//img.uscri.be/pth/9511028be2e1bf783f3169c4a623a1159c27b24b

Une foi dans l'abîme

-

Livres
56 pages

Description

Michel est matérialiste et quelque peu blasphémateur. La visite d’églises, c’est son péché mignon, une contemplation un brin perverse. Jésus, il ne tenait pas particulièrement à le croiser. Pourtant, ce soir-là, le plus oppressant de son existence athée, il le verra de près, de très près. De trop près. Fuir ? Impossible : Dieu semble le mettre à l’épreuve. Prier ? Qui, et surtout... avec quoi ?
Au fil de la traversée solitaire, l’encre romanesque explore les abysses du cœur humain, navigue au milieu d’un récif de sentiments inavouables, telles ces affres mal noyées, ou ces jubilations reptiliennes qu’on pensait en voie de disparition. Puis, incidemment, presque imperceptiblement, l’espoir refait surface, car même au fond de l’insondable, on peut encore saisir un filet ou une main secourables...
Une foi dans l’abîme diapre la réflexion sur le bonheur et les racines d’atours métaphoriques et humoristiques, avant d’entonner un credo pour l’individu moderne en quête de repères : n’irions-nous pas plus loin par le respect des valeurs humaines élémentaires, le bon sens des traditions et la sagesse de l’histoire, plutôt que par la fuite en avant ?


Sujets

Informations

Publié par
Ajouté le 22 avril 2014
EAN13 9782332675996
Licence : Tous droits réservés
Langue Français
Signaler un abus

Couverture

Image couverture

Copyright

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cet ouvrage a été composé par Edilivre

175, boulevard Anatole France – 93200 Saint-Denis

Tél. : 01 41 62 14 40 – Fax : 01 41 62 14 50

Mail : client@edilivre.com

www.edilivre.com

 

Tous droits de reproduction, d’adaptation et de traduction,

intégrale ou partielle réservés pour tous pays.

 

ISBN numérique : 978-2-332-67597-2

 

© Edilivre, 2014

Dédicace

 

 

À Angers-la-douce

Citation

 

 

« Démodocus attend avec impatience le retour de la lumière. “Ma fille, disoit-il à Cymodocée qu’une puissance inconnue privoit aussi du sommeil, malheur à ceux que la pitié ou une vive reconnoissance n’arracha jamais au pouvoir de Morphée. Il n’est pas permis d’entrer dans les temples des dieux avec du fer : on n’entrera point dans l’élysée avec un cœur d’airain.” »

F.-R. DE CHATEAUBRIAND,
Les Martyrs, tome I

Prélude

Je disais donc qu’il y a dans cette partie indécise du Baugeois, plus tout à fait angevine, pas encore tourangelle, une armée muette et fière de pins et de hêtres. Ses hautes arêtes séculaires, inflexibles hallebardes, saccadent les collines et tutoient révérencieusement les nuées, tandis que sa cuirasse abrite du vent et des regards d’infinis couloirs de landes et d’étangs. Cette citadelle massive, prométhéenne, entre les murs de laquelle s’immisce une mosaïque de fougères embusquées et de rochers sépulcraux, semble avoir été fichée en terre un soir d’orage, par un démiurge aussi omnipotent qu’extravagant. Gardienne inexpugnable de la dépression de Vernantes, elle jaillit ex abrupto du plateau aréneux, et, pour qui la contemple depuis la vallée de l’Authion, elle sculpte au loin un paysage d’apocalypse olympienne et âprement féconde, de fourmillement latent, telle cette flore pléthorique des féeries qui renaît au crépuscule de la Saint-Jean, sur la coulée de lave refroidie d’un volcan éteint. Je vous jurerais qu’une route hâve y serpente, secrète, vous me persifleriez et je ne saurais vous en blâmer. Qu’y a-t-il en effet de tangible ici ? Même les témoignages les plus immémoriaux, indéfectibles, menhirs inclus, si abondants dans les substrats périphériques, se détournent des frondaisons indigènes. Dans cette harmonie hiératique et incréée, l’espace domine, supplante Chronos, et, à dire vrai, ne laisse personne indifférent : soit on fait volte-face, soit on s’y aventure avec excitation. Pour ma part, j’opte pour le terme initial et cède de bonne grâce le second à cet automobiliste. Manifestement, il n’est pas de la région. Un téméraire ou un béotien…

Allegro

« Voûtes Plantagenêt caractéristiques et de belle élévation, collatéraux lumineux aux fenêtres en plein cintre, chaire en chêne et ses évangélistes finement ciselés, fresques du XIIe siècle, grande peinture du XVIIe, vitraux rénovés des XIXe et XXe… » Ça a l’air d’en jeter pas mal ! Le tout est de la trouver cette église. Un clocher tors ça se distingue. Faut d’abord que je repère le bled. Avec toute cette végétation contrariante qui s’obstine à faire écran, qui peut affirmer que le GPS aurait pas fait grève ? Enfin, la question se pose pas, j’en ai point de GPS. On va se débrouiller sans. À l’ancienne. Plus fort que Tabarly : sans carte, sans sextant, sans soleil ni lune ! À l’instinct, au flair. Chien de chasse Michel au rapport ! Wouf ! Wouf ! À la curée plutôt, il se fait faim. N’oublie pas qu’on t’attend. Dîner en ville avec des amis. Véronique aurait pas été là, j’y serais pas allé. Pierre est sympa mais il rivalise pas avec Véronique. Remisé, échoué loin, très loin derrière, même pas au dessert. Désolé Pierrot ! Miam !… 17 h 40. J’ai juste le temps de la visiter. L’église, pas Véronique ! Quoique ça me déplairait pas !… Je paraîtrai plus érudit ce soir. Ça la séduira Véronique, à coup sûr. Enfin je me comprends…

« On n’est pas déjà passé par là ? », pour reprendre les mots de Coluche. Quelle idée d’avoir adopté une bifurcation culturelle, sous prétexte que je revenais de Saumur ! « Saumur, Angers le nouveau film de Quentin Tatintino, ta-ta-tin ! Un road-movie décoiffant avec en guest-star le chauve Michel Lomont ! » Bof. Ça rameutera pas des masses pavloviennes. Un toutou déboussolé, au maximum… Oui on est déjà passé par cette laie-là, je reconnais l’arbre… Ah non ! c’est pas lui… Luxuriance, calme et verticalité… Jolis seins, bien dressés comme il faut, la Véro… C’est pas un clocher ça ?… Mais si ! Terre, terre ! Nous y voilà enfin !

Pas grand monde. Je vais pouvoir me garer à la Starsky et Hutch, en faisant crisser la Clio… T’as vu le pro, Véronique, si c’est pas la classe ? Et en plus, coup de bol, c’est encore ouvert. Qu’est-ce qu’il fait, lui ? Eh, vieux ! ferme pas, c’est pas l’heure ! Papy, fais de la résistance s’il te plaît ! « Bonjour manant, daigneriez-vous… bien le bonjour mon brave ! je vous saurais gré de… » Nan ! poli mais pas aristo ! Tu t’es pris pour Louis XIV ou quoi ? Toise-le, il a l’air tout miteux, pépé – ni lettres de noblesse, ni l’être de noblesse ! Sois courtois, ni plus, ni moins. Faut convaincre. « Allez ! s’il vous pléééé ! » Courtois on t’a prescrit, pas mendiant d’Europe centrale !…

Bonjour ! C’est l’heure de boucler ? Je suis de passage dans le coin, je n’aurai pas l’opportunité de revenir avant longtemps. Ça me ferait plaisir de...