//img.uscri.be/pth/534990ee196b3b456a0006bca6c7eccb6dafafb4
Cette publication ne fait pas partie de la bibliothèque YouScribe
Elle est disponible uniquement à l'achat (la librairie de YouScribe)
Achetez pour : 18,38 € Lire un extrait

Lecture en ligne (cet ouvrage ne se télécharge pas)

Marcher vers Compostelle. Ethnographie d'une pratique pèlerine

De
268 pages
Pour cette première enquête ethnographique sur le chemin de Compostelle, l'anthropologue s'est faite pèlerine, marchant, observant et interrogeant de nombreux pèlerins. Comment coexistent les diverses manières de pèleriner ? L'auteur regarde le Chemin comme la scène d'un théâtre où il n'est pas nécessaire d'être catholique pour être acteur. La fable de soi se produit en marchant, chacun en est le héros et choisit son rôle en chemin.
Voir plus Voir moins

«Lagracia,escamninaod,»l«gaârec’e,clastrcmasuheCelrimehc,»nemmotuneledirinepèleéssercioorturualtianeSedEseno,ageC.engapegarvuotsinueeqnseàtalofrécit.Iluêteetunpalem-ersnocutitbltanqeereièrivéhpqigoartenhêuetndeChemirleCuesucruoP.elletsopmoloporothanl’a,elniream,eahcrtetnesgust’eitfaèlepgoaetnedonbmerxuobservant,interr’lsirpaeledtibahnsrilepèllseui.Picapraitueartnlàpi-t’hosra,palieétd’e.apsguresîtlpsneisueuccadliulièremeitpartictluerncélIneéruselînrantiequueigrtnienu,tnavivtnnepred’uvertécoulsdadrnat-ueleceueaqslanôtecesllsedtneioqilohtacuecoatiqporantempulènidegaderenissenmeurresues,dyorcstnacalàetrauesapostoliquesrmoiasnd,sehcéritéperedissuatse’cisexcontmeomrcrenastrcyonsnoteedgue,ntrisl’i.Maidetilsnai,rercsnoneleeguis’hirtoinrècetaettnalamepèlerinholiquedlurasecéuqsisieéavecale,scèsuneaoitutitsisélccenléu-égtrinl’arepnatarueedtnalsselacommunionaveclledtrama,ehcsnaditevnsdainl’anstcouvtàdénduiuscoecontairanrr,salcaessloustan.Dinmehcnesertnocnernscénaririnssurulrseèpeltcéuseapnsiofeefovpratissrevmiselriridsepropnouselleire,lrCeraedregesodeènsclameomncmihemoc,ertâéhtnu’detioncathodetradi-uedàledloqieuA.inl’vidiidl’deéednoiorculaudtasiopruqieucaettêerafabur.Lsoisledetiudorpemnesrolat,ancharenunacchemnuseroetedoCmmediadell’arte,où’nliptseénsassecreaiêtd’careoltheig-oloporhtna’dreaichlaeàcherchipneaLaSisétvirel’UnsedegieurelineelmehcstisôrnoetosoichtlesérehnaetedertssaistsZapponiein.Elenaemll,eisuecteaènaicoSsecraPedselsurlchesncréessynedtllmehcreseerhèetensecisoogoledazemoRrpA.nusètesÉtudesenScieneilàÉ’oceledHsuartxaleicomeneubrarvurPegdteso’lebai-ne.Enteríacuuaetrudelleets’lesrlsuntmeamottnasaledsnoitulovéeuxeligiesretismnieeLetairuqAném79-8-292-66581-0924,50€earreTsiuB,amoR,20i,onlzN:SB.I08cenogeraidI.pieiminoncamoFinversPelletier

Association française
de sciences sociales
des religions

Zapponi

Religions en questions

de

Denis

Elena

Préface

Marcher

vers

Compostelle

C
ollection Religions en questions
d
irig
ée
p
a
r
A
nn
e
-
Sophie

amine, présidente de l’
AF
SR
et le conseil de l’
AF
SR

a c
oll
ec
tion

pl
acée
sous l
a
r
e
sponsabilité de l’
A
ssociation française de sciences
so
c
i
a
l
e
s
de
s r
e
ligions

pu
b
li
e de
s r
ec
h
e
r
c
h
e
s

fon
dée
s sur
de
s tr
a
v
a
ux
de
t
e
rr
a
in

port
a
nt sur
de
s f
a
its r
e
ligi
e
ux
e
t r
e
l
e
v
a
nt
de
s
d
iff
é
r
e
nt
e
s
d
is
c
iplin
e
s
de
s s
c
i
e
n
ce
s
so
c
i
a
l
e
s.
E
ll
e
pu
b
li
e é
g
a
l
e
m
e
nt l
e
s
actes des colloques annuels de l’
AF
SR, afin de
c
onfront
e
r
e
t
de
m
e
ttr
e e
n
déba
t
de
s tr
a
v
a
ux
e
n
c
ours.
D
ans les sociétés contemporaines, qu’en est
-il
d
u f
a
it r
e
ligi
e
ux
 e
n
F
r
a
n
ce e
n
E
urop
e e
t sur l
e
s
a
utr
e
s
c
ontin
e
nts ?
C
omm
e
nt
c
ompr
e
n
d
r
e
l
e
s
d
iv
e
rs
e
s form
e
s
d’expression religieuse, dans les groupes religieux institués et en dehors d’eux
?
C
omm
e
nt
e
xpliqu
e
r l
e
s mo
de
s
de
pr
é
s
e
n
ce à
l
a
so
c
i
é
t
é de
s
d
iff
é
r
e
nt
e
s r
e
ligions

c
hristi
a
nism
e
isl
a
m

ju
da
ïsm
e b
ou
dd
hism
e
hin
d
ouism
e
r
e
ligions
a
fri
ca
in
e
s

e
t
c
. ?
C
omm
e
nt int
e
rpr
é
t
e
r l
e
s tr
a
nsform
a
tions
d
u r
a
pport
d
u r
e
ligi
e
ux
a
u
politiqu
e a
u pl
a
n n
a
tion
a
l ou int
e
rn
a
tion
a
l ?
C
omm
e
nt s
a
isir
e
t
a
n
a
lys
e
r l
e
s
croyances et les pratiques religieuses d’hier et d’aujourd’hui
?

es ouvrages publiés dans cette collection s’adres
s
e
nt
a
ux
c
h
e
r
c
h
e
urs qui
travaillent dans ce domaine ainsi qu’à toutes les personnes qui s’intéressent, à un
titr
e
ou un
a
utr
e à ce
s qu
e
stions.

A
sso
c
i
a
tion fr
a
n
ça
is
e de
s
c
i
e
n
ce
s so
c
i
a
l
e
s
de
s r
e
ligions
C

-

it
e 
ou
c
h
e
t

59-61

ru
e 
ou
c
h
e
t

75017
a
ris
a
fsr
a
fsr.
c
nrs.fr - http

//www.
a
fsr.
c
nrs.fr/

Elena Zapponi

Marcher vers Compostelle

Ethnographie d’une pratique pélerine

Préface de Denis Pelletier

’
A

A
TT
A



rue

de

ARMATTAN© LH  
l
É
colePolytechnique ; 

httpwwwlibrairieharmattancom
diffusionharmattan@wanadoofr
harmattan@wanadoofr

IS
B
N  9799
EA
N  9799

Paris

À
ma mère et mon père,
qui m’ont appris à marcher
et à regarder les étoiles.

R
E

E
R
C

E

E
NTS

C
et ouvrage est issu d’une thèse réalisée à l’
É
cole des

autes
É
tu
de
s
e
n
c
i
e
n
ce
s

o
c
i
a
l
e
s

sous l
a d
ir
ec
tion
de
D
a
ni
è
l
e e
rvi
e
u-
é
g
e
r
à
qui j
e
souh
a
it
e e
xprim
e
r m
a
profon
de
r
ec
onn
a
iss
a
n
ce
.
C
e livre, n’aurait pas pu être publié tel qu’il est sans le suivi
éd
itori
a
l p
a
ti
e
nt
e
t « o
b
stin
é
»
de
D
e
nis
e
ll
e
ti
e
r.
e
v
e
ux i
c
i l
e
r
e
m
e
r
c
i
e
r
e
n lui
e
xprim
a
nt m
a
profon
de
gr
a
titu
de e
t mon
a
miti
é
pour son tr
a
v
a
il
a
tt
e
ntif
e
t pour l
e
t
e
mps
c
ons
ac
r
é à éc
out
e
r m
e
s
d
out
e
s
e
t
à
r
ed
r
e
ss
e
r m
e
s m
a
l
ad
r
e
ss
e
s linguistiqu
e
s.
e
s
r
e
m
e
r
c
i
e
m
e
nts
e
t m
a
r
ec
onn
a
iss
a
n
ce
vont
a
ussi
à
A
nn
e
-

ophi
e
a
min
e
qui
a
pris
c
onn
a
iss
a
n
ce de ce
tr
a
v
a
il

s son
c
omm
e
n
ce
m
e
nt
e
t qui
e
n
a a
ssur
é
l
a
r
e
l
ec
tur
e
fin
a
l
e e
t
l’édition.
e
r
e
m
e
r
c
i
e a
ussi
a
th
a
li
e 
u
ca e
t

in
ce
nt
D
e
l
ec
roix

a
nim
a
t
e
urs
d
u «
G
roupe d’enseignement mutuel » à l’
É
cole des
a
ut
e
s
É
tu
de
s
e
n
c
i
e
n
ce
s

o
c
i
a
l
e
s pour l
e
l
ab
or
a
toir
e d
i
a
l
ec
tiqu
e
auquel ils m’ont offert la possibilité de participer et pour l
e
urs
e
n
c
our
a
g
e
m
e
nts.
a
r
ec
onn
a
iss
a
n
ce
v
a a
ussi
à
É
lis
abe
th
C
l
a
v
e
ri
e
.
C
e
tr
a
v
a
il
a bé
n
é
fi
c
i
é de
s
e
s r
e
m
a
rqu
e
s stimul
a
nt
e
s.
e
r
e
m
e
r
c
i
e
é
g
a
l
e
m
e
nt
E
rw
a
n
D
i
a
nt
e
ill pour s
e
s
e
n
c
our
a
g
e
m
e
nts
à
pu
b
li
e
r
ce
livr
e
.
e
r
e
m
e
r
c
i
e
pour l
e
ur in

f
ec
ti
b
l
e
souti
e
n
e
t
a
miti
é
F
r
a
n
ce
s
ca

ofi
a e
t
C
ly
de
B
a
rrow.
e
r
e
m
e
r
c
i
e
m
e
s
sœurs

i
c
ol
e
tt
a e
t
a
ri
a
A
ll
e
gr
a
A
nn
abe
ll
a e
t
l
e
p
e
tit
a
nti
a
go
 e
ntr
a
în
é
s m
a
lgr
é e
ux sur l
a
rout
e de
C
ompost
e
ll
e 
C
he l’
A
rlecchino dell’infanzia che mai non tace, di
mascherina nera, bastone peregro e mantello da conchiglia
adornato, vi danzi la mia allegria
.

9


e souhaite exprimer ma gratitude à l’
hospitaliero

si
d
oro
e
t
à
tous l
e
s g
e
ns
d
u vill
a
g
e de 
ospit
a
l
de 
r
b
igo.
e
r
e
m
e
r
c
i
e
sp
éc
i
a
l
e
m
e
nt l
e
po
è
t
e d
u vill
a
g
e
B
a
l
b
ino
 e
t s
a
f
e
mm
e
.
e
r
c
i
a
ussi
à e
sús el

ato qui m’a aidée et encouragée dans ma
r
ec
h
e
r
c
h
e
sur
el
C
amino.
e
r
e
m
e
r
c
i
e
m
a ba
n
de de
p
a
irs
d
u
C
h
e
min
:

irsten d’
A
laska,
A
lan du
B
résil,
É
dith d’
A
ustralie, Thomas du
D
anemark et surtout
E
ssi
de
F
inl
a
n
de
.

erci à ma mère, pèlerine d’autres cieux
.
e
r
c
i
à
mon p
è
r
e
qui marchait heureux de son chapeau de paille, d’un
bocadillo à la
tortilla
et de pouvoir respirer l’ombre silencieuse de l’église
d’
E
stella.

erci à tous les deux pour m’avoir rappelé tout au long
de ce parcours ce que je n’oublie pas

«
C
aminante no hay
camino, se hace camino al andar
».

P
R
EFACE

e
s m
a
r
c
h
e
urs
e
t l
e
s m
a
r
c
h
e
us
e
s qui s
e
pr
e
ss
e
nt sur l
e
s
c
h
e
mins
de
C
ompost
e
ll
e c
h
a
qu
e a
nn
ée
plus nom
b
r
e
ux
de
puis qu
e
lqu
e
s
décennies, témoignent d’un fait étrange

lour
de de
plusi
e
urs
siècles d’histoire, la pratique pèlerine semble n’avoir rien perdu de
s
a
signifi
ca
tion ni
de
s
a
p
e
rtin
e
n
ce
pour nos
c
ont
e
mpor
a
ins.
e
s
c
hos
e
s n
e
sont pourt
a
nt p
a
s simpl
e
s

ni l
e
s
c
ontinuit
é
s si
é
vi
de
nt
e
s.

ongtemps, la figure du pèlerin s’
e
st

t
ac
h
ée
sur un fon
d de
méfiance à l’égard du voyageur et du vagabond, dans des sociétés
ordonnées à la stabilité des individus et des groupes, où l’étranger
de passage était toujours soupçonnable d’apporter avec lui le
danger.


É
glise sanctifiait alo
rs
ce
qu
e
l
e
s
e
ns
c
ommun
condamnait, elle dessinait une sorte d’idéal possible, en dépit de la
mor
a
l
e c
oll
ec
tiv
e e
t
c
omm
e
un
e
m
a
r
c
h
e à
suivr
e a
u s
e
ns
e
x
ac
t
d
u
t
e
rm
e
.

r
è
s tôt

l
e
s
c
h
e
mins
de
p
è
l
e
rin
a
g
e
ont
d
on
c é
t
é
tr
acé
s
 e
t
a
v
ec e
ux l
e
s
é
t
a
p
e
s

l
e
s us
a
g
e
s
e
t l
e
s rit
e
s

tout
ce
qui p
e
rm
e
tt
a
it
d’inscrire le fait pèlerin dans une histoire sacrée, sans renoncer à sa
ca
p
ac
it
é de
su
b
v
e
rsion
de
l
a c
it
é de
s homm
e
s
a
u nom
de
l
a c
it
é de
D
i
e
u.
e
s histori
e
ns nous l
e d
is
e
nt
 a
u

oy
e
n
Â
g
e
l
e
s
pr
éd
i
ca
t
e
urs inst
a
ll
e
nt déjà l’analogie, que nous croyons moderne,
entre le pèlerinage et la vie du croyant, l’un et l’autre tendus vers le
salut qu’il faut atteindre
-i
c
i un li
e
u qu
e
s
a
s
ac
r
a
lit
é dé
t
ac
h
e d
u
mon
de
quoti
d
i
e
n

l
à
un
e
«
b
onn
e
mort » qui pr
é
lu
de a
u s
a
lut
de
l’âme
e
t
d
u
c
orps.

ous n
e
nous
é
tonnons plus
de
v
a
nt l
e
s voy
a
g
e
urs ; nous n
e
c
royons plus gu
è
r
e
qu
e
l
e
s
a
lut s
e
m
é
rit
e
.
a
mo
b
ilit
é e
st
de
v
e
nu
e
notre règle de vie, un gage d’épanouissement personnel et de
réussite professionnelle.

’expérience pèlerine n’a pour
t
a
nt ri
e
n
perdu de l’attrait qu’elle exerce, ni du sentiment d’étrangeté qu’elle

11

suscite chez ceux qui n’en sont pas.

l faut bien pourtant que cette
e
xp
é
ri
e
n
ce a
it
c
h
a
ng
é
t
a
nt nos syst
è
m
e
s
de c
onstru
c
tion
d
u s
e
ns
s’écartent de ce qu’ils étaient jadis.

a
is nous ignorons l
e c
ont
e
nu
e
x
ac
t
de ce c
h
a
ng
e
m
e
nt
 e
t nous nous
a
tt
ac
hons f
ac
il
e
m
e
nt
à de
s
e
xpli
ca
tions r

u
e
s
: le pèlerinage s’engrènerait sur nos pratiques
touristiqu
e
s
e
t notr
e
goût pour l
a
m
a
r
c
h
e
; l’individualisation du
c
roir
e
trouv
e
r
a
it
da
ns l
a
fig
ure du pèlerin le modèle d’un
é
p
a
nouiss
e
m
e
nt
de
soi p
a
r l
e
mouv
e
m
e
nt
d
u
c
orps
e
t
ce
lui
de
l’âme, à distance de l’institution religieuse ; des croyances s’y
a
tt
ac
h
e
r
a
i
e
nt

qui r
é
sist
e
nt
a
u

s
e
n
c
h
a
nt
e
m
e
nt
d
u mon
de e
t nous
font m
e
sur
e
r l
e
s limit
e
s
de
notr
e
s
éc
ul
a
ris
a
tion.
a
is l
e d
i
ab
l
e e
st
dans les détails, c’est lui qu’il faut débusquer : qu’en est
-il
de
s
us
a
g
e
s
d
u p
è
l
e
rin
a
g
e a
u-
de
l
à de ce
s l
ec
tur
e
s m
ac
ro-
so
c
iologiqu
e
s ?
E
nt
ê
t
ée de ce
tt
e
qu
e
stion

E
l
e
n
a Za
pponi
a
m
e
n
é
un
e
longu
e e
t minuti
e
us
e e
nqu
ê
t
e
sur l
e c
h
e
min
de
C
ompost
e
ll
e e
t
a
utour
de
lui.
E
ll
e e
n r
a
pport
e
un
bea
u livr
e
s
e
nsi
b
l
e e
t inform
é

l’explication socio
-
a
nthropologiqu
e
n
e
r
e
non
ce
j
a
m
a
is
à
s
e
m
e
ttr
e
à l’épreuve des pratiques et discours des acteurs.

ur
C
ompost
e
ll
e
E
l
e
n
a Za
pponi
a
multipli
é
l
e
s post
e
s
d’observation, tour à tour pèlerine et «
hospitaliera »

p
a
rti
c
ip
a
nt
à
l’accueil des pèlerins dans plusieurs gites d’étape.
E
lle s’est
int
é
r
e
ss
ée à ce
qu
e d
is
e
nt
e
t font l
e
s p
è
l
e
rins qu
a
n
d
ils m
a
r
c
h
e
nt
e
t
quand ils s’arrêtent, mais aussi en a
mont
d
u p
è
l
e
rin
a
g
e e
t
a
pr
è
s lui.

’enquête commence lorsqu’il est encore à l’état d’ébauche ou de
proj
e
t
 e
ll
e
s
e
finit p
a
r l
e
r
e
tour
c
h
e
z soi
 e
t pouss
e e
n
c
on
c
lusion
jusqu’à Rome.

e livre est construit en trois parties qui déroulent le
C
h
e
min

on l
e d
ir
ait volontiers écrit au rythme de la marche, si l’on
ne craignait d’en diminuer le contenu savant et le travail qui l’a
nourri.
e
un
e a
nthropologu
e
it
a
li
e
nn
e
E
l
e
n
a Za
pponi
a a
ussi
r
e
n
c
ontr
é
l
e
s
ac
t
e
urs qui long
e
nt l
e
C
amino
 acc
u
e
ill
e
nt l
e
s p
è
l
e
rins
ou l
e
s regardent passer.
E
lle s’est intéressée aux statistiques, aux
origines des marcheurs et à leurs âges, ainsi qu’aux récits
litt
é
r
a
ir
e
s

fi
c
tions
e
t t
é
moign
a
g
e
s qui
c
onstruis
e
nt l
e c
h
e
min
de
C
ompost
e
ll
e c
omm
e
l
e
li
e
u
c
ommun
de
r
e
pr
é
s
e
nt
a
tions p
a
rt
a
g
ée
s.
F
ormée aux méthodes de l’école francophone de sociologie des
religions, elle n’ignore pas ce qu’elle doit à cette tradition savante

son travail est marqué par la sociologie de l’utopie chère à

enri
D
e
sro
c
h
e e
t p
a
r l
a
notion
de
« lign
ée c
roy
a
nt
e
»
e
mprunt
ée à
D
a
ni
è
l
e e
rvi
e
u-

éger, qui a dirigé la thèse d’où le livre est issu.

12


ais l’enquête est aussi nourrie par une culture d’anthropologue,
l
ec
tri
ce de
C
l
a
u
de é
vi-

tr
a
uss
e
t
de 
i
c
tor

urn
e
r

m
a
rqu
ée
p
a
r
un « r
e
g
a
r
d é
loign
é
» qui n’exclut ni l’étonnement
ni p
a
rfois l
e
sourir
e e
t
de
m
e
ur
e
toujours
a
tt
e
ntif
a
ux
b
ri
c
ol
a
g
e
s in
d
ivi
d
u
e
ls
 à
l
a
d
im
e
nsion p
e
rform
a
tiv
e de
s rit
e
s
e
t
de
s
d
is
c
ours
 a
ux pr
a
tiqu
e
s
e
ffi
cace
s
e
t
a
ux « r
a
t
a
g
e
s » signifi
a
nts.
e
p
è
l
e
rin
a
g
e e
st un f
a
it
so
c
i
a
l
c
ompl
e
x
e
l
a
multipli
ca
tion
de
s points
de
vu
e e
st pr
éc
i
e
us
e
.

e récit met en ordre cette diversité selon une logique que l’on
pourr
a
it
c
roir
e e
mprunt
ée a
u th
éâ
tr
e c
l
a
ssiqu
e
.

nit
é de
li
e
u

l
e
c
h
e
min
; unité d’action, la marche
; unit
é de
t
e
mps

l
e
p
è
l
e
rin
a
g
e
e
st un « t
e
mps susp
e
n
d
u »

s
e
lon l
e
titr
e d
u
bea
u film
d
u r
éa
lis
a
t
e
ur
b
ulg
a
r
e é
t
e
r
G
oth
á
r.
E
l
e
n
a Za
pponi
c
onn
a
ît
b
i
e
n l
a
litt
é
r
a
tur
e
qu’elle met au service de l’explication socio
-
a
nthropologiqu
e
c
omm
e
un r
é
p
e
rtoir
e de
form
e
s
e
t
de
signifi
ca
tions possi
b
l
e
s.

ur
ce
tt
e
tr
a
m
e c
ommun
e
s
e de
ssin
e
nt
de
s
éca
rts
e
t
c
omm
e
un
« inv
e
nt
a
ir
e de
s
d
iff
é
r
e
n
ce
s » (
a
ul
e
yn
e
).
C
e
rt
a
in
e
s
 a
uxqu
e
ll
e
s
e
st
c
ons
ac
r
é
l
e c
h
a
pitr
e
pr
é
limin
a
ir
e
sont
c
ultur
e
ll
e
s
e
t
g
é
ogr
a
phiqu
e
s

on n
e
p
è
l
e
rin
e
p
a
s
de
l
a
m
ê
m
e
m
a
ni
è
r
e
s
e
lon qu
e
l’on est américain du sud ou e
urop
ée
n
 b
rit
a
nniqu
e
ou it
a
li
e
n.
a
diversité des nations structure depuis longtemps l’imaginaire
p
è
l
e
rin

«
C
ela donne joie et admiration de contempler les chœurs
de pèlerins au pied de l’autel vénérable de Saint

acques comme
un
e
g
a
r
de
p
e
rp
é
tu
e
ll
e 
l
e
s
A
llemands d’un côté, les
F
rançais de
l’autre, les

taliens ailleurs encore, ils forment des groupes, ils
ti
e
nn
e
nt
de
s
c
i
e
rg
e
s
a
llum
é
s
da
ns l
e
urs m
a
ins »

lit-on

j
à da
ns l
e
C
odex
C
alixtinus
 ce
pr
e
mi
e
r « gui
de d
u p
è
l
e
rin »
éc
rit
a
u
X
e
si
èc
l
e
(
Xa
vi
e
r
B
a
rr
a
l i
A
lt
e
t

C
ompostelle. Le grand chemin,
a
ris

G
a
llim
a
r
d
1993

p. 72).
A
u-
de
l
à de ce
pr
e
mi
e
r prin
c
ip
e de d
istin
c
tion

E
l
e
n
a Za
pponi
distingue deux grandes manières de pèleriner.

’une est catholique,
ins
c
rit
e da
ns un
e
histoir
e e
t un
e
m
é
moir
e
r
é
gul
ée
s par l’institution
ecc
l
é
si
a
l
e
.
e
s
é
t
a
p
e
s
e
t s
e
s h
a
lt
e
s sont rythm
ée
s p
a
r
de
s li
e
ux
s
a
ints
 é
glis
e
s
e
t
c
h
a
p
e
ll
e
s
 c
omm
e
un
e
m
a
ni
è
r
e de c
onstruir
e
l
a
rout
e à
p
a
rtir
d
u
b
ut
à a
tt
e
in
d
r
e
.
E
ll
e c
on
d
uit
à a
int
ac
qu
e
s
 à
s
a
cathédrale et à ses rites d’arrivée,
el
A
brazo al Santo
(l
e ba
is
e
r
a
u
s
a
int)

l
a
m
e
ss
e de
s p
è
l
e
rins
e
t l
a
C
ompostela
 ce ce
rtifi
ca
t
de
pèlerinage dûment tamponné par les autorités du diocèse.

’autre
s
e c
onstruit
à d
ist
a
n
ce de ce
mo

l
e c
omm
e
un
e
form
e
s
éc
ul
a
ris
ée
de l’ascèse, accordant plus d’attention à la marche qu’à son terme,

13

plus
de
s
e
ns
a
u
C
amino
qu’au tombeau de

acques, plus d’attention
aux étoiles de la Voie lactée qu’aux églises du
C
hemin.

l n’est pas
rare pourtant que le chemin se poursuive alors jusqu’au cap
F
inisterre, jusqu’à la mer où l’on se baigne, après avoir parfois
b
rûl
é
s
e
s v
ê
t
e
m
e
nts
de
m
a
r
c
h
e
.
C
’est que, comme toute typologie, celle que propose
E
lena
Zapponi vaut surtout par la manière dont l’enquête la nuance
souvent et la contredit parfois.

’écart entre Saint
-
ac
qu
e
s
e
t
F
inisterre, tel qu’elle le décrit, mériterait d’être confronté aux
analyses déjà anciennes d’
A
lphonse
D
upront.
À
partir d’une

m
a
r
c
h
e
ph
é
nom
é
nologiqu
e d
ont il f
a
u
d
r
a
it
a
pprofon
d
ir l
a
familiarité qu’elle entretient avec le pragmatisme d’
E
lena Zapponi
-
il y a là deux manières fort différentes de construire l’enquête,
mais dont l’empirisme est la revendication commune
-

D
upront
montrait que nul pèlerinage ne peut faire l’économie d’une double
origin
e
«
comme si dans l’imaginaire du passé retrouvé le
p
è
l
e
rin
a
g
e c
hr
é
ti
e
n qu
a
si n
éce
ss
a
ir
e
m
e
nt
ba
ptis
a
it un li
e
u
de c
ult
e
a
nt
é
ri
e
ur

p
a
ï
e
n
d
on
c e
t issu
d
u fon
d de
s t
e
mps » (
D
u Sacré
 a
ris

G
a
llim
a
r
d
19

7

p.
52).

a Rome chrétienne n’existe pas sans
l’
Urbs
p
a
ï
e
nn
e
fon
dée
p
a
r

omulus
e
t
é
mus

ni
é
rus
a
l
e
m s
a
ns l
e
souv
e
nir
d
u
e
mpl
e
.
C
ompostelle n’a pas cette double origine, la mémoire commune
relie le lieu à l’invention des reliques de

acques le

ajeur à l’aube
d
u
X
e
si
èc
l
e
puis
à
son int
e
rv
e
ntion mir
ac
ul
e
us
e à
l
a ba
t
a
ill
e de
C
l
a
vijo
 e
n

44

qui f
a
it
de
lui l
e
«

u
e
ur
de
s
a
ur
e
s » (l
e
Matamoros
) et l’un des héros de la
Reconquista
.
a
is
F
inist
e
rr
e
ce
myth
e
mo
de
rn
e de
l
a
r
e
n
c
ontr
e e
ntr
e
l
a
t
e
rr
e e
t l
a
m
e
r

inv
e
nt
e
a
posteriori
un
e
origin
e
plus
a
n
c
i
e
nn
e e
nr
ac
in
ée da
ns un
e
p
e
ns
ée de
la nature, comme s’il avait fallu renouer avec l’imaginaire des
légendes pour donner sens à l’individualisation du pèlerinage.
E
t le
relâchement de la contrainte ecclésiale s’accommode sans trop de
p
e
in
e de ce
tt
e d
ou
b
l
e
origin
e
fût-
elle d’invention tardive : rien
n’interdit, au fond, de croire à l’une et à l’autre, au pouvoir des
reliques et à l’émotion du bout du monde.

n peut être catholique à
F
inist
e
rr
e a
gnostiqu
e
sur l
e
s m
a
r
c
h
e
s
de
l
a ca
th
éd
r
a
l
e
ou
da
ns l
a
ca
r
e
ss
e
f
a
it
e a
u s
a
int.

out
ce
l
a
E
l
e
n
a Za
pponi l
e
montr
e a
v
ec
un
e
belle acuité d’intelligence.
D
a
ns s
a
formul
a
tion pr
e
squ
e
p
a
ro
d
iqu
e
l
a
typologi
e de
s
«
c
omp
a
gni
e
s
de
m
a
r
c
h
e
urs » qui vi
e
nt
c
on
c
lur
e
l
e
livr
e d
it
a
insi

14

qu
e
lqu
e c
hos
e de
notr
e
soupl
e
ss
e a
u r
e
g
a
r
d d
u f
a
it p
è
l
e
rin.
e
s
figur
e
s
de
D
on

ui
c
hott
e e
t
de 
om
é
o
e
t

uli
e
tt
e de
F
r
a
n
ç
ois
d’
A
ssise et de

arie
-
ade
l
e
in
e de a
r
c
iss
e e
t
de éd
us
e de
C
h
a
rl
e
m
a
gn
e e
t
de a
n
 a
uxqu
e
ll
e
s
E
l
e
n
a Za
pponi
a
r
ec
ours pour
sp
éc
ifi
e
r
d
iff
é
r
e
nt
e
s m
a
ni
è
r
e
s
de c
h
e
min
e
r

s
e c
onstruis
e
nt sur l
e
mode d’une distance aux mythes et à l’histoire, au prix d’un léger
pas de côté qui fait du
C
hemin la scène d’un théâtre, une sorte de
C
ommedia dell’arte
.

our
ê
tr
e d
u
C
amino

nous montr
e
-t-
e
ll
e
il
n’est pas nécessaire d’y croire, il suffit de choisir sa compagnie.
E
n
sorte que tout est affaire d’ex
p
é
ri
e
n
ce b
iogr
a
phiqu
e à b
i
e
n lir
e ce
livr
e
.
e
C
amino
s’invente au travers de relations proches, entre les
amis qui aident à partir et les marcheurs que l’on rencontre, en
chemin ou à l’étape, comme autant de sociabilités éphémères.

l se
c
onstruit
a
v
ec c
e que l’on emporte sur soi ou dans son sac,
v
ê
t
e
m
e
nts
e
t o
b
j
e
ts signifi
a
nts jusqu
e da
ns l
a
m
a
ni
è
r
e d
ont l
a
rout
e
contraint à s’en séparer pour ne conserver que les plus légers
d’entre eux, qui sont aussi les «
o
b
j
e
ts just
e
s ».

l
e
st
a
ff
a
ir
e
d’attitudes et
de
postur
e
s
: le silence ou la parole, l’écoute, le
r
e
g
a
r
d
ou l
a
pri
è
r
e
tous
e
nglo

s
da
ns l
e
rythm
e de
l
a
m
a
r
c
h
e
qui
tr
a
nsform
e
l
e
p
è
l
e
rin
e
t l
e
f
a
it s
e déc
ouvrir
a
utr
e
.
«

a transformation intérieure demeure l’idéal mystique du
p
è
l
e
rin

il f
a
ut
e
n r
e
v
e
nir
ab
solum
e
nt
altéré
»
 éc
riv
a
it n
a
gu
è
r
e
F
r
a
n
ç
ois
G
ros (
Marcher, une philosophie,
a
ris

C
a
rn
e
ts

or
d
2009

p. 167).
C
e
qu
e
montr
e
E
l
e
n
a Za
pponi
da
ns
ce bea
u livr
e
c’est combien l’ascèse pèlerine se réinvente à l’épreuve de la
mo
de
rnit
é c
roy
a
nt
e e
t
c
omm
e e
ll
e de
m
e
ur
e
un o
b
s
e
rv
a
toir
e de
sociétés qui, pour avoir pris leurs distances à l’égard des systèmes
religieux qui les fondaient jadis, n’ont pourtant renoncé ni à la part
de sens qui s’inventait dans des fictions auxquelles il n’était pas
n
éce
ss
a
ir
e
d’adhérer sans réserve, ni à la possibilité de renouveler
ce
s fi
c
tions pour l
e
ur r
e
n
d
r
e
un p
e
u
de
l
e
ur pr
é
s
e
n
ce
intrig
a
nt
e
.

D
e
nis
e
ll
e
ti
e
r
E
c
ol
e 
r
a
tiqu
e de a
ut
e
s
É
tu
de
s

«

Les

pas

perdus

?

Mais il
A
n
d
r
é

n y en a

B
r
e
ton

pas.
»
Nadja


NTRO
D
U
C
T

ON

D
errière le choix d’entreprendre ce travail de recherche sur les
p
è
l
e
rins qui vont
à
pi
ed à a
int-
ac
qu
e
s-
de
-
C
ompost
e
ll
e
il y
a
un
e
histoire.
C
elle d’être passée en 1997 en touriste par la ville de
Santiago et d’y avoir
r
e
m
a
rqu
é de
s p
è
l
e
rins

l
e
s
ac
sur l
e
s
é
p
a
ul
e
s

un bâton à la main tel un totem, et l’air d’arriver d’un autre monde.
E
n int
e
rrog
ea
nt qu
e
lqu
e
s-un
e
s
de ce
s p
e
rsonn
e
s sur l
e
ur
ac
tivit
é
ma curiosité grandissait en entendant qu’ils avaient accompli à
pi
ed
un voy
a
g
e de
tr
e
nt
e
-
c
inq jours
de
puis

on
ce
v
a
ux
 à
l
a
frontière entre l’
E
spagne et la
F
rance,
e
n p
a
r
c
our
a
nt un
e
rout
e
pr
a
tiqu
ée de
puis l
e X
e
siècle.

ls disaient également que l’on
pouvait suivre d’autres voies, menant à Santiago à partir d’autres
lieux d’
E
ur
op
e e
t qu
e c
h
ac
un
é
t
a
it li
b
r
e de
l
e
s
e
mprunt
e
r s
e
lon s
e
s

sirs

s
a
ns
ê
tr
e
li
é
p
a
r
a
u
c
un
e
o
b
lig
a
tion sur l
a da
t
e d
u

p
a
rt
e
t l
e
t
e
mps
d
u voy
a
g
e
.

n m
a
r
c
h
a
it
a
insi
de
s jours
e
t
de
s jours

p
a
rfois
de
s mois
e
t
de
s mois
 e
n
d
ir
ec
tion
de
l
a
G
a
li
ce
.

ls
d
is
a
i
e
nt
également qu’il existait, tout au long de la route espagnole, une
structure d’accueil pour pèlerins où l’on était hébergé en échange
d’un modeste
donativo
 e
n montr
a
nt un
e
sort
e de d
o
c
um
e
nt

l
a
credencial del peregrino,
qui r
e
pro
d
uit l
e
l
a
iss
e
z-p
a
ss
e
r
de
l’ancien
p
è
l
e
rin
a
g
e
.
C
ette histoire m’est apparue fabuleuse, comme peut l’être un
c
ont
e
m
e
rv
e
ill
e
ux.
e
s p
è
l
e
rins
a
uxqu
e
ls j
e de
m
a
n
da
is
de
s
inform
a
tions soulign
a
i
e
nt l
a
li
be
rt
é a
v
ec
l
a
qu
e
ll
e c
h
ac
un

catholique ou non, avait pu marcher et marcher sur l’anc
i
e
nn
e
rout
e de ce
p
è
l
e
rin
a
g
e c
hr
é
ti
e
n

s
a
ns o
b
lig
a
tions
e
n m
a
ti
è
r
e de
foi
ni de temps.

e cœur de l’entreprise semblait être le fait de
m
a
r
c
h
e
r
 ce
qu
e c
onfirm
a
it un
ac
t
e
s
é
m
a
ntiqu
e  ce
tt
e e
ntr
e
pris
e
é
t
a
it
a
pp
e
l
ée
« p
è
l
e
rin
a
g
e
»

m
a
is
a
ussi
C
amino
.

19


’ambiguïté de cette sémantique pèlerine et l’écart de sens
e
ntr
e
l
e
s
de
ux signifi
a
nts

p
è
l
e
rin
a
g
e e
t
C
amino
, l’un évoquant une
pr
a
tiqu
e
r
e
ligi
e
us
e e
t un
e
lign
ée c
roy
a
nt
e ca
tholiqu
e
-
c
hr
é
ti
e
nn
e
l’autre exprimant la dynamique du cheminement, est ce qui a
inspir
é
m
a
r
ec
h
e
r
c
h
e
.
D
a
ns l
e c
hoix
de ce
suj
e
t

l
a
t
e
nsion utopiqu
e
- un tr
a
v
a
il
de
l’espérance
1
, dans le double sens d’«
a
tt
e
n
d
r
e
»
e
t
de
« souh
a
it
e
r »

e
t l
e
«
régime de l’attente
» qui
ca
r
ac
t
é
ris
e
nt l
e
f
a
it
de
p
è
l
e
rin
e
r ont
é
t
é dé
t
e
rmin
a
nts.
a
s

n
e de
C
ompost
e
ll
e a
pp
a
r
a
ît
comme un espace d’altération du temps quotidien, le fait de
voyager à pied durant des jours renvoie à l’horizon d’une fable,
un
e ab
olition
de
l
a
r
éa
lit
é
quoti
d
i
e
nn
e ac
quis
e
.

i j
e
pouv
a
is
e
nvis
a
g
e
r
ce
tt
e ac
tivit
é c
omm
e
un
e
int
é
r
e
ss
a
nt
e
m
é
t
a
phor
e de
l
a
qu
ê
t
e
i
de
ntit
a
ir
e
j
e
n
e c
ompr
e
n
a
is p
a
s où r
é
si
da
it l
a
r
e
ligion
da
ns
ce
tt
e
«
a
ff
a
ir
e
», qui me semblait très éloignée de l’imaginaire
ca
tholiqu
e d
u p
è
l
e
rin
a
g
e
(m
e
s r
é
f
é
r
e
n
ce
s m
a
j
e
ur
e
s
é
t
a
nt

om
e e
t

ourdes).
E
n reprenant une formule d’
A
ngelus

il
é
sius
 e
nri
D
e
sro
c
h
e éc
rit qu
e
«
l’espérance est une corde » lancée en l’air,
da
ns l
e c
i
e
l

qui n
e
ti
e
nt
à
ri
e
n sinon
a
ux univ
e
rs imp
a
lp
ab
l
e
s
e
t
inconsistants de la fantaisie, de la divagation et de l’extravagance

«
E
lle s’est ancrée mystérieusement
qu
e
lqu
e
p
a
rt.
a c
or
de
n
e
lâche pas.
E
lle tient.
E
t elle soutient le poids de l’homme en
a
s
ce
nsion
2
».
E
n m’inscrivant dans une sociologie de l’attente et de
l’imaginaire, j’ai voulu suivre la corde qui tient les marcheurs, tels
des funambules en quête d’équilibre.
C
ette recherche m’a semblé
d’autant plus passionnante que j’ai imaginé cette corde comme
b
ri
c
ol
ée de b
ri
be
s
e
t
de
mor
cea
ux
3
d’une matière ancienne, celle de

1
A
insi, ces lignes d’

enri
D
esroche indiquent le lien entre l’acte de pèleriner et
l’espérance

«

’espérance ment pour dire la vérité. Sa ligne est courbe
 e
ll
e
n’est pas le plus court chemin d’un point à l’autre.
E
lle est u
n

tour

un
e
longu
e
marche.
C
e qu’elle tient est toujours autre chose que ce qu’elle avait promis, au
-
dessous ou en dehors de ce qu’elle avait promis.

l y a en
e
ll
e
qu
e
lqu
e c
hos
e d
u
mirage, de la géographie imaginaire.
C
’est pourquoi d’ailleurs elle est
é
mouv
a
nt
e
en ce sens qu’elle met en mouvement des personnalités et des groupes.
C
’est elle
qui
e
mm
è
n
e e
n p
è
l
e
rin
a
g
e a
ill
e
urs

en d’autres lieux, en d’autres temps, en
d’autres sociétés, vers d’autres dieux
».
e
nri
D
e
sro
c
h
e
Sociologie de
l'espérance,
a
ris

C
a
lm
a
nn-
é
vy

1973

p. 56.
2
e
nri
D
e
sro
c
h
e
op. cit.,
p.7.
3
C
l
a
u
de é
vi-

tr
a
uss

La pensée sauvage
 a
ris
 
lon

1962

p. 26-33
e
t
e
n

20

l
a
tr
ad
ition
d
u p
è
l
e
rin
a
g
e d
ont j
e
m
e de
m
a
n
da
is
c
omm
e
nt
e
ll
e
pouv
a
it sout
e
nir l
e
poi
d
s
de
s p
è
l
e
rins
 e
t v
e
rs qu
e
l « s
a
n
c
tu
a
ir
e
»
elle allait s’ancrer.


a recomposition du croire et le glissement des signifiés
traditionnels

D
epuis l’origine,
E
l
C
amino
a a
ttir
é à
lui
de
s foul
e
s h
é
t
é
rog
è
n
e
s
de
g
e
ns m
a
nif
e
st
a
nt
de
s
c
roy
a
n
ce
s
d
iff
é
r
e
nt
e
s
 d
u
c
hristi
a
nism
e
milit
a
nt
de
s sol
da
ts
d
u
C
hrist gui

s p
a
r
ac
qu
e
s l
e
Matamoros
a
ux
â
m
e
s
e
rr
a
nt
e
s
e
n qu
ê
t
e de
r
é
pons
e
s
a
ux myst
è
r
e
s
c
osmiqu
e
s
 da
ns
un
e
tr
ad
ition m
a
giqu
e
-
é
sot
é
riqu
e
qui
c
h
e
r
c
h
e
l
a
tr
ace de
s
e
mpli
e
rs
,
l’écho
de
s
c
roy
a
n
ce
s
ce
ltiqu
e
s ou l
e
myth
e d
’un
G
raal
mir
ac
ul
e
ux.
C
e
tt
e c
onv
e
rg
e
n
ce de
tr
ad
itions fon
c
tionn
e e
ll
e
-m
ê
m
e
c
omm
e
un
e
tr
ad
ition sp
éc
ifiqu
e
qui f
a
it
d
u
c
h
e
min
de
C
ompost
e
ll
e
un lieu traversé de tensions plurielles, qui s’articulent
e
t
c
oh
ab
it
e
nt sous l
e
label
c
hr
é
ti
e
n-
ca
tholiqu
e d
u p
è
l
e
rin
a
g
e
.
D
e
mon
e
nqu
ê
t
e
il r
e
ssort qu
e
l
e
s m
a
r
c
h
e
urs
c
ont
e
mpor
a
ins
r
ec
ompos
e
nt l
a c
h
a
în
e de
l
a
m
é
moir
e ca
tholiqu
e
offi
c
i
e
ll
e
.
e
mettre en scène comme pèlerin aujourd’hui n’implique pas
nécessairement d’inscription dans la lignée croyante
4
ca
tholiqu
e
.
E
n m
a
r
c
h
a
nt v
e
rs
C
ompost
e
ll
e
on p
e
ut tout
a
ussi
b
i
e
n puis
e
r
da
ns
l
e
sto
c
k
de
m
é
moir
e de ce
p
è
l
e
rin
a
g
e
int
e
rn
a
tion
a
l
 c
hoisir p
a
rmi
l
e
s multipl
e
s tr
ad
itions
d
isponi
b
l
e
s
a
fin
de b
ri
c
ol
e
r s
a
propr
e
voi
e
.

n peut ainsi mélanger la dévotion chrétienne à l’ésotérism
e

p
a
rti
c
uli
e
r p. 27

«
e b
ri
c
ol
e
ur
e
st
a
pt
e à e
x
éc
ut
e
r un gr
a
n
d
nom
b
r
e de
t
âc
h
e
s
d
iv
e
rsifi
ée
s ; m
a
is
 à
l
a d
iff
é
r
e
n
ce de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune
d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils, conçus et procurés à la
m
e
sur
e de
son proj
e
t

son univ
e
rs instrum
e
nt
a
l
e
st
c
los
e
t l
a
r
è
gl
e de
son j
e
u
e
st
de toujours s’arranger avec les «
moy
e
ns
d
u
b
or
d
», c’est
-
à
-
d
ir
e
un
e
ns
e
m
b
l
e à
chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la
composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni
d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résult
a
t
c
onting
e
nt
de
tout
e
s l
e
s
occasions qui se sont présentées de renouveler et d’enrichir le stock ou de
l’entretenir avec les résidus des constructions antérieures.
»
4
C
’est précisément dans cet espace individuel d’écart de la lignée croyante et
da
ns
ce
tt
e libre interprétation de l’autorité de la tradition que s’inscrit la
r
ec
omposition
d
u
c
roir
e
.

oir
D
a
ni
è
l
e e
rvi
e
u-
é
g
e
r
La religion pour mémoire

a
ris

C
e
rf

1993.

21

celtique, à la quête mystique sous l’orme des chevaliers de
C
harlemagne, à l’esprit
New
A
ge
d’un
C
hemin magique
-initi
a
tiqu
e
.
e
s r
è
gl
e
s
d
u p
è
l
e
rin
a
g
e ca
tholiqu
e
offi
c
i
e
l s
e
m
b
l
e
nt
de
v
e
nu
e
s
flou
e
s ; l
e
s
da
t
e
s
d
u voy
a
g
e
l
e c
hoix
de
s mo
da
lit
é
s
de
l
a
m
a
r
c
h
e
(
e
n
solo
 e
n
c
oupl
e
ou
e
n group
e
)
e
t l
a d
ur
ée de ce
ll
e
-
c
i p
e
uv
e
nt
ê
tr
e
li
b
r
e
m
e
nt
c
hoisis p
a
r
c
h
a
qu
e ac
t
e
ur.
D
a
ns
ce
mouv
e
m
e
nt
d’individualisation du pèlerinage, la seule règle prescriptive
semble être celle de se donner un lieu de départ et un lieu d’arriv
ée
et, une fois établis ces deux termes, d’aller de l’un à l’autre en
marchant. Si l’on peut exprimer l’acte qui distingue la tradition du
p
è
l
e
rin
a
g
e c
hr
é
ti
e
n-
ca
tholiqu
e de
l
a
f

on suiv
a
nt
e 
À
-----
/
B
,

l
e
t
e
rm
e
A
r
e
pr
é
s
e
nt
e
l
e
li
e
u
d
u

p
a
rt
e
t l
e
B
l
e
li
e
u « s
a
n
c
tu
a
ir
e
»

vers lequel l’acteur oriente ses attentes, cette formule n’est pas
toujours v
a
li
dée
p
a
r l
e c
o
de de
s
e
ns mis
e
n pl
ace
p
a
r l
e
s f

ons
c
ont
e
mpor
a
in
e
s
de
p
è
l
e
rin
e
r. «
C
e
qui f
a
it m
a
r
c
h
e
r » l
e
s p
è
l
e
rins
d’aujourd’hui ne correspond pas to
ujours
à
l
a d
yn
a
miqu
e de
l’attente indiquée par le signe précédent
; l
e
s notions
de
vill
e
s
a
int
e de
s
a
n
c
tu
a
ir
e de
p
è
l
e
rin
a
g
e e
t
de
p
è
l
e
rin

sont r
ec
ompos
ée
s
à la carte par un public dont l’imaginaire religieux est de plus en
plus fr
a
gm
e
nt
é
.
A
insi

si l
a
notion
de
p
è
l
e
rin
a
g
e
ori
e
nt
é
v
e
rs l
a
cathédrale garde son importance, revitalisée par l’action parallèle
de
s org
a
nis
a
t
e
urs
de
ce
p
è
l
e
rin
a
g
e e
t
de
s
ac
t
e
urs qui v
a
li
de
nt
ce
b
ut
d
u voy
a
g
e
l
a
pr
a
tiqu
e
m
ê
m
e de
l
a
m
a
r
c
h
e
pr
e
n
d
simult
a
n
é
m
e
nt
un
e
import
a
n
ce c
roiss
a
nt
e
: souvent, c’est l’expérience de la route
e
t l
a
possi
b
ilit
é
qu
e
l
e
p
è
l
e
rin
a
g
e
offr
e de
s
e
r
e
pr
é
s
e
nt
e
r soi-m
ê
m
e
t
e
l un suj
e
t so
c
i
a
l
in itinere
qui
de
vi
e
nt
a
ttir
a
nt
e
.
C
ette valorisation contemporaine de l’acte même de l’aller, qui
r
ec
ompos
e
l
a dé
m
a
r
c
h
e
A
----
/
B

p
e
ut
ê
tr
e
r
e
pr
é
s
e
nt
ée de
l
a
f

on
suiv
a
nt
e 
À

..
B
.
D
ans ce signe, la flèche et l’orientation du
voy
a
g
e à
pi
ed
v
e
rs l
e
s
a
n
c
tu
a
ir
e
l
a
iss
e
nt l
a
pl
ace a
u fort
acce
nt mis
sur l
e
t
e
mps
de
susp
e
nsion
de
l
a
m
a
r
c
h
e
.
D
a
ns
ce
tt
e c
onfigur
a
tion
d
u voy
a
g
e
il ne s’agit plus d’atteindre le but du sanctuaire, mais de
faire
le
C
hemin en s’inscrivant dans un espace liminaire, une sorte
de
« lim
be
5
» où
e
xp
é
rim
e
nt
e
r l
e
t
e
mps
de ce
p
a
ss
a
g
e
.

5

ur l
e
p
è
l
e
rin
a
g
e c
omm
e e
sp
ace de
lim
be
où limin
a
rit
é
(
de
limen

« s
e
uil »
e
n
l
a
tin)

voir

i
c
tor
W
.

urn
e
r

The ritual process. Structure and anti-structure

C
hi
ca
go

A
l
d
in
e 
u
b
lishing
C
omp
a
ny

1969 ;

i
c
tor
W
.

urn
e
r
e
t
E
d
ith

urn
e
r

Image and Pilgrimage in
C
hristian
C
ulture.
A
nthropological Perspectives,

22


on
e
xplor
a
tion
d
u fon
c
tionn
e
m
e
nt so
c
i
a
l
de
l
a
s

n
e de
C
ompost
e
ll
e
ti
e
n
d
r
a c
onst
a
mm
e
nt
c
ompt
e de ce
s
de
ux mo
da
lit
é
s
de c
h
e
min
e
m
e
nt
 ce
ll
e
qui
e
st ori
e
nt
ée
v
e
rs l
a ca
th
éd
r
a
l
e b
ut
tr
ad
itionn
e
l

tr
a
nsmis p
a
r l
a c
h
a
în
e de
l
a
m
é
moir
e c
hr
é
ti
e
nn
e e
t
ce
ll
e
qui
e
st ori
e
nt
ée
v
e
rs l
e
C
h
e
min lui-m
ê
m
e
li
e
u v
e
rs l
e
qu
e
l
e
st
adressée l’atte
nt
e d
u m
a
r
c
h
e
ur.


e chemin comme stratégie de métamorphose

E
ntr
e
1990
e
t 2003

l
e
nom
b
r
e de
p
è
l
e
rins offi
c
i
e
ll
e
m
e
nt
r
ece
ns
é
s
à
C
ompost
e
ll
e e
st p
a
ss
é de
4

2
à
74 94

.
E
ntr
e
l
e
s
a
nn
ée
s s
a
int
e
s 1993
e
t 2004

il
e
st p
a
ss
é de
99 436
à
1

1 036
6
.
E
n
un
e
qui
nzaine d’années, la population pèlerine de
C
ompostelle a
donc considérablement augmenté et s’est diversifiée en ce qui
c
on
ce
rn
e
l
e
s n
a
tion
a
lit
é
s
e
t l
e
s
classes d’âges des acteurs.
E
n outre,
si l
e
pu
b
li
c de
s pr
e
mi
è
r
e
s
a
nn
ée
s 1990 pr
é
s
e
nt
a
it un
e c
omposition
so
c
i
a
l
e
prin
c
ip
a
l
e
m
e
nt
b
ourg
e
ois
e b
oh
è
m
e
(
é
tu
d
i
a
nts
e
t
professions libérales), le
C
hemin tend aujourd’hui à se populariser
7
et à devenir un phénomène qui attire des acteurs d’appartenances
so
c
i
a
l
e
s tr
è
s v
a
ri
ée
s.
C
ons
é
qu
e
n
ce de ce
r
e
nouv
ea
u
de
l
a
p
a
rti
c
ip
a
t
ion, la population pèlerine actuelle, composée d’acteurs
prov
e
n
a
nt non s
e
ul
e
m
e
nt
de
l
a
vi
e
ill
e
E
urop
e
m
a
is
a
ussi
de
s
mondes lointains, apparaît comme une sorte d’internationale
int
e
rg
é
n
é
r
a
tionn
e
ll
e e
t l
e
s f

ons
de c
roir
e e
t
de
p
è
l
e
rin
e
r
de
s
m
a
r
c
h
e
urs sont
de
plus
e
n plus
d
iv
e
rsifi
ée
s.
A
u fur et à mesure de l’enquête, le pèlerinage s’est révélé
c
omm
e
un «
e
sp
ace
utopiqu
e
»
(c’est
-
à
-
d
ir
e
un
e
sp
ace
qui
acc
u
e
ill
e
«
un appel au passé contre le présent en vue d’un avenir

»)


xfor
d
B
l
ac
kw
e
ll

197

.
6

our
ce 
Oficina de Sociologia del
A
rzobispado de Santiago de
C
ompostela
.

’analyse statistique détaillée de l’évolution du pèlerinage est conduite
infra,
«
C
h
a
pitr
e
pr
é
limin
a
ir
e 
un
e
int
e
rn
a
tion
a
l
e
p
è
l
e
rin
e
».
7
C
e d
is
c
ours

v
a
l
ab
l
e
pour un
cad
r
e
g
é
n
é
r
a
l
de
l
a
popul
a
tion p
è
l
e
rin
e de
m
a
n
de
un
e
pr
éc
ision
e
n
ce
qui
c
on
ce
rn
e
l
a
p
a
rti
c
ip
a
tion
e
sp
a
gnol
e  ce
ll
e
-
c
i pr
é
s
e
nt
e
un
e
c
omposition so
c
i
a
l
e
tr
è
s v
a
ri
ée
.

l n
e
f
a
ut p
a
s ou
b
li
e
r
 e
n f
a
it

qu
e
E
l
C
amino de
Santiago
e
st l
e
p
è
l
e
rin
a
g
e
n
a
tion
a
l
e
t qu
e ac
qu
e
s
e
st l
e
s
a
int patron de l’
E
spagne.

ea
n
é
guy

«

n
e
so
c
iologi
e de
s so
c
i
é
t
é
s im
a
gin
ée
s

mon
ac
hism
e e
t utopi
e
»

in
C
onflit et Utopie, ou réformer l’
É
glise. Parcours wébérien en douze essais
 a
ris

C
e
rf

1999

p. 111-159
e
n p
a
rti
c
uli
e
r p. 119.

23

p
e
rm
e
tt
a
nt un
e
impli
ca
tion r
e
ligi
e
us
e
p
a
r
ad
ox
a
l
e
9
e
t un
e
pris
e de
d
ist
a
n
ce
vis-
à
-
vis de l’engagement croyant catholique.
D
ans l’espace du
C
amino,
e
n puis
a
nt
da
ns l
e
r
é
s
e
rvoir
de
l
a
m
é
moir
e c
oll
ec
tiv
e c
hr
é
ti
e
nn
e
il
e
st possi
b
l
e de
m
e
ttr
e e
n s

n
e
un
e
« f
ab
l
e d
u
c
roir
e
» in
d
ivi
d
u
e
ll
e
10
.
D
a
ns
ce c
ont
e
xt
e
l
a
notion
de
p
è
l
e
rin
a
g
e d
oit
ê
tr
e c
ompris
e
non s
e
ul
e
m
e
nt
e
n un s
e
ns
a
n
a
mn
e
stiqu
e
11
(
e
n r
e
l
a
tion
à
son histoir
e de
peregrinatio maior
de
l
a c
hr
é
ti
e
nt
é c
omm
e 
om
e e
t
é
rus
a
l
e
m)

m
a
is
a
ussi
e
n un s
e
ns
métaphorique, comme synonyme d’un parcours de
tr
a
nsition
identitaire.
C
’est dans ce sens que l’alternative errante de
C
ompost
e
ll
e
sponsoris
ée a
u
c
ours
de
s
de
rni
è
r
e
s
a
nn
ée
s p
a
r l
a
m
ac
hin
e
org
a
nis
a
tionn
e
ll
e d
u p
è
l
e
rin
a
g
e
12
 a
ttir
e
un
e
p
a
rti
c
ip
a
tion
so
c
i
a
l
e
r
e
nouv
e
l
ée
; l’acteur qui s’engage comme pèler
in
 ce
lui qui
e
st
per agros,
peut jouir du privilège de l’
homo viator

un
e e
rr
a
n
ce
temporaire qui permet d’expérimenter l’espace de la route comme
un sit
e de
r
e
-
c
r
éa
tion
e
t
de
m
é
t
a
morphos
e
i
de
ntit
a
ir
e
.
E
n
ad
m
e
tt
a
nt qu
e ce
s tr
a
its soi
e
nt
 e
n g
é
n
é
r
a
l

un
e c
onst
a
nt
e de
la dynamique expectative de l’ailleurs spatio
-t
e
mpor
e
l
de
s
p
è
l
e
rin
a
g
e
s
13

il
e
st int
é
r
e
ss
a
nt
de
soulign
e
r qu
e
sur
ce ca
r
ac
t
è
r
e
c
l
a
ssiqu
e d
u p
è
l
e
rin
a
g
e
v
e
rs
C
ompost
e
ll
e
s
e
gr
e
ff
e
nt
ac
tu
e
ll
e
m
e
nt
un
e dé
s
a
rti
c
ul
a
tion
e
t un
b
ri
c
ol
a
g
e de
l
a c
h
a
în
e de
l
a
m
é
moir
e

9
A
l
be
rt

i
e
tt
e
«

mpli
ca
tion p
a
r
ad
ox
a
l
e
mo
de
min
e
ur
e
t r
e
ligiosit
é
s s
éc
uli
è
r
e
s »

A
rchives de Sciences Sociales des Religions
 
1

j
a
nvi
e
r-m
a
rs 1993

p. 63-7

.
10
D
ans le sens indiqué par les travaux de

ichel de
C
erteau d’une «
pr
a
tiqu
e
t
e
mpor
e
ll
e de
l
a d
iff
é
r
e
n
ce
»

un
e
m
a
r
c
h
e
v
e
rs un
e
«
a
lt
é
rit
é d
u t
e
mps » p
a
r
l
a
qu
e
ll
e
un
a
v
e
nir
e
st intro
d
uit
da
ns l
e
pr
é
s
e
nt.

oir

i
c
h
e
l
D
e
C
e
rt
ea
u

C
roire :
une pratique de la différence

D
o
c
um
e
nt
de
tr
a
v
a
il

C
e
ntro int
e
rn
a
zion
a
l
e d
i
s
e
mioti
ca e d
i linguisti
ca 
niv
e
rsit
à d
i

r
b
ino

n. 106

s
e
pt
e
m
b
r
e
19

1.
11
D
ans le sens d’un rite religieux qui
fait mémoire (anamnèse)
d’un passé qui
donne du sens au présent et contient l’avenir. Voir
D
anièle

ervieu
-
é
g
e
r

La
religion pour mémoire

op. cit

p. 1

0.
12
E
nzo
ace
«

ilgrim
a
g
e a
s

piritu
a
l

ourn
e
y

A
n
A
n
a
lysis of

ilgrim
a
g
e

sing th
e 
h
e
ory of

.

urn
e
r
a
n
d
th
e e
sour
ce 
o
b
iliz
a
tion
A
ppro
ac
h »

Social
C
ompass,
36 (2)

19

9

p. 229-244.
13
C
e
point
e
st soulign
é
p
a
r
A
lphons
e
D
upront

«
e
p
è
l
e
rin
a
g
e e
st m
a
r
c
h
e à
l'
a
ill
e
urs

un
a
ill
e
urs qu'il f
a
ut pr
e
n
d
r
e da
ns son
b
rut physiqu
e
si l'on v
e
ut
d
onn
e
r
à
l'
ac
t
e
p
è
l
e
rin s
a
fon
da
m
e
nt
a
l
e
v
e
rtu.

'
a
is
a
n
ce de
s moy
e
ns
de
tr
a
nsport
de
nos
so
c
i
é
t
é
s o
cc
i
de
nt
a
l
e
s

l
e
p
è
l
e
rin
a
g
e e
n pullm
a
n
 ce
tt
e
prot
ec
tion
c
ontr
e
l
e

p
a
ys
e
m
e
nt
de
l'
a
ill
e
urs

n'
a
lt
è
r
e
nt p
a
s - ou p
e
u -
ce
f
a
it
e
ss
e
nti
e
l
e
t pr
e
mi
e
r
d
u
p
è
l
e
rin
a
g
e  c
h
a
ng
e
r
d
'
e
sp
ace
. »
A
lphons
e
D
upront

D
u sacré.
C
roisades et
Pèlerinages. Images et Langages
 a
ris

G
a
llim
a
r
d
19

7

p. 4

.

24

c
hr
é
ti
e
nn
e
-
ca
tholiqu
e
.
A
utr
e
m
e
nt
d
it

l
a
r
ec
omposition
d
u
c
roir
e
é
tu
d
i
ée a
u long
de
l
a
rout
e de
C
ompost
e
ll
e
s
e
m
b
l
e
r
e
nvoy
e
r «
à
une crise de l’articulation entre croire individuel et croire
c
ommun
: la crise n’est pas du croire, mais du croir
e e
ns
e
m
b
l
e ce
qui amène à poser, centralement, la question de l’institution
14
. »
C
e
point
de
vu
e e
x
c
lut un
e
p
e
rsp
ec
tiv
e de c
ompr
é
h
e
nsion
de
l’expérience de
C
ompostelle
c
omm
e
un
e
simpl
e
p
e
rform
a
n
ce
sportiv
e
ou un
e e
ntr
e
pris
e
touristiqu
e
;
ce
s
de
ux
c
ompos
a
nt
e
s
p
a
rti
c
ip
e
nt
ce
rt
e
s
d
u p
è
l
e
rin
a
g
e c
ont
e
mpor
a
in

m
a
is
e
ll
e
s n
e
suffisent pas à expliquer le renouveau de l’intérêt qui pousse à
l’entreprendre.

’élément sportif et touristique doit être
int
é
gr
é a
u
trait dominant d’un
travail d’attente croyante
d
ont

e
t
c’est ici le
nœud de la recomposition du croire —
l
e
s t
e
rm
e
s
de
«
c
roy
ab
l
e
»
e
t
de
« r
é
pon
da
nt » qui
a
utoris
e
nt
ce
«
c
roy
ab
l
e
15
» sont
aujourd’hui extrêmement variés.
D
a
ns
ce
s
c
on
d
itions

l
e
C
h
e
min
de
C
ompost
e
ll
e a
pp
a
r
a
ît
c
omm
e
un
a
n
a
lys
e
ur so
c
i
a
l puiss
a
nt
de
l
a de
m
a
n
de
d’enchantement du monde et de stratégies imaginaires d’altérité.
D
a
ns l
e c
ont
e
xt
e de
l
a
mo
de
rnit
é
t
a
r
d
iv
e
où l
e
s
c
ontr
a
int
e
s
norm
a
tiv
e
s institutionn
e
ll
e
s s
e de
ss
e
rr
e
nt
16
 ce
tt
e
pr
a
tiqu
e
qui
c
onsist
e da
ns un
e ac
tivit
é
volont
a
ir
e
mo
d
ul
ab
l
e d
ont on p
e
ut f
a
ir
e
usage comme d’une tradition religieuse collective, mais aussi
comme d’une pratique spirituelle individuelle, offre la possibilité
de c
on
c
r
é
tis
e
r un
processus de subjectivation de l’utopie
17
.
C
’est en
r
a
ison
de ce
tt
e
offr
e
qu
e
l
e
C
h
e
min

fon
c
tionn
a
nt
c
omm
e
un
e
piste
du merveilleux

assume un pouvoir d’attraction croissant et suscite
l’intérêt d’un public beaucoup plus large que celui des seuls fidèles
ca
tholiqu
e
s.

n
e
logiqu
e d
u purg
a
toir
e
1


qui r
e
nvoi
e à

14
a
tri
c
k

i
c
h
e
l

«

our un
e
so
c
iologi
e de
s itin
é
r
a
ir
e
s
de
s
e
ns

un
e
l
ec
tur
e
politiqu
e d
u r
a
pport
e
ntr
e c
roir
e e
t institution »

A
rchives de Sciences Sociales des
Religions
 
2
 a
vril-juin 1993

p. 223-23
 c
it
a
tion p. 225.
15

i
c
h
e
l
de
C
e
rt
ea
u

«
e c
roy
ab
l
e
.

r
é
limin
a
ir
e
s
à
un
e a
nthropologi
e de
s
c
roy
a
n
ce
s »

in
e
rm
a
n
a
rr
e
t
e
t
a
ns-
G
e
org
e 
upr
ec
ht (
d
ir.)

E
xigences et
perspective de la sémiotique. Recueil d’hommages pour
A
lgirdas J.
G
reimas

A
mst
e
r
da
m
 
ohn
B
e
nj
a
mins

19

5

t. 2

p. 6

6-707.
16
A
nthony
G
i
dde
ns

Les conséquences de la modernité
,

aris,



armattan,
1994.
17
D
a
ni
è
l
e e
rvi
e
u-
é
g
e
r

C
atholicisme, la fin d’un monde
 a
ris

B
a
y
a
r
d
2004

p. 14

.
1

ac
qu
e
s
e
G
off

L’invention du Purgatoire
 a
ris

G
a
llim
a
r
d
19

1.

25