Sagesse et prophétie dans l'histoire d'Israël

-

Livres
140 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Sagesse et prophétie dans l'histoire d'Israël est le résultat des recherches dans le domaine des rapports existant entre les sages et les prophètes. Il y est question de relever le rôle fondamental que la classe des sages a joué pour la pérennisation de la tradition prophétique après les prophètes.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 01 décembre 2014
Nombre de visites sur la page 40
EAN13 9782336364124
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0005 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème
Daniel Wappou
SAGESSE ET PROPHÉTIE DANS L’HISTOIRE D’ISRAËL
Le sapientioprophétisme
Sagesse et prophétie dans l’histoire d’Israël
Daniel Wappou
Sagesse et prophétie dans l’histoire d’Israël
Le sapientio-prophétisme
Du même auteurConte et valeurs prophétiques. Une lecture africaine par le conte du livre a de Samuel (12: 1-7 ), L’Harmattan, 2014. © L’Harmattan, 2014 5-7, rue de l’Ecole-Polytechnique, 75005 Paris http://www.harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-04818-5 EAN : 9782343048185
À mes enfants : Yatchiébo Majoie Faineki Zimo Eliel Souoka Sophia Mon espoir pour la pérennité de la sagesse
AVANTPROPOS Nos propos dans ce livre trahissent certainement notre préoccupation pour la sagesse et la littérature sapientiale biblique. Assez diffuse, la sagesse s’impose à tous les groupes littéraires de la Bible. La loi, les prophètes, les écrits et les Évangiles sont souvent transmis par des expressions sapientiales comme les proverbes, les paraboles… La récurrence de la forme sapientiale dans les textes bibliques révèle l’œuvre des sages pour la didactique de la parole de Dieu. Toutefois, l’érudition vétérotestamentaire n’a pas encore donné à l’œuvre des sages la place qu’il lui faut. Les sages, moins considérés que les prophètes et les sacrificateurs dans la gestion de la parole de Dieu, n’ontpas assez fait l’objet de recherches théologiques. Or, leurs œuvres ne sont pas les moindres dans le processus de la transmission des traditions orales et écrites du peuple d’Israël. En défenseur des sages donc, nous nous donnons la tâche de pencher un regard exégétique sur les textes bibliques en quête du rôle des sages visà vis de la parole de Dieu en dehors de leur rôle traditionnel de courtisans. Le parcours de l’histoire d’Israël des temps de la royauté, de l’exil et de l’aprèsexil au temps de Jésus, nous permetd’observer le rôle de l’élite sage du peuple à l’œuvre pour la survie de la culture et de la foi d’Israël. Tous les textes et toutes les formes littéraires peuvent nous servir de domaines de recherche pour découvrir cet important service rendu par les sages pour la pérennisation des traditions orales et écrites d’Israël. Mais ne pouvant pas considérer toutes les formes littéraires bibliques, nous ciblons la prophétie pour relever à travers elle l’influence de la relecture des sages. À travers cette longue période historique, nous découvrons que les sages et les prophètes se sont mutuellement influencés depuis leurs origines en Israël. En effet, quand les sages influençaient les prophètes en traduisant la prophétie par un langage sapiential, il était question de lasapientialisationla de prophétie. Le contraire qui consistait en l’influence de la prophétie sur la sagesse consistait en laprophétisationde la sagesse.
C’est la voix des sages qui varemplacer celle des prophètes qui sera éteinte. Ce sera l’occasion pour les sages de réécrire et de réinterpréter les enseignements oraux ou écrits des prophètes en langage sapiential. Cette œuvre des sages explique la diffusion de la forme sapientiale dans la littérature prophétique.
En conséquence de ce qui précède, une nouvelle lecture des textes des prophètes peut être mise en évidence : celle de les lire comme œuvres à la fois prophétiques et sapientiales parce qu’issues des prophètes et relues par les sages. Une telle lecture doit se fonder sur l’historique de la relation entre sages et prophètes ou entre sagesse et prophétie en Israël. C’est ce devoir de fonder une lecture sapientiale des prophètes qui nous inspire la recherche sur les rapports existant entre sages et prophètes à travers ces deux courants littéraires des textes bibliques. Sagesse et prophétie dans l’histoire d’Israël : lesapientio prophétismetitre du ce livre exprime notre souci de valoriser le, le sapiential en tant que moyen véhiculaire principal de la transmission des textes des prophètes. En lisant ce livre, nous vous invitons à découvrir le sapiential et le prophétique dans la période historique d’Israël allant du temps des rois à celle de JésusChrist. Des relations tendues aux rapprochements pacifiques, les sages et les prophètes d’Israël ont abouti au même objectif :enseigner la crainte de l’Éternel. À la fin de la tradition des prophètes, vers le quatrième siècle av. J.C., les sages assureront à la fois l’office de la sagesse et celui de la prophétie en Israël. Dès lors, nombre de textes de l’Ancien Testament seront hybrides, de forme sapientiale et prophétique à la fois ou de forme sapientiale et de fond prophétique. À travers ce livre, découvrez le rapport entre les sages et les prophètes, et partant, del’influence du sapiential sur le prophétique, d’où lesapientioprophétisme.
8
INTRODUCTION Le prophète et le sage occupent deux ministères bien distincts auprès du peuple de l'A.T. Le premier est considéré comme porte parole de l'Éternel parce qu'il parle en son nom. Le second, quant à lui, est l'homme qui expérimente la vérité à partir du monde cosmique afin de découvrir les lois de la sagesse divine qui régissent le monde. En d'autres termes, l'un paraît préoccupé par les vérités célestes révélées et l'autre par celles expérimentées de l'environnement ou de l'histoire des hommes.Mais de manière traditionnelle, l'érudition vétérotestamentaire a toujours privilégié le prophète ou la prophétie par rapport au sage ou la sagesse. Ce privilège se fonde sur le contact direct que le prophète semble avoir avec l'Éternel. Et l'histoire du peuple d'Israël telle que lue à travers l'A.T. favorise cette place de choix du prophète et de la prophétie. Car c'est dès l'aube de son élection par Dieu que ce ministère prend place dans son histoire. Déjà à partir du patriarche Abraham à qui Dieu communique sa volonté, le rôle prophétique débute au sein du peuple d'Israël, Gn 20, 7. Ensuite, Moïse continuera ce ministère à l'occasion de la naissance de la nation du peuple d'Israël à la sortie d'Égypte, Dt 18, 15 ; 34, 10. Et Samuel poursuivra cette œuvre au moment de l'initiation du système royal en Israël, 1S 3, 1ss. Ainsi, les trois grands événements à savoir l'élection d'Abraham, la sortie d'Égypte et l'institution de la royauté, sont intervenus par le biais du rôle prophétique, moyen de la communication entre l'homme et Dieu. Plus tard, la succession du roi David se fera sous l'influence du prophète Nathan, 1R 1, 5  37. Cela deviendra pour Israël une tradition que d'avoir des prophètes qui s'impliquent dans la gestion de la royauté surtout pour ramener le roi à la volonté de l'Éternel en cas de dérives spirituelles. En conséquence de cette implication des prophètes dans l'histoire de l'intronisation, ces derniers sont la voix de l'Éternel pour les rois et tout le peuple. Mais cette voix va progresser de la tradition orale à la tradition écrite qui verra les e paroles des prophètes écrites à partir des prophètes du VIII s. (Osée, Amos, Ésaïe...).