responsabilité à cette société, et ainsi aider à la civiliser.

13

Accueil (chant Gospel)

Marcel Boungou
IL S'APPELAIT EMMANUEL

Il naquit au premier siècle Il s'appelait Emmanuel Son langage était troublant Car il parlait toujours d'amour Ayant eu comme amis Des pauvres pêcheurs de Galilée Qui le suivirent jusqu'au pied de la croix o quel iffilnense amour! Refrain Qui parle aujourd'hui de toi De ce cri d'autrefois Qui résonne encore dans mon cœur Et rien ne me fait plus peur Qui parle aujourd'hui de toi De ce cri d'autrefois Qui résonne encore dans mon cœur

o seigneur ressuscité
Je dépose ma vie à tes pieds C'est le prix de ma liberté. Il rayonnait comme un soleil Dans ce monde de ténèbres Les aveugles voyaient le jour Les boiteux couraient en chantant Il parlait comme un tonnerre Du pardon à nos péchés En lui Jésus donnant sa vie Le prix de son amour.

15

Refrain Qui parle aujourd'hui de toi De ce cri d'autrefois Qui résonne encore dans mon cœur Et rien ne me fait plus peur Qui parle aujourd'hui de toi De ce cri d'autrefois Qui résonne encore dans mon cœur o seigneur ressuscité Je dépose ma vie à tes pieds C'est le prix de ma liberté. Si j'ai souvent douté de lui Et même si je ne l'ai cOlnpris Je tourne la page et voilà Maintenant, je sais, je crois La vie, l'Amour, l'Espoir C'est Jésus vivant dans mon cœur Oui, je l'aime et je l'adore Je chante son Amour. Em'bee (Marcel Boungou) / Chuck Dumas

16

Discours d'ouverture

Professeur Directeur Fondateur Directeur

Poulat de recherches au CNRS du groupe de sociologie des religions d'études à l'EHESS

Bien chers amis, nous commençons donc ce colloque d'une journée, et je pense que vous êtes tous là, même s'il y a encore quelques arrivées tardives. Je sais ce que peut représenter comme effort, d'être là un samedi matin à 9hOO, 9h30. C'est quelque chose de merveilleux et je vois que le courage ne vous a pas manqué pour venir. Si moi-même je suis là, c'est à la demande du pasteur Dominique Kounkou, mon voisin de gauche. Nos relations sont relativement récentes puisqu'il m'a demandé de préfacer son livre La religion, une anomalie républicaine? C'est donc une question et c'est donc autour de ce thème que cette journée a été décidée. Alors, si je peux essayer de définir ce que va être cette journée, je dirai qu'à mon sentiment, elle présente trois caractères. Premier caractère, ce sera une journée évangélique. Une journée évangélique pour une raison très simple puisque ce sont les Eglises protestantes africaÎ11es d'expression française, toutes de tendance évangélique, qui sont la puissance invitante, si je peux dire, et qu'une grande partie de l'assemblée, ici, se définit comme évangélique. Par conséquent, je ne vois pas comment on pourrait faire autre chose qu'une journée évangélique. Deuxième caractère, ce sera une journée œcuménique. Une journée œcuménique parce que Dominique Kounkou, qui n'était 17

pas pasteur quand il est né, est né œcuménique. Il m'a raconté luimême qu'il était né de père catholique et de mère protestante, et que, devenu pasteur, il est resté œcuménique. Je ne connais pas beaucoup de personnes qui puissent se dire œcuméniques de naissance. Donc, ce sera une journée œcuménique pour cette raison, mais aussi pour une deuxième raison. C'est que je l'ai mis en relation avec un certain nOlnbre de communautés catholiques africaines d'expression française. Et, je tiens à souligner ici, par exemple, la présence de Célestin Eliasy, qui est malgache, responsable des communautés catholiques malgaches, qui sera là parmi nous ce matin et que vous entendrez. Il est l'un des symboles de cet œcuménisme. Je pense aussi qu'on attend le père Robert Pembelé, je n'ai pas de nouvelles mais en principe il sera là. Il est aumônier des Congolais catholiques de France. Troisième caractère, perlnettez-moi de le dire, ce sera une journée laïque et je pense qu'il n'y a pas de contradiction entre évangélique, œcuménique et laïque. Ce sera une journée laïque, pourquoi? Pour une première raison, c'est que les communautés africaines évangéliques éprouvent quelques difficultés à vivre dans le cadre laïque qui est celui de la France. C'est du moins leur expérience et nous écouterons donc leurs réactions à cette tension qui naît de notre laïcité française à laquelle ils ne sont pas adaptés de naissance. Mais, ce sera aussi une journée laïque parce que nous aurons ici un représentant de la République française, M. Vianney Sevaistre qui est au ministère de l'Intérieur, chef du Bureau central des cultes et qui s'occupe des questions religieuses. M. Sevaistre a accepté de venir et je dois même dire que j'avais suggéré à notre ami le pasteur Kounkou de prendre contact avec lui et qu'il a été surpris par l'accueil qu'il a reçu. Le courant a passé entre les deux hommes et je crois que maintenant on peut parler entre eux d'une réelle amitié. Je dirai donc que, d'une certaine manière, ce colloque est un petit peu en lui même, déjà une réponse à la question posée par le livre du pasteur Kounkou, La religion, une anomalie républicaine? et j'ajouterai que l'on peut, peut-être, vivre la religion comme une anomalie républicaine, mais on s'aperçoit en fait qu'elle n'est pas une anomalie républicaine. Et je ne crois pas trahir de secret car lui-même ne s'en cache pas; M. Sevaistre se présente lui-même comme un chrétien convaincu,

18

un chrétien de plein exercice, ce qui ne l'empêche pas d'occuper le poste qu'il a. Nous allons dOllCavoir, si vous voulez, à examiner effectivement ensemble les problèmes qui sont posés par ce qu'on appelle la laïcité à la française. Une laïcité qui repose, du moins c'est la rumeur publique, l'opinion commune, sur la loi de 1905 qui a imposé la séparation des Eglises et de l'Etat et dont le centenaire approche. Alors nous serons appelés à parler de cette loi de 1905 qui, pour beaucoup de citoyens français de toutes confessions ou sans confession, est un peu un Inythe ! Vous savez qu'on parle beaucoup de réviser la loi de 1905, je connais même une haute personnalité qui voulait ouvrir un débat parlementaire, parce que, dans la loi de 1905, il y a un adverbe qui le chiffonne! Ouvrir un débat parlementaire pour modifier un adverbe, c'est un petit peu comme la guerre d'Irak, on sait quand ça commence, on ne sait pas quand ça finit. Nous avons donc le caractère laïque de cette journée, je crois que c'est important à marquer. Mais je voudrais ajouter un quatrième caractère, car ce colloque m'apparaît d'abord C01111nene journée d'anlitié. Une journée u d'amitié et par conséquent, caractère évangélique, caractère œcuménique, caractère laïque, mais aussi et d'abord caractère amical. Caractère amical, si vous voulez parce que, tout au long de la préparation de ce colloque, - et croyez-moi ça n'est pas rien d'organiser un colloque, ça demande du travail, de la peine, du souci, peut-être des insomnies -, mais ce qui m'a frappé, c'était que, chaque fois que je voyais le pasteur Kounkou, qui en est l'organisateur, chaque fois il me disait qu'il avait découvert un nouvel ami! J'espère qu'aujourd'hui, beaucoup feront de même, à son exemple. Je souhaite que ceux, ici, qui ne se connaissent pas vont se découvrir et vont faire amitié. En toute hypothèse, je pense que ce premier colloque, cette première journée, c'est d'abord la sortie de l'isolement souvent mal vécu où se trouvaient ces communautés protestantes, évangéliques, africaines d'expression française. Alors, nous en sommes déjà sortis et je ne veux pas prolonger ce discours. Je verrai en fin de journée s'il y a matière à prolonger, reprendre un petit peu ce qui a été dit, ce qui a été fait. Mais c'est

19