//img.uscri.be/pth/de6a667a329a90fbda763ecbf95aa6c499e1e675

Quelques aspects de la pensée d'Al Gazali

-

Livres
200 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Illustre représentant du soufisme, Abu Hamid al-Ghazali (1058-1111) fut à la fois un théologien, un juriste et un philosophe de grande renommée. Cet essai nous introduit au coeur de cette oeuvre polysémique et en dévoile bien des aspects à travers analyses et traductions : réflexions sur le doute, l'unicité divine, les noms et attributs divins, le commentaire de la sourate al-lhas, la notion de lumière et d'autres thèmes éclairants.

Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 01 octobre 2013
EAN13 9782336325804
Langue Français
Signaler un abus
Alphousseyni Cissé
Quelques aspects de la pensée d’Al-Gazālī
Quelques aspects de la pense dAl-Gazālī
ALPHOUSSEYNICISSQuelque aspectsde la pense dAl-Gazāl
© L'HARMATTAN, 2013 5-7, rue de l'École-Polytechnique ; 75005 Parishttp://www.librairieharmattan.com diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-336-30444-1 EAN : 9782336304441
INTRODUCTION GNRALE
Bien que la connaissance de l’environnement social et intellectuel soit ncessaire pour saisir la pense d’un auteur, la popularit d’Al-Gazālīnous dispense d’un tel exercice. Du reste, nous rpterons assurment ce que d’autres chercheurs ont clairement tabli avant nous. De fait, nous rappelons seulement que n  Tūs (Hurasān) en 1058, Al-Gazālī se consacre trs tt  l’tude de la jurisprudence (al-fiqh) avec un certain Radkānī, puis il se rend Ğurğān o il poursuit ses tudes avec ’Abū l-Qāsim al-Ismā ‘ilī. Cependant selon ses biographes tel que Majid FAKHRY, entre autres, son plus grand matre a t Al-Ğuwaynī (ob.478 Hgire), l’minent thologien aš ‘arite de cette poque. Al-Ğuwaynī initieson brillant lve  l’tude dukalāmou thologie spculative de 1 la philosophie et de la logique. Mais selon Al-Gazālī lui-mme dans sonAl-munqid mina d-dalāl, il a appris la philosophie tout seul : «Je me suis mis tout srieusement  apprendre cette science dans les livres grce  la lecture et 2 sans l’aide d’un professeur».  la mort d’Al-Ğuwayni, Al-Gazālīau service du entre vizir de Bagdad, Nizām l-Mulk qui fonde laNizāmiyyaet le nomme Directeur de cette universit. Aprs une crise morale ou intellectuelle, Al-Gazālīabandonne l’enseignement et entreprend un priple qui va
1  FAKHRY(Majid),Histoire de la philosophie islamique, Traduit de l’anglais par Marwan NASR, Paris, Cerf, 1989, p. 241. 2  Al-GAZĀLĪ,Erreur et Dlivrance suivie de Lettre au disciple, Traduction de Omar LAZZOUZI, Saint-Etienne, ditions IQRA, s. d., p. 46.
7
s’tendre sur dix ans durant lesquels il visite Damas, Jrusalem, la Mecque et Mdine. Aprs cette longue retraite dans la pratique mystique, il retourne  Bagdad o il reprend l’enseignement tout en vaquant  ses pratiques mystiques et  la composition d’ouvrages. C’est la raison pour laquelle il y a lieu d’apporter un claircissement jusque-l occult par la plupart des biographes d’Al-Gazālīmalgr leur connaissance de qui, l’autobiographie de l’auteur d’Al-munqid mina d-dalāl,n’en tiennent pas souvent compte. L’un des exemples les plus frappants dans la contradiction de ses biographes  ce sujet concerne l’avnement de la vie d’Al-Gazālīlui-mme, qu’ils situent  l’poque des Turcs seldjoukides, alors que plus d’une fois en faisant rfrence aux comportements sauvages des Turcs de son temps, Al-Gazālīexplique ce fait par le fait 3 que l’Islam n’a pas pntr leur contre . Par consquent, on peut se demander comment est-il possible que ce peuple non islamis  son poque soit  la tte d’un tat islamique. N’est-ce pas l une contradiction historique flagrante sous la plume de ces biographes pseudo- historiens ? Quant  sa formation intellectuelle et spirituelle, elle est clairement note par l’auteur lui-mme dans sonAl-munqid mina d-dalāl voquplus haut. En effet, comment peut-on attribuer, entre autres, sa formation philosophique et logique  Al-Ğuwayni, alors que nous venons de souligner le fait qu’il affirme dans cette œuvre avoir tudi tout seul la philosophie par la lecture et non par le biais d’un professeur, ainsi que nous venons de le noter? Ilen va de mme concernant sa connaissance mystique car sur ce point galement, il voque la lecture, entre autres, des ouvrages des mystiques tels qu’Abū Tālib Al-Makkī etAl-Muhāsibī qui 3  Al-GAZĀLĪ,Ihyā’ ‘ulūm d-dīn, Le Caire,matba’ ‘īsā yābī l-halbīŠarkāh, s. d.
8
sont loin d’tre ses contemporains pour tre ses initiateurs dans la voie mystique. En effet, Al-Gazālī affirme, contrairement  la plupart de ses biographes, le fait qu’il ne doit  personne son initiation mystique sinon  Dieu Seul. Voici ce qu’il en souligne aprs avoir quitt Bagdad : Ensuite je suis arriv en Syrie o j’ai sjourn environ deux ans durant lesquels je n’avais d’autre occupation que la solitude, la retraite spirituelle, l’exercice et le combat spirituels. Car j’tais tout occup  purifier mon me,  amliorer mon caractre et  rendre mon cœur transparent pour m’adonner au Dhikr de Dieu -qu’Il soit exalt- tel que je l’ai appris dans les livres des soufis. Je me retirais ainsi plusieurs jours durant dans la mosque cathdrale de Damas en montant dans son minaret o je m’enfermais toute la journe. De Damas je me suis rendu  Jrusalem o je pntrais chaque jour dans le Dme du Rocher aprs avoir ferm 4 la porte derrire moi.Et si nous revenons en arrire au sujet du motif de son dpart de Bagdad ainsi que son dtachement de la vie mondaine qu’il menait jusque-l, nous remarquons galement une contre-vrit sous la plume de ces mmes biographes qui prtendent quela situation politique agite de l’poque et la mort violente de Nizm al-Mulk en 1092, provoque par un assassin ismalien, suivie peu de temps aprs par la mort du sultan Malikshāh, semblent avoir contribu  son dsenchantement progressif vis--vis de 5 l’enseignement. Avant de donner la version d’Al-Gazālīlui-mme sur ce point, on peut poser comme question  ses biographes pseudo-historiens ou sociologues sans scrupule : que pensent-ils du dpart de Tolsto de la Russie et de toute vie mondaine alors qu’il tait au sommet de la gloire en tant qu’crivain au point de trouver la mort dans le train qui 4 Id.,p. 101-102. 5 FAKHRY (Majid),op. cit., p. 242. 9