//img.uscri.be/pth/c3bbf13239d0956c9c2cf05d1ff993fd78d048d3
Cet ouvrage fait partie de la bibliothèque YouScribe
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le lire en ligne
En savoir plus

Spiritualités antique et chrétienne en dialogue

De
76 pages
Héritier intellectuel d'Aristote, Thomas d'Aquin en est aussi l'héritier spirituel. Pour transformer l'âme du praticien, la philosophie se rattache aux exercices spirituels qu'Aristote tient de la culture antique. Devenant spirituelle, la philosophie de saint Tomas apparaît comme l'exercice pratique où l'âme se surprend à réaliser que son intellect, pour être agent, est essentiellement divin. C'est donc dans l'accueil du divin que l'âme s'humanise, Dieu seul étant l'agent de toute expérience vivante de l'esprit.
Voir plus Voir moins
Spiritualités antique et chrétienne en dialogue Thomas d’Aquin, héritier spirituel d’Aristote Séverin YAPO
SPIRITUALITÉS ANTIQUE ET CHRÉTIENNE EN DIALOGUE
© L’Harmattan, 2013 5-7, rue de l’École-polytechnique ; 75005 Paris http://www. harmattan.fr diffusion.harmattan@wanadoo.fr harmattan1@wanadoo.fr ISBN : 978-2-343-02021-1 EAN : 9782343020211
Séverin YAPOSPIRITUALITÉS ANTIQUE ET CHRÉTIENNE EN DIALOGUE Thomas d’Aquin, héritier spirituel d’Aristote
Collection « Croire et savoir » dirigée par Benjamin SOMBEL SARR et Claver BOUNDJA Cette collection veut être un lieu d’analyse du phénomène religieux en Afrique dans ses articulations avec le social,le politique et l’économique. L’analyse du phénomène religieux, ne saurait occulter les impacts des conflits religieux dans la désarticulation des sociétés africaines, ni ignorer par ailleurs l’implication des religions dans la résolution des conflits sociaux et politiques. L’approche religieuse plurielle de cette collection a comme objectif d’une part, d’étudier les phénomènes religieux à l’œuvre dans les sociétés africaines dans leurs articulations avec les grandes questions de société, et d’autre part de procéder à une étude scientifique et critique de la religion dans le contexte africain. Elle essaiera de déceler dans la religion non ce qui endort le peuple, mais les énergies créatrices et novatrices capables de mettre l’Afrique debout. Ainsi veut-elle montrer que si la religion peut être un frein au développement, elle est aussi acteur de développement. Le relèvement de l’Afrique doit se fonder sur des valeurs, et la religion est créatrice et fondatrice de valeurs.