Vous serez mes témoins

-

Livres
172 pages
Lire un extrait
Obtenez un accès à la bibliothèque pour le consulter en ligne
En savoir plus

Description

Notre monde contemporain, de plus en plus déchristianisé, nous pousse à dépoussiérer notre vision de la mission et de l’évangélisation. Quand la mission rime encore avec l’idée de partir au loin dans un esprit de conquête, elle est dépassée et critiquable ; quand l’évangélisation cherche prioritairement à faire changer de confession d’autres chrétiens, elle est souvent stérile et conflictuelle. Il importe dès lors de revisiter les textes bibliques pour y discerner le Dieu missionnaire, et son approche radicale, mais pleine de grâce ; un Dieu dont la mission est de réconcilier le monde avec lui. L’engagement des femmes et des hommes de la Bible, comme cela peut l’être pour celles et ceux d’aujourd’hui, n’est finalement qu’une participation à la mission de Dieu.


Ce livre, qui propose un parcours à partir des textes-clés de la mission dans la Bible et de ses figures missionnaires, est un encouragement à considérer à frais nouveaux notre situation de témoins. Non seulement le témoignage est prioritairement de l’ordre de la relation avec notre prochain, mais plus encore, il ne peut qu’être le fruit d’une relation privilégiée avec Dieu.

Sujets

Informations

Publié par
Date de parution 06 juillet 2016
Nombre de visites sur la page 34
EAN13 9782857434450
Licence : Tous droits réservés
Langue Français

Informations légales : prix de location à la page 0,0052 €. Cette information est donnée uniquement à titre indicatif conformément à la législation en vigueur.

Signaler un problème


Copyright©2015ÉdtionsVieetSanté

60,avenueÉmileZola

77190Dammarie-lès-Lys,France

www.viesante.com

Tousdroitsdereproductiontotale

oupartieleetdetraductionréservés.

ISBN(Livre): 978-2-85743-444-3

ISBN(eBooks): 978-2-85743-445-0

Miseenpage: ISEdtion

Ilustrationdecouverture: Shuterstock

Saufmentioncontraire,lescitationsbibliquesson

tempruntéesàlaversion

TOB2010(TraductionœcuméniquedelaBible2010).

GabrielMONET

VOUSSEREZMESTÉMOINS
UneinvitationàparticiperàlamisiondeDieu

Ilnousfautnonseulement

aimerl’Evangile,

contemplerl’Evangile,

apprendrel’Evangile,

vivrel’Evangile,

soufirl’Evangile,

maisencore,

avecnotrechairetnotresang,

continuerl’Evangile.

SœurMyriam,LarègledeReuily

4

TABLE DES MATIÈRES

Introduction:Vousserezmestémoins

Chapitre1:Lamisiondansl’AncienTestament
L’entréeenscèneduDieumisionnaire.
Lamisioncommebénédiction.
Etre«lumièredesnations».
Lamisioncommemédiation.
LesyndromedeJonas.

Chapitre2:Lamisiondansl’évangiledeMathieu
L’EvangileduRoyaume: Dieuavecnous.
Seldelatereetlumièredumonde.
Lamisiondesdisciples.
Unemision(provisoirement)limitée.
Unemisale… tots a maiinocompagnée.

Chapitre3:Lamisiondansl’évangiledeJean
L’évangélisationrelationnele.
Delasoifd’eauàlasoifdepartage.

5

.7

.12
.14
.17
.23
.27
.30

.38
.39
.44
.47
.56
.59

.70
.72
.75

Rendretémoignageàlalumière

Desactesquideviennentdessignes

Lamision,laprièreetl’unité

EtreenvoyéparJésuscommeJésus

.
.
.
.

Chapitre4:LamisionchezLuc,dansl’évangile
etlelivredesActes
Unemisiondelibération.
Ladimensionsocialedelamision.
Unemisiondesalut.
Lapromesed’être«témoins».
Témoinsjusqu’auxextrémitésdelatere.
LeSaintEsprit,premiermisionnaire.
Lacroisancedel’Eglise.

Chapitre5:LamisionchezPaul
Paul,misionnairemalgrélui.
Ladimensioneclésialedelamision.
Lanécesairecontextualisationdel’Evangile.
LamisioncommehumblecolaborationavecDieu.

Conclusion:Avanceeneauprofondeetjetezvosfilets

Bibliographie

6

.81
.86
.89
.93

.99
.101
.106
.110
.113
.120
.123
.128

.139
.141
.146
.155
.161

.165

.170

Introduction

VOUS SEREZ MES TÉMOINS

Vousserezmestémoins!CetsuJée que olar peerda a sséeàses
disciplesavantdelesquit el esene recorér nnsoiuh’nad jua druo
cœur de tous les chrétiens. « Vous serez mes témoins », c’est une
invitation à participer à la mision, àêtre engagédans
l’évangélisation. C’est un art de vivre. Trop souvent pourtant, la
misl’aion etl’évangélisation sontconsidéréescommefairede
spécialistes ou de quelques volontaires courageux. Témoigner ne va
plus forcément de soi dans une société où la foi chrétienne a perdu
desoncréditpourbeaucoup.Lessièclesontpasstoil’hies re dé te
chrétiens et des Eglises a fait s’éroder l’aitenu edrutale ed
«témoins»àlaqueleJésusidentfi ses disait t,nadnepeC .selpic
« vous serez mes témoins » n’est pas un ordre, c’est une promese!
Ce n’est pas une option, c’est une évidence pour qui a rencontré
Jésusets’estlaisétransformerparlui.Acueilirceteparole,c’est

7

entrerdansleprojetsalvateurdeDieuetacepter
humblementàla«continuation»del’Evangile.

decontribuer

« Vous serez mes témoins » (Actes 1.8), c’est donc l’une des
formules que Jésus a prononcées pour parler de la mision.C’estloin
d’êtrelaseule.Elléc erbè ns connue q uees el atrpbobaelemtnm io
expresion:«Ale fz,elpicsid » snatiles des ons sediaetet st uo
(Mathieu 28.18),maisconsidérerl’ensemble desexhortations
misle,permetionnairesde Jésus,etpluslargementde la Bib
d’appréhendertoutelarichesed srcyonastà eeéill à paa icrtatipn io
lamiserivd e reliset ion de Dietse’C .utejbo’l lcee due qreiv
concept biblique de misux gir à ceoniqu, tueralé’l ep no
d’évangélisationetdetémoignage.

ReveniràlaBibleesttoujoursesieanp suaol rlep neitserles
tradtion less ouon cos nnsioctviégujérp rediug sle, .rOd na salB bi
unepenséeémergeavecéclat,interpeliéjaoueet nrtsanteàlafois:
lamisionestd’abordceledeDieu.Elevient cee dledeJésusavant
dedevenirceledesdisciplesduChristquiacra trup plomlet onir
avec le soutien du Saint Esprit. « Comme le Père m’a envoyé, moi
ausPu. 1).220n ea(Jf elbiB al euqsi et ritéautoait ij e vous envoie »
qu’ellee on f àontr êp seitaremedd tnétiennesques chracit aov , e
chercheràdiscernercequ’eleditdelamisund’ g el ega noi tse
ancragesûretsolide.

Sans chercher à être exhaustif, le parcours biblique que consitue
celivres’estappliquéàêtreauss iétsyitam euqpoque siblepour
considérerl’ensembledestextesesneimài l ssé laeli tsion.Ainsi,
cetneeca evdu eocmmen Testac l’Ancial is emêM .tneméte i msion
ysubituneformed’atentedansl’espérancedel’acomplisement
mesianiquequiouvriraunenouvel ee dgepasiis mlabmon ,no er
de sespages évoquentavec ou sansdétour l’engagement

8

misionnairevisantàlaréconclianoittne D erieu et l’humanit.é
Plongerdansl’AncienTestamentaideausplacer Dieu au cuœ r à i
delamiss an Dn.mire pceipahc re iuq ertte dtraide lonc aimoision
dans l’Ancien Testament, des textes-clés sont considérés. Ils metent
enévidencecombienlamis eonib né àaléi etsl au et tionédic
rayonnement.Eleestuneformedemédiation.SiAb rahamaété
l’objet d’un intérêt particulier, ce chapitre conclut en s’arêtantsur
Jonas, figure misionnaireap sionnante.D’autres personnages
auraientméritéquel’ons’arieepaons DJhe,,ïsMo s le,lt ,xue rus etê
la servante de Nabien et utre d’a not.sE sa ,suc urle nam
engagement s’inscrit dans la vision d’un témoignage authentique et
naturelconformeàlamisiondeDieu.

Pourexplorerle NouveauTestament,le choix a étéfaitde
considérer chaque auteur biblique à son tour. Pour prendre en
comptelestextesesentiels,Matonl étt é eJna ,uL cteP uahieu,
choisis, dans cet ordre-là. Ce n’est pas que les autres écrivains
bibliquesnesoientpasintérescé’l ohutau ,rovec ce q, mais anast
donnéàlavisiondelamisi donevuoT ua snaN el résonneestament
avecunericheharmonie.LesévangilesdeMatJean de puisieu h
rapportent des visions complémentaires, centrées sur l’engagement
misionnaire suséJ eds siup , ees lurres oinvitsfpsces noq iuret adsés
aux disciples.En abordantl’œuvre de Luc,c’estl’ocasion
d’évoquerquelquesspécfi ner eosséd ctimia lur srdgasionde
Jésus,puisdetraiterdelamisa Pion des tôpa serèrpaal ssion,en
particulier avec le livre des Actes. Enfin, l’engagement de Paul dans
lamisses ans re dn diiocsner spétîetn ioe up a li’uq ec tuentle
dernier chapitre de ce livre. Il est vrai que Paul a rédigé ses letres
avant que les évangiles ne soient écrits, mais l’ordre chronologique

9

desfaitsetdesparolesrapportésarendu plusnaturelecete
approche-là.
Avant d’entamer le cheminement biblique envisagé, il semble
intéresantdeconclurecet ine quesquelant port npanoe cuitrtdo
éclairagessurtroistermes-clésquiserontrécur de eluie.stntuO c er
témoin,ilyalesnotionsdemision’d et évangélisation.

Untémoin,c’estceluiquiavu,as à ét nu siout ui qénévenem
détient une information vécue. Mais le témoin biblique n’est pas
seulementuntémoinoculairepas e’lsrd menevénéf prit loésen t.
Bien davantage, il est actif, il relate ce qu’il a vu ou entendu, il
proclame ce qu’il sait. En plus d’avoir vu et de proclamer, le témoin
biblique exprime sa conviction, son regard, son interprétation, il
s’identfieàlacauseetchercheàjustfia vérité. Il n’etsp sa l re
neutre.Témoignerdevientuneconfesof.id eqieuuplble in, Ennofi
témoin biblique ne faitpasque parler:l’agirdevientpartie
intégrantedutémoignage.

Les deux mots, misapportsion etévangélisation,ontdesr
complexes,empreintsd’atehcatéd ed te stenemchant ls os. Iment
souvent été acp sléo ruongisfiunr mêe dmeamynqieud ee
communication et de partage de l’Evangile. Dans la pensée
populaire,lamisionétaitas une actociée àatni eneoi nolnie tre
non chrétienne et ass volque que parepél spaiaeroltns eému
misnaégilasitnoé atit son coros reainniové’l euq srola ;laireen
chrétienté. Mais cela ne résiste ni au sens des mots, ni à leur usage
biblique, ni même à la réalité historique. Il y a une complémentarité
entrelesdeuxnotions,maiseluqi’ l yet sans e type, nu’rtuae ed ts
ait adéquation. Le mot évangélisation découle du grec biblique
euangelizo,quisignfie«annoncerlaBonneNouvellors que le e» a
motmisionvientdulatinmisio,quel’onpeutrapprocherdela

10

racinegrecqueapostelo,quiévoquel’«envoi».Souvent,lefait
d’être envoyé va de pair avec une tâche définie, en l’ocurence,
bibliquement, d’incarner la bienveilade Dnce d te uei eriaf e
rayonnerl’Evangiledanslemonde.Lamisoi nen dmec one ssuré
pas à un envoi physique, mais s’élargit à une démarche globale
impliquant un mouvement intérieur de foi qui déborde vers
l’extérieur.usSnto serict, al imsgr euq e noit esncdolu plas
l’évangélisationquipoursion creêtt ai enu emmoc eérédtie -parsous
delamisil, e n tmepsemnon ulp tuafsap e s réduir nêm.nE oi
l’évangélisationàlaseuleproclamationformelde le lignavE’ siam ,e
àtoutleprocesrôner les si beu suq ietdnà p l seelav sru ed
l’Evangile età s’y conformer.Au-delà desmots,lestémoins
d’aujourd’huiquisontmisionnéspourévangélisergagnerontà
suivre l’exemple de ceux que Dieu avait déjà invités à participer à sa
mislb.e aiBsnl sadn, et doio snovuop suon tncera tes lreivsu

11

Chapitre 1

LA MISSION DANS L’ANCIEN TESTAMENT

Peut-ondistinguerune«mist enLe? s l A’cnei neTtsmaion » dans
avis sont partagés. Il est vrai que l’on n’y découvre pas de manière
flagrante un appel au témoignage direct qui aurait pour vocation
d’aboutirauraliementàungroupedonné.

Silamisionestasvoend’n foon ci, tnemémr nos àla notioociée à
origineétymologique,ilestindéniablequelamisionestprésente
dansl’AncienTestament.Leverbehébreushalah,«envoyer»,yest
utli, toutes. Certeserrpsiseets-pe tanarqut en cithu à éssec
ocurencesneseréfèrentpasàunenvoiquipouraitêtrequalfié
de«mis eeptun géileg rour autant, on n» noip siam , plaserée nc
bienréeledenombreuxtextesd’envoi.

S’il n’y a pas dans l’Ancien Testament une constante comparable à
ce que l’on trouve dans le Nouveau Testament qui irait dans le sens
d’unordredemis,le tisnuvireesion rirvuo av suséJ dee èrstnimie l

12

deshorizonsmis n seevuonoirian resn’en il aux,q euiosnsam etp
l’Ancien Testament est parcouru par la permanence d’une volonté
divine cherchant la bénédiction du plus grand nombre.

Précisément,dansuneréflexionsurlamis ,elib Blas an doni
reveniràl’AncienTestamentpeutpermetr eir ce mla rdelaepsion
dans une juste perspective. Il est marquant que si des hommes et des
femmes sont envoyés et sont appelés à participer à la bénédiction du
plus grand nombre, ou encore à être lumière des nations, ce n’est
que pour se situer en relais, en témoins d’un Dieu qui est d’abord
lui-mêmemisionnaire.

L’Ancien Testament est traversé par une tension entre l’universalité
du projet rédempteur de Dieu et la particularité de l’élection d’Israël.
LefaitqueDieuachoisiunpeuplespécfiuq eodnn eusélx aua l
responsablituna,ea eaf tuqr etarnevivr de ue,tl arcin ie’eds pé t
relation d’alia ecntniiée parDieu.Ilssontdépositairesd’un
mesnt un privilège,i sl niol ,tnadnepeC meueiqune tr’ê dque. uniage
ontvocationàparticiperàlamis noiD edet àieu re c faitîernoan
l’infinie miséricorde de Dieu pour l’ensemble de l’humanité.

Certainsontavancéqu’iln’yauraitpasde«misugif» e c nortnei
dans l’AncienTestament, maisuniquement une«mision
centripète», c'est-à-direque lescroyants nesera ientpas
formelme tneovne séypour alec rnum eer annonsaieag ms
uniquement invités à témoigner de leur foi afin d’encourager tous les
peuplesdelatereàreveniràDieu.C’estefla tent nce endacteemiv
générale puisque rares sont les humains qui sont invités à s’engager
dansunedémarchedeterpartour leuager ine rof aiov ntnolsirap et
Dieu. Néanmoins, au-delà des quelques cas qui vont dans ce sens,
celan’enlèverienaufaitqu’unemisnggaméioedt oi n istee ex
malgré tout. Et surtout, cela permet de recentrer la misionsurcelui

13

qui en est l’acteur principal, à savoir Dieu lui-même, qui n’hésite pas
àprendrel’intiatived’alséd erir neoctne r àalux qu’ilre de ce
sauver.

L’entrée en scène du Dieu missionnaire

L’un des textes fondateurs de la mis rptno,uti oanrerantme
mentionné comme tel, se trouve dans les toutes premières pages de
laBible.Enfait,dèsl’ir nudtpoiéhs p cél ruuet are.

Dansunsens,laCréationpoursoi êtredéjà en ia t eérédisnoc
commefaisantpartieintégranteduprojetmisPnanra ieu.i oe Dire d
son actecréateur,Dieu cherchel’harmonieetl’unitéavecses
créatures.IlveilciitnédélIi no .ure nsta burn-iee leà el àb ruertê te
même un temps privilégié, le sabbat, pour vivre en communion avec
sa création. Cependant, justement parce que cettiine tse étim
intrinsèque à la relation de dépendance confiante entre Dieu et
Adam etEve,ilnesemblepasforcémentadaptédeparlerde
mis rdearép ernu rid enats ,ecPo. oniin dbesomblee co’nseni tro s tla
une relation brisée, d’entamer un chemin de réconciliation. C’est
l’ire dchpéupontiner erduq éav insabispe indcela asèl rOd el .
premièreappartio sèrpa ueiD ed nelp cééh ,lis eprésente comme
unDieumisionnaire.

Après avoir mangé le fruit défendu de l’arbre de la connaisance
du bien et du mal, Adam et Eve prennent conscience de leur nudité
et par là-même, de leur situation d’indépendance, le péché ayant
entraîné la rupture de la relation d’intimité natureleavecDieu.C’est
pourquoi ils vont se cacher. C’est alors que le Dieu misionnaire
entre en scène. Il prend l’intiivatad’e lr al à rertnocne des e

14

humains. Il s’« envoie » lui-même pour ouvrir la vo
restaurationdelarelationbrisée.

ie à la

Ils entendirent la voix du Seigneur Dieu qui se promenait
danslejardinausoufem f smee .rL h’moeme talle du jou
cachèrentdevantleSeigneurDieuaumli uederbse srau d
jardin. Le Seigneur Dieu appela l’homme et lui dit : Où
estu?(Genèse3.8-9)

Où es-tu ? Voilà une question qui agit comme le paradigme du
Dieumiserte alian nfieomme d’, Dunu iei qurehc ehcoh’l emm
pour tenter de renouer le fil du dialogue. Où es-tu ? C’est
l’afirm n’dtaoiei unuD tuotuas iuq tseinf difdésirére ntau
d’autonomie des humains parce qu’il sait que cela représente une
impase.Oùes-tu?C’estl’expressinoujagc no ealon d iuxdee d
libertés:celevin r àieend eend la pu qui preiD ed erent rlacoen
d’Adam et Eve pour tenter de poser les bases d’une relation changée
maispotentielementrenouvelée; cel lae du prem reimmohte e ed
première femme qui peuvent chercher à se cacher indéfiniment ou
oser le face à face transformateur avec Dieu qui ouvre un chemin de
réconcliO .noita ut-se ùt esC’? esque une bmitnoituqélam la e de
misD ed,uei nu ueiDui qhe cherc’h lmoeme talf meem, qui ion
désireleurbien,quipenseàleursalut.

Dans la suite du texte, Dieu prend le temps d’écouter Adam et Eve,
il les questionne. Dans ce dialogue, il cherche à comprendre, mais
ausiàmetreAdam etEvedevantleursresponsabilités.Dieuest
fidèle à sa parole et au cadre qu’il avait donné à leur relation, c’est
pourquoiilsdoiventasgreransla ts ler meu ed secneuqésnocsion
del’interdictiondemangerdel’arbredelaconnaisancedubienet
dumal.Dieuénoncelapéniblie’fnedl emtnnaetr la pou é tr niveà
femme,lapeineàcultiverenvuedesenourri’l ruop ee,mmhot

15

finalement la mortalité de l’humain qui retournera à la pousièreàla
find’unevieter emyobiluqanière sps, de memêmmet siaM ne ste. re
mais forte, Dieu ouvre un chemin de rédemption. En efet,Dieufait
àAdam etEvedestuniquesdepeaudontillesrevêt.Lanudité
dévoilée d’Adam et Eve n’est pas ire.bln Eémiaéduel ranevà tn
rencontrecejour-là,Dieuestjustemaisbienveilant.Lescinqétapes
de l’habiltuentuneementd’Adam etEvedansle récitconsti
synthèse symbolique du plan du salut. A l’origine, Adam et Eve
étaient nus et n’en avaient pas honte (Genèse 2.25). La première
étape était une situation d’harmonie parfaite entre les humains et
dans leur relation avec Dieu, une totale transparence et une
confianceabsolue.Enmangeantlefruitdéfendu,Ad ametEve
marquent par ce péché leur indépendance, leur distanciation de
Dieu:leurnudité devientun problème (Genèse 2.7).Cete
deuxième étape d’une nudité qui dérange ne dure pas longtemps
puisqu’ils cherchent leur propre solution en se faisant des pagnes de
feuilesdefiguier(Genèse2.7).Cetenn muiap sae’tse soon hluti
satisfaisantecarelluio resc caeh rmpêche pas de vo el ene seolsruq e
Dieu vient à leur rencontre. Finalement Dieu leur fait des tuniques
de peau (Genèse 3.21). La quatrième étape est implicite et consiste
pourAdam etEveàsedénuderdenouveauafindepouvoirrevêtir
leshabitsdivins,cequiconsitpra e isrpA l sèté e.epa al eumèiuqnic
deconsciencedel’étatdepéché,aprèsl’impasep euq et enuv
consiterus eu lesno tuois lol sefu re ninmapos turuvros huort
chemindesalut,undénuementestnéces al à iar ou preirvrous’
solution divine qui consiste à revêtir la justice de Dieu (Esaïe 61.10;
Ephésiens 4.24). Les vêtements de peau dont Dieu revêt Adam et Eve
ontforcémentimpliquéunsacrfice.Dèscetcnno eerimrèp eree tr
après le péché, Dieu annonce donc symboliquement qu’au cœur de
samision,ilyaledond’unevie.Laréconclievin tda rioateu pnen

16

pleinementsanslajusticegénéreused’un Dieu quivientvers
l’homme,quis’ofiud edl if n,ia r lu poueurtui mul àq ,i er lar neon
posiblitédelavieéternele.

Où es-tu ? C’est encore aujourd’hui la question que Dieu pose à
chaqueêtrehumain.Dieuestàl’intia, mativea miis ssiondesalut
est respectueuse de la liberté de chacun. Il ne s’impose pas, il tend
lamain.Ilyalàunprincipe-clédelamisre à êtait ngre iag nuqoi
suiviparlesmisvee sui qesirnanoi, mais de Dieu seralsilune tel
surtout,ce«oùes-tu?»estdoncl’expresiDueuq em-mêl iue ion
estàl’action!

La mission comme bénédiction

L’actionmistiahap eal saér e,irie Dneu ou sa lI .lues irensoialn
désiréétablirdesrelaisquipourleurt à aienirtnreubuot oc ru a
retourdeshumainsversDieu.L’appele plueninéms ton et,l sac su e
premier qui soit formalisé avec autant d’évidence, est celui que Dieu
aadresême tempaéi sà eAnb rmapaahe.pm,Cl me ’otfssài ul na s
une formidable promesque mei m i nall ei tneslaion avec
bénédiction.

Le Seigneur dit à Abram : Pars de ton pays, de ta famileet
de la maison de ton père vers le pays que je te ferai voir. Je
feraidetoiunegrandenationetjetebénirai.Jerendrai
grandtonnom.Soisenbénédiction.Jebéniraiceuxquite
béniront,quitebafouerajelemaudirai;entoiseront
béniestes les famiuot lesdelatere.(Genèse12.1-3)

C’estparcequ’Abraham estbéniqu’àsontourilpeutdevenir
bénédictionpourtouteslesfamilesdelater, sit cevoenqui iA ni.e

17