Regards croisés sur l'Église adventiste du septième jour

-

Livres
80 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Peu connue du grand public en France, l'Église adventiste sort de plus en plus de l'ombre. Elle interroge par le contenu de ses croyances, le mode de vie de ses membres ou son organisation.

Ce livre propose une photographie des regards portés sur l'Église adventiste par la société française. Chacun des trois chapitres présente un point de vue spécifique sur l'Église adventiste. Ensemble, ils forment une pluralité d'opinions, de points de vue, et aident à mieux concevoir l'Église adventiste hexagonale.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 10
EAN13 9782857434559
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0030 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème

cover.jpg

 

Copyright © 2015 Éditions Vie et Santé

60, avenue Émile Zola

77190 Dammarie-les-Lys, France

www.viesante.com

Tous droits de reproduction totale

ou partielle et de traduction réservés.

 

ISBN (Livre) : 978-2-85743-454-2

ISBN (eBooks) : 978-2-85743-455-9

 

Mise en page et corrections : IS Edition

Illustration de couverture : Shutterstock

 

L'auteur assume toute la responsabilité pour l’exactitude de tous les faits et des citations exposés dans le livre.

L’Église adventiste se substituera tout au long de ce livre à l’Église adventiste du septième jour.

 

Avec mes remerciements à Gabriel Monet pour son importante relecture.

Table des matières complète

Préface : Par Sébastien Fath

Introduction

Chapitre I : Ce qu'en disent les Évangéliques

Chapitre II : Ce que dit la sociologie du fait religieux

Petit état des lieux

Que montre l'évolution de l'intérêt scientifique ?

Que retenir ?

Chapitre III : Ce qu'en disent les médias

Les faits

Traitement journalistique et médiatique

Œil des médias avant Grigny

Les lieux d'analyse

Conclusion

Annexe

Communiqué AFP  « Séquestrée pour être exorcisée : 4 personnes déférées à Évry » – 13 mai 2011

Préface :
Par Sébastien Fath

Groupe Sociétés Religions Laïcités (EPHE/CNRS)

 

Fort d'environ quatorze mille fidèles en France, l'adventisme est bien connu des spécialistes du christianisme. Rattachée à une communion mondiale de plus de dix-huit millions de personnes, cette dénomination chrétienne née au milieu du XIXe siècle sur la base d'héritages plus anciens fait partie, depuis 2006, de la Fédération Protestante de France (FPF). Elle s'appuie sur un solide réseau d'assemblées locales et d'institutions qui lui permettent d'entrer en dialogue avec toutes les composantes du kaléïdoscope convictionnel français, nourrissant un débat intellectuel qui n'a pas échappé aux chercheurs et théologiens{1}.

Il en est autrement du grand public francophone, qui se perd bien souvent dans les étiquettes confessionnelles. Beaucoup peinent à repérer les caractères distinctifs qui permettent de reconnaître un adventiste d'un baptiste, d'un pentecôtiste, voire même d'un catholique. Cette difficulté est particulièrement sensible en France, qui constitue l'un des pays les plus sécularisés du monde. Dans cette « France païenne » prophétisée, en son temps, par Hippolyte Simon{2}, la différence religieuse, quelle qu'elle soit, suscite aisément des froncements de sourcil.

C'est pourquoi on ne saurait trop féliciter le sociologue et docteur Fabrice Desplan de nous proposer, en incontestable spécialiste qu'il est, ce livre de présentation de l'adventisme. L'ouvrage ainsi réalisé développe une synthèse pédagogique, claire et pénétrante, sur la base de trois regards croisés  : celui des protestants évangéliques (chapitre 1), desquels les adventistes sont typologiquement les plus proches, celui de la sociologie du fait religieux (chapitre 2), de Jean Séguy à Jean Baubérot en passant par Régis Dericquebourg, et celui des médias (chapitre 3), sous le prisme déformant des faits divers (affaire de Grigny en 2011).

Ces regards croisés ne sont pas simplement décrits par l'auteur. Ils sont mis en perspective, contextualisés, expliqués, à la lumière de ce que l'on connaît aujourd'hui de l'adventisme sous l'angle de la sociologie et de l'histoire. La dimension de la mémoire confessionnelle n'est pas absente, mais cette mémoire ne se fige pas en révérence dévote, en « histoire sainte ». Elle est reprise, interrogée, encadrée par un regard analytique rigoureux qui cherche, avant toute chose, à faire comprendre. Heureuse initiative que ce beau « livre passerelle », à l'heure où les marchands de cloisons font fortune  !

L'année 2016, avec ses Primaires et élections américaines, a remis l'adventisme au rang des curiosités médiatiques internationales via Heidi Cruz, épouse adventiste du sénateur républicain du Texas Ted Cruz, vainqueur des Primaires de l'Iowa et prétendant à la magistrature suprême aux États-Unis. Dans ce contexte, on relèvera avec d'autant plus d'intérêt l'utilité et l'acuité d'un regard porté sur le terrain français. Tout comme l'évangélisme étasunien n'est pas transposable tel quel en France, loin s'en faut, l'adventisme se caractérise, lui aussi, par des spécificités culturelles différenciées suivant les contextes nationaux. Né outre-Atlantique, l'adventisme s'est acculturé à l'hexagone, s'intégrant sans grande difficulté dans cette « nouvelle France protestante » du XXIe siècle décrite il y a quelques années à l'occasion d'un colloque à Paris{3}. En terrain français, la fonction sociale de creuset interculturel de l'adventisme se décline ainsi suivant certaines spécificités dont ce livre fait état. On pense, en particulier, au riche apport des Français ultra-marins (Guadeloupe et Martinique), sur fond d'une histoire coloniale et post-coloniale qui voit les acteurs religieux interrogés sur leur capacité à coexister et unir.

Caractérisé par une articulation entre orthopraxie (saine pratique), orthodoxie (saine doctrine) et attente eschatologique (retour de Jésus-Christ), le christianisme de conversion qu'est l'adventisme n'a pas fini de susciter la curiosité, la controverse et l'intérêt. Remercions Fabrice Desplan pour ce livre bienvenu qui nous permet, par l'état des lieux qu'il propose, d'aller plus loin dans la découverte et la rencontre d'une identité chrétienne qui contribue à nourrir, « en compagnie de beaucoup d'autres », les convictions et les espoirs de nombreux Français et Françaises du XXIe siècle, invitant à réactualiser les enjeux d'une « sociologie de l'espérance » esquissée, une génération en arrière, par Henri Desroche{4}. Le temps des millerites n'est pas révolu, l'attente eschatologique est toujours là. Le culte nostalgique des racines, pratiqué ça et là, n'a pas éteint le besoin de déployer les ailes vers l'horizon d'attente...

Bonne lecture  !

Introduction

Peu connue du grand public en France{5}, l'Église adventiste sort de plus en plus de l'ombre. Elle interroge par le contenu de ses croyances, le mode de vie de ses membres ou son organisation.

Dans l'Hexagone, plus de quatorze mille individus, issus de différents horizons géographiques, composent l'Église adventiste. Ce chiffre doit être mis en perspective avec l'Église adventiste à l'échelle mondiale : on dénombre dix-huit millions d'adventistes sur l'ensemble du globe, répartis en cent quarante-trois mille communautés.

En plus des communautés locales, l'adventisme français dispose de structures diverses : écoles, maisons de retraite, édition, médias, etc. Cette pluralité de structures et la diversité de la population adventiste permettent déjà de considérer l'Église adventiste comme une organisation qui dynamise le protestantisme français.

Ce dynamisme doit être compris dans un sens large, et pas seulement dans son versant statistique. Par son éthique, l'importance donnée au sabbat, à la santé ou à l'éducation, l'Église adventiste enrichit la diversité du protestantisme français. Cela ne va pas sans susciter une série de questions dans la société. Ce sont ces interrogations, les regards, les critiques, les incompréhensions que l'ouvrage aborde, par le biais d'une sélection. Par-delà les questions, il s'agit de voir comment l'Église adventiste suscite le débat et la réflexion. Ainsi, au travers du regard d'institutions, c'est dans un adventisme en dialogue avec la société française que l'ouvrage dépeint.

Regards croisés sur l'Église adventiste s'adresse à tous les publics. Acteurs religieux qui ne se contentent pas des a priori confessionnels, chercheurs qui désirent faire le point sur les connaissances scientifiques et individus qui veulent (re)découvrir cette communauté trouveront des repères sur cette tradition du protestantisme.

Ce livre propose une photographie des regards portés sur l'Église adventiste par la société française. Chacun des trois chapitres présente un point de vue spécifique sur l'Église adventiste. Ensemble, ils forment une pluralité d'opinions, de points de vue, et aident à mieux concevoir l'Église adventiste hexagonale.

Ces chapitres sont les résultats de différents travaux. Le manuscrit regroupait plus de trois cents pages. Le défi était de diviser par presque quatre le volume pour obtenir le présent ouvrage à destination de tous les publics.

Les chapitres furent conçus à des moments différents, pour des publics variés (chercheurs, politiques, professionnels de santé, journalistes), d'où des présentations spécifiques dans la forme des trois regards. Le lecteur devra donc être tolérant pour les écarts de mise en forme d'un chapitre à l'autre.

Le premier regard est interne au protestantisme, et remet en perspective l'évolution des approches évangéliques de l'Église adventiste. Le second est une synthèse des travaux en sciences humaines. Le troisième, enfin, se consacre aux médias, à partir d'un fait divers. Ce troisième chapitre rencontrera la critique. Il vise à montrer, par contrastes, comment un fait médiatiquement porteur traduit un traitement inégal de l'adventisme dans les médias. Pour le sociologue, il y a là une illustration du champ médiatique, dont Pierre Bourdieu posa les bases de l'analyse moderne. Ces trois angles sont des faisceaux qui retracent l'interaction entre la société et l'Église adventiste en France.

Parler de dynamisme surprendra. Le terme est peut-être perçu comme « favorable » à l'Église adventiste, et donc non scientifique. Cependant, il est descriptif et fait écho aux différentes facettes de l'adventisme. D'autres jugeront l'expression négativement, car elle permet de cibler les points de débats entre l'adventisme et la société globale. Ces deux sensibilités laissent transparaître la nécessité de mieux comprendre un groupe religieux qui anime le protestantisme. Toutefois, l'adventisme français, dans ses spécificités, invite le lecteur dans une société laïque à aborder par une entrée inattendue le protestantisme en France.

 

FIN DE L’EXTRAIT

{1}Voir notamment l'ouvrage de référence, fruit d'échanges scientifiques conduits au GSRL, Fabrice Desplan, Régis Dericquebourg (ed), Ces protestants que l'on dit adventistes, Paris, L'Harmattan, 2008.

{2}Hippolyte Simon, Vers une France païenne  ? Paris, Cana, 1999.

{3}Sébastien Fath et Jean-Paul Willaime (ed), La nouvelle France protestante, Essor et recompositions au XXIe siècle, Genève, Labor et Fidès, 2011.

{4}Henri Desroche, Sociologie de l'espérance, Paris, Calmann Lévy, 1973.

{5}Nous traitons ici uniquement de l'Église adventiste en France. Église mondiale, l'adventisme regroupe ses communautés par aire géographique. De plus, en raison de la grande variété des cultures ultramarines, il est plus cohérent de traiter l'Église adventiste hexagonale séparément.