Missel des dimanches 2015

-

Livres
652 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Toute l’année liturgique 2014-2015 en un volume. La nouvelle Traduction officielle de la Bible s'invite dans le Missel des dimanches !

De nombreux compléments à la liturgie de la messe : introductions, prières, indications pour les animateurs, textes pour la méditation...


Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 27 octobre 2014
Nombre de visites sur la page 0
EAN13 9782728920983
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0049 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

MISSEL DES DIMANCHES
2015
Année liturgique
du 30 novembre 2014
au 28 novembre 2015
Lectures de l'année B
Édition collective des Éditeurs de liturgieNihil obstat
Caen, le 10 mars 2014,
Jean-Louis Angué.
Imprimatur
15 juin 2014,
+ Mgr Bernard-Nicolas Aubertin,
archevêque de Tours,
Président de la Commission épiscopale de Liturgie et de
Pastorale sacramentelle.
Autorisation de tous les éditeurs concernés.
© pour les textes liturgiques français :
AELF, Paris, 2014.
© pour l'ensemble de l'ouvrage :
Éditions Brepols, Centurion, Cerf, Chalet, Desclée,
Desclée de Brouwer, Droguet et Ardant, Mame, Tardy.
Reproduction interdite sans autorisation des ayants droit.
Pour correspondre avec les Auteurs ou les Éditeurs de ce
Missel, écrire à :
Missel des dimanches
Éditions du Cerf
24, rue des Tanneries
75013 ParisMISSEL DES DIMANCHES
2015 LES MOTS DE LA LITURGIE
UN MISSEL – comme tout texte - est une suite de mots. Dans
le Missel des dimanches, vous trouvez les mots de la liturgie,
et quelques autres pour vous aider à prier en Église.
Les mots de la liturgie vous sont en partie connus. Ce sont
ceux des prières, les prières brèves appelées oraisons, les
prières plus longues comme la prière eucharistique ou bien des
lectures tirées essentiellement de la Bible, Parole de Dieu. Il y
a aussi ceux qui vous sont inconnus : des mots surprenants qui
peuvent sembler venir d’un autre âge ou bien des mots
d’aujourd’hui qui ne peuvent se trouver dans le missel : les
monitions du prêtre et du diacre, ou d’un autre serviteur de la
liturgie, l’homélie, la prière des fidèles, les chants choisis
chaque dimanche, par exemple.
Mots répétés et mots nouveaux rythment la liturgie. Ils
enseignent ce qu’est la prière chrétienne : une prière reçue de
la Tradition, plus grande que ma prière personnelle souvent
pauvre et, en même temps, une prière nouvelle habitée par les
événements et nos sentiments d’aujourd’hui. Nous
n’épuiserons pas ce mystère hérité de l’Incarnation du Fils de
Dieu, Verbe fait chair. Le Verbe de Dieu est entré dans le
temps et dans nos mots. Mais nos mots ne pourront jamais
contenir la Parole de Dieu : mystère qui nous convoque au
silence !
À la messe dominicale, nous sommes invités à la table de la
Parole et de l’Eucharistie : « La messe dresse la table aussi
bien de la parole de Dieu que du Corps du Christ, où les fidèles
1sont instruits et restaurés ». Des commentateurs insistent
volontiers sur le fait qu’il ne s’agit pas de deux tables mais
d’une seule table : la liturgie de la Parole ne prépare pas
seulement la liturgie eucharistique, elle s’y prolonge, elle s’y
perd, elle s’y transfigure.
C’est le même Christ et Seigneur qui est présent par sa
Parole et par son Corps livré. Mais alors, il n’y a plus ses mots
mais seulement nos mots pour dire sa présence. Après que
nous avons entendu l’Évangile puis « ceci est mon Corps, ceciest mon Sang », le Seigneur se fait silencieux et se révèle
uniquement par nos gestes d’adoration et nos mots de louange.
Mais que valent nos gestes et nos mots, s’ils ne sont
qu’extérieurs à nous-mêmes ? En fait, la liturgie nous appelle à
devenir ses mots pour dire, en esprit et en vérité, son amour.
Un petit test pourrait rapidement se transformer en résolution
de Carême : quels mots disons-nous en sortant de la messe ?
Dans la messe, il y a des mots qui n’ont guère leur place dans
nos vies, et il y a ceux qui feraient grandir nos vies en étant
répétés, redits chez soi ou dans le dialogue avec nos proches.
Cherchez-les ! En tous les cas, vous pouvez toujours prendre
le temps de vous demander chaque dimanche à qui vous
auriez envie de partager telle ou telle parole du rassemblement
dominical : les mots de l’amour de Dieu sonnent faux s’ils ne
courent pas les rues.
Ceux qui ont préparé votre missel annuel vous offrent de
prêter attention aux mots, à leur densité variable et à leur
relation avec ce qui, par ailleurs, fait la liturgie : le silence, les
personnes qui les disent, les lieux, les gestes, la musique, etc.
Profitez des enseignements dispersés au long du missel pour
grandir dans la conscience de votre prière en Église. C’est
l’une des recommandations du second Concile du Vatican :
« La célébration tout entière est organisée pour favoriser chez
les fidèles cette participation consciente, active et plénière du
corps et de l’esprit animée par la ferveur de la foi, de
2l’espérance et de la charité . ».
Les mots de la liturgie participent de la formidable inventivité
de la personne humaine, capable de jongler à l’infini avec
quelques lettres pour exprimer une pensée et des sentiments si
divers. Puisse votre attention aux mots de la liturgie vous
inspirer une grande action de grâce pour le don de la parole
donnée aux hommes par notre Créateur qui voulut en faire
aussi un instrument de notre salut.
Le 31 décembre 2013,
+ DOMINIQUE LEBRUN, évêque de Saint-Étienne.
Le pape François a annoncé que 2015 serait l’année de la
vie consacrée, c’est-à-dire des religieux et religieuses, et de
toutes les personnes consacrées à Dieu. Ce sera le
cinquantième anniversaire du décret du concile Vatican II
Perfectae caritatis sur la rénovation et l’adaptation de la vie