86 pages
Français

Vous pourrez modifier la taille du texte de cet ouvrage

Vocabulaire du christianisme

-

Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

En même temps qu’un corps de doctrine, le christianisme a introduit un ensemble de notions, de termes et de concepts qui se révèlent indispensables à sa compréhension, bien qu’ils soient souvent peu connus. Le christianisme est donc tout autant un langage qu’une religion.

Quels sont les termes-clé de ce langage, qui permettent d’éclairer une pensée fondatrice pour la civilisation occidentale ? Cet ouvrage, véritable abécédaire de la spiritualité et de l’histoire chrétiennes, en fournit le glossaire précis et exhaustif, et l’un des meilleurs guides.

Sujets

Informations

Publié par
Nombre de lectures 2
EAN13 9782130809395
Langue Français
Poids de l'ouvrage 2 Mo

Informations légales : prix de location à la page 0,0049€. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

À lire également en Que sais-je ?
COLLECTION FONDÉE PAR PAUL ANGOULVENT
o Yves Bruley,Histoire du catholicisme, n 365. o Jean Baubérot,Histoire du protestantisme, n 427. o Olivier Clément,L’Église orthodoxe949., n o Régis Burnet,Le Nouveau Testament, n 1231. o Bernard Hours,Histoire des ordres religieux2241., n o Charles Perrot,Jésus3300., n o Michel Feuillet,Lexique des symboles chrétiens3697., n o Thomas Römer,Les 100 mots de la Bible4057., n
ISBN 978-2-13-080939-5 ISSN 0768-0066
re Dépôt légal – 1 édition : 2000 e 5 édition : 2018, mai
© Presses Universitaires de France / Humensis, 2018 170bis, boulevard du Montparnasse, 75014 Paris
Ce document numérique a été réalisé parNord Compo.
Abbatiale.– Églised’uneabbaye. Abbaye.– Monastèredirigé par unabbéou uneabbesse. V. cloître, couvent, prieuré. Abbé. – De l’araméenabba« père ». Un abbé est un religieuxrégulier qui dirige uneabbaye. V.prieur,supérieur. Ce mot est également utilisé pour appeler toutprêtre séculier, s’il n’est pascuré deparoisse (l’abbé Pierre). Aujourd’hui, on dit davantage «Père ». V.vicaire. Abbesse. – Supérieure d’uneabbaye.V.abbé,Mère,prieure. Abjuration. – Du latinabjurarenier par serment ». Lorsqu’un « Chrétien devenuhérétique, schismatiqueouapostat, renonce solennellement à ses erreurs pour revenir à la vraieFoi, il y a abjuration.V.relaps,renégat. Ablutions. – À la fin de laMesse, lecélébrantle purifie calice, puis se purifie les doigts ; ce sont les Ablutions (ou laPurification).V.purificatoire. Abrahamique. – Adjectif formé sur « Abraham » (les trois religions monothéistes abrahamiques).V.Fils d’Abraham. Abside. – Du grechapsis« voûte ». Extrémité de l’église, construite en arrondi, située derrière le chœurou contenant le chœur.V.chevet,presbyterium. Absolution. – Issu du latinabsolvere « acquitter, absoudre ». Moment dusacrement de Pénitence, au cours duquel leprêtreau accorde fidèle larémission de sespéchés. V.pardon. Absoute. – Issu du latinabsolvereacquitter, absoudre ». Après la « Messe des morts, prières prononcées auprès du cercueil.V.De profundis,Dies irae,Requiem. Abstinence. – Privation volontaire de certains aliments, comme la viande, par esprit de mortificationet de détachement. On faisait abstinence tous les vendredis en souvenir de la mort duChrist.V.jeûne,maigre. Accords du Latran. – Passés en 1929 entre leSaint-Siège et le chef du gouvernement italien (Mussolini), ces accords ont permis une mutuelle reconnaissance de deux États (le Vatican et l’Italie), un dédommagement pour la perte desÉtats pontificauxet un (1870) concordat religieux. Ces accords ont été modifiés dans un sens plus laïque en 1984. Acheiropoïète. – Du grecacheiropoietos « non fait de main (d’homme) ». Dans laTradition orthodoxe, les images acheiropoïètes sont celles qui ont été miraculeusement données par Dieu lui-même et qui ont servi de prototypes auxicônesles ont scrupuleusement qui reproduites. L’exemple le plus célèbre en est laSainte-Face.V.Saint-Suaire,Véronique. Acolyte. – Du grecakolouthossuivant, serviteur ». « Clercà l’ élevé acolytat (v. ordres mineurs), dont le rôle était de servir laMesse.V.enfant de chœur.
Acte de contrition. –Prièrecatholique que lefidèlerécite au cours dusacrement dePénitence pour exprimer sa douleur d’avoir offensé Dieu.V.Contrition. Actes des apôtres. – LelivreActes des apôtres, écrit par l’ des évangéliste Luc, relate les événements qui se sont produits aussitôt après la mort et laRésurrectionde Jésus. Il évoque ensuite la manière dont lesapôtres et les premiersdisciplesont annoncé l’Évangile parmi lesJuifs, puis parmi les non-Juifs de l’Empire romain.V.Nouveau Testament. Action catholique. – Organisationlaïque d’apostolat catholiquese divise en différents qui mouvements pour la jeunesse et les adultes : JOC (Jeunesse ouvrière chrétienne), JEC (Jeunesse étudiante chrétienne), JIC (Jeunesse chrétienne des milieux indépendants), ACO (Action catholique ouvrière), ACI (Action catholique des milieux indépendants)… Action de grâces. –Prièrede reconnaissance adressée à Dieu pour le remercier de ses bienfaits, dite après laCommunion, après un repas… A divinis. – Une suspensiona divinis(« des actes divins ») est une interdiction d’administrer les sacrementsinfligée à unprêtrepour des raisons de discipline.V.interdit. Adoration. –Culte rendu à Dieu seul reconnu dans sa grandeur et son amour infinis. V.contemplation,latrie,mysticisme,vénération. Adventistes. –Église protestante, fondée aux États-Unis en 1844, qui annonce comme imminent le retour duChrist(the second advent). Affusion. – LeBaptêmepar affusion se fait en versant de l’eau baptismale sur le front dubaptisé au-dessus desfonts baptismaux. C’est le rituel en usage dans l’Église catholique. V.baptistère,immersion. Agapes. – Du grecagapê« amour ». Repas fraternel des premiersChrétiensqui pouvait inclure l’Eucharistie. Âge canonique. – Âge à partir duquel une femme est autorisée par ledroit canon à entrer au service d’unclerc: afin d’écarter tout soupçon, la servante d’uncurédevait avoir au moins 40 ans. Aggiornamento. – Mot italien signifiant « mise à jour », utilisé par Jean XXIII pour définir la mission duconcile Vatican II ouvert en 1962 et destiné à actualiser le message de l’Église catholique face au monde moderne. Les orientations de l’aggiornamento: étaient collégialité,apostolatdeslaïcs, reconnaissance de lalaïcitédes États, respect des droits de l’homme, renouveauliturgique,œcuménisme, rappel des valeurs évangéliques essentielles… Agneau mystique. – L’agneau de laPâquejuive devient dans laTradition chrétiennel’Agneau mystique, symbole duChrist victime expiatoire. Dans l’iconographie, on représente l’Agneau placé dans unnimbe crucifèreet tenant l’étendard de laRésurrection.V.Agnus Dei. Agnostique. – Du grecgnôstos « connaissable » et du préfixe privatifa-. L’agnostique nie la possibilité de connaître ce qui est au-delà des données expérimentales. Selon l’agnosticisme, l’existence de Dieu, sa nature et les réalités spirituelles sont inaccessibles à l’esprit humain. Toutemétaphysiqueest vaine.V. athée,incroyant,non-croyant,panthéisme. Agnus Dei. – Avant laCommunion, pendant que leprêtrele pain eucharistique, les partage fidèlesou chantent par trois fois une récitent prière de demande depardonet de paix, qui commence parAgnus Dei« Agneau de Dieu… ». Aigle. –V.tétramorphe.
Ainsi soit-il. –V.Amen. Albigeois. –V.Croisade des Albigeois. Alléluia. – Mot adapté de l’hébreu, qui signifie « Louez Yahvé » ou « Yahvé soit loué ». « Alléluia ! » est une acclamation d’allégresse face à laMiséricordedivine.V.psaumes. Aller à Canossa. – Expression qui signifie « s’humilier devant son adversaire », à cause de l’épisode où l’empereur Henri IV, en plein hiver, s’agenouilla en chemise devant lepape Grégoire VII pour obtenir sonpardon(1077).V.Querelle des Investitures. Alliance. – Pacte passé entre Dieu et les hommes. LesChrétiensdistinguent l’Ancienne Alliance et laNouvelle Alliance. Alpha et oméga. – La première et la dernière lettre de l’alphabet grec, Α et Ω, sont un symbole de Dieu. Selon l’Apocalypse, Dieu est le premier et le dernier, le commencement et la fin. V.tétragramme. Ambon. – À l’entrée duchœurde certaineséglises paléochrétiennesou médiévales, à droite et à gauche, étaient placés des ambons, deux petites tribunes utilisées pour la lecture de l’Épître et de l’Évangile.V.chaire,jubé,lutrin. AMDG. –Ad Majorem Dei Gloriam « Pour la plus grande gloire de Dieu ». Devise des Jésuites. Âme. – Du latinanima« souffle ». L’âme est la partie immatérielle de l’homme, immortelle et appelée à être jugée par Dieu. Au moment de la mort, l’âme, principe de vie, quitte lecorps mortel ; c’est ainsi que se comprend l’expression « rendre l’âme ». On prie pour le repos de l’âme d’un défunt, pour les âmes duPurgatoire.V.Espérance,immortalité,Jugement dernier,Résurrection des corps,Salut. Amen. – Mot hébreu qui signifie « oui, en vérité ». « Amen ! » termine la plupart des prières juives etchrétiennes. On le traduit par « Ainsi soit-il ». C’est une parole de pleine adhésion.V.Alléluia. Amict. – Issu du latinamiciri« se draper ». En s’habillant pour laMesse, leprêtrese couvre la tête de l’amict, un linge carré qu’il se noue autour du cou et qu’il rabat sur ses épaules. V.ornements sacerdotaux. Amour. – L’amour est au cœur même du messagechrétien. Dieu est amour. C’est par amour que Dieu s’est fait homme et qu’il a connu lesacrificede laPassion.V.Incarnation,Nouvelle Alliance. Jésus n’a cessé d’inviter sesdisciplesà aimer Dieu et à s’aimer les uns les autres au nom de l’amour divin.V.charité,pardon. Anabaptistes. – Issu du grecanabaptizeinbaptiser à nouveau ». Adeptes de l’un des « mouvements religieuxprotestantsn’admettent pas le qui Baptêmeenfants et ne des reconnaissent que celui des adultes, qu’ilsbaptisent à nouveausi nécessaire. Anachorète. – Du grecanakhôrêtês« qui se retire ».Religieuxqui choisit la solitude pour prier et faire pénitence (les anachorètes de la Thébaïde).V.cénobite,ermite,moine,Pères du désert,stylite. Anamnèse. – Du grecanamnêsis. Sachant que l’anamnésie est le contraire de l’amnésie, on comprend mieux le sens de « Anamnèse » : un hymne à lamémoire de la Mort et de laRésurrectionduChristprononcé par lesfidèlesaprès l’Élévation. Anathème. – Du grecanathêmaoffrande » (adressée aux dieux après une victoire). Comme « cetteoffrandedu massacre rituel des vaincus, le mot prit le sens de s’accompagnait « malédiction ». Dans l’histoire de l’Église, un anathème est une sentence d’exclusion totale
prononcée contre leshérétiqueset tous ceux qui étaient considérés comme des ennemis de la Foi.V.excommunication,interdit. re Ancien Testament. – 1 partie de laBible chrétienneà la Bible correspondant hébraïque. V.Ancienne Alliance,deutérocanonique,Nouveau Testament,Testament, vétérotestamentaire. Ancienne Alliance. – Dans l’Ancien Testament, à plusieurs reprises, Yahvé a scellé une Alliance avec son Peuple pour lui renouveler sa Promesse : avec Noé à la fin duDéluge, avec Abraham à l’âge de 99 ans, avec Moïse sur le mont Sinaï…V.Arche d’Alliance. Pour l esChrétiens, les promesses faites par Dieu aux hommes se sont réalisées à travers la Nouvelle Alliance. Ange. – Du grecaggelos« messager ». Créature spirituelle que Dieu envoie auprès des hommes pour leur signifier ses volontés.V.Annonciation.La tradition distingue plusieurs catégories d’anges.V.hiérarchies angéliques. Les anges sont des êtres libres : ils ont pu choisir entre le bien et le mal.V.diable. Ils sont représentés le plus souvent comme des jeunes gens vêtus de blanc et dotés de grandes ailes.V.chérubin,séraphin. Ange gardien. – Ange protecteur attaché à la garde de chaque homme. Leculteanges des e gardiens s’est développé à partir du XVI siècle dans les milieuxcatholiques.V.saint patron. Angélus. – À l’appel des cloches, tous les fidèles sur leur lieu de travail s’unissaient à laprière récitée matin, midi et soir en l’honneur de laViergecomme en témoigne le célèbre Marie, tableau de Millet. Cette prière doit son nom au premier mot du premierverset :Angelus Domini nuntiavit MariaeL’ange du Seigneur apporta l’annonce à Marie ». « V.Ave, chapelet,rosaire. Anglicanisme. –Religion officielle de l’Angleterre depuis la rupture d’Henri VIII avec la e e papauté (Acte de Suprématiesiècles, au sein des, 1534). Aux XVIII -XIX Anglicans se distinguèrent la Basse Église (sensible aucalvinisme) et la Haute Église (proche du catholicisme).V.clergyman,puritains. Anneau pastoral. – Certainsprélats, comme lesévêques, portent un anneau, symbole d’Alliance. Lesfidèlesfont unegénuflexionet baisent cet anneau en signe de respect.V.crosse,mitre. e Année liturgique. – L’année liturgique commence le 4dimancheavantNoël. Elle se décompose e ncyclesen et temps : cycle deNoël (temps de l’Aventtemps de la + Nativité) ; temps ordinaire ; cycle dePâquesde (temps Carême +temps pascal) ; temps ordinaire. V.propre,temporal. Année sainte. –V.jubilé. Annonciation. – Du latinnuntiareannoncer ». Au cours de l’Annonciation, l « ’archange Gabriel, venu à Nazareth, annonça à laViergeMarie qu’elle serait la Mère duMessieselon l’opération duSaint-Esprit. La fête de l’Annonciation est célébrée le 25 mars, exactement neuf mois avantNoël. Antéchrist. – Personnage mystérieux qui, selon saint Jean, doit se manifester à la fin des temps, avant leChristet contre lui, annonçant leJugement dernier.V.millénarisme. Antédiluvien. – Antérieur auDéluge.V.patriarches,postdiluvien. Ante legem, sub lege, sub gratia. – « Avant la Loi, sous la Loi, sous la Grâce ». Expression latine qui définit les trois grandes ères de l’Histoire duSalut : (1) avant laLoiMoïse, de
(2) sous l’autorité de la Loi, (3) sous laGrâcedivine depuis l’avènement duChrist. Anticléricalisme. – Opposition à l’intervention duclergé dans la vie publique et, plus généralement, hostilité à l’égard de lareligioncomme force obscurantiste. dénoncée V.cléricalisme. Antienne. – Issu du grecantiphona formé du préfixeanti- « contre » et dephônê « voix ». Refrain que lechœurentre chaque reprend verset d’unpsaume (ou avant et après un psaume). Antipape. –Pape considéré comme illégitime par l’ÉgliseEn 1958, le romaine. cardinal Roncalli devint pape sous le nom de Jean XXIII et non de Jean XXIV, car celui qui avait déjà porté le nom de Jean XXIII, de 1410 à 1415, était catalogué parmi les antipapes. V.Schisme d’Occident. Antiphonaire. – Issu du grecanti- « contre » et dephônê « voix ». Livre de grande taille, qui contient lesantiennesplus généralement les chants de l’ et Office divinde la ou Messe. V.chant grégorien,lutrin. Antisémitisme. – Doctrine ou attitude hostile à l’égard desJuifs. LesChrétiensont eu vis-à-vis des fils d’Israël une attitude d’intolérance et d’hostilité plus ou moins ouverte selon les lieux et les époques : violences et protections ont alterné.V.conversos,déicide,marranes, repentance,Synagogue. Apocalypse. – Mot féminin. Du grecapocalypsis « révélation ». Dernierlivre duNouveau Testamentsaint Jean aurait écrit, très âgé, retiré sur l’île grecque de Patmos. que L’Apocalypse propose une suite de visions symboliques à caractère prophétique et eschatologique (les sept trompettes de l’Apocalypse).V.eschatologie. Apocryphe. – Du grecapocryphus« secret ». Sont apocryphes les textes de laBiblequi ne sont pas reconnus commecanoniques. LesÉvangiles( apocryphes Protévangile de Jacques, Histoire de Joseph le charpentier,du Passage de Marie Livre , Évangile de Nicodème, e e Évangile arabe de l’Enfance…ne sont pas à proprementIV siècle, II au ), rédigés du parler des textes bibliques. D’une manière officieuse, ils font partie de laTraditionet ont eu une grande influence sur l’iconographie : on leur doit, par exemple, l’âne et le bœuf de la crèche.V.deutérocanonique. Apologétique. – Du grecapologêtikos. Science qui a pour objet la défense de lareligion chrétienne, tendant à démontrer rationnellement et historiquement la crédibilité dudogme. Apostat, -ate. – Issu du grecapostasia« abandon ». Est apostat celui qui aapostasié(a fait acte d’apostasie), c’est-à-dire a abandonné publiquement laFoila vie et chrétiennes. V.abjuration,relaps,renégat. Apostolat. –Ministère desapôtres. Mission de toutChrétiende l’ messager Évangile (l’apostolat des laïcs). Apôtres. – Issu du grecapostolos« envoyé ». Les douzediscipleschoisis par Jésus pour vivre à ses côtés et ensuiteenvoyés pour annoncer la bonne nouvelle. Les douze étaient : Simon Pierre, André, Jacques fils de Zébédée, Jean, Philippe, Barthélemy, Thomas, Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Thaddée, Simon le Zélote et Judas l’Iscariote. Après la trahison et la mort de Judas, Matthias fut choisi pour le remplacer.V.apostolat. Araméen. – Jésus parlait l’araméen, une langue issue de l’hébreu, celle utilisée par lesJuifsde la Palestine depuis plusieurs siècles. L’hébreu, la langue despatriarcheset desprophètes, était devenue exclusivement une langue sacrée. À l’époque de Jésus, des traductions en
araméen de laTorah, lestargums, permettaient une meilleure connaissance des textes de la part de ceux qui ne comprenaient plus l’hébreu. Arbre de Jessé. – Arbre généalogique du Christ issu de la maison de David, fils de Jessé. V.Nouvel Arbre de Vie. Arbre de la connaissance du bien et du mal. – Le fruit de cet arbre était interdit aux premiers hommes, Adam et Ève, la connaissance du bien et du mal étant une prérogative divine. L’homme a désobéi par présomption ; il a péché par orgueil et a entraîné dans sa chute le genre humain.V.Arbre de Vie,Éden,Péché originel,pomme d’Adam. Arbre de vie. – Au milieu de l’Éden, au sommet duParadis terrestre, pousse l’Arbre de Vie dont les fruits garantissaient aux premiers hommes, Adam et Ève, l’immortalité et la béatitude. LePéché originela éloigné les premiers hommes et toute leur descendance de cet Arbre de Vie.V.Alliance,Arbre de la connaissance du bien et du mal,Genèse,Nouvel Arbre de Vie. e Archangehiérarchie.. – Selon le Pseudo-Denys, ange de la 3 V.hiérarchies angéliques. Le préfixearch-, issu du grecarkhi-, indique cependant un tout premier rang, celui réservé aux archanges Gabriel (v. Annonciation), Raphaël et Michel. Arche d’alliance. – Du latinarca« coffre ». Coffre de bois qui contenait lesTables de la Loi reçues de Dieu par Moïse sur le mont Sinaï. Cereliquaireétait transporté par lesHébreux dans leur marche à travers ledésert. Arrivée dans laTerre promise, l’Arche d’Alliance fut placée dans la partie la plus sacrée duTemplede Jérusalem construit par Salomon : leSaint des Saints.V.chérubin. L’arche disparut lors de l’incendie du Temple par Nabuchodonosor e (VI siècle av. J.-C.). Arche de Noé. – Du latinarca« coffre ». D’après laGenèse, Noé, afin d’échapper auDéluge, construisit sur les ordres de Dieu un immense vaisseau pour sa famille et des couples de chacune des espèces animales.V.Alliance. Archevêque. – Évêque à la tête d’un archevêché (qui comprend plusieursévêchés). Archidiacre. – Du grecarkhi- marquant le premier rang et lediakonos« serviteur ». À l’origine, prêtrechargé de la direction desdiacres; aujourd’hui, auxiliaire de l’évêqueappelé aussi vicairegénéral. Archimandrite. – Du grecarkhi- marquant le premier rang et demandra « enclos, bergerie ». Chef d’Ordre religieuxou demonastèredans l’Églisegrecque. Archiprêtre. – Du grecarkhi- marquant le premier rang et depresbyter« prêtre ». Titre, le plus souvent honorifique, donné à unprêtre. e Arianismeselon laquelle Jésus n’est pasIV siècle, . – Doctrine professée par Arius au début du Dieu véritable : leFils n’est que la première descréatures. Leconcile de Nicée (325) condamna l’arianisme affirmant que le Fils est consubstantiel auPère, qu’il est Dieu né de Dieu, engendré non pas créé.V.christologie,Filioque. Armée du salut. – Organisation religieuse d’origineméthodiste(1878) à vocation charitable et évangélisatrice. Ascension. – Fête célébrée un jeudi, quarante jours aprèsPâques, au cours de laquelle est commémorée la montée au Ciel duChristressuscité.V.Assomption. Ascète. – Issu du grecaskêsis« exercice ». L’ascète s’impose une vie austère, faite de privations et demortifications, afin d’être plus près de Dieu.V.anachorète,ascétisme,cénobite,